Aller au contenu
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue sur le nouveau forum ! N'oubliez pas de lire tous les nouveaux topics :)

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'boralus'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Contexte & Lois de Boralus
  • Actualités de Boralus de Boralus
  • Rumeurs de Boralus
  • Noblesse de Boralus
  • Contexte & Lois de Camp Croc-de-Guerre
  • Actualités du Camp de Camp Croc-de-Guerre
  • Livret de bataille de Camp Croc-de-Guerre
  • Informations du projet de Escouade du Corbeau
  • Présentation de l'Ordre de Trinité de l'Aube
  • Histoire de la Trinité de l'Aube de Trinité de l'Aube
  • Les membres de l'Ordre de Trinité de l'Aube
  • Présentation de Azeroth 6604
  • Histoires & Personnages de Azeroth 6604
  • Tout savoir sur la Fiducia Pecunia de Fiducia Pecunia
  • Recrutement de Fiducia Pecunia
  • A propos du Revenge de Équipage du Revenge
  • Fiches de Personnages de Équipage du Revenge
  • Journal de Bord et récits de Équipage du Revenge
  • Discussion générale de Le Goupil
  • Impressions de Le Goupil
  • Sondages de Le Goupil
  • Sujets de La Main d'Adamante
  • Le Néohumain de Comité Néohumain
  • Propagande de Comité Néohumain
  • Worgtown de Comité Néohumain
  • Port-Lupin de Comité Néohumain
  • Azeroth de Le Cœur du Monde
  • Réservations de Port-Liberté
  • Commerces et activités de Port-Liberté
  • Présentation des Personnages de Port-Liberté
  • Tableau des missions de Port-Liberté
  • Tableau des primes de Port-Liberté
  • Annonces de Port-Liberté
  • Forum du Port de Port-Kraken
  • Normes en vigueur de Caserne Portvaillant
  • Avis de recherche de Caserne Portvaillant
  • Vie de la Caserne de Caserne Portvaillant
  • Histoires de La Brigade de Mèchumide
  • Présentation de Le Syndicat Cohenheim
  • Le Monde d'Acteon de Acteon
  • La Grande Réserve de Acteon
  • Archives du Monde Ancien de Acteon
  • Chapitre IV - L'émergence de l'Axe de Acteon
  • Quête et Donjons de Les Tarides... !
  • Contexte & Règlement de Les Tarides... !
  • Rumeurs & Avis de Recherche de Les Tarides... !
  • Galleries de Les Tarides... !
  • Introduction au Clan de Clan Bouclier-Sanglant
  • Fonctionnement de Banque du gob'
  • Règles et systèmes de Le Chapitre de Dunwich
  • Bibliothèque des Anciens de Le Chapitre de Dunwich
  • Campagne de Le Chapitre de Dunwich
  • C0de & Pr0c3ss de l'4Rche de L'4rche R0uillée
  • Discord de Le Mémorial
  • Mémorium de Le Mémorial

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Journal de quêtes de Escouade du Corbeau
  • Évènements de La Main d'Adamante
  • Évènements du Port de Port-Kraken
  • Events de La Brigade de Mèchumide

Groupes du produit

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Personnage principal

10 résultats trouvés

  1. Ce post a pour objectif de proposer un lieu de diffusion des différentes actions importantes en rapport avec la noblesse ou simplement le Haut-quartier. Il s'adresse donc avant tout aux acteurs de la scène nobiliaire Kultirassienne, mais également a n'importe quel personnage en relation avec celle-ci, de près ou de loin, dont une action pourrait avoir une résonance publique. Voici tout de même quelques petites règles afin d'éviter les débordements et autres soucis du même genre : Les nouvelles doivent être rédigées au passé composé puisqu'il s'agit, à priori, de faits ayant déjà eu lieu IRP et qui sont sûrs. Exemple : "Le capitaine de la garde a obtenu la seconde place au tournoi Howard." L'information doit avoir été vue par un certain nombre de gens et surtout pouvoir être vérifiables auprès des autorités, de la population, etc. Le fait doit avoir eu lieu pour pouvoir être listé, cela dit, certaines parties peuvent bien sûr rester dans l'ombre si elles ne sont pas connues du grand public. A noter que quelques indices menant à une possibilité de les découvrir peut toujours donner du jeu ! Comme pour les rumeurs, il est important de délimiter une zone de propagation de l'information. Jusqu’où peut-on en entendre parler ?
  2. Fiches noblesse Je vous propose ce post afin de développer une idée intéressante pour la promotion de vos maisons. Les intéressés peuvent utiliser cette catégorie "Noblesse" du club pour déposer, dans un post, une fiche à propos de leur maison. L'idée serait de constituer une base de données regroupant ce que les gens savent, IRP, de vos maisons, créant ainsi une fenêtre de promotion et d’interaction pour ces dernières. Voici la liste des points qu'il est important de mentionner ( Bien sûr elle n'est pas exhaustive et peut être modifiée en fonction de votre bon vouloir !) : . Le nom de la Maison . Le nom du dirigeant actuel de la Maison . La liste des membres de la Maison (en faisant bien la séparation des proches et des serviteurs) . L'allégeance de la Maison . Les éventuelles maisons vassales de la vôtre . Le domaine (Ou est-il ? Que comporte-t'il ? Combien de personnes y sont employées ? Etc.) . La résidence à Boralus (Pareil que pour le domaine) . La réputation financière de la maison . La réputation militaire . Des faits connus en relation avec votre maison, des spécificités, etc. . Des détails, comme les spécificités alimentaires (goûts, restrictions, que doivent forcément connaître les serviteurs pour les réceptions) par exemple. . Un encart HRP afin d'annoncer l'ouverture de la maison au recrutement (Serviteurs, membres de la famille, hommes de main/soldats.)
  3. Voici un post "Annonces-RP" pour l'opération en Chantorage ! Il est important d'y notifier les faits notables en rapport avec celle-ci !
  4. L’étiquette L’étiquette, si elle peut paraître désuète n’en demeure pas moins une composante importante de la noblesse, qui trouve par ailleurs une place de choix au sein de l’élite Kultirassienne. Ses codifications parfois complexes se retrouvent ici victimes d’une sélection pratique : Reproduire l’intégralité du protocole où des mœurs nobiliaires n’aurait pas grande utilité inRP d’autant plus que cela serait très contraignant et… Clairement usant. Aussi, les éléments présentés ici représentent une base pour représenter une noblesse structurée et codifiée à son minimum et ont principalement pour objectif d’éviter à votre personnage de passer pour un rustre aux yeux des autres nobles et ainsi de voir son image détériorée ce qui est, normalement, l’une de ses plus grandes peur. Il ne s'agit pas d'éléments renseignés par Blizzard puisqu'ils n'ont rien développer à ce sujet, mais bien de pratiques IRL adaptées et placées dans le contexte de WoW. Ce guide n’est pas de mon propre fait, du moins au niveau de sa substance même. Les informations ici présentes sont issue d’un document intitulé “Indispensable petit précis d’étiquette”, qui m’a été remis par Azalym. Je ne me suis contenté que de sélectionner, réécrire et adapter au lore les informations utiles au RP noble. (Oh et les illustrations sont bien sûr non contractuelles !) Vous n'êtes bien évidemment pas obligés d'appliquer tout cela à la lettre, faites comme bon vous semblera et surtout comme votre personnage ferait. Cela dit, il se peut qu'il y ait des conséquences en cas de manquement à l'étiquette, comme toute chose dans la noblesse. Illustration pour le roman "Guerre et Paix" par Leonid Pasternak (1893) I/ Politesse et protocole La politesse : La politesse un ensemble de règles simples et pratiques qui permettent de régir les interactions avec d’autres personnes. L’édification de l’ensemble des règles que l’on regroupe sous la notion de « politesse » tient avant tout a des raisons pratiques, leur établissement étant considéré comme relevant du simple bon sens. Elles jouent souvent un rôle protecteur, notamment en ce qui concerne la danse (éviter les collisions) où encore le fait, pour un homme, de ne pas rester seul en compagnie d’une demoiselle (donc une jeune femme non mariée) trop longtemps sans la présence d’un chaperon où l’accord de ses parents, évitant ainsi les ragots moqueurs et les rumeurs. Le protocole : A différencier de la politesse, le protocole n’est pas non plus obligatoire en soit, et n’a pas d’autre utilité que celle d’offrir un cadre “sophistiqué” aux interactions officielles de la noblesse. Il comprend un certain nombre de règles permettant d’exprimer des messages par un moyen jugé comme étant plus subtil que l’usage direct de la parole (principalement en ce qui concerne la hiérarchie nobiliaire). La préséance : La préséance est l’ordre régissant l’organisation protocolaire d’un événement. Elle se base sur l’observation de certains points : Le rang, la fonction, le sexe et l’âge. Par exemple, en cas de rangs égaux et sans fonction particulière, ce sont les dames qui sont saluées les premières, en commençant par les plus âgées. Le rang de noblesse est l’élément le plus important, mais au vue du peu d’information concernant cela dans le lore, nous reprendrons ici les rangs sélectionnés pour le Sanctuaire soit, dans leur ordre d’importance : Comte, baron, banneret, chevalier. La fonction a également préséance en fonction des cas, peu importe la nature de celle-ci. On note : . Les fonctions militaires, mais uniquement pour les officiers (donc pas en dessous du grade de capitaine). . Les hautes fonctions religieuses ( ATTENTION cependant, cela ne s’applique pas à Kul Tiras étant donné le statut particulier des Eaugures, mais un noble étranger se doit d’avoir cette notion en tête concernant l'Église de la Lumière. Il est d’ailleurs tout aussi important de noter qu’une fonction de paladin où d’évêque n’aura pas de réel impact sur les terres de l’Amirauté). . Certaines fonctions gouvernementales, correspondant principalement, ici en tous cas, au rôle d’ambassadeur. . Les fonctions professionnelles prestigieuses peuvent également être mentionnée. Ainsi le directeur d’une banque d’importance verra son rôle rappelé, tout comme le propriétaire d’un salon, d’un établissement renommé, etc. . Les femmes ont la préséance sur les hommes de même rang, voir même légèrement plus élevé eu égard à la notion de galanterie. . L’âge étant considéré comme vecteur de sagesse, on lui accorde également une place dans la préséance, que les aînés obtiennent sur leurs cadets. On peut aussi noter que l’ancienneté d’une maison entre en compte. La dénomination : Les différents titres de noblesse et charges nécessitent un protocole spécifique. Encore une fois, ne sera évoqué ici que la sélection opérée pour ajouter de la cohérence au RP du Sanctuaire Les titres de noblesse : Comte : Appel : Monseigneur ou Monsieur, Madame. Traitement : Votre Grandeur. Baron : Appel : Monseigneur ou Monsieur, Madame. Traitement : Votre Magnificence. Chevalier : Ici, pas d’appel ni de traitement spécifique, aussi le terme “messire” semble être le plus approprié. On utilise l’Appel pour interpeller la personne, pour lui signifier que l’on désire s’adresser à elle. Le Traitement est utilisé pour parler de la personne noble, que ce soit à la personne en question ou a quelqu’un d’autre. ATTENTION : Il ne faut pas cumuler le traitement et le titre. Par exemple : « Monsieur le Baron ». Il s’agit d’une formulation réservée au personnel et autres roturiers. Cela ne concerne toutefois que les titres de noblesse et non pas les fonctions (Monsieur l’ambassadeur, Monsieur le capitaine sont donc tout de même de mise !) S’il existe une certaine familiarité avec l’interlocuteur, il est possible de le nommer par son titre en le précédent du terme (cher/chère). On peut également s’adresser à un noble sur lequel on a la préséance en le désignant uniquement par son titre (comte, baron…), mais uniquement dans ce cas là. Les fonctions militaires : On nomme un officier par son grade, en ajoutant d’abord “Monsieur” (Monsieur le Connétable, le Capitaine, le Contre-Amiral, etc… ) sauf si la personne s’adressant à lui est son subordonné direct auquel cas “Mon” suivi du grade est employé. Un officier subalterne sera simplement appelé “Monsieur”. II/ Inviter et être invité Les invitations : Lors de l’organisation d’un événement, il convient de s’y prendre à l’avance. Les invitations doivent être envoyées avec un délai dépendant de la solennité de l’événement, l’idéal restant de prévenir au moins une semaine avant. Pour les dîners et autres occasions privées et non officielles, il est d’usage de contacter les invités personnellement pour leur proposer la date de l’événement, que l’on confirmera par un carton. Il est terriblement impoli d’inviter quelqu’un devant une ou des personnes que vous ne comptez pas convier également. Et de manière générale, il vaut mieux que les invitations se fassent en tête à tête, ce qui permettra à la personne d’éventuellement décliner l’invitation expliquant certaines circonstances que la pudeur lui aurait empêché de partager devant d’autres. Traditionnellement, les cartons indiquent plusieurs informations : Les hôtes, l’éventuelle occasion (mariage, anniversaire… Mais aussi une simple invitation amicale par exemple), les dates et heures, le lieu, le code vestimentaire de mise (si cela est nécessaire), ainsi que les modalités de réponse (délai, principalement). Les noms mentionnés sur l’enveloppe contenant le carton indiquent les destinataires de l’invitation. Pour un couple, l’on mettra l'appel des deux personnes concernées (Monsieur, Madame... CF la liste des appels plus haut.) Si les enfants sont concernés, l’on ajoutera « et leurs enfants ». Si les places à la table de l’hôte sont attribuées, celle de l’invité sera indiquée sur son invitation. Quelques informations utiles en tant qu’hôte, où invité : . Certains invités peuvent amener un cadeau avec eux. Dans ce cas il est de bon ton de lui “faire honneur”. Par exemple, s’il s’agit de fleurs, de les disposer sur la table des convives. Si c’est un vin, de le faire servir, etc. Il est toutefois relativement mal vu d’apporter des mets en guise de cadeau, cela peut être interprété comme un doute envers la qualité de la table de l’hôte. Si un tel présent doit être fait, il faut l’avoir introduit dans une conversation précédente (ex: Vous auriez, durant une conversation, parlé d’un vin exceptionnel et auriez proposé d’en amener une bouteille à la prochaine occasion, vous pouvez donc le faire sans craintes). . L’hôte doit organiser la conversation dans l’attente du service, en avançant certains sujets de conversation que pourraient apprécier les différents invités. L’idéal étant de se référer aux intérêts connus de chacun, où encore à leurs fonctions, activités, etc. C’est également à l’hôte de présenter les invités qui ne se connaîtraient pas. . Les invités prennent place en fonction de la préséance. Les femmes prennent place avant les hommes, sauf s’il y a un invité d’honneur, auquel cas celui-ci se place en premier, exceptionnellement. Il en va de même pour le service des plats : Femmes en premières, hommes ensuite, sauf l’éventuel invité d’honneur qui a préséance. L’hôte est toujours servi en dernier. . Si tout le monde est déjà présent et qu’un nouveau convive arrive dans la salle, il convient de se lever. Les dames ne sont pas tenues de le faire, sauf si le nouvel arrivant est une femme plus âgée où à laquelle elles doivent le respect. . Il est mal vu d’adopter un comportement familier avec l’hôte, même s’il s’agit d’un proche où d’un ami de longue date. (Exemple : le tutoiement ) . Dire "Bon appétit" est une action jugée impolie, puisqu'elle fait référence au fait de manger en lui même, ce qui est déplacé. On parle d'art de la table, aussi toute référence à l'aspect initial, physiologique de la chose ne passe pas. D'autant plus que le terme même de "bon appétit", qui est une variante gastronomique de "bon courage" peut tout à fait être perçu comme une insulte par l'hôte, la phrase signifiant alors qu'il ne serait pas simple de venir à bout des mets servis. A proscrire absolument donc ! Gravure du XIXe représentant le salon de Victor Hugo. III/ Règles de salutations et de présentations Le salut : Les hommes se saluent d’une poignée de main, dégantée sauf si le retrait du gant en question s’avère difficile. Un simple hochement de la tête peut parfois être plus pratique, surtout si le destinataire est déjà engagé dans une conversation qu’il serait bien sûr impoli de venir interrompre. En cas de port de chapeau, il est de bon goût de le retirer le temps du salut, puis de le remettre. Les chevaliers, et à plus grande échelle, la noblesse militaire peuvent se serrer l’avant-bras plutôt que la main, un geste traduisant un sentiment de fraternité guerrière. Evidemment, la poignée de main où l’accolade est totalement prohibée si la personne en face de vous est à cheval, cela forcerait le cavalier à se pencher, et donc l'exposerait au risque de déstabiliser sa monture. Les hommes saluent les dames d’une brève révérence, et doivent retirer leur chapeau s’ils en portent un. Ils ne peuvent le remettre que sur invitation de l’interlocutrice. Il serait par ailleurs inconvenant pour cette dernière de laisser l’homme chapeau en main trop longtemps. lls peuvent également les gratifier d’une poignée de main, plus délicate que pour un homme. Par ailleurs la femme peut rester gantée et il est de bon ton d’incliner légèrement la tête dans le même temps. Le baisemain : Il n’a jamais lieu dans un espace public ni en plein air, sauf en ce qui concerne les événements officiels. Ce n’est pas à l’homme de lever la main de la dame, et il ne doit d’ailleurs pas le faire. C’est à elle de présenter sa dextre, dégantée, à peu près à hauteur de hanches. L’homme doit donc s’incliner, mais rester droit. Il n’embrasse pas la main de la femme, ce geste est considéré comme particulièrement vulgaire et rustre, tout en étant qui plus est chargé d’un message tout à fait équivoque quant aux intentions de l’homme… Ce dernier doit se contenter de simplement effleurer la main de la dame. Le baisemain ne se fait par ailleurs pas aux femmes célibataires, il est réservé aux femmes mariées. Les présentations : Dans le monde nobiliaire, il n’est pas rare de devoir présenter des personnes à d’autres éminents personnages, où bien tout simplement à une connaissance. En cas, il convient d’observer certaines règles. Naturellement, il convient de ne pas se placer entre les deux personne, ni même de passer entre elles, par mesure de politesse. On présente toujours la personne la moins préséante, en ajoutant généralement une mention remarquable sur la personne en question afin de justifier au préséant le choix de cette présentation. On utilise l’appel pour présenter les gens, on évoque leur fonction s’ils en ont une, et si cela peut avoir une quelconque utilité, la parenté peut être citée. IV/ La galanterie La galanterie occupe une place importante dans l'étiquette. En voici quelques exemples, peut-être parmi les moins évidents. Il existe bien sûr beaucoup d’autres gestes de galanterie, plus connus où évidents. . Le placement : Le port d’une lame nécessite un placement particulier. Si l’arme est portée au côté gauche, alors il convient de se placer à la gauche de la dame, et à sa droite si l’arme se trouve de ce côté. Il s’agit ici de ne pas être gêné où même de blesser la dame au moment où l’arme est dégainée, si cela doit arriver. . Les escaliers : Les hommes doivent s’engager les premiers dans les escaliers, afin de se trouver devant la dame dans la montée, pour des raisons évidentes. En revanche, il est de bon ton de se placer derrière elle lors de la descente, ne serait-ce que pour la prémunir d’une éventuelle chute. Ce dernier point semble avoir été mis en place pour les dames aux robes les plus complexes, pas toujours très adaptées aux déplacements. . Raccompagner une dame : Dans ce cas, l’homme ne part qu’une fois la dame bel et bien arrivée à destination. Chercher à entrer serait cavalier, et cela ne doit se faire que sur invitation de la dame en question.
  5. Messieurs, mesdames, la Caserne Portvaillant recherche activement deux individus qui se cachent au sein de notre ville ! Ceux-ci ont tenté de séquestrer une citoyenne de cette ville. Qu'ils soient jugés de leurs crimes ! La première personne est une femme aux cheveux carrés, brune. Celle-ci a les yeux verts et porte des habits des bas quartiers. Elle a été vue en train de chercher un médecin. La seconde personne est un homme châtain, portant un bonnet. Celui-ci n'a pas de barbe. Si vous voyez l'une de ces personnes, veuillez immédiatement contacter la garde de Boralus ! Ces personnes peuvent représenter une menace, ne faites pas justice vous-même. Une bourse sera donnée à quiconque délivrera des informations sur ces personnes. Gloire à l'Amirale Suprême !
  6. Au tout début, la Brigade de Mèchumide n'avait rien à voir avec ce qu'elle est actuellement. Fondée sur l'initiative du Capitaine Lo Lubeon de l'Amirautée de Kul Tiras, la Brigade était sensée être composée de l'élite de la Garde de Boralus devant lutter contre le développement d'un nouveau phénomène : le crime organisé urbain. Éloigné du port, grand lieu d'activité économique de Boralus, le quartier enclavé de Mèchumide s'était appauvrit au cours du temps. Finalement, Mèchumide devint le dernier refuge des sans-abris délogés des nouveaux quartiers par la Garde. C'est dans ses bidonvilles tentaculaires que se développèrent les premiers gangs de Kul Tiras, n'améliorant pas la situation globale. Mis au placard après avoir soutenu qu'il avait découvert un continent au Sud peuplé d'Ours humanoïdes, le controversé Capitaine Lubeon tenta de redorer son nom en proposant une solution au problème du crime organisé urbain à l'Amiral suprême. C'est là que naquit l'idée de créer une unité d'élite formée à infiltrer les organisation criminelles et à traquer les fugitifs pour vaincre une bonne fois pour toutes la criminalité. Et cela marcha. Pendant de nombreuses années, l'efficacité de la Brigade de Mèchumide était connue dans les sept royaumes. Sous le joug des implacables brigadiers de Mèchumide, les va-nu-pieds et hors-la-loi se tenaient à carreau. C'est alors qu'après la mort du Capitaine Lubeon, la Brigade sombra peu à peu dans la décadence. Graduellement, le service perdit de son prestige et ses agents passèrent de héros à vieux idiots. Puis finalement, elle devint ce qu'elle est aujourd'hui : Un véritable placard dans lequel ranger les gardes embarrassants pour l'Amirauté. Une unité inefficace mais néanmoins étrangement indispensable.
  7. Le lendemain de la réunion de <La Commune>, les jacasseries ambiantes se teinteront d'élans divergents et représentatifs du contexte politique, économique et social instable et désuni de la nation. Tandis que les premières ébauches de résumé s'exportent, plusieurs constats récurrents se forgeront leur place parmi les échanges verbaux, parfois fougueux, de certains citoyens. - Que des étrangers ! Et des elfes ! En plus ! Si, si ! Je les ai vu ! Ils sont tous complices ! - L'Alliance, encore, et toujours, l'Alliance ! On en a marre de l'Alliance ! Qu'ils retournent chez eux ! - Et l'autre crevette rachitique là ! Elle tient à peine sur ses guibolles et elle ose parler pour nous ?! C'est pas en s'alliant avec une vieille obèse de chez nous qu'elle se fera entendre ! Pauv'fille ! Toutefois, malgré la méfiance et la suspicions planant au dessus des têtes des fondateurs du mouvement, certaines voix s'élèveront, laborieusement, certes, pour relever des éléments favorables, bien qu'éternellement remis en question par le doute sur la défense d'intérêts personnels malveillants ou égoïstes. - Bon...faut dire...y'a pas grand monde qui s'bouge pour nous ces derniers temps....Entre les Malvoie et les Chantorage qui disparaissent, et la Fille du Vent Salé qui accapare toute l'attention de l'Amirauté, hein... - Elles nous connaissent pas, n'empêche, c'qu'elles disent...c'pas faux, parfois. - Ça changera rien: les mots, les mots, les mots. Nous aussi on peut parler hein ! Qu'elle fasse quelque chose de concret ! Cette Commune là ! C'est dans ce bourdonnement lattant que naîtra une certaine impatience d'une partie de la population, quant'à l'avènement d'actes et bienfaits promis résultants de ce mouvement singulier.
  8. C'est au triste jour de la mort du Capitaine de la garde Prestor Morrigen qu'un vent aura soufflé dans les ruelles de Boralus. D'une brise. D'un mot. Au typhon. Au discours. De privilèges en misère. De civils aux militaires. Ils écoutent. Ils répondent. <La Commune> Il est à présent de nature publique qu'une insurrection docile se levait face à la tyrannie du Capitaine parvenu. Arpentant les rues en quête de paix et de justice, la rumeur parlait d'un blanc destrier monté d'une figure saugrenue. Étrangère, sorcière, Alliance. Du temps amputé aux manœuvres habiles ne semble découlé une perte de ferveur. Des témoins auront pu entendre le discours proclamé suivant: < Que toutes les voix désireuses de se faire entendre des autorités se rassemblent, que l'unité règne. Peuple de Kul'Tiras, lavez votre honneur de la corruption que vous a imposé Prestor Morrigen ! Que le nom de Boralus soit purifié ! Ses innocents condamnés graciés ! Que les criminels soient jugés ! Que le blâme tapisse à jamais l'esprit de ceux ayant trahi leur patrie en leur nom ! Joignez-vous à la Commune, et réclamons que justice soit faite et que cesse l'impunité des autorités ! Faites de sa mort le tribunal de vos maux ! >
  9. Nul ne l'aurait imaginé. Le haut-quartier témoin d'une telle infamie. - Sorcellerie ! Âme égarée au delà de la potence. Folie. Démence. Hallucination. - Qu'on la pende ! Qu'on la brûle ! Loyauté Royale. Respect local. - Libérez-là. Réputation. Notoriété. Dévastée. C'est ainsi que les ragots débutèrent, des quais du port aux rues pavées populaires. Une jouvencelle aurait été accusée de sorcellerie au sein de Boralus. - Encore une étrangère ! Ils n'apportent que crimes et problèmes !
×
×
  • Créer...