Aller au contenu
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'boralus'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Contexte & Lois de Boralus
  • Actualités de Boralus de Boralus
  • Rumeurs de Boralus
  • Noblesse de Boralus
  • Contexte & Lois de Camp Croc-de-Guerre
  • Actualités du Camp de Camp Croc-de-Guerre
  • Livret de bataille de Camp Croc-de-Guerre
  • Informations et annonces de Escouade du Corbeau
  • Présentation de l'Ordre de Trinité de l'Aube
  • Histoire de la Trinité de l'Aube de Trinité de l'Aube
  • Les membres de l'Ordre de Trinité de l'Aube
  • Présentation de Azeroth 6604
  • Fronts de guerre de Azeroth 6604
  • Tout savoir sur la Fiducia Pecunia de Fiducia Pecunia
  • Recrutement de Fiducia Pecunia
  • A propos du Revenge de Équipage du Revenge
  • Fiches de Personnages de Équipage du Revenge
  • Journal de Bord et récits de Équipage du Revenge
  • Discussion générale de Le Goupil
  • Impressions de Le Goupil
  • Sondages de Le Goupil
  • Sujets de La Main d'Adamante
  • Le Néohumain de Comité Néohumain
  • Propagande de Comité Néohumain
  • Worgtown de Comité Néohumain
  • Port-Lupin de Comité Néohumain
  • Réservations de Port-Liberté
  • Commerces et activités de Port-Liberté
  • Présentation des Personnages de Port-Liberté
  • Tableau des missions de Port-Liberté
  • Tableau des primes de Port-Liberté
  • Annonces de Port-Liberté
  • Forum du Port de Port-Kraken
  • Normes en vigueur de Caserne Portvaillant
  • Avis de recherche de Caserne Portvaillant
  • Vie de la Caserne de Caserne Portvaillant
  • Histoires de La Brigade de Mèchumide
  • Présentation de Le Syndicat Cohenheim
  • Le Monde d'Acteon de Acteon
  • La Grande Réserve de Acteon
  • Archives du Monde Ancien de Acteon
  • Chapitre IV - L'émergence de l'Axe de Acteon
  • Quête et Donjons de Les Tarides... !
  • Contexte & Règlement de Les Tarides... !
  • Rumeurs & Avis de Recherche de Les Tarides... !
  • Galleries de Les Tarides... !
  • Introduction au Clan de Clan Bouclier-Sanglant
  • Fonctionnement de Banque du gob'
  • C0de & Pr0c3ss de l'4Rche de L'4rche R0uillée
  • Discord de Opus Load
  • Mémorium de Opus Load
  • La librairie d'Olympe réouvre c'est porte ! de Librairie d'Olympe
  • Roster de la fédération de Battle Wrestling Entertainment
  • BWE Championship de Battle Wrestling Entertainment
  • Informations - News et Rumeurs de Battle Wrestling Entertainment
  • Demande de recrutement de Coco Pub
  • Description de Salon de Thé : "Les Pierres de Foyer"
  • Histoire de Antre de la Sorcière
  • Restrictions de Antre de la Sorcière
  • Le vieux monde de Le donjon sinistre
  • A propos du clan de Clan Dranosh
  • Informations complémentaires de Fansydea
  • Contexte du projet & admission de L o c k e d
  • Quoi jouer ? de La Cohorte d'ébène
  • Annonces de Société des Eclaireurs
  • Campagnes de Société des Eclaireurs
  • Évènements de Société des Eclaireurs
  • Compendium de Société des Eclaireurs
  • Présentation et Formulaire de L'Atelier
  • Demandes & Suggestions de L'Atelier
  • Projets approuvés de L'Atelier
  • Informations HRP de Les Bois de la Pénombre
  • Informations RP de Les Bois de la Pénombre

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Journal de quêtes de Escouade du Corbeau
  • Évènements de La Main d'Adamante
  • Évènements du Port de Port-Kraken
  • Events de La Brigade de Mèchumide
  • Évènements de Warcraft : reforged

Groupes du produit

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Catégories

  • Files
  • Emplacement de Salon de Thé : "Les Pierres de Foyer"

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Personnage principal

12 résultats trouvés

  1. Maison Courvoisier Informations générales : Nom de la maison : Courvoisier Seigneur de la maison : Aodren Courvoisier Fondateur : Everard Courvoisier Blason : Un épervier doré surmontant un sabre de la même teinte, sur fond vert. Allégeance : Maison Portvaillant Membres de la famille proche : . Le père : Théobald Edgar Courvoisier. Âgé et rentré infirme de la Seconde guerre, il ne quitte plus guère le domaine, ayant préféré s’écarter de la politique et des intrigues de la capitale pour s’occuper du haras, tâche qui lui sied désormais bien plus. Il a laissé les rênes de la famille à son fils aîné, Aodren, dés lors que celui-ci fut promu au grade de capitaine, soit quelques années avant l’arrivée de l’Alliance à Boralus. Plus jeune, il s’engagea dans une carrière militaire au sein de la cavalerie Kultirassienne, qu'il acheva au grade de Commandeur, avant de se retiré de l’armée suite à la perte de sa jambe droite à la guerre. . La mère : Hélène Courvoisier. Âgée elle aussi, bien que plus jeune que son époux, elle passe également son temps au domaine, a ses côtés. Certaines mauvaises langues de la capitale laissent entendre qu’elle préférerait retrouver la ville, dont elle est native, mais personne ne semble valider cette théorie, officiellement du moins. Réputée pour son élégance du temps de sa jeunesse, elle tente de conserver un certain maintien et semble mettre un point d’honneur à vieillir avec panache. Il semblerait qu'elle accorde une grande importance à la réussite de ses fils et tout spécialement du cadet, Aubin... . Le frère : Aubin Courvoisier. Frère cadet de la famille, âgé de vingt-trois ans, il représente un second souffle aussi inespéré que tardif pour la famille, qui ne semblait guère parvenir à avoir un autre enfant après la naissance d'Aodren. Jeune et relativement insouciant, il demeure très méconnu à la capitale, n’y ayant fait que peu d’apparitions. Il n'a par ailleurs pas été à l'Académie, au vue de son désintérêt pour la chose militaire. Il passe beaucoup de temps au domaine, profitant de loisirs tels que l'équitation où la chasse, aidant son père à la tâche au besoin et suivant avec plus ou moins d’assiduité les cours d’un maître d’armes dépêché par Théobald, le vieil homme ne souhaitant visiblement pas que son fils garde cet état d’esprit volatile qui le caractérise pour l’heure. . L'Oncle : Armand Courvoisier. Le frère cadet de Théobald et seul Courvoisier a avoir fait carrière dans la marine. Il est de notoriété publique au sein de la noblesse que certaines dissensions existèrent entre les deux frères, le premier reprochant son choix au second. Quoi qu’il en soit, la querelle n’a jamais posé troubles plus importants que quelques emportements durant les dîners de famille. Il fut terrassé par la Horde durant l'expédition de Daelin en Kalimdor. Son fils unique, nommé Everard a l'instar du fondateur ancestral de la maison, fut victime d'un accident de chasse, menant ainsi à la disparition de la branche cadette de la famille. Les Beaulieu, parents des Courvoisier : . Tante : Athelis Beaulieu, née Courvoisier et soeur cadette de Theobald et Armand. Autrefois dynamique et très présente à la capitale, l’âge semble l’avoir rattrapée. Elle passe désormais le plus clair de son temps au Domaine Norwington avec son mari, Pieter. Elle est principalement connue pour sa voix et son goût du chant et de la poésie, passion qu’elle partage avec son fils aîné. . Cousins : Enguerrand et Anselm Beaulieu, âgés respectivement de 25 et 23 ans. Le premier, voué à hériter de la maison, s'intéresse grandement aux affaires littéraires : Poèmes, romans et chansons le passionnent au plus haut point, tandis que la danse et le théâtre figurent parmi ses passe-temps favoris. Il s'intéresse également à la politique, mais fort peu au combat, domaine qu'il laisse volontiers à son frère, Anselm, chevalier de son état. . Cousine : Caroline Beaulieu, soeur d'Enguerrand et Anselm, actuellement âgée de 24 ans, s’est illustrée à l’Académie d’où elle est sortie avec le grade de lieutenant. Elle est actuellement placée sous les ordres du Seigneur Aldrius Norwington, à l’instar d’Aodren avant elle. . Il existe d'autres membres de la famille Beaulieu, mais ceux-ci demeurent les plus proches des Courvoisier. Domaine : Voisin des terres de Norwington, les deux familles sont étroitement liées sur les plans politiques et économiques. Construit en une zone déboisée, il accueille le manoir de la famille, ainsi que ses dépendances. Ces dernières se composent du haras faisant la réputation commerciale des Courvoisier, ainsi que de quelques masures où vivent les employés du domaine, principalement des maquignons et des palefreniers. Quelques gardes payés aux frais de la famille gardent l’endroit, afin de s’assurer de la sécurité des lieux, bien que son emplacement ne soit guère dangereux, pas plus que les bois alentours servant principalement de terrain de chasse aux nobles. Résidence : Comme beaucoup de maisons nobles, les Courvoisier possèdent un pied-à-terre à la capitale. Selon les rumeurs, il aurait été acquis par le biais de l’épouse de Théobald et serait donc, par le fait même, relativement nouveau aux mains de la maison. Quoi qu’il en soit, il se trouve non loin de la Place de l’unité, face à la statue de Daelin récemment érigée en l’honneur de l’Amiral suprême tombé à Theramore. Relativement similaire aux autres hôtels particuliers de la capitale, il se caractérise cependant par sa position isolée : En effet, nul bâtiment voisin ne vient cerner la bâtisse. Réputation économique : La richesse de la famille fut pour le moins changeante au cours des années. Originellement dans la moyenne des revenus nobiliaires de l’Amirauté, la Seconde guerre fut une crise majeure pour la famille, qui perdit de nombreuses richesses durant le conflit, suite à de mauvais placements. Depuis lors, les Courvoisier n’eurent de cesse que de combler cette rupture, chose qui est désormais accomplie grâce aux revenus du haras, principalement. L’acquisition récente de nouveaux terrains commerciaux, notamment avec l’Alliance, tire les revenus de la famille vers le haut, si l’on en croit les rumeurs et les dépenses effectuées par le Seigneur Courvoisier depuis quelques temps. Personnel : . Un majordome : Wesley Noroît. Il est le fils de l'ancien majordome de la famille, Albert Noroît et prend ses fonctions très au sérieux. . Trois serviteurs : Kara Williams, Markus Chantalizé et Connor Mornecôte. . Deux gardes du corps : Les frères Dalbret, des mercenaires attachés au service de la famille depuis la nomination d’Aodren au grade de Lieutenant. . Concernant le domaine, le personnel est plus nombreux et varié : Domestiques, palefreniers, maquignons… A cela s'ajoute un garde-chasse, un coursier ainsi que les gardes du domaine. Réputation Militaire : La vocation militaire des Courvoisier est bien connue de tous, la plupart des membres de la famille ayant occupé les bancs de l'Académie en leur temps. Le Seigneur Courvoisier dirige actuellement un corps de cavalerie de l'Amirauté, composé d'une trentaine de soldats (entre 35 et 40 en fonction des recrutements et des pertes). En plus d'eux, il faut compter le personnel lié à l'entretien des montures, ainsi qu'un groupe d'une quinzaine de gardes protégeant le domaine et ses alentours, entretenus aux frais de la maison. Armand Courvoisier était le capitaine de l’Orient, navire de ligne de la flotte appartenant à l’Amirauté. Aucun autre membre de la famille n’ayant repris vocation pour la marine, il est désormais passé entre les mains d’un autre capitaine. A cela s'ajoute également Messire Aramis Valorage, chevalier au service de la maison. Il fait principalement office de maître d'armes pour Aubin. Faits connus : . Le blason des Courvoisier n’affiche pas un cheval, contrairement à ce que beaucoup s’imaginent souvent. En effet, à l’époque où il fut créé, la maison ne possédait pas encore sa tradition équestre, ayant donc préféré un épervier : Oiseau de chasse par excellence. . Il est de notoriété publique que Theobald Courvoisier et Henry Hellington entretenait une certaine rivalité dans leur jeunesse, l'histoire tournant autours d'une question de prestige. . Aubin Courvoisier n’est vraisemblablement connu que de nom à Boralus, n’y passant guère de temps. Cela peut soulever quelques questions. . Le Seigneur Aodren Courvoisier fut nommé à la tête de la campagne de Chantorage, à laquelle il prit donc part aux côtés d’un état-major constitué par les autres seigneurs présents. . Depuis la Campagne victorieuse de Chantorage, Aodren entretient un rapport particulier avec la maison éponyme et le Culte des marées. Arborant souvent une cloche d’eaugure à la ceinture, ramenée de la Vallée, il est connu pour attacher une grande importance au devenir des prêtres des mers. . Eustache Beaulieu, ancien lieutenant du régiment Courvoisier et tombé au champ d’honneur à Chantorage, était un cousin relativement éloigné d’Aodren. Ils ont fait leurs classes ensembles. . Le Seigneur Aodren Courvoisier ne cache pas sa sympathie pour l'Alliance, nouveau et fructueux partenaire commercial du noble. Cela dit, cet état d'esprit ne semble pas faire l'unanimité au sein de la famille. . Le haras Courvoisier est réputé pour élever et vendre d'excellentes montures de guerre et de concours, au prix que l'on peut attendre pour une bête de luxe. Cela dit, la maison est en contact avec de nombreux éleveurs de chevaux roturiers, aussi les Courvoisier peuvent-ils fournir à peu près n'importe quel type de cheval à qui en exprime la demande. . Le Seigneur Courvoisier est connu pour être un collectionneur d'objets anciens, et tout spécialement lorsqu'ils sont issus de cultures étrangères.
  2. Patch

    La Cale

    Centre névralgique de la clandestinité à Boralus, la Cale est un lieu de rencontre, de marchés et de discussion libre. Paris, combats, musique étrangère d'un nouveau genre, sang et or, voilà le genre de choses que vous retrouverez dans la Cale. La liberté est de mise et tant que celle-ci est respectée, la Cale perdura. Que vous soyez un pauvre mendiant des rues de Mèchumide ou un noble en manque de sensation forte, tous vous accepteront et vous écouteront tant que vous respecterez deux règles primordiales : Tous ont le droit d'exprimer son avis sur un sujet comme un autre et tout règlement de compte doit se faire sur le ring. Un noble n'aura pas un droit de parole prévalant sur un mendiant, de même pour un Tirassien envers un étranger de l'Alliance. Vous n'êtes pas obligé d'être d'accord avec la personne, seulement de respecter son avis et ses raisons. Toute dispute ne pouvant être résolue par la diplomatie se fera entre les cordes, sous les cris des spectateurs et l'argent coulant à flot de mains en mains. Ayez le dernier mot en fracassant la mâchoire de votre détracteur sur le sol froid et tâché du sang de la veille sous les applaudissements d'une foule en délire et peut-être... que la belle chantera en votre honneur. Digne représentation de l'ouverture au monde, à l'abri des regards indiscret, la Cale est un lieu de partages et d'idées. Les étrangers sont les bienvenues et trouveront leur place, presque comme un petit morceau du continent grouillant d'activité sous leurs pieds. Située dans un ancien pénitencier disparu avec le temps et les joies de l'urbanisme, la Cale est accessible par n'importe quel réseau d'égout, tant que vous ne perdez pas votre chemin. Ouvert à toutes heures, vous aurez peut-être la surprise de tomber sur un combat ou une chanson. Auquel cas, prenez une place et une bière, vous aurez peut-être un peu plus de chance. HRP : La Cale est l'arène principale créée de toutes pièces pour le Sanctuaire de Boralus. Elle est offerte aux joueurs et totalement libre d'accès. Cependant les propriétaires des lieux ne changeront pas pour éviter tout conflit. Il faut savoir que même si la Cale n'est pas tout à fait dans la légalité, elle est devenue une institution pour beaucoup de Tirassien et nombreux sont ceux la supportant même dans les plus hautes sphères de la cité. Elle n'est pas pour autant illégale si ce n'est qu'elle outrepasse certaines lois sur les paris empéchant par exemple les Corsandre de s'en attribuer les bénéfices. C'est avant tout un lieu de divertissement, loin de la morosité de certains quartiers et la haute sait qu'un peuple divertit est un peuple heureux. La Horde n'y a bien sûr pas sa place, mais on peut y retrouver comme au port des alizés, des marchands exotiques venu de Vol'dun ou des mers du sud des différentes races neutre. Cependant, inutile de demander la provenance de leurs produits, ils ne vous répondront pas, ou simplement "C'est tombé de la charrette ? :] " Ne vous en faites pas pour eux, ils plieront bagage avant même que vous ayez remarqué la présence de la garde de boralus. A propos des combats : Ils doivent se faire uniquement sur le ring à tour de rôle, les brutasses ne laisseront jamais un combat ou une bagarre se faire en dehors des cordes. Les combats à l'aide de magie ou d'arme à feu sont interdit et les armes ne sont autorisées que si les deux combattants l'ont accepté avant de monter sur le ring. Le combat à mort lui aussi doit être décidé au préalable. Si un des combattant vient à mourir durant un combat à main nue, le vainqueur peut-être jugé coupable et renvoyé de la Cale. Toute tentative de meurtre ou d'assassinat sera réprimandé automatiquement par le personnel de la Cale. Les assassins n'ont pas leur place ici et les issues seront très vite fermé pour empêcher la moindre fuite. FAQ : Q1 : Qui dirige la Cale ? R : La Cale est tenue par le Capitaine Ozof et son second Rafy. Ozof s'assure que l'organisation et ses lois soient respectés, alors que Rafy lui s'assure que votre verre ne soit jamais vide. (Une brève sera peut-être écrite à propos de leur histoire... Peut-être...) Q2 : Toutes les races sont acceptées dans la Cale ? R : La Horde est interdite sans condition, la plus part des clients sont des patriotes, encore très blessés par la perte de leurs proches durant la première et seconde guerre et la cicatrice est encore fraiche. Un demi-sang issue d'une race de la horde ne sera pas accepté lui non plus. Les Deathknights n'ont pas leur place à la Cale, ils inspirent plus la peur que des idées et de la philosophie, les brutasses les laisseront se perdre dans le dédale d'égouts sans le moindre regret. Les worgens sont acceptées mais les locaux restent craintif. Q3 : Les criminels ont-ils leur place à la Cale ? R : La Cale n'est pas un asile pour les parias de ce monde, nul ne vous protégera de ce côté là mais nul n'a besoin de révéler au grand jour vos petits secrets. Chaque personne à la Cale traine avec lui ses valises honteuses ou secrètes et elles ne font pas état de votre personne, seule votre façon d'agir compte. Au même degré, la Cale ne révélera jamais d'informations à la Garde sur une petite frappe ou un voleur à l'arraché. Cependant, les criminels dangereux connues et reconnues n'auront pas leur place. Suivant la gravité des crimes et leurs intentions, ils seront soit invité à partir, soit tuer sur le champs et jeter à l'égout. Mais la Cale reste un endroit au milieu des égouts, et qui sait ce qui se trame plus loin dans les boyaux de la cité. Q4 : Et au niveau de la garde ? R : Un garde en civil reste un citoyen, il a besoin de se divertir et peut le faire autant qu'il le désire à la Cale. Cependant, une intervention officielle de la Garde en uniforme et avec les couleurs au sein de la Cale est très mal vu de la part de tous. Suivant l'ampleur de l'intervention, la Cale ne coopérera que pour accélérer les choses et faire en sorte que les activités reprennent le plus vite possible. Sinon, ils attendront que tout soit rentré dans l'ordre, n'espérez pas des poignées de mains chaleureuses. En sommes, un criminel n'est pas leur problème. En revanche, La Cale est située au milieu d'un dédale d'égouts traversant Mèchumide, ainsi, elle sera toujours prévenue à l'avance de l'arrivée de la Garde et les paris seront caché et les tableaux de cotes effacés avant leur arrivé. Q5 : L'Alliance est acceptée ? R : Oui, sans condition. Q6 : Tout le monde peut trouver la Cale ? R : Tant que vous montrez patte blanche à l'entrée, des brutasses et d'autres clients vous montreront le chemin jusqu'à elle. Cependant, si vous vous montrez hostile, que vous avez l'air hostile, ils peuvent très bien vous laisser tourner sans fin dans les égouts sans vous aider. Q7 : Quels sont les risques d'un crime dans la Cale ? R : Si vous utilisez la magie, une arme à feu, une triche sur le ring, selon l'ampleur de votre acte vous serez soit conduit à la sortie et interdit d'entrée pendant un très long moment. Ensuite, rien n'indique dans quel état vous devez rejoindre la sortie, ça peut être sur vos deux jambes comme vous laisser flotter dans les eaux usées jusqu'au canal extérieur. Le refus d'obéir aux règles, d'attenter à la vie d'un membre ou d'un client peut facilement résulter par le même résultat et ce, même si vous êtes un garde. Q8 : La Cale fait-il parti d'un réseau ? R : La Cale n'est pas un repaire secret de voleurs héroïques, c'est le bar de deux hommes simples. Ils n'ont pas de lien avec la pègre, ni avec le moindre mouvement politique local ou étranger, et encore moins avec les Sans-Couronnes. Si vous invoquez un titre d'appartenance à un ordre de voleurs, ils vous répondront simplement qu'ils sont content pour vous et vous paierez votre verre, comme les autres. Q9 : Qui ne peut pas monter sur le ring ? R : Typiquement une race / classe monstrueuse n'a déjà pas le droit d'entrer dans la Cale, (CF Q2), cependant un worgen transformé n'aura pas le droit de monter sur le ring, ses griffes étant considérées comme des armes. Enfin, si celui-ci reste transformé dans l'établissement, il ne sera pas rejeter mais inspirera une certaine crainte (à juste titre) auprès des clients locaux. Q10 : L'organisation des combats IRP et HRP doit être réglementé par un référent ou par toi ? R : Typiquement non, les propriétaires sont des NPC pour cette raison. Les combats et les tournois peuvent être organisé par vous seul, c'est libre d'accès après il est bien vu de s'organiser avec les gens prévoyant déjà de leur côté des RP du même type pour éviter les conflits. Vous n'avez pas besoin de me prévenir pour le moindre combat ou voir avec un référent pour en organiser un ou en faire un à la va-vite un soir où ils vous en prend l'envie. Q11 : Comment fonctionne les paris ? R : Comme n'importe quel pari de boxe. D'ailleurs, chaque combat ouvre les paris, les spectateurs présent peuvent miser sur le combattant de leur choix. Q12 : P'tite bière ? R : P'tite bière 😃
  3. Ce post a pour objectif de proposer un lieu de diffusion des différentes actions importantes en rapport avec la noblesse ou simplement le Haut-quartier. Il s'adresse donc avant tout aux acteurs de la scène nobiliaire Kultirassienne, mais également a n'importe quel personnage en relation avec celle-ci, de près ou de loin, dont une action pourrait avoir une résonance publique. Voici tout de même quelques petites règles afin d'éviter les débordements et autres soucis du même genre : Les nouvelles doivent être rédigées au passé composé puisqu'il s'agit, à priori, de faits ayant déjà eu lieu IRP et qui sont sûrs. Exemple : "Le capitaine de la garde a obtenu la seconde place au tournoi Howard." L'information doit avoir été vue par un certain nombre de gens et surtout pouvoir être vérifiables auprès des autorités, de la population, etc. Le fait doit avoir eu lieu pour pouvoir être listé, cela dit, certaines parties peuvent bien sûr rester dans l'ombre si elles ne sont pas connues du grand public. A noter que quelques indices menant à une possibilité de les découvrir peut toujours donner du jeu ! Comme pour les rumeurs, il est important de délimiter une zone de propagation de l'information. Jusqu’où peut-on en entendre parler ?
  4. Fiches noblesse Je vous propose ce post afin de développer une idée intéressante pour la promotion de vos maisons. Les intéressés peuvent utiliser cette catégorie "Noblesse" du club pour déposer, dans un post, une fiche à propos de leur maison. L'idée serait de constituer une base de données regroupant ce que les gens savent, IRP, de vos maisons, créant ainsi une fenêtre de promotion et d’interaction pour ces dernières. Voici la liste des points qu'il est important de mentionner ( Bien sûr elle n'est pas exhaustive et peut être modifiée en fonction de votre bon vouloir !) : . Le nom de la Maison . Le nom du dirigeant actuel de la Maison . La liste des membres de la Maison (en faisant bien la séparation des proches et des serviteurs) . L'allégeance de la Maison . Les éventuelles maisons vassales de la vôtre . Le domaine (Ou est-il ? Que comporte-t'il ? Combien de personnes y sont employées ? Etc.) . La résidence à Boralus (Pareil que pour le domaine) . La réputation financière de la maison . La réputation militaire . Des faits connus en relation avec votre maison, des spécificités, etc. . Des détails, comme les spécificités alimentaires (goûts, restrictions, que doivent forcément connaître les serviteurs pour les réceptions) par exemple. . Un encart HRP afin d'annoncer l'ouverture de la maison au recrutement (Serviteurs, membres de la famille, hommes de main/soldats.)
  5. Voici un post "Annonces-RP" pour l'opération en Chantorage ! Il est important d'y notifier les faits notables en rapport avec celle-ci !
  6. L’étiquette L’étiquette, si elle peut paraître désuète n’en demeure pas moins une composante importante de la noblesse, qui trouve par ailleurs une place de choix au sein de l’élite Kultirassienne. Ses codifications parfois complexes se retrouvent ici victimes d’une sélection pratique : Reproduire l’intégralité du protocole où des mœurs nobiliaires n’aurait pas grande utilité inRP d’autant plus que cela serait très contraignant et… Clairement usant. Aussi, les éléments présentés ici représentent une base pour représenter une noblesse structurée et codifiée à son minimum et ont principalement pour objectif d’éviter à votre personnage de passer pour un rustre aux yeux des autres nobles et ainsi de voir son image détériorée ce qui est, normalement, l’une de ses plus grandes peur. Il ne s'agit pas d'éléments renseignés par Blizzard puisqu'ils n'ont rien développer à ce sujet, mais bien de pratiques IRL adaptées et placées dans le contexte de WoW. Ce guide n’est pas de mon propre fait, du moins au niveau de sa substance même. Les informations ici présentes sont issue d’un document intitulé “Indispensable petit précis d’étiquette”, qui m’a été remis par Azalym. Je ne me suis contenté que de sélectionner, réécrire et adapter au lore les informations utiles au RP noble. (Oh et les illustrations sont bien sûr non contractuelles !) Vous n'êtes bien évidemment pas obligés d'appliquer tout cela à la lettre, faites comme bon vous semblera et surtout comme votre personnage ferait. Cela dit, il se peut qu'il y ait des conséquences en cas de manquement à l'étiquette, comme toute chose dans la noblesse. Illustration pour le roman "Guerre et Paix" par Leonid Pasternak (1893) I/ Politesse et protocole La politesse : La politesse un ensemble de règles simples et pratiques qui permettent de régir les interactions avec d’autres personnes. L’édification de l’ensemble des règles que l’on regroupe sous la notion de « politesse » tient avant tout a des raisons pratiques, leur établissement étant considéré comme relevant du simple bon sens. Elles jouent souvent un rôle protecteur, notamment en ce qui concerne la danse (éviter les collisions) où encore le fait, pour un homme, de ne pas rester seul en compagnie d’une demoiselle (donc une jeune femme non mariée) trop longtemps sans la présence d’un chaperon où l’accord de ses parents, évitant ainsi les ragots moqueurs et les rumeurs. Le protocole : A différencier de la politesse, le protocole n’est pas non plus obligatoire en soit, et n’a pas d’autre utilité que celle d’offrir un cadre “sophistiqué” aux interactions officielles de la noblesse. Il comprend un certain nombre de règles permettant d’exprimer des messages par un moyen jugé comme étant plus subtil que l’usage direct de la parole (principalement en ce qui concerne la hiérarchie nobiliaire). La préséance : La préséance est l’ordre régissant l’organisation protocolaire d’un événement. Elle se base sur l’observation de certains points : Le rang, la fonction, le sexe et l’âge. Par exemple, en cas de rangs égaux et sans fonction particulière, ce sont les dames qui sont saluées les premières, en commençant par les plus âgées. Le rang de noblesse est l’élément le plus important, mais au vue du peu d’information concernant cela dans le lore, nous reprendrons ici les rangs sélectionnés pour le Sanctuaire soit, dans leur ordre d’importance : Comte, baron, banneret, chevalier. La fonction a également préséance en fonction des cas, peu importe la nature de celle-ci. On note : . Les fonctions militaires, mais uniquement pour les officiers (donc pas en dessous du grade de capitaine). . Les hautes fonctions religieuses ( ATTENTION cependant, cela ne s’applique pas à Kul Tiras étant donné le statut particulier des Eaugures, mais un noble étranger se doit d’avoir cette notion en tête concernant l'Église de la Lumière. Il est d’ailleurs tout aussi important de noter qu’une fonction de paladin où d’évêque n’aura pas de réel impact sur les terres de l’Amirauté). . Certaines fonctions gouvernementales, correspondant principalement, ici en tous cas, au rôle d’ambassadeur. . Les fonctions professionnelles prestigieuses peuvent également être mentionnée. Ainsi le directeur d’une banque d’importance verra son rôle rappelé, tout comme le propriétaire d’un salon, d’un établissement renommé, etc. . Les femmes ont la préséance sur les hommes de même rang, voir même légèrement plus élevé eu égard à la notion de galanterie. . L’âge étant considéré comme vecteur de sagesse, on lui accorde également une place dans la préséance, que les aînés obtiennent sur leurs cadets. On peut aussi noter que l’ancienneté d’une maison entre en compte. La dénomination : Les différents titres de noblesse et charges nécessitent un protocole spécifique. Encore une fois, ne sera évoqué ici que la sélection opérée pour ajouter de la cohérence au RP du Sanctuaire Les titres de noblesse : Comte : Appel : Monseigneur ou Monsieur, Madame. Traitement : Votre Grandeur. Baron : Appel : Monseigneur ou Monsieur, Madame. Traitement : Votre Magnificence. Chevalier : Ici, pas d’appel ni de traitement spécifique, aussi le terme “messire” semble être le plus approprié. On utilise l’Appel pour interpeller la personne, pour lui signifier que l’on désire s’adresser à elle. Le Traitement est utilisé pour parler de la personne noble, que ce soit à la personne en question ou a quelqu’un d’autre. ATTENTION : Il ne faut pas cumuler le traitement et le titre. Par exemple : « Monsieur le Baron ». Il s’agit d’une formulation réservée au personnel et autres roturiers. Cela ne concerne toutefois que les titres de noblesse et non pas les fonctions (Monsieur l’ambassadeur, Monsieur le capitaine sont donc tout de même de mise !) S’il existe une certaine familiarité avec l’interlocuteur, il est possible de le nommer par son titre en le précédent du terme (cher/chère). On peut également s’adresser à un noble sur lequel on a la préséance en le désignant uniquement par son titre (comte, baron…), mais uniquement dans ce cas là. Les fonctions militaires : On nomme un officier par son grade, en ajoutant d’abord “Monsieur” (Monsieur le Connétable, le Capitaine, le Contre-Amiral, etc… ) sauf si la personne s’adressant à lui est son subordonné direct auquel cas “Mon” suivi du grade est employé. Un officier subalterne sera simplement appelé “Monsieur”. II/ Inviter et être invité Les invitations : Lors de l’organisation d’un événement, il convient de s’y prendre à l’avance. Les invitations doivent être envoyées avec un délai dépendant de la solennité de l’événement, l’idéal restant de prévenir au moins une semaine avant. Pour les dîners et autres occasions privées et non officielles, il est d’usage de contacter les invités personnellement pour leur proposer la date de l’événement, que l’on confirmera par un carton. Il est terriblement impoli d’inviter quelqu’un devant une ou des personnes que vous ne comptez pas convier également. Et de manière générale, il vaut mieux que les invitations se fassent en tête à tête, ce qui permettra à la personne d’éventuellement décliner l’invitation expliquant certaines circonstances que la pudeur lui aurait empêché de partager devant d’autres. Traditionnellement, les cartons indiquent plusieurs informations : Les hôtes, l’éventuelle occasion (mariage, anniversaire… Mais aussi une simple invitation amicale par exemple), les dates et heures, le lieu, le code vestimentaire de mise (si cela est nécessaire), ainsi que les modalités de réponse (délai, principalement). Les noms mentionnés sur l’enveloppe contenant le carton indiquent les destinataires de l’invitation. Pour un couple, l’on mettra l'appel des deux personnes concernées (Monsieur, Madame... CF la liste des appels plus haut.) Si les enfants sont concernés, l’on ajoutera « et leurs enfants ». Si les places à la table de l’hôte sont attribuées, celle de l’invité sera indiquée sur son invitation. Quelques informations utiles en tant qu’hôte, où invité : . Certains invités peuvent amener un cadeau avec eux. Dans ce cas il est de bon ton de lui “faire honneur”. Par exemple, s’il s’agit de fleurs, de les disposer sur la table des convives. Si c’est un vin, de le faire servir, etc. Il est toutefois relativement mal vu d’apporter des mets en guise de cadeau, cela peut être interprété comme un doute envers la qualité de la table de l’hôte. Si un tel présent doit être fait, il faut l’avoir introduit dans une conversation précédente (ex: Vous auriez, durant une conversation, parlé d’un vin exceptionnel et auriez proposé d’en amener une bouteille à la prochaine occasion, vous pouvez donc le faire sans craintes). . L’hôte doit organiser la conversation dans l’attente du service, en avançant certains sujets de conversation que pourraient apprécier les différents invités. L’idéal étant de se référer aux intérêts connus de chacun, où encore à leurs fonctions, activités, etc. C’est également à l’hôte de présenter les invités qui ne se connaîtraient pas. . Les invités prennent place en fonction de la préséance. Les femmes prennent place avant les hommes, sauf s’il y a un invité d’honneur, auquel cas celui-ci se place en premier, exceptionnellement. Il en va de même pour le service des plats : Femmes en premières, hommes ensuite, sauf l’éventuel invité d’honneur qui a préséance. L’hôte est toujours servi en dernier. . Si tout le monde est déjà présent et qu’un nouveau convive arrive dans la salle, il convient de se lever. Les dames ne sont pas tenues de le faire, sauf si le nouvel arrivant est une femme plus âgée où à laquelle elles doivent le respect. . Il est mal vu d’adopter un comportement familier avec l’hôte, même s’il s’agit d’un proche où d’un ami de longue date. (Exemple : le tutoiement ) . Dire "Bon appétit" est une action jugée impolie, puisqu'elle fait référence au fait de manger en lui même, ce qui est déplacé. On parle d'art de la table, aussi toute référence à l'aspect initial, physiologique de la chose ne passe pas. D'autant plus que le terme même de "bon appétit", qui est une variante gastronomique de "bon courage" peut tout à fait être perçu comme une insulte par l'hôte, la phrase signifiant alors qu'il ne serait pas simple de venir à bout des mets servis. A proscrire absolument donc ! Gravure du XIXe représentant le salon de Victor Hugo. III/ Règles de salutations et de présentations Le salut : Les hommes se saluent d’une poignée de main, dégantée sauf si le retrait du gant en question s’avère difficile. Un simple hochement de la tête peut parfois être plus pratique, surtout si le destinataire est déjà engagé dans une conversation qu’il serait bien sûr impoli de venir interrompre. En cas de port de chapeau, il est de bon goût de le retirer le temps du salut, puis de le remettre. Les chevaliers, et à plus grande échelle, la noblesse militaire peuvent se serrer l’avant-bras plutôt que la main, un geste traduisant un sentiment de fraternité guerrière. Evidemment, la poignée de main où l’accolade est totalement prohibée si la personne en face de vous est à cheval, cela forcerait le cavalier à se pencher, et donc l'exposerait au risque de déstabiliser sa monture. Les hommes saluent les dames d’une brève révérence, et doivent retirer leur chapeau s’ils en portent un. Ils ne peuvent le remettre que sur invitation de l’interlocutrice. Il serait par ailleurs inconvenant pour cette dernière de laisser l’homme chapeau en main trop longtemps. lls peuvent également les gratifier d’une poignée de main, plus délicate que pour un homme. Par ailleurs la femme peut rester gantée et il est de bon ton d’incliner légèrement la tête dans le même temps. Le baisemain : Il n’a jamais lieu dans un espace public ni en plein air, sauf en ce qui concerne les événements officiels. Ce n’est pas à l’homme de lever la main de la dame, et il ne doit d’ailleurs pas le faire. C’est à elle de présenter sa dextre, dégantée, à peu près à hauteur de hanches. L’homme doit donc s’incliner, mais rester droit. Il n’embrasse pas la main de la femme, ce geste est considéré comme particulièrement vulgaire et rustre, tout en étant qui plus est chargé d’un message tout à fait équivoque quant aux intentions de l’homme… Ce dernier doit se contenter de simplement effleurer la main de la dame. Le baisemain ne se fait par ailleurs pas aux femmes célibataires, il est réservé aux femmes mariées. Les présentations : Dans le monde nobiliaire, il n’est pas rare de devoir présenter des personnes à d’autres éminents personnages, où bien tout simplement à une connaissance. En cas, il convient d’observer certaines règles. Naturellement, il convient de ne pas se placer entre les deux personne, ni même de passer entre elles, par mesure de politesse. On présente toujours la personne la moins préséante, en ajoutant généralement une mention remarquable sur la personne en question afin de justifier au préséant le choix de cette présentation. On utilise l’appel pour présenter les gens, on évoque leur fonction s’ils en ont une, et si cela peut avoir une quelconque utilité, la parenté peut être citée. IV/ La galanterie La galanterie occupe une place importante dans l'étiquette. En voici quelques exemples, peut-être parmi les moins évidents. Il existe bien sûr beaucoup d’autres gestes de galanterie, plus connus où évidents. . Le placement : Le port d’une lame nécessite un placement particulier. Si l’arme est portée au côté gauche, alors il convient de se placer à la gauche de la dame, et à sa droite si l’arme se trouve de ce côté. Il s’agit ici de ne pas être gêné où même de blesser la dame au moment où l’arme est dégainée, si cela doit arriver. . Les escaliers : Les hommes doivent s’engager les premiers dans les escaliers, afin de se trouver devant la dame dans la montée, pour des raisons évidentes. En revanche, il est de bon ton de se placer derrière elle lors de la descente, ne serait-ce que pour la prémunir d’une éventuelle chute. Ce dernier point semble avoir été mis en place pour les dames aux robes les plus complexes, pas toujours très adaptées aux déplacements. . Raccompagner une dame : Dans ce cas, l’homme ne part qu’une fois la dame bel et bien arrivée à destination. Chercher à entrer serait cavalier, et cela ne doit se faire que sur invitation de la dame en question.
  7. Messieurs, mesdames, la Caserne Portvaillant recherche activement deux individus qui se cachent au sein de notre ville ! Ceux-ci ont tenté de séquestrer une citoyenne de cette ville. Qu'ils soient jugés de leurs crimes ! La première personne est une femme aux cheveux carrés, brune. Celle-ci a les yeux verts et porte des habits des bas quartiers. Elle a été vue en train de chercher un médecin. La seconde personne est un homme châtain, portant un bonnet. Celui-ci n'a pas de barbe. Si vous voyez l'une de ces personnes, veuillez immédiatement contacter la garde de Boralus ! Ces personnes peuvent représenter une menace, ne faites pas justice vous-même. Une bourse sera donnée à quiconque délivrera des informations sur ces personnes. Gloire à l'Amirale Suprême !
  8. Au tout début, la Brigade de Mèchumide n'avait rien à voir avec ce qu'elle est actuellement. Fondée sur l'initiative du Capitaine Lo Lubeon de l'Amirautée de Kul Tiras, la Brigade était sensée être composée de l'élite de la Garde de Boralus devant lutter contre le développement d'un nouveau phénomène : le crime organisé urbain. Éloigné du port, grand lieu d'activité économique de Boralus, le quartier enclavé de Mèchumide s'était appauvrit au cours du temps. Finalement, Mèchumide devint le dernier refuge des sans-abris délogés des nouveaux quartiers par la Garde. C'est dans ses bidonvilles tentaculaires que se développèrent les premiers gangs de Kul Tiras, n'améliorant pas la situation globale. Mis au placard après avoir soutenu qu'il avait découvert un continent au Sud peuplé d'Ours humanoïdes, le controversé Capitaine Lubeon tenta de redorer son nom en proposant une solution au problème du crime organisé urbain à l'Amiral suprême. C'est là que naquit l'idée de créer une unité d'élite formée à infiltrer les organisation criminelles et à traquer les fugitifs pour vaincre une bonne fois pour toutes la criminalité. Et cela marcha. Pendant de nombreuses années, l'efficacité de la Brigade de Mèchumide était connue dans les sept royaumes. Sous le joug des implacables brigadiers de Mèchumide, les va-nu-pieds et hors-la-loi se tenaient à carreau. C'est alors qu'après la mort du Capitaine Lubeon, la Brigade sombra peu à peu dans la décadence. Graduellement, le service perdit de son prestige et ses agents passèrent de héros à vieux idiots. Puis finalement, elle devint ce qu'elle est aujourd'hui : Un véritable placard dans lequel ranger les gardes embarrassants pour l'Amirauté. Une unité inefficace mais néanmoins étrangement indispensable.
  9. Le lendemain de la réunion de <La Commune>, les jacasseries ambiantes se teinteront d'élans divergents et représentatifs du contexte politique, économique et social instable et désuni de la nation. Tandis que les premières ébauches de résumé s'exportent, plusieurs constats récurrents se forgeront leur place parmi les échanges verbaux, parfois fougueux, de certains citoyens. - Que des étrangers ! Et des elfes ! En plus ! Si, si ! Je les ai vu ! Ils sont tous complices ! - L'Alliance, encore, et toujours, l'Alliance ! On en a marre de l'Alliance ! Qu'ils retournent chez eux ! - Et l'autre crevette rachitique là ! Elle tient à peine sur ses guibolles et elle ose parler pour nous ?! C'est pas en s'alliant avec une vieille obèse de chez nous qu'elle se fera entendre ! Pauv'fille ! Toutefois, malgré la méfiance et la suspicions planant au dessus des têtes des fondateurs du mouvement, certaines voix s'élèveront, laborieusement, certes, pour relever des éléments favorables, bien qu'éternellement remis en question par le doute sur la défense d'intérêts personnels malveillants ou égoïstes. - Bon...faut dire...y'a pas grand monde qui s'bouge pour nous ces derniers temps....Entre les Malvoie et les Chantorage qui disparaissent, et la Fille du Vent Salé qui accapare toute l'attention de l'Amirauté, hein... - Elles nous connaissent pas, n'empêche, c'qu'elles disent...c'pas faux, parfois. - Ça changera rien: les mots, les mots, les mots. Nous aussi on peut parler hein ! Qu'elle fasse quelque chose de concret ! Cette Commune là ! C'est dans ce bourdonnement lattant que naîtra une certaine impatience d'une partie de la population, quant'à l'avènement d'actes et bienfaits promis résultants de ce mouvement singulier.
  10. C'est au triste jour de la mort du Capitaine de la garde Prestor Morrigen qu'un vent aura soufflé dans les ruelles de Boralus. D'une brise. D'un mot. Au typhon. Au discours. De privilèges en misère. De civils aux militaires. Ils écoutent. Ils répondent. <La Commune> Il est à présent de nature publique qu'une insurrection docile se levait face à la tyrannie du Capitaine parvenu. Arpentant les rues en quête de paix et de justice, la rumeur parlait d'un blanc destrier monté d'une figure saugrenue. Étrangère, sorcière, Alliance. Du temps amputé aux manœuvres habiles ne semble découlé une perte de ferveur. Des témoins auront pu entendre le discours proclamé suivant: < Que toutes les voix désireuses de se faire entendre des autorités se rassemblent, que l'unité règne. Peuple de Kul'Tiras, lavez votre honneur de la corruption que vous a imposé Prestor Morrigen ! Que le nom de Boralus soit purifié ! Ses innocents condamnés graciés ! Que les criminels soient jugés ! Que le blâme tapisse à jamais l'esprit de ceux ayant trahi leur patrie en leur nom ! Joignez-vous à la Commune, et réclamons que justice soit faite et que cesse l'impunité des autorités ! Faites de sa mort le tribunal de vos maux ! >
  11. Nul ne l'aurait imaginé. Le haut-quartier témoin d'une telle infamie. - Sorcellerie ! Âme égarée au delà de la potence. Folie. Démence. Hallucination. - Qu'on la pende ! Qu'on la brûle ! Loyauté Royale. Respect local. - Libérez-là. Réputation. Notoriété. Dévastée. C'est ainsi que les ragots débutèrent, des quais du port aux rues pavées populaires. Une jouvencelle aurait été accusée de sorcellerie au sein de Boralus. - Encore une étrangère ! Ils n'apportent que crimes et problèmes !
×
×
  • Créer...