Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

L'Atelier

Nouvelle feature de Kuretar ! Retrouvez le projet dans nos dernières annonces.
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !
Lesfred Tertrebois

[Fiche Noblesse] Maison Tertrebois

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

image.thumb.png.e52620aacd9ddb77922130da3ac43d5d.png

Préambule :

L’on ignore exactement à quoi est due la chute du domaine Tertrebois. Les derniers rapports des villageois font état d’un air vicié, gorgé de maléfices pour les plus superstitieux et dont la putridité émanait du cimetière.

Les cueilleurs parlent d’une flore changeante et pas pour le mieux, avec la pousse de champignons non comestibles, des arbres jaunissant et se mourant, flétris, ainsi que des ronces envahissantes, remplaçant les fleurs et plantes faisant autrefois le bonheur des herboristes. Quant aux forestiers, il est fait mention d’une faune autrefois riche en cerfs, lapins et autres gibiers, troquée pour des chauves-souris et araignées plus grosses qu’un tronc d’arbre, proliférant dans le Fourré foisonnant, à l’Est.

Ce qui est certain et où tous les récits s’accordent, c’est que ledit domaine est désormais entre les mains du Sabbat. Si le fief tenait bon jusqu’alors, malgré la décrépitude des terres avoisinantes, la menace est venue de l’intérieur, avec l'infiltration d'une sorcière dans les rangs des serviteurs.

La supercherie ne fut dévoilée que trop tard et ce fut un déferlement d’engeances monstrueuses contre la palissade en bois du fief, des silhouettes humanoïdes comme sculptées dans le bois, faites de ronces, de racines et d’écorce.

Ainsi, le Sabbat a porté le coup de grâce au bourg et à une partie de ses habitants. Les survivants, guidés par Lesfred Tertrebois ont fait route vers l’Est, démunis et pour beaucoup endeuillés. Désormais arrivés à la Rade de Tiragarde et, pour la plupart, à Boralus, ils viennent contribuer à l’entassement des réfugiés à la Voie du Marin. Ces réfugiés ne manquent pas de transmettre les récents évènements cités précédemment, à qui veut bien les entendre, nourrissant les sombres nouvelles qui parviennent de Drustvar jusqu’à la capitale.

Edit : cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci, impliquant la reprise du fief avec l'aide d'autres Maisons nobles.

image.png.ffa00aab8c32a925cca784e1ad6bfbc2.png

Informations sur la Maison Tertrebois :

La Maison Tertrebois était isolationniste jusqu’à il y a peu, ne se préoccupant pas des vicissitudes de la cour et entretenant le minimum de contact avec d’autres nobles familles de Drustvar, à des fins commerciales. Ce qui explique la méconnaissance à son sujet, en dehors de la région. Coupés des mondanités, le climat peu chaleureux et le mode de vie rustique a fait de cette Maison des désintéressés, ne se targuant pas de bénéficier d’innombrables parures, joyaux et autres ornements.

Ayant un profond respect des animaux et de l’environnement, ainsi qu’une volonté de maintenir l’équilibre naturel sur leurs terres et celles avoisinantes, ils ont longtemps fait preuve d’autosuffisance pour ce qui concerne les ressources primaires. En effet, le bois à profusion permettait de chauffer les masures du fief, le gibier, la cueillette et les plantations à nourrir les sujets.

La Maison a pour devise, comme indiqué sous l’emblème : « Robuste est notre écorce. Profondes sont nos racines. » Soit une allusion évidente à l’environnement qui l’entoure et à la robustesse des Drustvari. Mais également au fait que, même s’il s’agit d’une petite Maison, elle compte à son actif de nombreuses générations, se voulant ainsi profondément ancrée dans la région, à défaut d’être connue.

Avec le domaine désormais entre les mains du Sabbat, la famille Tertrebois a rallié Boralus afin d’accompagner les siens, les aider du mieux que faire se peut, mais aussi pour sensibiliser d’autres Maisons nobles aux maux dont est en proie Drustvar. Poussée par une envie de vengeance, elle entend bien reprendre ses terres ancestrales et repousser les horreurs qui pullulent dans la région.

Edit : cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci, impliquant la reprise du fief avec l'aide d'autres Maisons nobles.

 

 

Focus sur l’arme familiale :

La Maison Tertrebois possède une arme de bonne renommée au niveau local, contribuant à l’affirmation de sa puissance nobiliaire au sein du fief. Cette arme est une marque de grand prestige dans l’histoire familiale, elle ne s'en séparerait pour rien au monde.

Il s’agit d’une hallebarde qui répond au nom de « Rugissante, Fléau-des-ours » avec une hampe en bois et de la fourrure de loup aux deux extrémités. Sur la partie métallique l’on peut apercevoir les vestiges d’inscriptions, selon l’inclinaison de l’arme par rapport à la lumière. Ces inscriptions effacées par le temps ne permettent pas de savoir s’il s’agissait d’écritures, de symboles ou de dessins.

Cette arme aurait servi à Melchior Tertrebois, afin de terrasser avec l’aide des gardes forestiers un ours enragé ayant massacré plusieurs cueilleurs. La bête en question a par la suite été dépecée, afin d’en faire un habit (cf. tenue d’apparat dans le focus sur la superstition).

Si l’arme a davantage une valeur symbolique aujourd’hui, les suspicions vont bon train parmi les sujets de la Maison, de génération en génération. Certains aiment à penser que l’arme d’hast en question est imprégnée de magie Drust. D’autres qu’elle fut bénie par les enchantements druidiques des Parlépines. Si la Maison Tertrebois n’a ni nié, ni affirmé ces versions, elle joue sur la part de mysticisme que peut susciter Rugissante, Fléau-des-ours. L’arme fut extirpée des griffes du Sabbat lors de la chute du domaine, emportée par les rescapés.

image.png.eaf5bae8694e9f415f407cb20be1ab06.png

Régence de la Maison Tertrebois :

Elle fut fondée par Elric Tertrebois (pour plus d’information, cf. Allégeance de la Maison Tertrebois).

Le dirigeant actuel est le seigneur Lesfred Tertrebois, succédant à son père Tobias. Il a guidé les membres de la famille éponyme, ainsi que ses sujets, jusqu’à Boralus, afin d’y quérir de l’aide et un lieu de refuge. L'héritier est le jeune Ranald, frère de Lesfred, si ce dernier venait à décéder sans laisser de descendance.

Arbre généalogique de la Maison Tertrebois.

image.thumb.png.ec90b48d33912c9b2bc9281de6f6233a.png

 

 

Membres éminents de la Maison Tertrebois :

Cercle proche de la famille :

- Lesfred Tertrebois (chef de famille),

- Elima Tertrebois (sœur de Lesfred),

- Merimit Tertrebois (sœur de Lesfred),

- Heideck Tertrebois (frère de Lesfred, herboriste et fidèle bras droit dans la gestion du fief),

- Ranald Tertrebois (plus jeune frère de Lesfred),

- Yngvild Tertrebois (capitaine des gardes forestiers, suite à la mort de son frère Kasper),

- Louen Tertrebois (eaugure, auteur du livre Compendium des Drust, cf. Focus sur la superstition et religion au sein de la Maison Tertrebois),

- Wilhelm Tertrebois (vieil oncle fauconnier de Lesfred, veuf et sans descendance).

Autre :

- Freib Korenid (capitaine de la garde),

- Ildiana Foster (herboriste),

- Harold Foster (tanneur),

- Élise Loccuth (préceptrice en charge de l'éducation de Ranald, notamment),

- Amedy de Val-Archer (gouvernante).

 

 

Allégeance de la Maison Tertrebois :

image.png.53c069550878932e0ee592935ad3c47b.png  

La Maison Tertrebois est loyale envers la Maison Malvoie (Drustvar).

De génération en génération, l’histoire se transmet par voie orale, comme quoi Elric Tertrebois, le fondateur de la Maison éponyme, était au côté des colons humains combattant contre les Drust, à la bataille de la Ferté-d’Arom, au sein des troupes du colonel Arom Malvoie. Suite à la défaite desdits Drust, Arom Malvoie fut élevé au rang de seigneur, en récompense de sa bravoure, avant de fonder la Maison du même nom.

C’est dans la foulée et suite à cette victoire, mettant un terme aux conflits, que la Maison Tertrebois aurait juré allégeance à la Maison Malvoie, s’implantant par la même occasion à l’Est des montagnes. L’histoire remontant cependant à plusieurs centaines d’années et comme aucun écrit ne relate ces faits, il est difficile de corroborer les propos tenus par les membres actuels de la famille, quant à leur lignée.

image.png.50fc43bb8f8c25e8176980b342e23a9c.png

Focus sur la superstition et la religion au sein de la Maison Tertrebois :

La Maison Tertrebois est située à proximité de stèles et artéfacts d’archéologie Drust, qui leur ont permis d’en apprendre davantage sur l'histoire et certaines coutumes de cette société. Il est malheureusement impossible de dater ces événements les uns par rapport aux autres, et donc de déterminer une chronologie précise.

Il n’empêche, un grand travail d’archivage, de collecte d’informations et de retranscription a été réalisé par Louen Tertrebois, qui vit généralement reclus du reste de la famille, préférant la communion avec la nature. Ce dernier est l’auteur de l’ouvrage Compendium des Drust, un livre qui relate ses découvertes sur ladite race et comment les Parlépines enseignèrent les anciennes coutumes druidiques, aux humains de Kul Tiras, qui entendaient l'appel de la nature (ID du gob livre : 10000870).

L’ordre druidique de Kultirassiens s’entrainant selon les anciennes méthodes Drust semble avoir pratiquement disparu. Néanmoins, leur proximité géographique, quelque part dans les montagnes qui surplombent le bourg, est étroitement liée aux superstitions des locaux. Il y a une forte influence, supérieure à la religion prônée par les Eaugures dans ce coin de la région, accessoirement due à un manque de proximité avec la mer et l’absence d’activités maritimes.

Ce mysticisme et ces pratiques, liés à la vie en communion avec la nature, imprègnent tant les coutumes de la Maison Tertrebois que cela se répercute dans plusieurs domaines :

- Dans les usages de plantes médicinales, l’activité d’herboristerie,

- Dans l’emblème de la Maison, dont le cerf représenté est une allusion directe à Athair le cerf blanc, nommé également le « Cœur de la forêt »,

- Dans le respect à l’égard de la faune et de la flore,

- Dans les cérémonies, fêtes, mariages, rites au cours de la vie selon l’âge,

- Dans certaines tenues d’apparat : il est par exemple transmis au chef de la Maison Tertrebois, de génération en génération, un habit dont la cape, les épaulières et le couvre-chef sont issus du même ours, terrassé avec l'arme Rugissante, Fléau-des-ours.

La Maison Tertrebois semble très attachée à ses valeurs et fait preuve d’une superstition indéniable. Même s’ils peuvent comprendre la déconnexion de la majorité des autres Maisons nobles quant à leur culture, très locale, ils ne supportent pas l’idée de faire l’objet de moqueries ouvertes, à l’égard de ce que certains considèreraient comme des coutumes tribales.

image.png.82f9adbde2cfa6eb7d79fe245d82fb4e.png

Focus sur le domaine :

Le domaine Tertrebois est situé sur le grand terrain de chasse de Ruisseval, à l’intersection entre Chasseru, valon boisé peuplé de gibier, et le cimetière. Il s’agit d’un pavillon de chasse avec quelques masures et une palissade en bois, très rustique, en plein milieu de la forêt, qui regorgeait autrefois d’une faune et flore riche en diversité.

 

Emplacement du domaine indiqué sur la carte.

 

7gRxQDE.jpg

 

 

L’endroit se situe en haut d’une petite butte, parsemée de gros rochers, créant une défense naturelle. Le reste, facile d’accès, a vu la création de la palissade en bois pour éviter l’intrusion de prédateurs trop audacieux. Le lieu est envahi par de la végétation en tout genre et des arbres gigantesques, aussi bien autour qu’au sein du domaine. La vigie, une sorte d’élévation en bois, juchée en haut d’un promontoire rocailleux et côtoyant la cime des arbres, offre une vue panoramique aux gardes forestiers.

La demeure de la Maison Tertrebois est une maison surélevée, au-dessus d'un gros rocher, dépassant en taille les autres masures. Elle est plus conséquente, avec deux balcons, en capacité d'accueillir l'ensemble de la famille, cercle éloigné compris.

Edit : cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci, impliquant la reprise du fief avec l'aide d'autres Maisons nobles.

La demeure, tout comme le reste du fief, ont connu d'importants travaux de rénovation une fois la reconquête du fief achevée.

 

 

Le domaine, pendant et après l’occupation du Sabbat.

 

image.gif.4fd48f022439c9023330e76fa2d0e3c4.gif

 

image.gif.f0a784e22c627bfe8160f45ba00e5189.gif

 

image.gif.da63a1d6b8b514615873d4adbdc85c4a.gif

 

 

La résidence à Boralus :

Les Tertrebois possèdent un hôtel particulier très simple et rustique en son intérieur, au Haut-Quartier : quatre pièces tout au plus, rien de faramineux donc. Il n’y a qu’une faible poignée de domestiques, il s'agit ici d'avoir un pied-à-terre à la capitale avec le confort minimal. Il se situe entre la rue principale et le Café de la coupole, surplombant ce dernier.
L'hôtel trouve son originalité dans sa serre, qui sert de devanture au bâtiment. L'endroit y est exploité par les herboristes de la Maison, pour y entretenir des fleurs embellissant l'endroit, mais aussi des plantes, à des fins alchimiques. Les connaissances de la Maison Tertrebois peuvent y obtenir, de la main des herboristes, des sacs de fleurs et plantes diverses sur demande.

 

 

Emplacement de l'hôtel particulier (entre la rue principale et le Café de la coupole).

Révélation

image.thumb.png.8c5325cc2f2ee7099f5df969ba97a773.png

image.thumb.png.405e66aa4a9b25743e3a16a57343c8c9.png

 

image.png.ffa00aab8c32a925cca784e1ad6bfbc2.png

La réputation financière de la Maison :

Cette Maison n’est pas connue pour avoir une situation financière confortable. Elle est plutôt médiocre, les anciennes ressources générées dans le domaine servant avant tout à subvenir aux besoins des sujets et de la famille.

Lorsque le domaine était encore debout, Tertrebois échangeait avec ceux du lopin de terre des Aubepin, à l’Est, au niveau du pont reliant à la Rade de Tiragarde.

La vente de diverses ressources (plantes médicinales, quelques denrées qui poussent en forêt, des fourrures d’animaux et de la viande) à Havrebrune, le village le plus proche, permettait de dégager quelques rentrées d’argent.

Désormais à la capitale, certains transmettent leur savoir-faire en termes de chasse, de confection de flèches et d’herboristerie, prêtant main forte dans ces domaines, afin de générer de maigres rentrées d’argent. Mais les différences culturelles quant à l’herboristerie, par exemple, amènent certains à considérer les pratiques comme d’inspiration druidique, voire chamanique pour les plus demeurés, nourrissant une certaine méfiance et ne favorisant pas l’intégration.

Edit : cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci, impliquant la reprise du fief avec l'aide d'autres Maisons nobles. Le retour au domaine a permis de reprendre les activités de chasse, cueillette, bûcheronnage, confection de potions, etc. Fort de ses nouvelles relations tissées au cours de la reconquête de la région, mais aussi lors de leur séjour à la capitale, les Tertrebois entendent bien en tirer profit au travers d'échanges commerciaux.

Edit : cf. message du 27/08/2019, les rentrées d'argent se font plus conséquentes. La Maison jouit de bonnes relations avec d'autres, favorisant la mise en place d'accords commerciaux. Cela accélère la reconstruction du domaine, mais aussi une diversification dans les ressources produites et commerces propres à la Maison, afin d'améliorer cette situation financière.

 

La réputation militaire de la Maison :

Les forces de la Maison Tertrebois n’ont pas connu de conflit armé depuis longtemps et les décennies se sont écoulées avec comme principale directive le dur labeur pour nourrir son foyer et le réchauffer.

Ce ne sont donc pas les meilleurs soldats, pour ceux qui restent après la perte du domaine, si l’on considère l’entrainement militaire. En revanche, ils font preuve d’une certaine robustesse, du fait de leur mode de vie difficile dans la forêt, au pied des montagnes, avec un climat rude.

Là où la Maison trouve sa force est en ses gardes forestiers, qui font d’excellents attaquants à distance. Ils ne sont certes pas nombreux, mais leur précision à l’arc est plus que convenable, dans la mesure où ils ont longuement été sollicités pour la chasse de prédateurs, comme les rôdeurs frissebrume et, plus récemment, les tisseuses venimeuses ou chauve-souris des forêts. Ces forestiers savent également se battre à cheval, constituant une unité montée d’attaque à distance redoutable pour harceler l’ennemi et assurer une couverture rapide.

De manière générale, les hommes de la Maison Tertrebois sont de mauvais marins, du fait de leur vie passée sur la terre ferme, dans les bois. En revanche, ils font des combattants convenables lorsqu’il s’agit d’un affrontement dans un environnement dense et feuillu, utilisant le décor à leur avantage.

Suite à la chute du domaine, il ne reste qu’une quinzaine de gardes et une vingtaine de forestiers. Peu nombreux, ils font cependant preuve d’une grande loyauté et d’un patriotisme indéniable, comme ils étaient majoritairement résidents de Tertrebois, avec leurs propres foyers et familles. Ils sont davantage mus par les idées de vengeance et de reconquête, que par l’appât du gain. Le seigneur Lesfred se targue de connaitre le nom de chacun de ses hommes.

Edit : cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci, impliquant la reprise du fief avec l'aide d'autres Maisons nobles. La reprise du fief a causé de lourdes pertes parmi les dernières forces restantes de la Maison Tertrebois. Les troupes se reconstituent progressivement parmi les survivants et d'autres Drustvaris désireux de rejoindre les rangs.

Edit : cf. message du 31/07/2019, avec les vœux de vassalité de la Maison Ruisseval. Ces forces se joignant à celles des Tertrebois viennent ainsi améliorer la situation militaire. La Maison évolue donc, grossissant ses effectifs afin de remplacer ceux tombés au cours de la reconquête de Drustvar.

 

Faits connus, à ce jour, en relation avec la Maison Tertrebois (par ordre chronologique) :

 

La famille Tertrebois a débarqué à la capitale (le 10/05/2019), privatisant un hôtel au Haut-Quartier.

Le seigneur Lesfred a mis en place des opérations de chasse dans la région de la Rade pour soutenir les réfugiés de la Voie du Marin.

La Maison s'est investie dans la reconquête de Drustvar (cf. trame Drustvar dans la timeline), où Lesfred, Heideck et Yngvild Tertrebois ont pu s'illustrer.

Reprise du domaine familial de la Maison Tertrebois avec l'aide d'autres Maisons nobles (cf. message du 09/07/2019, à la suite de celui-ci).

Le capitaine des gardes forestiers et cousin de Lesfred, Kasper Tertrebois, est tombé au cours de la reprise du domaine.

La reprise du fief a conduit les réfugiés de la Maison à retourner vivre à Drustvar, afin de reconstruire le domaine qui reprend vie et produit à nouveau.

La Maison Ruisseval a fait vœux de vassalité à l'égard de la Maison Tertrebois (cf. message du 31/07/2019, à la suite de celui-ci).

Rapprochement entre Maison Tertrebois et Maison Dreux, via la signature d'un accord commercial (cf. message du 27/08/2019, à la suite de celui-ci).

Rapprochement entre Maison Tertrebois et l'Alliance, via la signature d'un accord commercial (cf. message du 15/09/2019, à la suite de celui-ci).

Rapprochement entre Maison Tertrebois et Maison Ferwight, via la signature d'un accord commercial (cf. message du 15/09/2019, à la suite de celui-ci).

Inauguration de la librairie Tertrebois, par la demoiselle Merimit, en présence de plusieurs nobles (cf. message du 16/09/2019, à la suite de celui-ci).

Rédaction du livre Plantes et herbes drustvaris par Heideck Tertrebois (ID du livre : 10002127), diffusé par l'intermédiaire de la librairie familiale.

La rénovation du domaine à Drustvar est désormais terminée (le 16/09/2018), grâce à l'aide notamment des nouveaux partenaires commerciaux.

 

image.png.ffa00aab8c32a925cca784e1ad6bfbc2.png

 

Informations HRP :

Ouverture aux recrutements : Oui si l’individu est originaire de Kul Tiras. Les autres membres de l'Alliance peuvent être pris en considération pour des contrats de manière ponctuelle, à voir au cas par cas, dans le cadre du rapprochement de la Maison avec la faction, sur le plan commercial notamment.

Le livre Compendium des Drust a bel et bien été rédigé, faisant l’objet de scènes RP pour la recherche des stèles. L’ID du gob est 10000870 sachant que, à ce jour, il en existe assez peu d’exemplaires à travers Kul Tiras.

Le domaine est en libre accès (.t tertrebois). Il est désormais pleinement accessible car repris d'entre les mains du Sabbat. Néanmoins, n’hésitez pas à me contacter pour plus de précisions, visite ou autre (Lesfred en jeu, Lesfred Tertrebois sur Discord).

En plus du domaine, l'hôtel particulier est lui aussi en libre accès, via le Haut-Quartier, sa localisation ayant été précisée précédemment (ou bien via .t tertrehouse pour arriver directement à l'intérieur, en cas de motif valable).

Merci à Yngvild Tertrebois (Prosper sur le forum) pour les blasons des Maisons Ruisseval et Tertrebois, ainsi que l’arbre généalogique.

 

 

Inspirations :

La Maison, son contexte, ses superstitions sont un mélange d’inspirations celtiques et scandinaves.

Le logo et certaines descriptions rappelleront éventuellement pour certains des éléments de Skyrim, plus précisément Épervine.

Les gardes forestiers de la Maison Tertrebois sont inspirés des rangers de l’Ithilien, dans le Seigneur des Anneaux.

image.png

image.png

image.png

image.png

image.png

image.png

image.png

image.gif

image.png

image.png

image.jpeg

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 18
  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mise à jour le 26/05/2019, ajout d'éléments dans la partie "faits connus, à ce jour, en relation avec la Maison Tertrebois" ainsi que d'autres informations éparses dans la fiche.

Concernant les derniers faits connus ajoutés, cela fait écho à l'une des scènes décrite sur le sujet des nouvelles du Haut-Quartier.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Mise à jour le 09/07/2019.

Mort de Kasper, capitaine des gardes forestiers et cousin du seigneur Lesfred Tertrebois.

Le domaine étant désormais repris, .t tertrebois vous conduira au fief en reconstruction à ce jour.

La description ci-dessous fait suite à une autre scène que je ne peux que vivement vous conseiller de lire ici.

image.png.126a8ecb291da8e6e99077386a116d90.png

La reprise du cimetière Tertrebois, à Drustvar, a laissé le champ libre aux troupes des différentes Maisons nobles, afin de reprendre le domaine.

Le fief de la Maison Tertrebois étant entre les mains du Sabbat, l'approche était la suivante : vider l'enceinte du domaine, de ses occupants maléfiques, en créant une diversion à l'extérieur de la palissade. Le gros des forces des Maisons Kendrick, Rocambeau, Peinsbourg, Ancrenoire, Deauclaire, Dreux, Tertrebois et Griseaube ont donc assiégé le fief, amenant leurs opposants confiants à faire une sortie afin de les bouter.

Si le reste du groupe a, en parallèle, pris le temps de purger le cimetière à moins d'une lieue, c'est pour la bonne raison. En effet, il était convenu d'emprunter la crypte de la famille Tertrebois, reliée par un passage souterrain jusqu'à l'enceinte du fief, et ainsi passer derrière les lignes ennemis pour couper la tête du serpent.

Le plan ne se passa pas exactement comme prévu. Si le cimetière a été purgé en long et en large, la descente dans la crypte familiale a conduit les individus à résoudre une énigme, afin d'accéder au souterrain en question. Le mécanisme lié à ladite énigme étant piégé, le noble Kasper Tertrebois, cousin du seigneur Lesfred et capitaine des gardes forestiers fut empalé au niveau du bras, jusqu'à l'épaule. La perte de sang bien trop importante, couplée au choc de la blessure, auront eu raison de lui.

Une fois le mécanisme déjoué, le restant du groupe continua sa progression, s'en tenant au plan initial. Ils passèrent donc comme prévu derrière les lignes ennemies et le combat s'engagea à même la rue, dans l'enceinte du fief. La majorité des forces du Sabbat étant déployées hors des murs pour bouter les soldats constituant la diversion.
La troupe progressa à l'intérieur avec difficulté, se frottant aux dernières sorcières et sbires restants. Le combat fut rude, notamment lorqu'une meute de familiers maléficieux - chiens constitués d'écorce, tendons et gorgés de magie Drust - se jeta sur leurs opposants.

Après Kasper, l'heure de l'appel funeste sonna pour le capitaine Joseph Poudrenoire, de la Maison Rocambeau. Après avoir essuyé plusieurs coups des familiers enragés, ce dernier fut sous l'emprise d'un sortilège Drust et, malgré plusieurs tentatives, dans l'incapacité d'en sortir. Alors inconscient et gisant au sol, ce sont pas moins de trois actions héroïques, en vue de le sauver, qui échouèrent.

Le restant du groupe, bien que blessé pour la majorité, s'empressa de terrasser la dernière sorcière, à la tête des forces occupant le fief : une vile matriarche à l'allure spectrale, se détachant du sol en lévitant, le corps meurtri et paré d'effigies gorgées de magie Drust. La redoutable adversaire fut d'autant plus dur à terrasser que le groupe était déjà à bout de souffle après la meute de familiers maléficieux et, pour beaucoup, blessés ainsi que démoralisés suite à la mort du capitaine Poudrenoire.


À l'extérieur, le bilan n'a rien à envier également. Si les forces des différentes Maisons sortent gagnantes, il s'agit ni plus ni moins d'une victoire à la Pyrrhus : les pertes humaines sont lourdes, toutes Maisons confondues, à hauteur de leur apport dans cette campagne Drustvari.

Point de chant de la victoire pour les nobles, les travaux de rénovation seront longs afin que le fief retrouve un semblant de superbe. Le seigneur Lesfred a déjà fait savoir que chaque personne ayant contribué à la reprise du domaine sera non seulement la bienvenue, mais que les défunts de chaque Maison pourront être enterrés au sein même du cimetière Tertrebois ; proposition acceptée par la majorité des dirigeants, dans un souci de mémoire et en l'honneur des tombés.

Les personnes qui suivent ont été impliquées, soit dans la reprise du cimetière Tertrebois, soit dans la reprise du domaine, soit dans les deux. Elles ont gagné en estime aux yeux de la Maison Tertrebois. Personnes impliquées : Marv Orlombus, Élie Griseaube, Lilya de Veillepin, Joseph Poudrenoire, Argos Duhembre, Ariella de Rocambeau, Cléandre Hautvol, Cyrène Bouclevent, Elisa Dreux, Kasper Tertrebois, Grey Kendrick, Hélioth Vivécume, Océane Hautvol, Pacôme Couterelle, Viktor D. Kolt, Virgile Fend-Lieues, Lyanna Corbevoie, Nico Okärr, Ildegar Noirbois et Lesfred Tertrebois.

Instant immortalisé ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.50ac661ebf1053bb9b368314e1949675.png

image.thumb.png.49f0cb2f11e46a5d9de0925e392e17f4.png

image.thumb.png.20f91e73722181ccffdb84f40488ee1c.png

image.thumb.png.6e4eabf357230a7bddf07cf2d6561a4e.png

image.thumb.png.202545b7ed094ca3a62acebd7fd5ba91.png

image.thumb.png.22c5c8239f07a5687f768fbfe39dd8ba.png

image.thumb.png.74b7eb0d51540f95ea611fbce2bfeb23.png

image.thumb.png.20a429036fc7db277c8855a3f39442de.png

image.thumb.png.c0a601ba7f46cf80ffce4ffd14bd950c.png

image.thumb.png.86b5c563019fa872e248daa6878e69b2.png

image.thumb.png.42f3998d41a053b0c7d42da14ab71f55.png

image.thumb.png.67f56bec0f20e8fc02cb3139cfa0717b.png

 

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sire Heideck Tertrebois

 

Heideck Tertrebois est le frère puîné de Lesfred Tertrebois. Membre éminent de la Maison Tertrebois, quiconque la connaît a déjà entendu parler d’Heideck.

Un mois auparavant tombait le domaine Tertrebois suite aux assauts répétés du Sabbat. Alors que la majeure partie des Tertrebois décida de rallier la capitale pour y trouver refuge, Heideck s’enfuit dans les bois avoisinants. La divergence des chemins de fuite mena au schisme familial qui en inquiéta plus d’un. Dans sa fuite, il tomba sur un groupe de forestiers mené par les forestiers Rebecca et Wons. Bien qu’il sût que ses frères et sœurs iraient se mettre en sécurité à Boralus, il ne put laisser les forestiers qui avaient ostensiblement besoin d’aide pour se défendre non seulement face au Sabbat, mais également face aux diverses menaces qui peuplent les bois drustvaris. Il passa alors plus d’un mois dans les bois avec eux, faisant fi de sa condition de noble et acceptant de vivre dans des conditions peu confortables, considérant qu’il était bien plus utile là qu’à la capitale. Étant donné l’amour profond d’Heideck pour la nature, l’expérience ne lui parut pas tant désagréable que ça.

Un heureux hasard fit que Lesfred et son groupe composé de nobles et de soldats entendirent parler de la situation des forestiers, qui avaient besoin d’aide pour libérer le glacier de Gol Koval de l’emprise de la magie Drust. Ce fut alors le temps des retrouvailles pour les frères Tertrebois, et également l’occasion pour Heideck de revoir sa cousine Yngvild. Il put ainsi rejoindre le groupe et les aider à atteindre leur objectif : permettre la pacification de Drustvar.

         

Ayant renoué contact avec la civilisation, Heideck peut désormais participer activement à la libération de Drustvar et à la guerre contre le Sabbat. Il est mu par un désir de vengeance contre ces sorcières : premièrement pour l’attaque et la destruction partielle du domaine Tertrebois, mais aussi et surtout pour le meurtre de son cousin Kasper, ancien capitaine des garde-forestiers de la Maison. Il souhaite également que Drustvar redevienne une région calme et prospère comme elle a pu l’être jadis.

Dans cette campagne militaire, les talents d’épéiste d’Heideck sont mis à rude épreuve. Depuis sa fuite du domaine Tertrebois, le tranchant de sa lame a été souillé du sang de bien plus d’une sorcière. Cela n’est pas pour lui déplaire car, en plus d’être un noble, Heideck est un guerrier. Il prend un malin plaisir à combattre à l’épée depuis son adolescence, période à laquelle il a commencé à apprendre à manier l’arme. Ainsi, nul doute qu’il s’illustrera dans les prochaines batailles à mener. 

Bien qu'il n'ait que 21 ans, Heideck possède également des talents indubitables en herboristerie et par conséquent en alchimie, tout du moins quand cela concerne les plantes et herbes que l’on peut trouver dans Drustvar. Il est de notoriété publique chez qui connaît les Tertrebois qu’Heideck est l’un des meilleurs herboristes de la Maison. Cela se justifie par le fait qu’il a montré dès son plus jeune âge un intérêt particulier pour les végétaux qui occupent le sol des forêts drustvaris. Accompagné de ses aînés, il a d’abord appris à reconnaître ces derniers, à les cueillir et enfin à les utiliser en bonne et due forme. Le monde de la noblesse pouvant parfois être le monde de la trahison et des coups bas, on lui a rapidement appris à reconnaître un poison à l’odeur et à concocter des antidotes pour les poisons les plus courants à l’aide de plantes facilement et rapidement trouvables. Gare à celui qui a des différends avec les Tertrebois, car Heideck sait également confectionner ces poisons… Étant quelqu’un de profondément bienveillant, il n’a jamais eu besoin de le faire. Il préfère utiliser ses connaissances pour fabriquer des potions de soin, des onguents ou encore des anti-douleurs et médicaments en tout genre pour guérir les maladies. Il lui arrive parfois, avant une bataille et quand il a le temps, d’élaborer diverses huiles et essences à appliquer sur une lame. Une blessure provoquée par une lame ointe d’une telle substance aura tendance à s’infecter et se développer rapidement.

L’amour, l’intérêt et le respect dont Heideck Tertrebois fait preuve pour la nature sont très profonds, et ce depuis aussi longtemps qu’il s’en souvienne. Ayant vécu au contact de la nature depuis toujours, il a pu se forger une connaissance très développée sur la faune et la flore de la région. Ses nombreuses expéditions dans les bois et parties de chasse en compagnie de sa famille lui ont permis de conserver une excellente forme physique. Bien qu’il n’ait pas la stature imposante de son frère Lesfred, il n’a rien à lui envier de son agilité ou de ses muscles.

Bien qu’Heideck apprécie les mondanités et l’ambiance chaleureuse du Haut-Quartier de Boralus, il préfère de loin la vie dans le domaine Tertrebois de Drustvar. Cela ne lui empêche bien sûr pas d’être très poli, plus ou moins respectueux de l’étiquette, et l’image qu’il a chez la noblesse Kul Tirassienne est très bonne. Il dispose d’un certain talent d’éloquence qui a pu se confirmer à maintes reprises. Il fait toujours bonne figure. Bien qu’il apprécie grandement l’humour en petit comité, voire la gentille moquerie, il reste quelqu’un de fondamentalement gentil, dévoué, altruiste et bienveillant.

f554833cc482c555529b7c6c01d479d1.jpg

 

 

Modifié par Heideck Tertrebois
  • Like 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

image.thumb.png.2d12a8d05a79d800b230b809943a8095.png

 

MAISON RUISSEVAL

image.png.72d060961cd2526d81943c935b663cb7.png

Préambule :

 

La Maison Ruisseval est constituée en un pavillon sur le terrain de chasse éponyme. Il s'agit d'un hameau regroupant une poignée d'habitations où des familles de tanneurs y exercent leurs pratiques depuis plusieurs générations. Le seul élément qui vaut le détour par l'endroit et qui tranche avec la modestie du bourg est une tour imposante, à même le flanc de falaise. Cette tour constitue la demeure ancestrale de la famille régente de l'endroit. Ce qui se trouve à l'intérieur reste peu clair, puisque les propriétaires des lieux n'avaient pas jusqu'alors pour habitude de recevoir. Certaines spéculations font état d'une bibliothèque, d'autres d'étages dédiés à la collection de trophées de chasse, avec des têtes empaillées et des fourrures épaisses. Pour les autochtones, la tour a toujours été là, bien avant les générations de leurs parents, et que c’est son implantation qui aurait incité la sortie de terre d’autres masures.

Le gibier en abondance sur le terrain de chasse dans la vallée, représenté par une tête de sanglier, ainsi que ladite tour constituent les éléments symbolisant le nouveau blason, fraichement créé de la Maison Ruisseval.

La petite bourgade est tombée entre les mains du Sabbat il y a plusieurs mois de cela et au même titre que le reste des terres avoisinantes de Drustvar. Avec la reprise du domaine de la Maison Tertrebois, situé non loin, les familles de tanneurs encore en vie sont revenues s'installer sur place, délaissant le camp de réfugiés à Boralus pour retrouver leurs foyers délabrés. La rénovation est coûteuse et c'est sous la poigne de fer de leur régent que le pavillon retrouve peu à peu de sa superbe. Comme un malheur n’arrive jamais seul, un éboulement de terrain a plus récemment emporté deux masures de la bourgade, alors fraichement reprise, n’arrangeant en rien la situation. C’est également une des motivations du seigneur de Ruisseval de se rapprocher de la Maison Tertrebois.

Aperçu du domaine de Ruisseval.

Révélation

image.thumb.png.27a07c4cd4ab5fd3142b2ede6fffe414.png

image.thumb.png.f24f98546b54b7e13ada33bd6560786f.png

image.thumb.png.1a47c66783cb3db228b47e056c59bbca.png

image.thumb.png.c9b219b2e4f7021ca46cb2390cefeed9.png

image.thumb.png.b3be094e4591e45cfe28239250277577.png

image.thumb.png.fbea9b2edd825c573b85bb5a77e44171.png

image.thumb.png.71fc812ad01db0123771b0d77126f1ee.png

image.thumb.png.fb331a8203ef83f5ceeb8381ec05024c.png

 

Les vœux de vassalité ont été officialisés au domaine Tertrebois, à la fin du septième mois. Étaient présents, pour témoigner de cette cérémonie, Mademoiselle Adèle Deauclaire, Amedy de Val-Archer, Madame Aïleen Lovell, Yngvild Tertrebois, le connétable Adaeron Ventis, ainsi que les seigneurs Grey Kendrick, Élie Griseaube, Terrence Howard, Walter Ancrenoire, Thomasin de Ruisseval et Lesfred Tertrebois.

Le cercle proche de la noblesse alors convié à l'événement aura ensuite été reçu dans la demeure du seigneur Tertrebois, pour y dîner. La reconquête de Drustvar ayant toujours lieu à cette date, bon nombre de ces Maisons, y compris Thomasin de Ruisseval et les hommes de la Maison éponyme, auront fait route à nouveau pour le front, dès le lendemain matin.

Instant immortalisé ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.2e8cca73f2d7fb660ee625f4c08e2bb1.png

image.thumb.png.fc4608ce8c9e6f98083e9e731693c1e8.png

image.thumb.png.6e82bf3766a38ab31ecce864e8d5bd58.png

image.thumb.png.c9dd5d107fa13bf803e88c2f7b1155a0.png

image.thumb.png.3c9b6582ecdcaaae1d320ec5a21b0172.png

image.thumb.png.8b78a20bbcd0000813bc2b7dc7494d91.png

image.thumb.png.06c1137d3b10c5c5414887c94bead7be.png

image.thumb.png.9477dfca65e569c9ca3de362c74d0c62.png

image.png.84f2b0409cea606a770231780b62b564.png

Régence :

 

L'endroit est administré par Leudéric de Ruisseval. La famille régente des lieux n'est connue que localement, parmi les petites Maisons de Drustvar. Elle est associée à une mauvaise fortune puisque tous les ascendants de Leudéric sont morts, soit de maladies, soit à cause du Sabbat. De la famille, il ne reste à ce jour que trois membres encore en vie, en l'occurrence le régent du pavillon susnommé, son cousin Thomasin et sa cousine Solène.

À la suite de la reprise du domaine Tertrebois et donc du repeuplement des terres avoisinantes, la Maison Ruisseval a juré allégeance à la Maison Tertrebois. En échange de sa loyauté et naturellement d'une part des ressources et des hommes armés en cas de conflit, elle se voit désormais bénéficier de la protection des Tertrebois. Par ses vœux de vassalité, la Maison Ruisseval entend bien mettre à l'abri ce qu'il reste de sa famille et de ses sujets, en se rangeant sous l'égide d'une Maison plus conséquente que la sienne.

 

image.png.fb41896f768ed170f1ec40638153fee9.png

 

Ressources :

 

Ruisseval se situe à l'Est du Mont Cortis, aux abords du Fourré foisonnant. L'emplacement du pavillon offre peu de perspectives en termes de ressources, le bois et les plantes se trouvant plutôt en contrebas de la vallée. En revanche, au même titre que le reste du terrain de chasse, l'endroit fait preuve d'une abondance de gibier et  en tout genre.

On y trouve notamment plusieurs biches des montagnes, des chèvres alpines et leurs chevreaux sautecombe, des écureuils des montagnes, éperviers alpins, lièvres, et même dans les coins les plus dangereux des yétis frissepoil si l'on gagne en altitude. L'endroit giboyeux offre donc quelques maigres opportunités aux habitants du pavillon Ruisseval, la viande servant à nourrir les familles et les peaux, une fois traitées, à commercer.

 

 

image.png

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Accord commercial entre Maisons de Drustvar

image.png.ca6fe981a096a149e65eac6f1c0ce242.png

Mise à jour des faits connus relatifs à la Maison Tertrebois (cf. post initial).

Aujourd'hui s'est tenu un entretien entre les dignitaires de la Maison Tertrebois et ceux de la Maison Dreux. Les deux Maisons ont respectivement été représentées par Heideck Tertrebois et Elisa Dreux. Cela s'inscrit dans la continué d'un précédent échange, il y a quelques jours, ayant suivi la reprise du domaine de la Maison Dreux à Drustvar, jusqu'alors entre les mains du Sabbat. Le souhait d'un rapprochement est fort, dans la mesure où les deux domaines se situent proches l'un de l'autre d'un point de vue géographique. La volonté de signer un accord commercial mutuellement bénéfique entre les Dreux et Tertrebois s'inscrit dans la suite de leurs relations cordiales, après avoir bataillé ensemble, avec d'autres Maisons, dans le cadre de la reconquête de Drustvar.

Après avoir été reçus, les nobles des deux Maisons ont inspecté à tour de rôle les échantillons des différents produits faisant l'objet du traité. En l'occurrence, une arme en foudrargent pour les Dreux, des plantes, fourrures et potions pour les Tertrebois. Satisfaits, les deux parties ont donc encré leurs souhaits d'un rapprochement par la voie du commerce, en ratifiant l'accord d'échange. Ont été témoins de la mise en place de cet accord, en plus des deux signataires : Redfield Dubois, Hildebrand Vergy, Yngvild et Wilhelm Tertrebois.

Instant immortalisé ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.43b39ea535e08732ce8b17a32d45486b.png

image.thumb.png.46437eb8000e325b0561bd28c1f0ac60.png

image.thumb.png.69f641b54b2d8d4127d0eaa7de5e9908.png

image.thumb.png.a56bcc1e145d76fb2f47d1b9da3cf8e8.png

image.thumb.png.6b99bfc15676ad7550146b27c824e197.png

image.thumb.png.4dc00a0313fd7cca277b45944c663261.png

image.thumb.png.299d96e85b8e89b3d963ca7b20f646e1.png

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Seigneur Lesfred Tertrebois

image.png.067090ef863583ff6adbb098efc8c3b9.png

La relation entre Lesfred et le Domaine de la Maison Tertrebois :

L’on ignore exactement à quoi est due la chute du domaine Tertrebois. Les derniers rapports des villageois font état d’un air vicié, gorgé de maléfices pour les plus superstitieux et dont la putridité émanait du cimetière. Les cueilleurs parlent d’une flore changeante et pas pour le mieux, avec la pousse de champignons non comestibles, des arbres jaunissant et se mourant, flétris, ainsi que des ronces envahissantes, remplaçant les fleurs et plantes faisant autrefois le bonheur des herboristes. Quant aux forestiers, il est fait mention d’une faune autrefois riche en cerfs, lapins et autres gibiers, troqués pour des chauves-souris et araignées plus grosses qu’un tronc d’arbre, proliférant dans le Fourré foisonnant, à l’Est.

Ce qui est certain et où tous les récits s’accordent, c’est que ledit domaine est désormais entre les mains du Sabbat. Si le fief tenait bon jusqu’alors, malgré la décrépitude des terres avoisinantes, la menace est venue de l’intérieur, avec l'infiltration d'une sorcière dans les rangs des serviteurs. La supercherie ne fut dévoilée que trop tard et ce fut un déferlement d’engeances monstrueuses contre la palissade en bois du fief, des silhouettes humanoïdes comme sculptées dans le bois, faites de ronces, de racines et d’écorce.

Ainsi, le Sabbat a porté le coup de grâce au bourg et à une partie de ses habitants. C'est dans ces tourments qu'intervient le fils aîné de Tobias et Lisbeth. Les survivants, guidés par Lesfred Tertrebois, ont fait route vers l’Est, démunis et pour beaucoup endeuillés. Arrivés par la suite à la Rade de Tiragarde et, pour la plupart, à Boralus, ils sont venus contribuer à l’entassement des réfugiés à la Voie du Marin. Ces réfugiés n'ont alors pas manqué de transmettre les évènements cités précédemment, à qui voulait bien les entendre, nourrissant les sombres nouvelles de Drustvar jusqu’à la capitale.

La Maison Tertrebois était isolationniste jusqu’à il y a peu, ne se préoccupant pas des vicissitudes de la cour et entretenant le minimum de contact avec d’autres nobles familles de Drustvar, à des fins commerciales. Coupés des mondanités, le climat peu chaleureux et le mode de vie rustique a fait de cette Maison des désintéressés, ne se targuant pas de bénéficier d’innombrables parures, joyaux et autres ornements.

Ayant un profond respect des animaux et de l’environnement, ainsi qu’une volonté de maintenir l’équilibre naturel sur leurs terres et celles avoisinantes, ils ont longtemps fait preuve d’autosuffisance pour ce qui concerne les ressources primaires. En effet, le bois à profusion permettait de chauffer les masures du fief, le gibier, la cueillette et les plantations à nourrir les sujets.

Avec le domaine désormais entre les mains du Sabbat, la famille Tertrebois avait rallié Boralus afin d’accompagner les siens, les aider du mieux que faire se peut, mais aussi pour sensibiliser d’autres Maisons nobles aux maux dont est en proie Drustvar. C'est ainsi que Lesfred organisa dans la Rade une série de chasses, afin de venir en aide aux réfugiés de sa région natale, les nourrissant du gibier fraîchement attrapé. Poussé par une envie de vengeance, le seigneur Tertrebois a insufflé la reprise de la reconquête en organisant une réunion d'urgence, sommant les Maisons nobles de répondre à l'appel de désespoir. Ensemble, ils ont su reprendre ses terres ancestrales, dans le cadre de la reconquête de Drustvar, mais aussi aller plus loin en affrontant le Sabbat à l'Ouest du Mont Cortis.

Le Sabbat Malecarde désormais massacré et les dernières poches de résistances éparpillées, la Maison Tertrebois jouit de la reprise de la région. L'apport de l'Alliance en Drustvar, avec la reprise du port du désosseur, de Val-Archer, de Havrebrune et la restauration de l'Ordre des braises est indéniable et a contribué au changement de vision de Lesfred à leur égard, bien qu'il conserve une certaine méfiance naturelle.

 

Lesfred vis-à-vis d’autrui :

Lesfred, de manière générale, reste un homme peu souriant, avec un léger côté sinistre. De bonne consistance, il a davantage le gabarit d'un bûcheron que celui d'un jeune et joli minois de la cour. S'il n'a pas les traits fins, son air robuste est au diapason de la force avec laquelle il a su frapper le Sabbat. C'est un homme d'action, qui manie l'épée avec conviction. Il n'hésite pas à faire face lorsqu'il s'agit de protéger les siens, sujets comme famille.

En parlant de famille, il a récupéré la figure de leader parmi la fratrie. En tant que seigneur, c'est à lui qu'incombe l'ensemble des décisions. Parmi ses frères et sœurs, entre Ranald, Mérimit, Heideck et Elima, chacun a son caractère bien trempé. C'est par la force des choses, à savoir la mort de ses parents lors de la capture du domaine, qu'il s'est retrouvé porté sur les devants de la cour, afin de représenter le nom Tertrebois.

S'il y a bien un élément pour lequel Lesfred donnerait sa vie, c'est la famille. Elle est sacrée à ses yeux, qu'il s'agisse aussi bien de frères, sœurs ou membres plus éloignés - en l'occurrence cousins, cousines, petite cousine et oncle. A la suite de la reprise du domaine Tertrebois, la mort de son cousin Kasper l'a profondément affecté. Ce dernier, tombé au sein du fief ancestral dans un piège sordide, a amené Lesfred à se renfermer petit à petit sur lui-même au cours de la campagne, conditionnant son humeur déjà taciturne. Par chance, la reconquête de Drustvar l'a remis sur les traces de son frère Heideck, alors resté en compagnie de gardes forestiers dans les bois, pendant tous ces mois d'errance. Il a su retrouver une figure de confiance, une oreille à l'écoute de ses confidences, un soutien sur lequel s'appuyer pour porter à bout de bras la Maison.

Sur les bons conseils de son frère et ses constats durant la conquête de Drustvar, il a pu comprendre la nécessité de se détacher de la politique isolationniste menée par ses ancêtres. Il s'est effectivement ouvert davantage au monde extérieur, notamment en forgeant des relations de confiance avec d'autres Maisons. Ce changement radical au sein de la Maison Tertrebois a permis de porter cette dernière, en plein essor, vers une réussite fulgurante. Bien qu'elle ait beaucoup perdu au cours de cette reconquête, la signature d'accords commerciaux et son ouverture de plus en plus accentuée vis-à-vis de l'Alliance a permis d'accéder à de nouveaux marchés, favorisant la reconstruction du domaine.

Désormais, avec l'aide de ses frères et sœurs, il s'évertue à dorer toujours plus l'image de la Maison, veiller au bien-être de ses sujets avant tout, en alternant sa présence entre Boralus et le domaine. Si la lutte contre le Sabbat l'a marqué, il s'efforce de tenir un comportement exemplaire en la présence d'autres nobles. Des airs de paranoïa ont vu le jour. C'est avec l'aide et la bienveillance de son cousin Louen Tertrebois, eaugure fraichement retrouvé après l'avoir perdu de vue des mois, qu'il essaie de faire table rase des séquelles de la guerre.

Désormais, alors que les finances sont au beau fixe et le rétablissement sur la bonne voie, il aspire à la paix et la prospérité. La tâche lui incombe de trouver des bons partis pour ses frères et sœurs en âge de se marier, de forger de nouvelles alliances et rompre avec le côté isolationniste d'antan. Bien que peu friand de ces idées d'unions forcées, il entend allier les désirs du cœur de ses proches à la nécessité de parfaire les relations.

Avec un cœur pur enseveli dans une carapace qui a su résister aux affres de la guerre, le seigneur Tertrebois découvre avec stupeur les coups bas et vicissitudes de la cour à Boralus. Ne mâchant d'ordinaire aucun de ses mots, il n'hésite pas à faire part de son ressenti à l'égard d'une autre Maison, sans détour ni tromperie. L'honnêteté et le franc-parler comptent parmi ses mots d'ordre à la capitale, lui faisant conserver sa réputation de seigneur sincère et juste. Les langues de bois lui sont horripilantes.

Ainsi, Lesfred reste un homme aux traits durs de prime abord, qui sait s'attendrir une fois que l'on apprend à le connaître. La méfiance de l'inconnu laisse place à la bienveillance une fois les relations approfondies. Le bien-être de ses sujets et proches n'a d'égal que son désintérêt pour les coups bas et complots, véritable Némésis des valeurs de l'homme juste qu'il incarne. En âge de se marier, il doit également trouver un bon parti le concernant, au même titre que pour son frère et ses sœurs majeurs. Il semble tarder à ce niveau-là, préférant attendre de voir comment la situation évolue dans son entourage, avant de s'adonner au jeu des rencontres pour courtiser la belle.

Lesfred durant la campagne pour la reconquête de Drustvar.

image.png.a4364ec8bddb15ed44ca77812e5770ac.png

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Accueil de Murtagh de Corlain, réfugié de la ville éponyme

 

Le deuxième jour du neuvième mois de l’année, Heideck et Yngvild Tertrebois ont reçu au domaine éponyme Murtagh de Corlain. Ce dernier leur a envoyé une lettre exprimant son désir de les rencontrer dans le but de discuter avec eux.

Une fois confortablement installés autour d’une boisson, Murtagh a révélé aux deux Tertrebois la raison de sa venue au domaine. Le siège du Sabbat sur Corlain, qui a provoqué par la suite la chute de la ville, a eu des conséquences désastreuses sur la famille et les proches de Murtagh, issu de la petite noblesse de ladite ville. Ayant appris que les Tertrebois accueillaient les réfugiés de guerre drustvaris chez eux, c’est naturellement qu’il s’est tourné vers cette maison afin de trouver un pied-à-terre.

Heideck Tertrebois, comprenant la situation compliquée dans laquelle se trouvait Murtagh de Corlain, lui a donc proposé de l’accueillir au domaine et de le placer sous la protection des Tertrebois. Divers avantages sont associés à cela, tel qu’un libre accès au Haut-Quartier de Boralus afin que Murtagh, noble déchu de Drustvar, puisse tisser de nouvelles relations avec la cour boraléenne et par la suite, si les conditions y sont favorables, retrouver ses titres de noblesse. Comme ce dernier l’a soulevé à maintes reprises, il ne cherche cependant pas la reconnaissance des nobles de Kul Tiras mais simplement à ce que sa famille puisse jouir d’une vie confortable et ne manque de rien. En échange de ces nombreux avantages, Murtagh s’est engagé à participer aux activités de chasse de la maison Tertrebois et est prêt à se mettre à leur service si le besoin venait à s’en faire ressentir.

Murtagh porte une broche aux couleurs de la maison Tertrebois avec son emblème. Ce bijou témoigne du fait que les Tertrebois se portent garants du bon rétablissement de la famille de Corlain. La maison Tertrebois a de nouveau pu montrer sa bienveillance envers les réfugiés de guerre drustvaris par cet accueil.

 

Merci à Yngvild Tertrebois a.k.a Prosper pour les screens :

Révélation

unknown-30.png

unknown-19.png

unknown-22.png

unknown-39.png

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Murtagh de Corlain,

image.png.067090ef863583ff6adbb098efc8c3b9.png

 

dit « Glasfeu »

 

  • Citation

    « … je mentirai en disant que je n'ai pas plus appris sur les bancs de l'école que de son pendant, buissonnière et pourtant plus pratique.

    Des arts et des lettres qui fascinent mais qui ne restent que sur l'encre, le mécène en devenir que j'étais s'est retrouvé à parcourir les routes aussi sombres que celle-ci. La chance a voulu que dans la capitale de Corlain, on forme chaque jeune issu des Hauts du quartier à la traque, sous le regard du Grand-Veneur ; les chiens sont troqués par des faucons, et la chasse à courre appréciée pour son respect des mœurs, aussi traditionnelles qu'attractives, pour qui veut s'entretenir et faire bonne figure auprès de la Maison Malvoie. Là-bas, les trophées de chasse font la valeur d'une maison, et c'est celle qui me permit de sortir indemne de ce qu'on nomme communément la malédiction malecarde. Il est étrange pour quelqu'un d'habitué aux rires de la vie quotidienne, de l'odeur du pain frais et des commerçants avares échangeant quelques pièces avec le crieur public pour s'attirer la promotion de leurs étals, de voir ce brouhaha tut. Un silence tel que seul le bruit de sabots s'enfonçant dans la terre meuble vient rompre.

    C'est alors que la sensation de malaise passe à celle d'horreur, quand les statues que l'on prenait pour une exposition se transforment en salon du macabre, et que vous croisez le regard vide de votre frère, pétrifié devant vous. »

     

    - Nouvelles de Corlain, par Murtagh

     

Cette découverte, elle n'est pas anonyme, et porte bien des noms. Du père de famille revenu de forêt après une traque infructueuse, aux ménestrels venus conter l'aventures d'Héros dans l'échoppe du coin jusqu'à cet enfant qui, jouant trop loin, se perd et retrouve quelques heures plus tard le chemin jusqu'à chez lui. Murtagh tient aussi bien du premier que du dernier, mais demeure pareil que tous lorsqu'il s'agit de se confronter à la réalité. La sienne fut celle de nombreux réfugiés d'une guerre presque invisible. Ni sorcières ni bête fantastiques ; juste la faim, qui dévore le voyageur qui fixe la route avant de préférer les sentiers, plus propices à la discrétion et à la survie. Quand on est dépouillé de sa maison et de sa famille, et qu'on soit noble ou pas, on ne souhaite pas avoir en plus les poches vides des maigres réserves faites sur le chemin. Un bout de viande a alors plus de valeur qu'une chemise brodée, et on se sert de celle-ci pour en faire un garrot lorsqu'une mêlée tourne mal. On se bat pour savoir si on trouvera de quoi se nourrir demain, et on se cache en espérant qu'on pourra en garder un bout pour le jour qui suit. C'est ce souvenir qui marqua le plus l'homme qui à l'âge d'aujourd'hui, n'est qu'un garçon poussé trop vite à prendre son envol. Sans préparation, sans épaule sur laquelle se reposer lorsque la nuit tombe tandis que l’œil reste ouvert par crainte de ne plus jamais s'ouvrir. La seule présence réconfortante fut celle de Pialleuse ; un épervier qui le suivit durant son périple, et de l'Homme-Gris, qui communiquait par son biais.

Chaque matin, aux premières lueurs de l'aube, l'oiseau de proie ramenait, accroché à sa pattes, des conseils couchés sur le papier. Parfois un maigre morceau de lard, et le plus souvent une présence dans ce rapport à l'animal dont on ne voit jamais le propriétaire. Quelques mois suffirent à faire du jeune garçon, bercé dans la noblesse corlaine, un individu parfaitement autonome auquel revoir ses principes et sa façon de voir le monde étaient non pas utiles, mais nécessaires. Lui qui tirait sa confiance en lui d'un inconnu, et de quelques mots rédigés soigneusement sur un parchemin attaché à la patte du rapace ; penser qu'autrefois tout lui était préparé soigneusement au réveil, et que ses lubies lui permettaient d'imaginer la vie en-dehors des murs de sa ville, ah ! Ce retour à une réalité dont il avait fait l'idylle eut plus d'impact qu'une éducation stricte et faite par et pour son intégration dans la Cour. Bon nombre d'aristocrates de Corlain s'attardaient à dire qu'il ferait parti d'une génération prometteuse ; bon veneur et jeune prodige dans l'écriture et la retranscription de textes anciens, son absence de talent à l'épée – et de fibre militaire, enterrèrent ses espoirs d'entrer dans la Garde du Seigneur Malvoie.

Choi yousik 0808 0

Ébauches et esquisses de guerre, peintures de Liam Reinhard, surnommé l'«Homme-Gris»

À la fin du Sabbat malecarde, Murtagh devint en grande partie ce qu'il est aujourd'hui. Grand, le visage balafré aux lèvres et au visage, l'une d'elle barrant son regard et laissant derrière-elle un œil à la pupille grise et vide. Rongé par une cataracte qui s'étend, et due à une contusion qui lui rappelle que tout inconnu n'est pas tenu de mauvaises comme de bonnes intentions, le chasseur porte sur ses épaules ce qui lui reste d'une vie de vagabondage, c'est-à-dire ce qu'on a pas encore pu lui voler. De cet état d'esprit est né quelqu'un d'austère, qui ne juge pas plus sur l'apparat que sur les actes – car qui sauve la veuve n'est pas tenu d'adopter l'orphelin, comme il le dit lui-même. Mais tout dicton a ses failles, et l'exception qui confirme la règle s'est trouvée dans la Maison Tertrebois. L'accueillant avec la surprise de le savoir issu des Hauts-de-Corlain, soit l'équivalent du Haut-Quartier de Boralus pour la société tirassienne. Il ne fut non pas cet étranger rustique et badaud comme il en a pu entendre les échos, mais juste une personne, cherchant un toit et un âtre devant lequel retrouver ses forces. Des forces qu'il compte mettre au service de la famille drustvarie ; loin de l'idée de se faire choyer comme il l'a été pendant son enfance, le jeune homme ragaillardi par son vécu compte bien le mettre à profit, aux côtés de ses talents de calligraphe et dans l'ébauche de glyphes, récupérés de sa traversée jusqu'à la Rade de Tiragarde lors de rencontres fortuites avec des étrangers. L'arbalète ceinte au dos et le soleil renvoyant l'ombre de son épervier sur les pavés de la capitale du Royaume de Kul Tiras, Murtagh est plus déterminé que jamais à permettre aux siens restés à Corlain de vivre dans l'après-guerre, et ce avec dignité.

image.png.067090ef863583ff6adbb098efc8c3b9.png

Choi yousik 0808 7

Représentation officielle du personnage

Modifié par Crousti
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Accords commerciaux

21cm.png

La semaine précédente a été l’occasion pour la maison Tertrebois de passer de nouveaux accords commerciaux, le succès de celui avec la maison Dreux les ayant convaincus de continuer à s’ouvrir au monde extérieur, et pas des moindres.

Premièrement, au début de neuvième mois, Heideck et Lesfred Tertrebois ont accueilli le baron Williams Arkayn, ambassadeur de l’Alliance envoyé à Boralus. Ce dernier avait déjà remarqué leurs produits, liés à l’herboristerie et au travail du cuir, lors du festival organisé par le commandeur Peinsbourg. Ayant exprimé son désir de rencontrer les Tertrebois afin de passer un potentiel accord commercial, ceux-ci ne se sont pas fait attendre : très intéressés à l’idée de tisser des liens avec l’Alliance, partenaire de taille, ils ont recontacté le baron Arkayn très vite afin de rediscuter de cette idée à leur hôtel particulier.

C’est dans ces conditions qu’ils se sont retrouvés, chacun ayant une idée précise de ce qu’il désirait. L’accord n’a mis que peu de temps à être passé : les Tertrebois sont en mesure de fournir à l’ambassadeur ce qu’il demande, et inversement. Il a donc été conclu qu’en échange de pièces, les Tertrebois fourniraient différentes potions à l’Alliance afin de les soutenir dans les guerres les concernant. Le baron Arkayn a eu la chance de découvrir en exclusivité la librairie Tertrebois, la veille de son inauguration et les Tertrebois ont profité de l’occasion pour demander à l’Alliance d’également les fournir en livres d’outre Kul Tiras, afin d’élargir leur catalogue. Nul doute que les relations entre l’Alliance et la maison Tertrebois se renforceront de plus en plus au fil du temps.

Screens ci-dessous :

Révélation

Wow_2019-09-10_19-59-51.png

Wow_2019-09-10_20-56-57.png

Wow_2019-09-10_20-31-55.png

21cm.png

Deuxièmement, la même semaine, Heideck et Merimit Tertrebois ont accueilli dames Catlyn Ferwight et Val’nes Dastrae au domaine Tertrebois afin de discuter de la possibilité d’un accord commercial entre les Ferwight et les Tertrebois. De même, chaque parti savait exactement ce dont il avait besoin : des armures en cuir pour les Ferwight et du bois traité pour les Tertrebois. Le bois servira à terminer la reconstruction du domaine au plus vite, tandis que les armures en cuir protègeront les soldats des Ferwight dans leurs missions de combat contre la piraterie. L’accord a été d’autant plus facile à sceller qu’Heideck et Catlyn se sont rencontrés quelques jours auparavant, à l’hôtel particulier Ferwight, afin de procéder à la livraison de quinze ensembles en cuir commandés par les Ferwight pendant le festival de Boralus. Ils avaient donc déjà parlé de cet accord et spécifié ce qui les intéressaient. De même qu’avec le baron Arkayn, Merimit a amené sur la table le sujet de la librairie Tertrebois et du manque du livres étrangers. La maison Ferwight entretenant des bonnes relations avec l’Alliance, ils ont décidé d’inclure dans le contrat une part pour les livres. Dame Dastrae a également proposé de ramener quelques livres d’Hurlevent pour les Tertrebois. Parallèlement à la signature de cet accord, un début d’amitié est né entre les Tertrebois et les Ferwight.

Screens ci-dessous :

Révélation

Wow_2019-09-11_16-19-39.png

Wow_2019-09-11_16-32-43.png

Wow_2019-09-11_17-30-48.png

 

Par le biais de ces deux nouveaux accords commerciaux passés avec une maison noble de Boralus et l’Alliance, les Tertrebois ont pu de nouveau montrer leur désir de rompre avec la politique isolationniste d’antan. Il semblerait que ces derniers souhaitent étendre leur influence au-delà de Drustvar afin de se faire une place sur la scène politique et commerciale de Kul Tiras.

 

Les accords commerciaux ci-dessous, merci à Prosper a.k.a Yngvild Tertrebois :

Accord_Alliance_Tertrebois.png

Accord_Ferwight_Tertrebois.png

 

Modifié par Heideck Tertrebois
  • Like 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La réunification d’une famille

Mise à jour des faits connus en lien avec la Maison Tertrebois. Ces derniers jours furent l’occasion pour la Maison de mettre en avant divers de leurs membres, à travers plusieurs prouesses, ces derniers s’illustrant sur la scène nobiliaire, qu’ils le veuillent ou non.

image.png.819ff3a0440f52915953cded289de6f3.png

Merimit Tertrebois

image.thumb.jpeg.877334f488e1be570c54fb37f057be2e.jpeg

La sœur du seigneur Lesfred s’est illustrée en chapeautant l’inauguration de la librairie Tertrebois. Par son discours, elle a fait part de la volonté de concilier l’établissement avec les pratiques d’intérêt général.

C’est ainsi que des écrivains issus de quartiers plus modestes voient leurs ouvrages promus au Haut-Quartier, une première pour eux, leur permettant de bénéficier d’un marché jusqu’alors élitiste par le coût d’accès. Une partie des bénéfices générés par la vente de leurs ouvrages, qui finiraient d’ordinaire dans la poche de l’éditeur, leur sont reversées. De plus, la volonté de soutenir les quartiers défavorisés est forte. Par le don de livres envers les écoles et orphelinats, l’opération se veut bienveillante et vise à soutenir une population dans la capitale qui a grandement souffert jusqu’alors.

Plusieurs seigneurs de nobles familles se sont d’ores et déjà engagés dans les activités de mécénat, au côté de ce grand projet. Parmi lesquels les Dames Ferwight, Vastrae et Dreux, l’ambassadeur Arkayn, le seigneur Howard et plus récemment, après l’ouverture, le seigneur Hellington.

Nombreux furent ceux à répondre présents pour cette première, les commandes de livres fusent d’ores et déjà et les intéressés ont fait part de leur volonté de dévorer le contenu de chaque étagère à la première occasion. Ces retrouvailles furent l’opportunité d’agrémenter des échanges en facéties diverses, les nobles se servant de l’invitation pour se tenir informés et y aller avec leur lot de commérages et vicissitudes.

Instant immortalité ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.fa447f651e299eb870a409d1bd694e09.png

image.thumb.png.5f873467e4d53d27cb015d96e97e5c43.png

image.thumb.png.c44fec5136bb8dde097827bf7ade1794.png

L’inauguration en bonne et due forme, avec une bonne partie des habitants du Haut-Quartier donc, aura été l’occasion pour Mérimit Tertrebois de se mettre en avant. Lettrée et éloquente, elle s’était d’ores et déjà illustrée à la suite de la reprise du domaine familial, supervisant la reconstruction des lieux tandis que ses frères bataillaient au front. Il est donc tout naturel que sa bonne manipulation du livre des comptes l’amène à endosser le rôle de superviseure de l’établissement, de fait.

De telles qualités ne semblent pas être passées inaperçues si l’on en croit les divers commérages à l’égard de la jeune demoiselle, attirant la convoitise. En effet, dès le lendemain, la sœur cadette du seigneur Tertrebois aurait été aperçue dans la serre rattachée à leur hôtel particulier, à l’heure du loup et sans gardes, en compagnie du seigneur Aodren de la Maison Courvoisier. Les innocents clameront là un acte noble de condoléances présentées par le seigneur, à son égard, suite à la cérémonie des tombés en Drustvar et Chantorage, parmi lesquels son cousin Kasper Tertrebois. D’autres commères, plus mauvaises langues, verront en cet acte celui d’un seigneur courtisant la belle au clair de lune. Après le seigneur Courvoisier, c’est au tour du fraichement nommé seigneur Alden de la Maison Devineaux, qui aura été aperçu sortant de l’hôtel particulier, sur le seuil de la porte, en compagnie de la demoiselle. Les plus mauvaises langues diront que le jeune noble profite de sa position, pouvant donner libre cours à ses désirs, ses parents n'étant plus de ce monde depuis quelques jours pour lui dicter quel parti courtiser. D'autres sources, plus sûres, spéculent sur un partenariat en devenir entre les deux Maisons, Alden ayant déjà nourri une telle motivation lors de l'inauguration de la librairie Tertrebois. Quoi qu’il en soit, Merimit semble avoir encore de beaux jours devant elle sur la scène nobiliaire, attisant moult facéties.

Révélation

image.thumb.png.6506b609b407f1cc6c57013f266bc5c6.png

image.thumb.png.7927a1854b582ead4a94e769c7d2b72d.png

image.png.ce214fa011a5eba4e43b725365030268.png

Louen Tertrebois

Cousin du seigneur Lesfred Tertrebois, actuel dirigeant de la maison Tertrebois, Louen naquit comme beaucoup de ses frères et sœurs au domaine familial en Drustvar il y a quarante-six ans de cela. Pendant onze ans, il y grandit bercé par les légendes drustvaris. Ses aînés lui apprirent également les rudiments de la chasse, du combat à l'épée et de la cueillette, c'est-à-dire ce que les Tertrebois savent faire de mieux.

Peu après son onzième anniversaire, un événement des plus inattendus survint : Louen entendit l'appel des marées. Sa sensibilité à l'eau et plus particulièrement au vent étaient telles qu'il ne put les cacher à sa famille. Peu familier avec le culte de la Mer des Marées, Louen ne comprit pas tout de suite la raison de la fierté, autant immense que soudaine, de ses parents. Bien qu'il fût jeune au moment de la révélation de sa sensibilité aux éléments, les parents de Louen se rendirent aussitôt à Boralus et emmenèrent le jeune Tertrebois rencontrer les eaugures du monastère Chantorage. Décelant en lui un certain potentiel, ils acceptèrent de s'occuper de lui et de le former. Il suivit alors le chemin de nombreux autres Kul Tirassiens et, au terme de son initiation et son apprentissage, prêta serment de servir, protéger et guider le peuple de Kul Tiras.

Il décida alors d'intégrer l'Ordre du Vent, compte-tenu du fait qu'il se sentît très sensible à cet élément. Il apprit beaucoup des mande-trombes et des parlevents, notamment comment manier le vent pour faciliter la navigation des bateaux Kul Tirassiens... ou entraver celle des bateaux ennemis. Il apprit également à se défendre en utilisant cet élément, étant capable de former des bourrasques et autres tornades rapides et tranchantes.

Outre le fait qu'il fût un disciple des Vents, Louen passait beaucoup de temps à la bibliothèque du monastère Chantorage, farfouillant entre les livres et les archives pour en apprendre toujours plus sur tout. C'est ainsi qu'il fut naturellement nommé archiviste de la bibliothèque du Séminaire des eaugures, une des bibliothèques les plus fournies de Kul Tiras. Il endossa sans difficulté aucune le rôle de conseiller pour les initiés qui venaient à la bibliothèque afin d'apprendre de nouvelles choses, mais également pour les eaugures plus anciens qui souhaitaient approfondir leurs connaissances. Lui-même apprit beaucoup de ses nombreuses lectures. Compte-tenu de sa fonction au sein de l'ordre des eaugures, c'est également lui qui rédigeait - et rédige encore - les nombreuses archives.

Malgré les tâches conséquentes qu'il avait à réaliser, Louen disposait d'un peu de temps libre de temps en temps. Il profita de ce temps libre pour se replonger dans les légendes de son enfance, notamment celles concernant les Drusts et le légendaire ordre druidique des Parlépines. Il ne resta pas confiné dans la bibliothèque du Séminaire mais se rendit en Drustvar même pour puiser le savoir dans les nombreuses stèles drusts de la région. L'étude de ces écrits d'un temps ancien lui permit d'accumuler beaucoup de connaissances sur les Drusts et les druides Parlépines. C'est ainsi qu'il prit la décision de commencer la rédaction du Compendium des Drusts, livre relatant ses découvertes sur ladite race et les anciennes coutumes druidiques qui furent enseignées aux humains de Kul Tiras ayant entendu l'appel de la nature. Ce livre est désormais connu de beaucoup de Kul Tirassiens et fait partie des nombreuses fiertés de la famille Tertrebois.

Ces temps calmes et prospères furent également l'occasion pour lui de se marier à une femme originaire de Boralus nommée Joana, avec qui il eut une jeune fille, Maranne. Les circonstances firent que Joana mourut d'une maladie grave alors que leur fille avait neuf ans.

Avec la corruption des eaugures et la période de trouble qui secoua la vallée Chantorage, Louen fut contraint de se retrancher dans le Séminaire des eaugures pour survivre et se tenir loin de la corruption. Alors qu'il voyait bien trop de ses confrères et consœurs se faire consumer par la corruption des Dieux Très Anciens, il tint bon. Il fut très soulagé lorsque le Sillage des Tempêtes, mené par le Frère Pike, libérèrent le Séminaire et le peu d'eaugures sains restant.

Désormais, Louen Tertrebois fait partie intégrante du Sillage des Tempêtes, souhaitant leur apporter son aide pour récupérer le monastère Chantorage à Boralus et pour purger l'ordre des eaugures de la corruption. Il fait partie des quelques émissaires envoyés à la capitale pour effectuer différentes missions, plus ou moins secrètes.

Comme son nom l'indique, Louen fait partie de la famille Tertrebois. Bien que la maison Tertrebois soit de plus en plus présente à la cour de Boralus et dans les affaires de la noblesse, notamment après la reconquête de la région de Drustvar, Louen n'entretient que très peu de lien, si ce n'est aucun, avec le Haut-Quartier de Boralus. Sa condition d'eaugure l'oblige en effet à se concentrer sur ses nombreuses obligations, il n'a donc pas le temps de se laisser distraire par les affaires variées des nobles.

Louen n'a pas coupé les ponts avec sa famille pour autant. Avant que les troubles liés à la corruption des eaugures ne commencent, il envoyait régulièrement des nouvelles à sa famille pour les tenir au courant de sa santé et également de ses activités. Malheureusement, les nombreux événements ont fait que Louen n'avait pas donné de nouvelles aux Tertrebois depuis longtemps... Jusqu’à il y a peu.

 

Sollicité au même titre que d’autres membres des eaugures, il a contribué à rendre hommage aux défunts des campagnes dans la Vallée Chantorage et en Drustvar. Au côté de ses confrères et consœurs, le tout présidé par Sœur Ondeliée, ils ont su honorer les tombés, à travers une série de rituels. Par leur grâce et leur bénédiction, les braves héros Kultirassiens ayant chuté au front ont pu rejoindre la Mère des marées avec dignité.

La cérémonie fut également l'occasion pour le connétable Silneis de nommer la sœur ainée du seigneur Lesfred, Elima, au rang de capitaine de la Garde de Boralus. Cette dernière, ayant intégré l'ordre depuis leur arrivée à Boralus, avait pu servir en tant que lieutenant. Ayant fait ses preuves à travers diverses situations tendancieuses, la Maison Tertrebois voit l'une de ses membres prendre du galon dans les instances décisionnaires de la cité.

Le vibrant hommage ne sera pas passé inaperçu, tant les Maisons nobles, l’Alliance et d’autres groupes divers furent nombreux à s’impliquer dans cette reconquête. Réunis sur la Place de l’Unité, vétérans médaillés des campagnes côtoyèrent les cercueils de leurs proches et amis qui combattirent jusqu’à leur dernier souffle. Les cercueils furent ensuite acheminés en contrebas du Haut-Quartier, afin de rejoindre la mer, concluant le rituel apporté avec bienveillance par les eaugures. Cette cérémonie fut l’occasion pour Louen de renouer le contact avec les membres de sa famille, tiraillés entre le plaisir des retrouvailles et le chagrin du deuil.

Instant immortalité ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.f1b2867e5670e2d977bd99a46dcfa352.png

image.thumb.png.6151e2cffaddb528e157d896f4289476.png

image.thumb.png.031fe3447f1a56d8b3e624e94b1d98bc.png

image.png.e9729e7abc16738df360f2f2f4131124.png

Yngvild Tertrebois

A la suite de l’annonce de Katherine Portvaillant sur la Place de l’Unité, la traitrise de Priscilla Corsandre fut révélée aux yeux de tous. La capitale fut en ébullition, tandis que les loyalistes de la Maison Corsandre œuvraient afin de mettre à sac bon nombre d’endroits, dont le Haut-Quartier. Yngvild Tertrebois, cousine du seigneur Lesfred et capitaine des gardes forestiers se trouvait à l’hôtel particulier lorsque la déflagration sur la place retentit. Plusieurs trouble-paix Corsandre ravagèrent l’intérieur de la serre jouxtant l’hôtel particulier Tertrebois, tout en s’apprêtant à fracasser la porte d’entrée.

Prise d’un élan d’héroïsme, Yngvild détacha de son cadre ornemental l’arme familiale : Rugissante, Fléau-des-ours. La hallebarde, présente au sein de la Maison depuis plusieurs générations, n’avait pas été utilisée à des fins d’affrontement depuis fort longtemps.

Faisant preuve de bravoure, Yngvild prit le commandement des gardes de l’hôtel et bouta hors de la serre les loyalistes Corsandre, stoppant les dommages causés. Le Haut-Quartier, en pleine effervescence avec ses combats, mouvements de panique et maisons saccagées, força la Drustvari à laisser l’entièreté des gardes à l’hôtel, afin d’y protéger son cousin Ranald, sa cousine Mérimit et son oncle Wilhelm, ainsi que les domestiques.

L’appel du devoir étant trop fort, elle se faufila seule avec la relique en mains, traversant les ruelles afin de rallier l’entrée de la librairie Tertrebois. Soucieuse de défendre les intérêts de sa Maison, elle pénétra dans l’édifice dont la porte avait été d’ores et déjà défoncée. Le combat faisait rage à l’intérieur.

L’action à point nommé de Yngvild permit d’éviter que la librairie ne soit pillée voire mise à feu. Prenant les traitres Corsandre par derrière, elle en empala un et affronta les deux autres. La libraire Ilda Vivabîme, apeurée mais intacte, était barricadée sur la mezzanine à l’étage. L’on déplore malheureusement la mort de Gilbert Sombremarée, abattu d’une balle alors qu’il défendait l’enseigne depuis le balcon, armé d’un tromblon. Une fois la librairie en sécurité, Yngvild aura rallié la direction du donjon, là où bon nombre de nobles ont été évacués pour être protégés en lieu sûr.

Révélation

image.thumb.png.f3001ec99b20f286b20814304f6de988.png

image.thumb.png.3b1b38f5b95ac39661d69cd5d65f2f86.png

image.thumb.png.2b6c72f14af9795c3e55e2dde1c58500.png

image.png.b738d1a203cf1b26606c11dca5781ab4.png

Ainsi, de telles circonstances ont conduit les membres de la Maison Tertrebois à se retrouver, mais aussi à se mettre en valeur, pour certains restés jusqu'alors en arrière plan dans le cercle familial. Ces situations permirent à la famille de s'unifier pleinement à nouveau, n'ayant jusqu'alors jamais eu autant de leurs membres concentrés en un endroit.

Retrouvailles immortalisées par l'adepte de la photographie, le sire Rhysand de la Maison Ventis.

image.thumb.png.64665edbe2b7ded1a44e2a0041ccf911.png

De gauche à droite : Elima, Wilhelm, Heideck, Ranald, Merimit, Lesfred, Yngvild et Louen, tous de la Maison Tertrebois.

Merci à Heideck Tertrebois et Yngvild Tertrebois pour l'aide à la rédaction et les screens.

image.png

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Accord commercial entre la Maison Tertrebois et la Maison Devineaux

image.png.cfd9d6c2827f35bdd2af822c99cebf05.png

Dans la nuit du quatrième au cinquième jour du dixième mois, le seigneur Alden Devineaux, Mademoiselle Elovy Devermandois et le sire Rhysand Ventis ont été conviés à un dîner, à l’hôtel particulier de la famille Tertrebois. Ce repas fut l’occasion de sceller un accord commercial jusqu’alors bien développé, en fixant les dernières modalités. Le moment d’échange fut également l’opportunité de faire plus ample connaissance, Mademoiselle Devermandois étant désormais amenée à travailler au sein de la librairie Tertrebois du Haut-Quartier.

Les sujets furent nombreux en de bonne compagnie et l’on évita d’aborder de ce qui fâche, rendant la soirée agréable au cours d’un copieux dîner. A la suite de celui-ci, le sire Ventis quitta l’hôtel. Puis le trio, concerné par l’accord commercial, se rendit à la librairie. De là-bas, ils scellèrent ainsi leur bonne entente sur le plan commercial, premier accord entre les deux Maisons susnommées qui voient leurs relations désormais bonifiées.

Instant immortalisé ci-dessous.

Révélation

image.thumb.png.4fbc82626530e4cba3f9fef21820f93e.png

image.thumb.png.842fcc5a9d01734d82cca5782703a2ce.png

image.thumb.png.3d524c5446a7fa9b3e7e98d935cbd40f.png

image.thumb.png.315ef459025ce6d06c426a6c81b2d580.png

image.thumb.png.226b1d9c960d882005457b12bd0fd342.png

image.thumb.png.e2749df51257d005f137df442c27148d.png

 

L'accord commercial stipule donc la mise à disposition de ressources telles que du sucre, du fromage et de l'ambre, en échange de livres et de l'embauche de Mademoiselle Devermandois au sein de l'établissement. La soirée s'acheva sur un lapsus révélateur qui ne manqua pas de susciter les émois pour ceux présents au sein de la librairie, laissant sous-entendre, si l'on en croit les ragots, un rapprochement entre Elovy et Alden, plus fort que les liens de vassalité de la première envers le second... Affaire à suivre au travers de moult facéties et croustillants commérages.

Cet accord vient s'ajouter à la liste des autres d'ores et déjà signés par la Maison Tertrebois, avec divers partenaires commerciaux, qu'ils soient nobles de Kul Tiras également ou issus d'autres horizons. L'opportunité permet donc pour la Maison de poursuivre sa bonne prospérité, au travers d'une gamme de produits diversifiée, faisant le bonheur des habitants du domaine, mais aussi des finances familiales.

L'accord commercial en question, merci à Yngvild Tertrebois :

image.thumb.png.c3280f39b51a8f5225fd0587213ed1ef.png

image.png

Modifié par Lesfred Tertrebois
  • Like 3
  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...