Jump to content
Murmures
Bienvenue sur Kuretar 8.3 Ouvrez votre cœur au vide

Finishan/Aesa

Membre
  • Posts

    159
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    9

Finishan/Aesa last won the day on November 12 2020

Finishan/Aesa had the most liked content!

About Finishan/Aesa

  • Birthday 05/26/2001

Recent Profile Visitors

878 profile views

Finishan/Aesa's Achievements

435

Reputation

  1. Mdmdmmrdmrmd je peux éditer les commentaires wtf (quandtuveux bb)
  2. Je n’y arrive pas... Le chasseur n’est rien sans sa proie. Et Aerion Lame-étoile n'échappera pas à cette cruelle règle. Il se tenait là, contre l’un des arbres de la forêt sacrée d’Orneval, sa dague dangereusement proche de la paume de sa main. Mais une voix familière lui traversa l’esprit ; celle du chasseur corrompu qui partageait son corps depuis tant d'années. - Que me veux-tu, Xyl’Inax ? C’est au moment où je souhaite en terminer avec ce monde, que tu te dévoiles à nouveau face à moi afin de retarder l’inévitable ? Pourquoi ? Le démon se met à rire, comme se moquant de son compagnon. -Tu es devenu faible, chasseur de démon. Cela fait des semaines que tu erres en quête d’un réel but, mais depuis que la Légion n’est plus, tu n’es plus toi aussi. Douce ironie, tout de même ? Toi qui autrefois étais fort, déterminé et la terreur des démons. Et voilà que maintenant, tu n’es même plus capable de te donner la mort. Tu es devenu faible Aerion, trop faible pour encore combattre. Vas-y, fais-le, mets fin à tes jours. -Je n’y arrive pas. La dague frôlait de plus en plus la peau craquelée et balafrée de l’aveugle. Mais il n'arrivait pas à se donner la mort. Et même la lame arrivait à trancher ses veines, allait-il réellement mourir de ses blessures ? Quelque chose semblait cependant, avoir titillé les sens du démon, et celui de son chasseur. -Ouvre les yeux, quelque chose ne va pas. Le démon était anormalement agité, comme si la présence de l’un de ses anciens frères se faisait de plus en plus sortir. Aerion était assis contre un arbre à son image. Lui aussi balafré et blessé, il ne pouvait plus espérer la guérison. Les anciens satyres qui résidaient ici avaient perverti et absorbé toute la vie aux alentours. L’ancien druide se relève à l’aide de l’écorce brisée, et regarde tout autour de lui. Une silhouette difforme se dessine plus loin, celle d’un démon invoqué. L’Illidari guetta tout autour de lui, afin de repérer celui qui l’a invoqué ici, dans ces forêts sacrées. Rien. Absolument rien ne se présentait dans ses alentours. Mais ce phénomène en valait le coup d'œil, même pour un aveugle. Enfin arrivé sur le lieu de l’invocation, il observa un Gangreseigneur de quatre mètres, au milieu de ces ruines satyres, sortant d’un portail. Seul un grand cercle d’invocation sera présent au sol, et des taches de sang se présenteront elles aussi à leur tour, sur la terre morte que les satyres ont laissée derrière eux. Le grand démon se tenait fièrement droit, à la recherche du chaos, et seulement du chaos. Des sons de cor de guerre se font cette fois entendre, bien plus loin du lieu où se trouvait le Gangreseigneur. Les orcs ont l’habitude de diriger leurs troupes avec ce genre d'instruments, mais quelque chose n’allait pas. Plusieurs formes se dessinent tout près du camp cette fois. Les yeux du chasseur ne pouvaient pas rater ça. Trois chevaucheurs de loup de la Horde étaient bel et bien présents en Orneval, comme des corbeaux noirs, ces derniers ne pouvaient que libérer le malheur sur ces terres. -Un Gangreseigneur invoqué, puis des orcs dans ces terres ? Qu’est-ce que cela veut dire ? -Ce ne sera pas grâce à moi que tu obtiendras des réponses, Aerion. J’aime le chaos, mais je sais à quel point tu es attaché à ton peuple, malgré que ton bannissement de ces terres fait partie de ton sacrifice. Mais laisser un gangreseigneur exprimer sa réelle nature ne fera que plus de mal à ces terres. Tue-le. C’était une évidence, il ne fallait en aucun cas laisser n’importe quel démon rôder librement dans les forêts que le chasseur aime tant. Il dégaine sa dague, et son épée, et s’approcha alors de sa proie. Deux fois plus grand que l’aveugle, le Gangreseigneur scrute l’insecte qui lui fait face, pouffant de rire. Il continue sa marche, et suit le son des troupes de la Horde, ignorant presque Aerion. -Est-ce la Horde qui vous a invoqué ici ? Pourquoi ? Le traqueur corrompu se moque ouvertement de son camarade, en lui répondant ; -Penses-tu qu’il va te répondre ? Je t’ai déjà dit ce qu’il voulait. Tue-le, ou il se brisera le corps avant. Perturbé, et toujours en scrutant autour de lui, ce qu’il reste de l’elfe de la nuit observa cette fois deux nouvelles silhouettes. Un jeune garçon, Kaldorei et sa mère, court en direction des ruines satyres dans le but de se cacher de la Horde. Lana… ? Enil… ? Son démon intérieur s'impose à nouveau dans l’esprit du vengeur, afin de le faire réagir. -Cesse de penser à ta femme et ton enfant, n’as-tu pas compris que jamais tu ne les reverras ? Concentre-toi sur ton futur combat, ou tu échoueras, comme tu as toujours échoué. -Qu’est-ce que..- Le premier coup de hache venait de voler, et s’écrase au sol comme pour faire revenir le chasseur de démon à la réalité. Si son démon intérieur ne l’avait pas prévenu, il serait déjà mort. D’un pas rapide, et vif, il esquive la fracassante hache du Gangreseigneur, mais tout de même donné. Réveille-toi, idiot… Rapidement de retour dans ses esprits, le corps d’Aerion avait presque réagi tout seul. Il quitta le sol d’un coup, pour se diriger vers le torse du démon face à lui. À droite. Une chaîne se fracassa contre le chasseur de démon, lui brisant quelques côtes jusqu’à même l’éjecter contre un arbre. Mais il avait fait mouche ; le démon était blessé au torse, mais ne semblait pas apprécier le coup de son chasseur. Aerion se relève, mal au point, et aura la surprise de croiser l’enfant et sa mère à côté de l’arbre où il s’est écrasé. Même aveugles, le dégoût et le mépris se dessinaient sur les deux visages. Il n’était pas leur héros, mais il ne sera pas pour autant leur bourreau. Que fais-tu, pourquoi n’utilises-tu pas tes pouvoirs ? Libère-moi, libère le démon qui est en toi, et bois le sang de ce gangreseigneur. Le chasseur corrompu était particulièrement insistant, il tenait en son compagnon, qui est devenu un ami pendant toutes ces années. -J’ai demandé ce pouvoir uniquement dans le but de mettre fin aux horreurs de la Légion. Maintenant qu’elle n’est plus là, à quoi bon vivre ? Je suis banni, et plus jamais mon peuple ne m'acceptera. -Et tu vas laisser cette femme et son enfant aux mains de l’un des anciens serviteurs de la Légion ? Le vengeur reprend ses armes en main, et se sert de la douleur pour toujours plus nourrir sa haine. Xyl’Inax avait raison, s' il meurt maintenant, il aura à nouveau échoué, comme lors de la Troisième guerre. Sa femme et son enfant sont morts à cause de sa faiblesse. Il n’était pas capable de vaincre un chasseur corrompu. Mais aujourd’hui, il est devenu assez puissant pour vaincre un Gangreseigneur. À gauche. Un nouveau coup de hache le frôla, et l’arbre derrière lui tomba d’un seul coup sous la force brute du démon supérieur. L’enfant et sa mère courent dans la direction opposée du combat, mais deux âmes aussi fraîches ne peuvent pas filer ainsi. Le colosse dégaine à nouveau ses chaînes, et les lances vers les deux fuyards. Le chasseur se prend le coup au dos afin d’épargner ces formes qui lui rappelaient tant l’enfant et la femme qu’il avait jadis perdus. Tu es devenu trop faible. Regarde-toi. Aerion se relève, bien plus blessé et brisé. Mais son esprit ne l'était pas. Même s’il refuse d’utiliser sa forme démoniaque, il ne pouvait pas vaincre ce démon sans ses ailes. Il reprend ses esprits et court à nouveau en direction de l’énorme montagne en face de lui. Il n'était qu’un vulgaire moustique, mais ce moustique pouvait encore faire des choses. Il bondit anormalement haut, et sort dans des craquements lugubres ses ailes, qui sortaient de son dos. Avec ces dernières, il espérait atteindre la gorge du démon, et en finir. Sa main. Le gangrechien en lui parvenait à anticiper beaucoup des mouvements de son ancien frère, ce qui n’était pas le cas du chasseur de démon. Son esprit était fragilisé, au point où il n’est même plus capable de s’offrir une belle mort. Il avait tout sacrifié, pour en arriver là ? Aerion se moquait des conséquences de ce combat, et plongea avec férocité ses dagues dans la gorge du démon, mais celui-ci n’avait pas dit son dernier mot. L’énorme main du seigneur arrache les ailes de la mouche à sa gorge, mais cette même mouche ne lâche pas son étreinte. AAAAAAAAAAAAAAAH… Les hurlements de douleur du vengeur figent les deux formes qui fuyaient, et le chasseur parvient à retourner la force du démon contre lui. Il avait réussi à lui trancher l’avant de la gorge, et le gangreseigneur jette avec une réelle violence le moustique au sol, et s’écrase, mort. As-tu vu dans quel état tu es, mon vieil ami ? Tu es définitivement faible. Le destin voulait qu’Aerion souffre encore. Il rampait au sol, les ailes arrachées, son sang gangrené perlant goute par goute au sol, tandis qu’il se met à ricaner. -Tu vois ? Ma vie n’est pas que d'échecs. J’ai réussi à sauver cette femme et son enfant. Je ne suis pas si faible que ça. -Rampe, rampe. Mais dans cet état, tu ne pourras même pas sauver ton peuple des orcs. Et ces deux-là vont mourir à leur tour, mais à cause d'autres démons verts. Son démon intérieur ricanait, mais il avait raison. Aerion tente de se relever, malgré ses blessures. Il avance de quelques pas, et s’écrase à nouveau lamentablement au sol. Il se pose enfin contre un autre arbre, la main sur sa dague. Tentant de mettre lui-même fin à ses jours avec sa lame, il parvient enfin à atteindre son torse, non loin de son cœur. Tu ne comptes pas te retirer la vie en espérant que je vais laisser son âme repartir d’où elle vient ? Aerion savait pertinemment que la petite touche d’humour de son démon s'arrêtait là. Mais il ne pouvait pas s’empêcher d’en rire. Il tenta de se transpercer le cœur à l’aide de sa dague avec le peu de force qu’il lui reste, mais quelque chose bloquait le coup. -Tes écailles, sot. Tu oublies trop souvent à quoi tu ressembles, et ce que tu es devenu en restant avec moi. -J’avais presque oublié… Mais peux-tu me laisser mourir en paix, où veux-tu me hanter même au-delà de la mort ? -Je vais laisser ton âme reposer, Aerion. Tu as bien trop souffert, j’ai partagé tes souvenirs, mais aussi tes émotions. Nous avons partagé le même corps, au moment où tu as mangé mon coeur et bu mon sang dans les sommets de Temple noir. Mais j’ai apprécié ta compagnie, et ta soif de puissance. Je t’ai donné des yeux, et tu m’as donné une certaine liberté dans ma prison. À présent, ma Légion n’est plus, à quoi bon devrais-je dévorer ce qu’il reste de ton âme ? -Je te remercie, mon ami… Un sourire s'esquisse le long des lèvres craquelées du Kaldorei. Il avait enfin l’occasion de mourir. Il n’avait plus aucun but, et ne servait à plus personne. Et bien que la Horde attaquait à nouveau, ce sera à d'autres de faire des sacrifices. Ô Mère-lune, est-ce donc le destin que vous m’aviez réservé depuis le début ? Mourir pour sauver ce que je n’ai pas réussi à sauver il y a des années ? Quelle douce ironie. J’ai mené cette vie dans l’unique but de me venger, et vous décidez d’en mettre un terme au moment où le peuple que j’aime tant se prépare à affronter la Horde une nouvelle fois ? Je vais enfin pouvoir reposer en paix, aux côtés de ma femme et de mon enfant… Aucune réponse. Le silence complet. L’ancien druide laisse tomber sa dague au sol, et admire le ciel des forêts qui l’ont vu naître, gloussant. Il commence à planer doucement, comme dans un petit nuage, et son âme corrompue quitte enfin son corps. Mais une âme avait quitté son corps ; celle de son démon intérieur. Et comme convenu, l’âme du traqueur corrompu ne pouvait pas se résoudre à achever l’âme pure du druide. Il avait son ancienne apparence, un jeune druide barbu aux longs cheveux d’argent. Un Lame-étoile comme les autres. Il n’était plus le monstre qu’il est devenu, à cet instant précis. Il était normal, libre. Une forme ailée descend du ciel, et les yeux du vengé se ferment. Je peux enfin rêver, à présent… -Enfermez-le dans cette cage, il ne doit pas s'échapper à nouveau. -Bien commandant. Sortant de son rêve, le kaldorei observe tout autour de lui. Il sentait encore de la douleur, mais il était déjà mort. Qu’est-ce qu’il se passe, quel est cet endroit… ? L’environnement était à la fois glacé, mais tout aussi brûlant. Les murs d’un noir profond, et la lumière aussi gelée que la mort. Un brouhaha impressionnant, des bruits de troupe, le fracas des forges, les rugissements des portes et de la lave, des chaînes mises à l’épreuve. La Légion m’a retrouvée ? En observant tout autour de lui, des armures animées couraient partout, et les couloirs semblaient infinis. Aerion touche sa cage, et se rend compte qu’il souffre, même sous sa forme fantomatique. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Il connaissait bien ces couloirs, alors qu’il ne se souvient de rien. Combien de fois s’est-il enfui de sa cage ? Un étrange nécromancien barbu s’approche de la cage, et arrache l’âme de l’elfe de la nuit de celle-ci sans même prévenir de son arrivée. Il traîne avec une inquiétante facilité le vengeur. Aerion se débat et arrive à se retirer de l’étreinte de cet individu puis… Quoi… ? Il ouvre à nouveau les yeux, la douleur se faisant bien plus ressentir. Il tente de bouger, mais il semble entravé. Il avait encore perdu des souvenirs de ce qu’il s’était passé. La salle où il se présentait semblait colossale , mais il ne pouvait pas voir plus loin que trois mètres en avant. Il faisait froid, les ténèbres avaient rongé l’endroit. Il n’était ni dans le néant, ni sur Azeroth ou dans une quelconque réalité. Quel était cet endroit ? Il tire de plus en plus sur ses chaînes, avant de s’évanouir à nouveau. Aidez-nous… Maman, j’ai froid… Dame Élune, pourquoi n’avez-vous rien fait ? Nous avons été abandonnés… La Horde a arraché nos vies… La banshee va payer pour ses crimes… L’arbre, il brûle… Papa, pourquoi le feu chatouillait ma peau ? La fumée était agréable, pourquoi ? Où sommes-nous… ? Aerion n’était plus seul. Son champ de vision devient bien plus clair à son nouvel éveil. Il était toujours enchaîné, mais la salle où il était au départ seul, s’éclaira enfin. Il avait raison. C’est une gigantesque salle qui s’impose devant ses yeux d’esprit. Des cris et des bruits étaient constamment présents, dans un écho qui faisait froid au dos. Des elfes de la nuit, comme lui, étaient venus presque en même temps ici, peu de temps après lui. La Horde avait arraché la vie à autant d’enfants des étoiles ? L’arbre avait-il brûlé ? Pourquoi ? Pourquoi n’était-il pas encore en vie ? Tout le monde hurlait de douleur et pleurait. Quelque chose de grave est arrivé sur Azeroth. Mais les chaînes qui les retenaient lui retirent tout instant de répit. Il s’écroule à nouveau sur ce sol froid, ses bras encore enchaînés. Des intrus, allez prévenir le commandant ! Combien de fois s’était-il réveillé en si peu de temps ? Est-ce que le temps valait quelque chose ici ? Il cesse de tirer sur ses chaînes, convaincu de son juste châtiment. Il était isolé, et pourtant la salle était remplie d’âme comme lui, tous des elfes de la nuit. Qui voulait voir ces innocents ici ? J’ai encore échoué, et je mérite ma place à cet endroit. Mais eux, pourquoi sont-ils ici ? Pourquoi n’ont-ils pas rejoint leurs proches ? La mort était bien plus douloureuse que son vivant. Il était encore plus faible ici, et la puissance qu’il avait réussi à arracher à la Légion ne lui servait plus à rien ici, de l’autre côté du voile. Rien n’est juste, pas même la mort. Lui qui pensait obtenir la rédemption, il se retrouve puni à nouveau, livré à lui-même. Son cœur se remit à battre alors qu'il était mort. Chaque pulsation lui donnait toujours plus de force. Un étrange flux d’énergie parcourait les corps éthérés des elfes dans la salle, comme si du sang et de la vie coulaient encore en eux. Mais cette chose n’était pas mauvaise, loin de là. Le chasseur relève sa tête, et c’est à cet instant précis qu’il pourra observer la forme la plus pure, et la plus brute de la Création tout entière. C’était une forme lumineuse, comme un globe. Mais cette lumière touchait chacun des elfes de la nuit de la pièce au cœur, et leur donnait un nouveau souffle de vie. Élune…? Sans que cette forme ne les prévienne, un grand flash de cette même Lumière transperce les ténèbres de cette tour aux couloirs infinis. Ses frères et ses sœurs se font tous aspirer vers cette masse sacrée, et les ténèbres font doucement leur retour. Est-ce que… Je rêve encore ? Une douce mélodie de harpe s’incruste doucement dans son esprit. Sa renaissance était arrivée. Il dormait paisiblement, au bord d’un étang d’eau, la main sur le ventre. Il se redresse, au meilleur de sa forme. La douleur n’était plus là. Il n’y avait que la paix autour de lui. En s’approchant de son reflet que l’eau voulait tant lui montrer, il se découvre, sous un nouveau jour. Il était l’ancien Aerion, le druide en quête d’équilibre. Mais quelque chose lui manquait. Son bandeau en étoffe runique lui manquait terriblement. Et sans même le demander, ce dernier apparut devant ses deux. Mais plus jamais il ne serait aveugle, non. Ses yeux voyaient chacune des graines de vie de ce nouveau royaume. Et il en connaissait naturellement le nom. Sylvarden, la grande forêt de l'au-delà. Quelqu’un l’avait sauvé de l’enfer, un enfer qu’il ne méritait pas. Élune ne l’avait jamais abandonné, et son dessein l’avait enfin mené dans le lieu où il allait reposer, pour l’éternité. L’ancien chasseur se rince alors le visage, et se retourne, figé sur place. Lana… ? Une femme elfe de la nuit était cachée derrière un arbre. Elle pleurait. Aerion s’approche lentement de la forme, et croise un visage qui lui était bien familier. Sa femme. Celle qu’il avait perdue à cause de sa faiblesse, pleurait, pleurait de joie en posant à nouveau son doux regard sur son mari qu’elle attendait pendant toutes ces années. Mais un sabre-de-nuit sortait à son tour d’un buisson, rôdant autour des deux individus. Et sans prévenir, cette forme se dirige à grande vitesse vers l’elfe de la nuit. Aerion détourne son regard, empli de joie. Enil ?! Le sabre se transforme en un adolescent, un brave garçon elfe de la nuit, presque aussi grand que son père. -Papa ! -Enil, Lana… Sous le regard invisible de leur Déesse, là où la nuit éternelle brille sans lune, une famille est à nouveau réunie. La renaissance et le nouveau souffle de vie d’Aerion Lame-étoile peuvent enfin commencer. Dans les bras de son enfant, et de sa bien-aimée, une dernière pensée traversa le kaldorei. En fin de compte, la mort est plus juste que la vie. Ma vengeance est à présent achevée. Aesa, Shanlis, Faldris, Aesin et Aedna, profitez du cadeau de la vie et laissez le sacrifice de côté. Rêvez, comme je le fais en cet instant... @Elenwe Un dernier sacrifice.docx
  3. nn c'est la vérité ilsvont vriament le faire donc prepare ton perso daccord ?
×
×
  • Create New...