Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

L'Atelier

Nouvelle feature de Kuretar ! Retrouvez le projet dans nos dernières annonces.
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !
Navigneas

[Accompli] La Poursuite d'Azurethos

Messages recommandés

iyZb3UZ.png.5ba8f107f9665216fc09ddf518abd445.png
Azurethos, le typhon ailé.

Connu et craint de tous, Azurethos, semblable à un griffon mais unique en son genre, est une créature ailée immense et redoutable. Maître des vents pilleur d'épaves, il est doté de pouvoirs formidables et de l'avarice d'une pie voleuse, s'attaquant aux navires pour les faire chavirer, les retourner, les échouer et se servir, avalant si-tôt vivres et filant avec tout objet attisant sa curiosité ou son envie du moment. L'Amirauté a envoyé, à quelques occasions, des chasseurs à son nid en espérant en venir à bout, mais sans réussite jusqu'alors; au sommet de son pic, un battement d'aile suffit à souffler toute tentative, faisant contempler la défaite à ses adversaires, ainsi que leur chute, quelques centaines de mètres plus bas.


Il est dorénavant l'intérêt de la Pléiade. Forte de l'acquisition d'un nouveau navire au tonnage plus élevé que le précédent, «Le Talion» est l'arme adaptée pour cette chasse, car plutôt que sur terre, c'est en mer qu'ils comptent appâter la bête, sur son terrain de chasse. Des éléments ayant déjà été discutés quelques semaines auparavant dans la considération de la traque de Gueule-Putride; l'éventualité que le grand griffon bleu perce les nuages au dessus d'eux pendant qu'ils étaient occupés avec le Léviathan, on été discuté, revisités, au cours d'une réunion au Quai-du-Trident, à bord même du nouveau navire la Maison Daerian.
Les chasseurs furent accueillis sur les quais par les quelques forces militaires rassemblées suite à l'attaque des corsaires maudits de De Mausère, une troupe de soldats de la maison noble alliée, ainsi qu'une troupe provenant directement du Domaine Soleiltombant, un Sergent-Major de cette maison elfique prenant le commandement des forces alliées sous le plus haut grade de bas-officier; Sensae Bercétoile, une Kaldorei aux couleurs de l'Alliance et portant l'emblème du dragon d'or du Domaine.
Relevant l'identité de chaque chasseur et de leurs escortes, elle les invita à monter à bord, là où attendaient déjà la Lancière, le Guerrier-Mystique et l'Agent. Ainsi, se présentèrent à l'assemblée le Maréchal, l'Archimage et son escorte, le Comte Zirac Bralieth, le Médecin et un renfort du mystique, Elérana. Avant de commencer, ils furent invités à se servir dans les cuisines, certains ne manquant pas de faire pitance avant et durant la réunion.
Enfin, ils entrèrent dans le vif du sujet; Azurethos. Après les mentions de ses agissements et des nombreuses rumeurs qui tournaient autour de lui, il fut affirmé que le choix de l'attirer en mer était plus sûr. Là-bas au moins, ils bénéficieraient de l'artillerie, qu'ils ne pourraient emporter au sommet d'un pic aussi étroit, et sans s'exposer à des chutes mortelles qui plus est. À propos de l'artillerie, il est d'évidence que les lance-harpons seraient mis en avant, car, contrairement au Krakken, cet adversaire était moins armuré, mais surtout beaucoup plus agile, ainsi, il faut promouvoir la vitesse et la précision des tirs, ainsi que leur capacité à les répéter rapidement. En plus de ça, leurs munitions sont plus flexibles, pouvant avoir différentes formes et maints usages, escomptant se servir de pointes crantées pour lacérer Azurethos, ainsi que d'autres munitions lestées pour l'alourdir, et plus simplement, des harpons pourvus de chaînes reliées à la coque pour immobiliser le géant aérien. De plus, un filet spécial devait être utilisé, création d'un forgeron répondant au prénom de Rhaen, et amélioré par les soins des mages de la Pléiade en faisant usage des quelques restes du cœur de l'Assemblage de Grêlons. Les canons, eux, serviraient d'alternatives, et pourraient éventuellement être chargés de grenailles et billes pour des tirs aux jugés plus efficaces. 
Le sujet était dorénavant, comment amener le bestiaux jusqu'à eux ? Ils n'allaient pas manœuvrer en mer jusqu'à espérer qu'il les attaque, non. Une mission risquée fut exposée; quelques chasseurs monteraient sur des griffons dépourvus d'armure, dont les yeux seraient couverts dans le cas où voir un "semblable" qui pourrait être une sorte d'alpha les décourage ou les retourne contre leurs monteurs. Les plus véloces du lot, ils iraient piquer l'attention d'Azurethos équipés d'objets brillants mais surtout, chacun d'une poche d'azérite. Comme il était de rumeur qu'il s'attaquait à des cargo en contenant, l'idée fut de créer une trace dans le sillage du navire avec cette substance, et les chevaucheurs de griffon connecteraient cette trace à leurs traînées de poudre pendant qu'Azurethos les poursuivrait. La Lancière, le Comte et le Maréchal se portèrent volontaire, ce dernier assurant l'assemblée qu'il ferait de son mieux pour capter l'attention de la bestiole, une fois celle-ci rapprochée. Alors, l'Agent détailla son approche; le Maréchal changera de monture pour un griffon en armure qui l'attendrait sur le pont du navire, afin d'augmenter ses chances.
Quant au reste, le moment venu, ils monteraient des griffons pour certains, et officieraient aux canons et lance-harpons pour les autres. Le reste serait, d'une certaine mesure, improvisé sur le moment avec les ressources et moyens engagés.

Suite à quelques railleries, l'assemblée se dispersa, certains retournant d'où ils venaient tandis que d'autres s'installaient dans les quartiers de vie encore vides du navire, mais meublés et prêts à l'usage, pendant que d'autres se soignaient encore des plaies de leurs dernières aventures...
Ils seraient prêts pour la fin de semaine.

DE2qiwn.png

Le jour était arrivé, les Chasseurs étaient appelés à se réunir au Talion, toujours à quais au Quai-du-Trident. Certains arrivés à dos de griffon, d'autres par chevaux et navettes, les derniers étaient déjà à bord, ayant habité le vaisseau jusque là en compagnie de l'Équipage du Capitaine Loriat. Le Barral étant toujours en rénovation, ses hommes avaient investi ce nouveau bâtiment au service de la Maison Daerian et de la Pléiade. 
Présentés au Sergent-Major, la Pléiade eut renfort du Domaine Soleiltombant, quelques matelots mais surtout de nombreux soldats venant renflouer les rangs de l'équipage, comblant le vide laissé par les morts et blessés de la dernière chasse, ainsi que les postes s'étant créés par le simple tonnage de ce navire, bien plus conséquent.
Une dernière fois, le plan fut rappelé. La Lancière, le Comte et le Maréchal seraient les appâts, leurs griffons n'ayant pour seule charge que leurs monteurs, leur selle et un pochon de poudre azéritique pour créer une traînée alléchante. Le Capitaine Loriat les informa qu'ils ne devraient décoller et commencer cette procédure que lorsque le Talion ne serait plus que de la taille du bout de leur pouce à l'horizon, afin de lui laisser le temps de prendre la haute mer et réduire les chances d'échouement comme de dégâts collatéraux.


96hlhBO.png

Restant à quai, les forces alliées embarquèrent, faisant les dernières vérifications et préparations; armés des équipements adaptés, ils avaient cloués et sanglés aux ponts les pièces d'artillerie pour qu'elles ne bougent pas, ainsi que sécurisé tout en surface comme en intérieur pour que la houle ni les tumultes des tempêtes ne puissent causer l'envol de débris. Pendant cette maintenance, d'autres membres d'équipage ajoutaient à cela des sacs parachutes ainsi que des bouées de sauvetage, pendant que d'autres assuraient l'intégrité des barques de survie. Une fois tout sûr, les amarres furent dénouées et les forces militaires s’engouffrèrent dans les ponts inférieurs, laissant seulement les chasseurs, le capitaine, le barreur, le sergent-major et les eaugures en surface.
Pendant le trajet jusqu'en haute mer, les Eaugures firent mention à la Noble dame qu'ils avaient été informés des pouvoirs de l'un des butins dont elle disposait, un estramaçon capable de créer un opaque brouillard; ils comptaient s'en servir de catalyseur pour créer sur un nautique une sorte d'arène de ce brouillard, qui, plutôt que recouvrir le navire, l'encerclerait sur un nautique et serait traversé d'éclairs. Cela donnerait donc naissance à un dôme qui empêcherait leur proie, Azurethos, de s'enfuir, mais ne serait déclenché que lorsqu'il serait à portée...
De leur côté, les appâts à dos de griffon se mirent en route pour le Perchoir Brise-Écorce. Arrivés là à une heure de soirée, la bête somnolait, mais la poudre azéritique du Maréchal réveilla ses sens... Et la chasse commença. Se dressant sur toute sa majesté, l'immense oiseau de proie prit la suite des trois chevaucheurs, manquant de becter l'un, et renversant quasiment l'autre avant qu'ils ne rejoignent enfin le Talion.

6gZ7acy.png

4JdcM4Y.png

Une fois à portée, les Eaugures déclenchèrent le piège. Ainsi, se leva sur la mer un immense dôme de nuages tempétueux enfermant Azurethos avec le Talion et la Pléiade. Même s'ils naviguaient maintenant à l'aveugle, ils conservaient un cap approximatif vers les méandres de l'océan. Face à cette gigantesque cage, l'immense oiseau, révélé comme étant un Phénix par le Commandant, qui en avait déjà affronté en Pandarie, déboussolé, essaya si-tôt de prendre la fuite avant qu'un éclair ne le saisisse et qu'il reporte une attention rageuse sur le Talion. Durant ce laps de temps, les appâts purent mettre fin à la première partie de leur plan; après l'avoir appâté, ils changeraient de griffons, car certains pourvus d'armures de combat les attendait pour qu'ils reprennent aussitôt les airs et conservent une présence aérienne pour affronter Azurethos.

TLn5yU1.png

L'affrontement pouvait commencer. Tandis que les lance-harpons commençaient déjà à tourner, Azurethos était déjà tombé sur les Chevaucheurs de griffon, faisant étalage de ses prouesses aériennes en bataillant farouchement avec eux tandis qu'ils ne semblaient parvenir à l'atteindre. Une première volée d'artillerie ne fit qu'hommage à la créature, dansant dans les cieux en évitant la quasi totalité des traits, valsant alors tout autours du Talion en préparant ses prochaines attaques, tout en étant poursuivi et harcelé par les trois combattants ailés qui servaient plus tôt d'appâts.
Faisant usage de poudre, les lance-harpons étaient équipés au choix de leur opérateur de trois différents types de harpon, un cranté, dont l'impact causerait une hémorragie plus ou moins importante si la pointe se brisait ou non dans les chairs du géant. Un autre, lesté de chaînes de fer, qui, en perforant le cuir de la bête à des endroits stratégiques comme les ailes, nuiraient à son équilibre tout en l'alourdissant, ce qui en ferait une cible plus simple à atteindre, et un dernier type, les harpons d'entrave. Plus lourds, plus dangereux, et rapidement l'intérêt principal d'Azurethos, ces harpons-là empaleraient le Phénix tandis que des cordages épais les connecteraient au Talion lui-même, ces solides cordes s'infiltrant dans les écoutilles jusqu'à un mécanisme de rouages et contrepoids opérés par l'équipage se terrant sous les ponts. C'est sur l'usage de ces derniers qu'ils créèrent une dynamique de combat efficace; alors que les harpons lestés rendait le Phénix plus lent, ceux d'entrave parvinrent à le garder à proximité du Talion, jusqu'à ce qu'assez soient logés dans son cuir pour ordonner la chute des poids.
Lorsque les contrepoids furent lâchés, tous les rouages se mirent en route, enroulant à toute vitesse et avec la force adaptée les cordes qui reliaient le navire au géant ailé, attirant brutalement celui-ci contre le pont, où déjà les tornades issues de ses pouvoirs faisaient rage.
Ils saisirent l'occasion, le Phénix incapable d'éviter, pour l'accabler de leur fureur.

MT8k25s.png

Face à ces entraves, Azurethos déclencha la colère des tempêtes, qui, réfléchie sur la mer, fit lever de grandes vagues de tous bords. Tandis que ses serres plongeaient dans le bois de la coque et qu'il tirait sur ses entraves, ses ailes se déployaient peu à peu pour préparer sa fuite, saisissant l'opportunité quand les vagues ébranlèrent le Talion, faisant chuter certains, tandis que d'autres étaient emportés par les tornades, jetés à l'eau, mais aussitôt récupérés, l'organisation de la Pléiade couvrant chacun des aspects envisagés du combat, notamment celui-ci. Personne ne mourrait noyé, aujourd'hui, et personne ne devrait mourir non plus.
Arrachant les harpons à son corps, il reprit son envol. Furieux, cette tempête qu'il avait invoquée s'intensifia d'autant plus, de petites volutes nuageuses descendant du ciel calmement jusqu'à effleurer la surface de l'eau pour enfin révéler leur vraie nature, aspirant la mer et levant d'immenses tourbillons d'eau de mer couplée à la tempête, causant bien des soucis aux chevaucheurs de griffon, leurs montures se débattant pour ne pas être aspirées, et eux se cramponnant à leur selle pour ne pas se faire désarçonnés et emportés. Les bêtes de guerre ailées arrivant à se rattraper, ce ne fut pas le cas du Comte, qui disparu dans l'une des gigantesques colonnes d'eau et ne refit apparition que plus tard, s'envolant d'un vortex à l'autre pour finir écrasé sur le pont, où une des tornades qui ravageait celui-ci le fit s'envoler jusqu'au sommet d'un mât.
Fort heureusement, ils avaient préparés un filet magique, divisé en deux pour en théorie, saisir les deux ailes d'Azurethos et les enfermer, les cristaux magiques; des fragments du cœur de grêlon répandraient la glace sur celles-ci et ralentiraient en plus d'encombrer le géant. Toutefois, seul l'un d'eux eut atteint sa cible, l'autre plongeant à la mer pour se faire ensuite relever par l'un des tourbillons, et comme de nombreux harpons, boulets, mortiers et flèches, renvoyés sur le Talion et différents chasseurs par les pouvoirs du Phénix, qui ne s'arrêtaient pas à leur renvoyer leur munitions; ses malédictions frappèrent, notamment le Commandant et l'Agent, dilatant l'air autours de leurs têtes pour les priver d'oxygène, causant des vents si intenses sous leurs pieds qu'ils en avaient la gravité inversée, se rattrapant à des mâts ou de l'artillerie en retenant leur souffle...

PKKorHM.png

MCFyn4l.png

Répétant leur tactique, ils amenèrent une nouvelle fois le Phénix à s'écraser contre le pont, serré là par les harpons reliant sa carcasse aux nerfs internes et contrepoids des ponts inférieurs, qui cette fois-ci furent usés des précédents coups, alors aussitôt brisés par le géant, qui de coups de becs et d'ailes, arracha et cisailla ces cordages et chaînes, provoquant un brouhaha dans les ponts inférieurs; les contrepoids déliés s'écrasant sur leurs mécanismes. Alors s'écrièrent les membres d'équipage qui opéraient ces rouages, transmettant le mot au Capitaine du vaisseau, qui à son tour annonça aux chasseurs qu'ils ne pourraient plus faire usage des entraves à tribord. Mais, tandis qu'il relevait cela, Azurethos s'était dépêché à la poupe du navire. Blessé, enragé, il poussa le Talion sous des vents ravageurs, couchant les hommes présents sur le Pont et dissipant l'arène de nuages.

gmBAEPM.png

Renversés, il furent trois à tenter de reprendre contrôle de la barre, qui tournait sans cesse et à une vitesse dangereuse, se blessant mais parvenant toutefois à reprendre un contrôle incertain du navire, dont la coque commençait à grincer. En traversant la brume, ils virent des récifs qui pourléchaient déjà le navire. Aussitôt, l'ordre de lâcher l'ancre fut donnée, immobilisant en vitesse le navire pour éviter qu'il ne s'écrase, mais manquant au passage de l'échouer contre un récif juste à côté. Les tempêtes du géant ailé les avaient suivi, enfermant le Talion et ses chevaucheurs dans une braie des naufrages, sans doute lieu où Azurethos emportait ses proies les plus coriaces pour les faire sombrer.

X1vjbRZ.png

Aussitôt l'ancre touchant le fond, Azurethos attaquait déjà, mais un coup de mortier du Maréchal l'eut dissuadé de poursuivre son assaut à proximité du Talion, dont l'artillerie commençait à essouffler sa vitalité. Tandis que les chasseurs bataillaient, et que d'autres se relevaient du tangage intense provoqué par la prise de vitesse et l'arrêt soudain, l'équipage ouvrit les écoutilles pour faire jaillir des ponts inférieurs les griffons de la Pléiade, qui, jusque là, avaient été gardés au chaud dans un espace assez cloîtré qui n'était pas pour plaire aux créatures, qui glatirent fièrement et s'étirèrent une fois de nouveau à l'air libre. Ils ne perdirent pas de temps, car pendant qu'ils passaient le pied à l'étrier, le Phénix tentait de s'enfuir.

a8QIxi9.png
 
Wjb1L0s.png

La chasse continua donc par les airs uniquement, mais elle était dorénavant la course affolée d'Azurethos tentant vainement de s'enfuir, pivotant dans les airs en laissant derrière lui des traînées de sang, perlant de ses immenses plumes depuis les innombrables harpons encore plantés dans ses chairs, et d'autres plaies causées par ceux qu'il avait arraché, donnant aux Chasseurs un avant-goût de victoire qui les convaincu de braver la tempête. Dans ces récifs divaguaient les tourbillons qui leur avait causé tant de soucis plus tôt, mais leur puissance et dangerosité eut décroit avec la faiblesse évidente du Phénix, emportant toutefois à quelques occasions des chasseurs dont les griffons étaient déviés par ces siphons, et à quelques occasions, certains se soulevèrent de leur selle pour une chute, mais ils étaient préparés. Baguettes de chute lente et parachutes, ceux qui eurent le malheur d'être expulsés de leur selle arrivèrent à sécuriser leur atterrissage avant d'être récupérés, ou par leur propre griffon, ou par un autre chasseur venant les secourir.
Tandis qu'orbitait autour du Phénix les chasseurs qui n'avait pas cédé, abattant leurs armes sur son corps sanguinolent, tirant leurs flèches, faisant tomber la foudre sur lui, jusqu'à tant l'amocher qu'il ne pouvait alors plus que planer, assommé par les chocs et l'anémie sévère. Un dernier puissant coup de masse du Comte sur le bec le fit s'échouer sur le flanc de la montagne, assez doucement par rapport à ce qui était envisagé s'il rentrait droit dans une falaise, le géant s'écrasa dans une petite plaine suspendue, laissant dans l'herbe couchée ses plumes ensanglantées.

TyCRCu1.png

i5KtaxV.png

Vérifiant que la bête était bien morte, le Maréchal enfonça l'une des lances de chasse qu'il avait en barda dans son cortex, provoquant un tout dernier gémissement d'outre-tombe, il était bien mort, mais cela lui fit évacuer le peu d'air que ses poumons avaient gardé. Le Commandant arrivant alors, elle confirma que l'Équipage et elle allaient se charger de décrocher d'ici la dépouille et de la charger à bord du Talion. Pendant ce temps, la mission des chasseurs était de retourner à la Rade et d'aller inspecter le nid du phénix à la recherche du butin qu'ils avaient mérité.
Le Capitaine Loriat fit lever l'ancre, et, le Talion pénétrant la baie, ils trouvèrent une place de choix près de la plage, l'Équipage et les eaugures allant donc porter assistance au Commandant pour cette tâche.
Les autres chasseurs, eux, en passant au dessus du massif, virent non loin Port-Liberté, se retrouvant donc rapidement par rapport à la Rade. Le simple fait que ces récifs étaient si proche de cette ville de sans foi ni loi avait permis au Phénix de berner quelques navires à s'échouer là, sans risque qu'ils soient retrouvés de si-tôt grâce à la présence pirate agissant comme couverture. Après une vingtaine de minutes de vol, ils arrivèrent enfin au Perchoir.

5iVbL2c.png

On9lx9S.png

Atterrissant au Perchoir, de nombreux griffons reposaient là, sommeillant à ces heures tardives. L'arrivée des chasseurs ne les dérangea pas, certainement habitués à ce que plus gros revienne et cause bien plus de tumulte. Ils inspectèrent alors le nid, et à leur effroi, il avait été saccagé. Les coffres éventrés, les planches retournées, les sacs vidés, le sol creusé... Ils avaient été devancés. Quelqu'un s'était servi en profitant que la Pléiade distraie le Phénix pour s'accaparer leur butin. Furieux, la Lancière et le Maréchal se mirent à pister. Des sabots, de nombreuses chausses de différentes tailles... La Divination de l'Archimage lui fit voir une petite dizaine de bandits et deux chevaux de bâts. Hargneux de s'être fait pigeonner par des voleurs, ils suivirent la piste, car les traces n'étaient ni discrètes ni couvertes.

sPDbHHd.png

Remontant la piste jusqu'à un marais, les chasseurs partagèrent leurs opinions sur comment procéder. Ils allaient confronter des vauriens, mais face aux deux opposés de faire savoir leur courroux par une vengeance sans pitié, et les rapporter aux autorités, il fut décider de les neutraliser en procédant à une attaque surprise. Plutôt que les tuer d'office, ils ne feraient usage de létalité qu'en cas de nécessité. Une décision trop bonne pour ce genre de brigands...
Assommant un premier guetteur et pétrifiant un second, c'est en avisant les blasons et couleurs qu'ils se rendirent compte de leurs adversaires, des bandits Corsandre. Faisant usage de sa hache, récompense de la chasse contre le Krakken, le Maréchal entra dans la grotte, précédé par un ras de marée qui lava l'intérieur de la cavité où s'étaient cachés les roublards, qui alors déchargeaient leurs canassons et transféraient le butin dans des coffres plus solides de la Compagnie. Beaucoup furent renversés et immédiatement mis hors combat, mais aussitôt l'alarme fut donnée et une batterie d'armes à feu fut mise en place.
Les chasseurs se réfugiant derrière des caisses et rochers, d'autres bravaient le déluge de balle sous un bouclier, mais sous sa haine, la Lancière ignora la dangerosité et fonça tête baissée alors qu'ils semblaient à court de munition. Les bandits étaient pourtant équipés de plusieurs pistoles, et, dans la précipitation, plombèrent la Lancière dans sa lancée, la faisant s'écrouler à quelques mètres d'eux, et scellant par la même leur destin.
Eux, ils n'allaient pas être neutralisés. Après une rixe, seul un des tireurs fut épargné, pétrifié par l'Archimage, tandis que le chef des bandits fut sommairement immobilisé puis décapité. De ceux qui avaient été renversés par le ras de marée, certains tentèrent de se débattre et de s'enfuir pour ne pas être ligotés, alors aussi exécutés sur-le-champ. Sur une quinzaine de bandits, six furent prisonniers, deux pétrifiés et quatre ligotés. Ils seraient livrés bientôt à la Caserne.
Enfin, les chasseurs purent panser leurs plaies et s'occuper autant du butin que des ressources retrouvées là. L'Azérite fut partagée suivant les règles de la mission, tandis que l'or et les objets d'intérêts furent chargés sur les mules des brigands, alors réquisitionnées pour rapporter tout cela au Talion, qui arrivait pendant ce temps au Quai-du-Trident pour retrouver sa place assignée.
Une fois rentrés au bâtiment, le soleil commençait à se lever, et ils s'accordèrent enfin un repos bien mérité, nombreux sombrant dans le sommeil sur chaises et tables, d'autres arrivant à faire le chemin jusqu'aux hamacs.

WZTVyEd.png

 

Modifié par Navigneas
  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...