Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

L'Atelier

Nouvelle feature de Kuretar ! Retrouvez le projet dans nos dernières annonces.
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !
Navigneas

[Terminé] Interlude - Le Navire Inconnu

Messages recommandés

758xdUK.png

Le Navire Inconnu.

Après avoir remorqué le Barral jusqu'à son établi, où il recevrait les réparations nécessaires à sa remise à flots dans les temps exigés par la Pléiade, ce navire qu'ils avaient reprit au «Thane» était devenu leur préoccupation; à qui appartenait-il ? Qu'était-il ? À quoi servait-il ? Pourquoi un pirate vrykul affamé de sang l'avait-il en sa possession et comment l'avait-il conservé en si bon état ?
Dès qu'ils furent reposés, les chasseurs étant restés à bord retournèrent à Boralus, laissant de garde d'autres annexes et renforts à ce bâtiment; quelques soldats de l'Alliance, ainsi que les forces armées de Dame Daerian. Il ne fallu guère longtemps à ce qu'au gré d'une fouille exhaustive, ils découvrent une plaque sur une des poutres permanentes du navire. Elle n'avait été vissée, elle était purement sculptée là à même le bois, et le nom était lisible. «Le Brave-Marée». Cette information était celle qu'il fallait pour catapulter l'enquête.
L'Agent de renseignement du groupe approcha donc la seule entité de la Pléiade qui avait le pouvoir d'ouvrir les portes, et les bonnes, pour mener à bien leur entreprise; la Dame Sanguinaire, noble de Kul Tiras et officier de son armée. C'est suite à une visite de courtoisie, quelques échanges et la remise d'une récompense et du montant d'azérite que les femmes évoquèrent leur intérêt pour ce bâtiment, et conclurent que découvrir ses origines au plus vite permettrait de relativiser leurs espérances à l'égard de ce bien. Un tel tonnage ne pouvait appartenir à un inconnu, après tout ?
C'est à la Caserne qu'elles se rendirent, l'Agent se gardant aux côtés de son alliée pour ne pas paraître intruse ou non-invitée, puis elles pénétrèrent les locaux. Pendant que l'elfe énonçait ses réflexions, l'Officière de l'Amirauté elle consultait les documents des navires militaires perdus, visant juste en se concentrant sur les documents datant des guerres.
«Le Brave-Marée», elle l'avait trouvé. L'Armateur de celui-ci en étant une petite famille noble de Drustvar du nom de «De Mausère», son Capitaine était nommé «Divont l'explorateur», de la même famille. Officiellement, il était affrété par l'Amirauté pour agir dans des opérations de sabotage et de pillage sur les côtes de la Horde d'antan, mais le document stipulait que ce bâtiment avait été coulé par les orcs, la moitié de son équipage tuée, l'autre ayant pu se sauver, et avec eux à leur tête, le Capitaine. Après consultation d'autres archives, il fut révélé que ce Capitaine avait un passif avec la Garde, ou du moins, ses employés. Il semblerait que malgré l'étiquette, il invitait quelques de ses hommes dans les Hauts-Quartiers, buvant avec eux, et, bien que lui soit de bonne naissance, ses corsaires ne l'étaient, et provoquaient par leur maladroitesse, ou leurs mœurs, bien des outrages à l'égard d'un peuple de meilleur rang, ennuyant souvent la bourgeoisie, mais moins souvent la noblesse; ses gloires passées, ses exploits peu louables, sa famille de petit pouvoir, il n'avait grande prétention auprès de ses congénères, et ne préférait pas les côtoyer.

Le nom d'une auberge était fait mention, là-même dans les Hauts-Quartiers, avec un rapport ne datant que de quelques jours où la Garde confirmait avoir escorté ses corsaires jusqu'à la Voie du Marin, en plus de donner une amende au noble. La chance étant de leur côté, car l'heure était de fin de journée, la Noble et l'Agent s'y rendirent pour collecter des informations, et peut-être même tomber sur ce fameux Capitaine de vaisseau. C'est en approchant la-dite auberge qu'elles entendirent une esclandre, une femme hurlant réparations. Passant dans une ruelle pour accéder au revers de l'auberge, elles y découvrirent une aire de plaisance où quelques bourgeois flânaient, s'amusaient et écoutait poésies et mélodies. Toutefois, leur amusement était ennuyé par ce règlement de compte, une femme bien habillée outrée par ce qu'un corsaire, définitivement plébéien, aurait effleuré son dos un peu trop intimement. Non loin de cette escarmouche de mots, un autre corsaire, installé sur un canapé et scrutant l'assemblée. À sa droite, un homme vêtu d'un long manteau d'officier, pourvu d'un sabre, de longs cheveux très sombres et une barbe fournie mais bien taillée, des lunettes noires opaques qu'il ajustait nonchalamment à chaque fois que sa cruche venait à ses lèvres. Divont, ça ne faisait aucun doute. Son attention semblait ailleurs que sur le cirque provoqué par son employé, plus concentré par sa boisson et la musique que cela.
Dame Daerian, peu encline à la patience face à ce trouble, remercia la dame outrée et confronta le Corsaire maladroit, qui, plutôt que s'excuser, se justifia de maladresse, d'une simple perte d'équilibre. Suite à la demande à voir son Capitaine, elle fut indiquée vers l'homme décrit plus tôt à deux pas de là.
S'en suivit leurs présentations formelles, l'Officière abordant les airs protocolaires de sa position, indiquant ainsi que la conversation était plus de nature à l'interrogatoire criminel qu'aux bonnes formalités de leurs sphères. Prit de court face à ces questions, il répéta sa version; le Brave-Marée avait été coulé par un tir de juggernaut à sa coque, qu'il était impossible que les orcs aient pu le récupérer puis-ce qu'un bâtiment ne se sort simplement pas de cette situation, et qu'elle faisait outrage à la vie de ses camarades morts en suggérant qu'il s'agissait d'un mensonge... Jusqu'à ce qu'elle affirme qu'il était bien à flots, ici. Face à cette nouvelle, des messe-basses se transmirent de bouche à oreille, d'un corsaire à l'autre, puis au Capitaine de Mausère, avant de retourner au premier, qui s'excusa, prétendant aller charmer une autre donzelle, à la grande honte de la bourgeoise à qui il avait manqué de respect plus tôt.
Quelques minutes de questions plus tard, la tension était montée, autant le Capitaine que la Dame Sanguinaire se provoquaient, l'une le menaçant de déshonneur, l'autre de poursuites pour diffamation. Et ce, jusqu'à ce que l'Agent qui jusque là observait, somme sa camarade à s'écarter. Interloquée, Dame Janella se tourna pour voir filer devant son nez une lame magique, tourbillonnant jusqu'au Capitaine de Mausère mais, interceptée par le Corsaire qui était resté là sur le canapé, à serrer son ceinturon... Perforé de part et d'autre, une preuve de leur trahison sauta à leurs yeux lorsqu'il arracha la lame à son buste, causant une anormale hémorragie qui se referma d'elle-même, le sang se solidifiant sur ses plaies. Les bourgeois présents coururent se cacher dans les établissements voisins, observant depuis derrière pylônes et fenêtres tandis qu'un rixe armée se déroulait, Dame Daerian blessant le Capitaine, mais au sacrifice de son corsaire, celui-ci pu s'en-aller en disparaissant par sa vile magie.
Quand le premier Corsaire s'en était aller, il avait lancé l'attaque sur le Quai-du-Trident, l'Agent révélant ainsi sa raison de passer à l'attaque; le noble gagnait du temps pendant que ses hommes essayaient de reprendre le navire.
Faisant appel à la Pléiade sur place et encore éveillée à cette heure tardive, ils prirent immédiatement leurs montures volantes, ces griffons étant le meilleur moyen de locomotion dans cette situation, bien plus rapides qu'aucune navette ne l'aurait été pour atteindre le Quai-du-Trident, où ils observèrent avec dégoût l'assaut des pirates maudits.

Plusieurs hommes étaient déjà tombés, ces écumeurs sanguinaires s'abreuvant des hémorragies qu'ils provoquaient, se renforçant, se soignant de ce que les coups des soldats leur infligeaient, et ce du quai jusqu'à même le navire, qu'ils avaient abordé en l'entourant de barques desquelles des cordes reliaient le bastingage à plusieurs endroits. Les forces en faction ici présentement en sous-nombre, l'arrivée de quatre chasseurs les remotiva à se battre.
Forts de leurs montures, les ailes et serres de ces bêtes mystiques ravageaient les pirates, s'écrasant sur eux, les becquetant, tandis que leurs chevaucheurs fendaient les ennemis ou faisaient pleuvoir la magie sur eux, tandis que d'autres attrapaient des pirates pour les faire s'échouer de haut contre les quais, brisant leurs corps... Leurs corps mous, étrangement mous, gorgés de sang, la seule résistance de ceux-ci provenant de leurs os et de leur maudite magie consistant à renforcer une pellicule de sang les recouvrant, comme une armure.
Reprenant l'ascendant, les pirates furent peu à peu submergés, éliminés les uns après les autres, mais pas sans provoquer des morts pénibles au sein de l'Équipage de la Tirassienne. 
Au château du bâtiment, Divont combattait l'un des compagnons de l'Agent, un elfe de la nuit sombrement vêtu, qui jusque là avait défait deux pirates, mais était dorénavant blessé par ses combats, et n'avait plus l'avantage sur ce maudit, bien plus habile au sabre que ne l'eurent été ses corsaires vampiriques. Tandis que les chasseurs en renfort se ruaient dans les escaliers, le nécromancien explorateur aspirait le sang alentours pour préparer ses sortilèges, mais perturbé, ses efforts n'eurent leur fruit, directement engagé en mêlée avant que sa magie ne prennent plus d'ampleur. Se battant contre la Lancière, le Guerrier-Mystique et la Dame en même temps, il prouva être un homme agile et efficace, blessant les chasseurs méthodiquement, les faisant saigner et absorbant leur sang... Jusqu'à ce que sa magie lui soit privée, scellée par un puissant sort du Mystique, l'empêchant ainsi de se revigorer de leurs plaies... Mais pas sans ressources, le Capitaine frappa l'un des lance-harpons voisin, le retournant vers ses agresseurs et manquant d'empaler la Lancière et le Mystique, le trait perforant l'épaule de la première et écorchant sévèrement le flanc du second. La Noble saisit l'occasion à ce moment, frappant l'arme du noble de sorte à le désarmer avant de remonter son immense fauchon dans son buste et sa tête, causant sa chute sur le pont inférieur.

pgVWQ9T.png

PdHY7D4.png

Frappé par la défaite et son incapacité à se revigorer, le Noble, dans sa malédiction le rapprochant plus de la mort que la vie, agonisait là, dans une marre de sang... Sa sinistre constitution lui permettait cependant, mieux que n'importe quel homme, à survivre à bien plus de supplices. La Lancière lui coupa les mains, tout en le clouant au Pont pour passer à son interrogatoire sans qu'il ne puisse plus attenter quoi que ce soit. Mais ils n'eurent aucune information utile, jusqu'à ce que la Dame invoque la Lumière. Penchée au dessus de De Mausère, elle saisit son crâne en murmurant des litanies, et la Sainte répondit. Le sang autours de son corps fumait, et ces mêmes volutes, comme de l'encens, sortaient des yeux rouges de Divont, lui causant plus de souffrances qu'il n'en avait jamais senti auparavant, l'approchant de la Vraie mort, et... Lui rendant une part d'humanité. Comme s'il retrouvait ses esprits, il sanglotait, endolori, agonisant, comme un pauvre homme le ferait dans son état. Ses torts lui revinrent, il pensait pouvoir utiliser ces pouvoirs au service de l'Amirauté, pour défendre Kul Tiras lorsque la guerre reviendrait... Mais il ne s'en sentait plus capable, il savait qu'il ne pourrait servir autre que le Thane, ce Thane, qui, plutôt que les orcs, avait abordé son navire aux abords des Îles Brisées, réclamant la moitié de son équipage à la Mort et l'autre, à la servitude, changeant le Capitaine et cette autre moitié en esclaves vampiriques, pour enfin s'emparer de leur navire. Divont, désemparé, vit le retour de son navire à Kul Tiras comme un signe qu'il devait servir, et qu'il ne pouvait faire autrement, le suggérait sa malédiction...
En dernière volonté, on lui coupa la tête, l'arme rituelle bénie par les flots de Dame Daerian étant la seule fin digne dont il pouvait disposer à ce moment, craignant plus que tout la Lumière qui l'avait exorcisé. 


6dNxonN.png

Suite à quelques discussions, il fut convenu que ce bâtiment serait réquisitionné, et renommé, pour que son héritage plein de honte et maudit ne le poursuive pas dans ses nouvelles fonctions. Officiellement, Dame Daerian en est dorénavant la propriétaire et l'Armateur, tandis que la Pléiade en serait l'affréteur, conférant à ce navire une réelle double-nationalité, les voiles portant l'emblème de l'Amirauté tandis qu'en poupe, le lion d'or flotterait. 
Aussitôt de retour à Boralus, l'Agent de l'Alliance investit les Hauts-Quartiers sur une urgence, car, dans leur hâte, ils avaient laissé le cadavre du premier corsaire. Face à la magie noire à l'œuvre, les gardes qui s'étaient réunis ne savaient trop comment se débarrasser du corps, mais l'agent y remédia en leur expliquant que cette maladie magique pouvait être transmise, et qu'elle avait les moyens de faire disparaître cette source pathogène. Ils laissèrent faire, et le corps maudit et son sang vicié disparurent sans laisser de trace.
Les documents furent remplis et signés le lendemain, renommant ce bâtiment «Le Talion» et l'ajoutant à la flotte de Dame Daerian.
Quant à l'héritage du Capitaine de Mausère, il fallait dorénavant enquêter sur ses autres possessions, et surtout, sur sa famille. Qu'était-il advenu d'eux, avaient-ils aussi été changés en créatures vampiriques, ou prospéraient-ils en Drustvar loin de ces malédictions ? Dépendant ce qu'ils découvriraient, ils devront décider de remettre ces richesses à qui de droit, ou de les geler.
L'Ambassadeur de l'Alliance, le Baron Arkayn, fut informé de ces procédures, accédant aux rapports et aux preuves, voyant de lui-même la tête coupée du noble et la malédiction évidente qui marquait son teint comme ses yeux et ses dents. Cette tête revint ensuite à Dame Daerian, pour documenter leurs preuves du côté de l'Amirauté et ensuite, disposer dignement de cette carcasse.

L'enquête se poursuivra, sur les De Mausère et leur éventuelle implication avec le Thane de sang des Îles Brisées.

Révélation

Participants :
Navigneas de la Roche
Adaeline Beausoleil
Janella Daerian
Teagan Maletta
- Mentions d'implications mineures -
Shyrihanel Soleiltombant
Williams Arkayn



 

Modifié par Navigneas
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...