Aller au contenu
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !

Plume

Membre
  • Compteur de contenus

    45
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    29

Plume a gagné pour la dernière fois le 2 octobre

Plume a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

393 Excellent

À propos de Plume

  • Date de naissance 04/12/1996

Visiteurs récents du profil

692 visualisations du profil
  1. Plume

    [ Remous ]

    En relisant ce carnet, je me suis rendu compte que je n'avais plus écrit depuis la campagne. Ce temps étant maintenant passé et ce carnet n'a plus vocation à avertir qui-que ce soit, je me suis interrogée sur le bien-fondé de sa conservation. Mais après avoir parcouru ses pages plusieurs fois dans des moments de calme, j'en viens à une constatation : il m'a gardé en mémoire ces instants de doute, de peine et de déni. Uniquement des hauteurs faramineuses desquelles j'ai fini par me soustraire. Il me sert de mémoire, moi qui aujourd'hui ne vit plus que dans mes présages passés. Mes rêves et mes espérances. Le bruit de cette balle partant en plein visage, des cris de mes Frères et Sœurs tourmentés, la vision de leurs âmes flottant dans les fontaines, prisonniers à jamais et condamnés à l’errance, sans repos. Devrais-je seulement le notifier, l'inscrire dans ce carnet ? Pourquoi je ne puis l'oublier... Les soldats, les officiers, tous l'ont vu et tous se rappelleront à jamais du spectacle nous incombant. ~ ☸ ~ Le Seigneur Chantorage représente notre pire faiblesse, notre pire échec. Je ne serai pas à la hauteur. ~ ☸ ~ Notre ordre a essuyé la pire défaite possible. Celle de la corruption des abysses emportant mon Maître, notre Maître avec elle. Purgé le Sanctuaire aura été la pire de toutes les épreuves, mais elle m'aura aidé à grandir, à m'affirmer et à m'assagir. J'avais des projets. Qu'en faire maintenant ? Pour le bien, j'ai perdu tant. Je me rappellerai toujours du froid de la cathédrale, de cette silhouette féminine, tentaculaire parlant au Seigneur Chantorage. Que représente t-elle, quelle infamie. Toute cette histoire est un entre-las de mensonges, de trahison et de secrets. Je n'aurai sans doutes jamais l'occasion d'en savoir plus, de trouver les réponses à mes questions pourtant toujours aussi nombreuses dans mon esprit. Je vais devoir avancer avec ça, c'est si douloureux pénible. Comme premier geste, j'ai gardé la mitre du hiérarque qu'il était. J'ai hésité à la nettoyer, la repriser. Mais je ne me sentais pas capable d’altérer un pareil artefact, à la place, je l'ai seulement posé dans une boite ouvragée, il ne revenait pas à Frère Pike, ni au Frère Verne et encore moins à moi.. La seule personne en étant véritablement digne était son sang, sa chair. Brannon Chantorage notre nouveau Seigneur. Je lui avais apporté en compagnie du Capitaine Courvoisier, mon Seigneur savait lui même que cette mitre ne lui irait pas pour des raisons que tous connaissaient mais voulaient taire. La tradition était perpétuée, ce semblant de passation de pouvoir me contentait au fond car les choses rentraient dans l'ordre. Je l'ai senti au fond.. cet apaisement lorsque la coup de feu s'est fait entendre, quand les souffrances venaient de se terminer. ~ ☸ ~ Frère Pike m'a offert une opportunité que je n'ai pu refuser, je suis actuellement le porte-parole du Sillage des Tempêtes à Boralus. Une distinction que je n'aurai jamais pensé avoir. On me fait confiance et la noblesse m'assiste également, seul subsiste un vestige de la folie ici : le Monastère. Je dois m'en charger et une fois que tout ceci sera éradiqué.. Nous en aurons terminé, nous pourrons chercher la flotte depuis deux points distincts. Comme l'envie de prouver ma valeur est forte, mais la pression, la crainte de ne pas être à la hauteur m'étreint tout autant. Je trouve refuge, calme et quiétude dans l'étude de la Marée. Mes introspections sont plus claires, l'horizon est incertain et mes questions sont toujours sans plus de réponses. Mais le temps m'a montré que le voile du déni était mensonger et que l'espoir, lui, était bien plus clair.
  2. Après avoir mis un terme aux ambitions des K'thir dans la Mélodie Abyssale, les forces en présence se sont de nouveau mobilisées afin de marcher sur le Séminaire des Eaugures, une tâche ardue. Le groupe favorisant un assaut frontal fût dans un premier temps contraint au repli stratégique après l'élimination d'une première ligne de front. Le lendemain, l'offensive reprenait avec un aplomb plus présent encore. Il n'était pas question de perdre la face, pas question de faire marche arrière. La clé pour le Sanctuaire des Tempêtes était à porté de mains. Sur le chemin de la gloire, le groupe se confronta à l’ire du Frère Ancrenoire, qui dans toute sa perfidie bloquait la route vers le bâton des marées, la clé menant à la Voie des tempêtes et unique chance de se rendre auprès du Seigneur Chantorage. Bien vite celui-ci fût écarté, ne laissant derrière lui qu'une brise marine et la voie vers l'artefact désormais libéré. Momentanément porteuse de l'artefact, la Sœur Ondeliée continua de guider les troupes vers la sortie du Séminaire, jusqu'à ce que la présence du Parle-Vague Reid se révèle à elle puis au groupe entier. Il était là, parlant à la projection magique de son félon de maître, Le Seigneur Chantorage. Le combat débuta suite aux injonctions du sombre apôtre démontrant une fois encore le caractère néfaste de leurs entreprises. Reid fût le premier membre du Conseil noyé a être écarté, le premier d'une longue série. Celui-ci n'avait fait qu'ouvrir les hostilités de manière plus concrète encore. Le Séminaire venait d'être libéré de ses Eaugures véreux, permettant par la même de rassurer les gardes-marée et autres prêtres de la mer résistant de rejoindre le Sillage grâce au mot de passe : " La Tempête se lève ". En compagnie de la Garde Marée Victoria, forte de ses ambitions revanchardes à l'égard du Seigneur Chantorage, le groupe en apprit plus sur la Vallée, sur le Seigneur Chantorage. Ô combien celui-ci était auparavant aimant et clément avers les siens. Chose qui aujourd'hui a disparu au profit d'une cruauté à la limite trouble. Nos héros empruntèrent la route que suivaient les initiés lors du pèlerinage d'intronisation, une route sûre à condition que le Seigneur Chantorage ne connaisse pas leur emplacement exact. Leur repos ne fût qu'une vaste illusion, au moment le plus important, le sombre Patriarche manda ses acolytes, faisant déferler les horreurs contre les défenseurs de la Vallée. Dans un ultime sacrifice, la Garde Marée leva une barrière constituée intégralement d'un vif courant laissant alors aux héros, le temps de prendre l'enchantement de l'autel permettant d’accéder à la voie des tempêtes, rejoignant ainsi Frère Pike et Samuel Williams, mal en point. Ensemble, ils accomplirent le rituel de la voie, permettant alors au sacrifice de Victoria de ne pas être vain. Dans un chemin illuminé par l'éclat de l'eau, tous, natifs comme membres de l'Alliance marchèrent avec un but commun. L'ascension vers le Sanctuaire n'offrait qu'un paysage morne et désolé de toute vie, des marches et des ponts plus tard, ils arrivèrent enfin au sommet, sur le plateau, là, leur tournant le dos, attendait le Seigneur Chantorage. Sur les sommations du Frère Pike, celui-ci se retourna vers les héros, d'une main leste et mesurée, le Patriarche s'exprima alors sur la cause futile que défendait le sillage, Samuel Williams, hors de lui s'interposa recevant alors de plein fouet le sombre sortilège du Régent. Se tordant de douleur, ce n'était plus l'honnête homme qui paraissait devant eux, mais une créature des abysses gigantesque. Azshj'thul le Noyé naquit sur la carcasse du défunt travailleur. C'est dans un combat acharné causant tant de peines mentales que physiques que celui-ci fut abattu. Tous troublés, ils constituaient désormais l'avant garde du Sanctuaire des Tempêtes. L'assaut se déroulerait le lendemain, laissant du temps aux blessés ainsi qu'aux retardataires. Le sommeil agité par la tension, le stress, l'angoisse ou les peurs naissantes suite aux horreurs croisées dans la journée, il était évident que tous n'avaient qu'une seule idée en tête : En finir avec la tyrannie du Seigneur Chantorage. Sur le qui-vive, les rangs se formèrent menés par l'état major des maisons nobles mobilisées. Il était question d'attaquer conjointement dans une percée salvatrice, harassant les troupes de Chantorage et ses créatures. Une fois le briefing du Seigneur Courvoisier terminé, tous se tournaient vers l'entrée, marchant au pas dans un bruit unis, le bruit des armes, le bruit des bottes claquant au sol. Puis... Les cris, les charges débutaient dès le premier corridor. De couloir en couloirs, ceux-ci découvrirent une place sanctifiée par les abysses, où les âmes baignaient dans les bassins corrompus. L'horreur tira son plus funeste sourire lorsque les officiers prirent d'assaut Aqu'sire, un élémentaire au faciès tentaculaire et à la force herculéenne. Ouvrant la voie vers les dédales du Sanctuaire, les soldats veillèrent à ne pas ralentir la fulgurance de la percée. Jusqu'à ce qu'un second défi se dresse devant les héros, le Capitaine Gillette de la Maison Hellington, mal en point, se présentait devant eux, avançant des palabres incohérents avant de se changer en k'thir devant ses propres soldats. La mort dans l'âme, ce fût un déluge de lames qui s'abattit sur lui, abrégeant ses souffrances. Dans la continuité des couloirs, le groupe retrouvaient un terrain inondé et en proie aux vents puissants, là, les attendaient les deux derniers représentants du Conseil noyé, le Frère Gîtefer et sa compagne la Mande-Trombe Faye, deux figures connues pour leurs maîtrise des disciplines de la coque pour l'un et des vents pour l'autre. C'est dans un combat acharné, bravant la roche, les bourrasques et les déferlantes tranchantes que le groupe parvint à faire ployer le duo. Bien que leurs actes aient été inqualifiables c'est une mort rapide qui leurs aura été accordé. Une fois la tâche accomplie, le groupe retrouva un nouveau corridor menant à une pièce dont le sol était inondé. En relevant les yeux, le groupe s'est confronté une nouvelle fois au Frère Ancrenoire. Celui-ci livra ici son baroud d'honneur, usant de l'environnement afin d'handicaper les défenseurs de la Vallée. Bien vite, ceux-ci prirent l'avantage de la situation mettant un fin à la sinistre histoire du Frère Ancrenoire. Un dernier obstacle avant de confronter le Seigneur Chantorage, la Sœur Ondeliée ouvrit la voie tout en priant, palabrant une prière, une ode à la victoire. La cathédrale du Sanctuaire les accueillaient, laissant alors à la vue de tous, la funeste vérité. Il était là, le sombre hiérarque au visage tentaculaire mettant un terme à sa conversation avec sa rédemptrice, la Reine Azshara. Dans une vaine tentative, Frère Pike s'avança, voulant raisonner le Seigneur Chantorage, son interlocuteur lui fît payer son arrogance en le piégeant dans une prison aqueuse tout le long de l'affrontement. Des torve-esprits sortaient des crevasses cherchant à s'emparer du corps des valeureux combattants, leurs emprises furent momentanée. Pendant ce temps, la Sœur Ondeliée, entamait les hostilités avec son Maître, en appelant à la force de l'Orage, luttant pour fermer son esprits aux intrusions, c'est dans une force conjointe que le Seigneur Chantorage fût abattu, une munition de l'Alliance concluant l'échange. Il était tombé. Le deuil de tout un culte devait être fait, car dans sa chute, le Seigneur Chantorage avait entraîné tant d'âmes innocentes, facilement malléables, qui dans une confiance aveugle avaient tout perdu. Si seulement ce cauchemar pouvait se terminer ici. Bien que le siège du mal avait été éradiqué, les eaugures présents en la personne de Frère Verne, Frère Pike ainsi que Sœur Ondeliée ressentaient toujours la corruption avec autant d'intensité. Ensemble, après avoir été béni, tous plongèrent dans le bassin de la Cathédrale, rejoignant la succursale où résidait une entité abyssale, Vol'zith l'Insidieuse. La dernière bataille devait être livrée, coûte que coûte. La n'raqi représentait un dernier effort et pas des moindres, les murmures et les intrusions mentales furent légion, tout cela combiné à une force herculéenne au contact de son bras gauche. Les héros plus déterminés que jamais combattaient la rage au ventre, le courage gravé au sein du cœur. Assez pour faire ployer l'engeance, offrant alors aux eaugures du Sillage l'opportunité de déchaîner la fureur de la Tempête sur le n'raqi désarçonné. Le tonnerre gronda jusqu'à s'abattre directement sur la carcasse poisseuse de l'être des bas-fonds. Le Sanctuaire était libéré et les eaugures vengés. De retour à Brennadam, la vaillante escouade fût accueillie en fanfare. Répondant alors aux besoins d'un repos bien mérité avant de départ le lendemain matin. Rassemblant toutes les figures notables, le Maire Roz de Brennadam organisa une fête en leur honneur, en remerciement pour leur dévouement et leur courage. Pour avoir sauvé des gens qu'ils ne connaissaient pas, pour avoir sauvé le culte des marées, véritable pilier religieux de Kul Tiras. Chacun fût invité à se prononcer, à donner ses vœux et ses souhaits d'avenir pour Brennadam et pour Kul Tiras. Officiellement exaltés auprès du Sillage des tempêtes, le Maire Roz ainsi que Frère Pike firent don de gris truités de Chantorage, ainsi que du titre de Rédempteur de la Tempête. Tous partirent sous les ovations des habitants de Brennadam et cheminèrent de nouveau vers Boralus. Une fois de retour en ville, tous prirent leurs dispositions. L'heure était à la restauration, aux retrouvailles et aux émotions. Chantorage n'oubliera pas la présence de l'Alliance et son courage, la détermination sans faille du Seigneur Courvoisier, la fougue de la Dame Daerian, l'efficacité de la Maison Ferwight, l'ingéniosité de la Maison Ladimore et de son Agent Lazare ainsi que la poigne des Hellington accompagnés de leurs célèbres manteaux rouges. Tous se seront démarqués à leur manière, ne déméritant pas au milieu de ce chaos qu'était la Vallée. Merci pour ces 4 mois de trame !
  3. C'est dans la continuité des événements de la campagne que les troupes cheminaient vers Brennadam, point culminant des forces de la Résistance du Sillage des Tempêtes, des forces Boraléennes et du camp de l'escouade de la Septième Légion. Tenus mutuellement informés par le Maire Roz puis par le Frère Pike et Taelia, les forces armées disponibles se sont déployées vers le nord de la Vallée, passant par différentes étapes. La première, sans doutes la plus simple, était d'enquêter sur le fonctionnement hasardeux des centres de construction de la Vallée, la Scierie Scripps, plus proche de Brennadam, fût le premier théâtre de la tromperie du Seigneur Chantorage. Répandant des déclarations indépendantistes et revanchardes, les forces en présence découvraient alors le tout autre visage du Seigneur en place, choquant alors tout ceux qui vivait dans la vallée, eux qui avaient connus un homme aimable et loin de tout mauvais dessins. Le pire était à venir, en effet, le responsable du Chantier Naval Frère Addington avait été découvert mort, sauvagement assassiné par de mystérieux eaugures. Il n'en fallu pas plus aux forces armées pour dégager l'accès aux chantiers navals et ainsi faire mordre la poussière aux intrus. De mauvaises surprises en mauvaises surprises, nos héros découvraient avec effroi que les eaugures avaient contraint les travailleurs à la tâche par le biais d'une sombre magie. Une entreprise bien vite déjouée par les forces en présence. Les ouvriers souffrant d'extrême fatigue ou de maux plus sévères ont rapidement été pris en charge. Il s'avère que le chantier naval était sous le contrôle de Soeur Ava accompagnée de trois initiés répondant à ses ordres. Une fois le petit groupe mis hors-jeu, Addington ainsi que toutes les autres victimes de ce quatuor infernal ont pu trouver le repos dans une cérémonie destinée aux défunts. Les autres travailleurs, ayant pu être sauvés ont trouver réconfort, nourriture et chaleur auprès des habitants de Brennadam. L'un d'eux Samuel Williams en charge des réparations sur le chantier naval, se trouvant engagé dans une féroce rancœur envers le Seigneur Chantorage prit les armes avec le reste des forces armées, Taelia et Frère Pike. Le lendemain, La Saumeforge, étant la prochaine étape mais également le point le plus proche, c'est l'Agent Lazare et la Dame Ferwight qui partirent en éclaireur. Libérant au passage d'autres prisonniers captifs par la volonté d'un garde marée corrompu, un certain : Pontus. Croisé le fer avec un garde marée est d'ores et déjà un acte complexe, d'autant plus quand celui-ci se révèle être un K'thir : c'est sous la pression des murmures que les défenseurs de la Vallée parvinrent à le défaire. Pontus n'est plus, les ouvriers de la Saumeforge éprouvés par les superviseurs véreux de Chantorage trouvèrent enfin le repos. Dernière cible et pas des moindres, les Grééments Layson & fils, gardés par le Parle-vague Reid, membre du conseil des eaugures. Frère Pike, dans une volonté bienfaitrice chercha à dialoguer avec le conseiller, en vain. Le groupe se trouvait confronté à Ressac, une menace élémentaire amalgamée d'âmes désormais piégées dans un torrent vengeur. Le géant souffreteux se trouva libéré de sa souffrance par la suite, grâce au courage des combattants. Désormais convaincu de la duplicité du Conseil, les bienfaiteurs de la Vallée prirent la route vers le Croisement des Marées où les troupes accompagnées de Taelia affrontaient les relevés contrôlés par des âmes dérobées, une fois le passage enfoncé, les forces du chevalier-lieutenants Grandazur et Beaulieu et du Capitaine Gillette prirent le contrôle de Port-Brumaire dans une nouvelle bataille, pendant ce temps, l'élite de ces opérations investi la Mélodie abyssale, sœur jumelle du navire du feu Amiral suprême - Daelin Portvaillant. A l'intérieur, ils trouvèrent des villageois à la merci de k'thir corrupteurs, bien vite libérés. Certain que la Mélodie abyssale ne pouvait qu'alimenter les sombres projets du Seigneur Chantorage, des bâtons de focalisation ont été installés, favorisant alors la naissance du rituel de l'orage orchestré par Frère Pike et la Soeur Ondeliée. Mais avant sa destruction, l'équipe de choc renversa le Frère Halsey et parvint à libérer Samuel Williams, une nouvelle fois. Comme un ultime signe de victoire, le navire subit le courroux de l'orage, la foudre tomba encore et encore, embrasant le mât, faisant craquer le bois, le pont, la cale. De leur sombre entreprise, il ne devait rester que des cendres. "J’ignore quelles horreurs nous attendent encore, mais la Mélodie abyssale ne doit pas suivre sa jumelle dans le sanctuaire des Tempêtes. Nous allons priver ces monstres du fruit de leur travail en le réduisant en cendres à l’aide de la magie même qu’ils cherchent à corrompre. Le rituel est prêt." - Frère Pike
  4. ~ ☸ ~ Cela faisait longtemps que je n'avais pas prit le temps d'écrire mes mémoires. Les événements se succèdent ici, bien souvent lorsque les interventions militaires s'achèvent je suis épuisée. Je vais profiter de quelques temps calmes pour poser ces mots. Par où commencer... Je sens mon esprit en proie à un flou terrible, que je n'avais pas avant. Je sens également que mes forces sont réduites, je ne dors pas bien, les cauchemars se répètent par conséquent, je ne puis récupérer mon énergie dépensée la veille. Certains faiblissent et l'accumulation des blessures, même soignées par la marée, ne soigne certes pas les blessures psychiques que les ennemis leurs font endurer. J'enchaîne personnellement les désillusions, je ne sais plus ce que je dois croire. Mes propres convictions, les visions que nous donne la clairvoyance de la Marée ou encore les certitudes des soldats m'entourant. Je pense qu'ils ne mesurent pas l'importance que nos actions ont pour la vallée.. Ou du moins.. je doute. Je m'en veux de douter d'eux surtout ... lorsqu'ils donnent tant. J'ai peur de sombrer moi aussi dans la folie. Et plus nous nous approchons du Sanctuaire, plus j'ai la peur au ventre. Je repense aux dires du Connétable Ventis, aux initiés perdus du Monastère.. Peut être qu'ils sont effectivement perdus.. qu'une purge serait de mise et que nous devrions tous repartir de zéro ? J'ai l'impression que quoi que je dis ou quoique je pense, toutes mes décisions seraient extrêmes... voire insensées. J'ai perdu pied lorsque j'ai cru entendre la Mère à Fort Daelin, je n'ai même pas pu résister alors que son piège était devant mes yeux. Je me demande parfois... ce que je vais devenir. Un K'thir ? Un corps auquel mon âme aura été prélevée pour alimenter un élémentaire corrompu ? Toutes ces perspectives m'effraient. J'ai rêvé l'autre soir de la fin de cette campagne, Frère Pike m'assurait que nous avions réussi, mais tout était si affreux, ils avaient tous succombé, de notre main. Faites qu'il ne s'agisse pas d'un présage. Je ne pourrais pas vivre avec leur morts sur la conscience. Nous supprimons déjà assez d'innocents ayant succombé aux murmures implacables des abysses. Je veux avoir le cœur net sur toute cette histoire.
  5. Plume

    Numéro 2 - La Marée Haute

    Enfin, le retour de la Marée haute, un très bon numéro ! De quoi relancer quelques intrigues !
  6. Après avoir sauvé le Reflux-mort de l'oppression, les forces au complet se sont retrouvés au Fort Daelin accompagnées de l’écuyer Augustus III. C'est après plusieurs assauts faisant rugir les tours du fort étoilé que les renforts sont ressentis victorieux de la vague inquiétante de nagas. Croisant brutes, sorcières et myrmidons, les héros de la 7e Légion ainsi que des maisons nobles sont parvenus à mater les ambitions de ces bêtes d'écailles, à un prix élevé. En effet, les blessés furent nombreux mais la victoire fût arrachée avec mérite et courage par ces combattants triomphants aujourd'hui comme de demain. Après une semaine de repos ou de convalescence pour certains, l'heure était au départ. C'était sans compter sur le recul brusque des Nagas attirant alors l'attention des gardes comme des héros. Le calme avant la tempête. La présence de Pyra Ferwight, mage de la 7e Légion fût décisive dans cette préparation, sentant le trouble d'origine arcanique, elle put informer et guider les préparatifs comme il se doit. C'est alors que la Fierté d'Azshara, émanation monstrueuse à l'image de sa créatrice, fît son apparition sur le Delta du Brunant, là où le Seigneur Courvoisier et les dignitaires Hellington se trouvaient également. Bien que décontenancées, les forces du Fort Daelin mêlées aux hommes d'action de la 7e Légion et des Maisons Nobles ont su venir à bout de l'abomination des mers. L'ingéniosité de chacun à su primer sur le nature critique de la situation, qu'il s'agisse des lance-harpons revisités par le Sergent Sider et son Soldat Downsley, que sur le canon côtier de l'Agent Ladimore secondé par Pyra Ferwight et la Soeur Ondeliée.
  7. C'est en prenant la route vers l'Ouest, là où l'horizon se trouve coupé par les murs du fort étoilé que les héros de Brennadam se trouvent interpellés par un représentant du Sillage des Tempêtes. Sur ce même chemin, le Reflux-mort, triste territoire contrastant avec la richesse verdoyante que représente le reste de la Vallée Chantorage. C'est une terre des plus hostiles que les forces en présence ont du affronter. Entre les aspérités minérales ayant prit vie ainsi que les Lamineurs venus se servir dans les richesses abandonnées suite au drainage du bras de mer .. Leurs tâches furent aussi complexes que dangereuses. Les déconvenues étant nombreuses, les valeureux combattants s'offrant à une terre inconnue et habitée par de multiples menaces se trouve rapidement en difficulté. Soumis par le nombre des Lamineurs, le groupe s'est rapidement trouvé scindé afin d'accomplir leur mission. C'est en risquant leurs vies que les membres de la 7e Légion sont finalement venu à bout du monolithe géant. Mettant en fuite les criminels offrant alors à celle que l'on nomme la Vengeresse de la Vallée, une escalade d'Ettin des plus remarquables. Depuis le village du Reflux, un combat de titan aura pu être observé entre le monolithe gargantuesque et l'Ettin, Tom Double-face. L'être minéral luttant pour la défense de son chez lui, achèvera la créature bicéphale. Le temps de ce combat, l'or du trésor aura pu être ramené et ainsi être utilisé comme il se doit. Pour la reconstruction et le bien être des habitants de la Vallée. Prochaine étape, le Fort Daelin !
  8. C'est dans l'après midi d'hier que les troupes déployées en Chantorage ont infligé le coup de grâce aux civilisations primitives du Kraal. Les Roncedos qui harassaient sans relâche les fermiers et la population de la Vallée. Après plusieurs excavations dangereuses, une infiltration périlleuse et des interventions coûteuses c'est dans la fin d'après-midi que l'on aura pu voir ressortir les hommes des Maisons envoyées. Le Kraal aurait pu être leur tombeau, véritable cercueil de ronces enchantées et de terres durcie par les géomanciens porcins. Mais il n'en est rien, fort de leurs stratégies et des membres de la 7e Légion l'intervention s'est passée avec succès. Les pertes comptabilisées dénotent quelques failles bien rapidement comblées, ces soldats tombés seront honorés selon les rites de Chantorage ou renvoyés à leurs familles qui se chargeront de leurs cérémonies. L'arc des hurans Roncedos aura marqué un tournant dans la trame de Chantorage, libérant enfin les fermes alentours qui de fait se trouvaient paralysées dans leurs exercices, par les éventrements du sol. En parallèle des assauts alliés, les forces de la 7e Legion ont renforcé leur poigne en évinçant l'Ettin qui menaçait la ferme d'Orchamp accompagné de " La terreur des terriers " le guerroyeur de la famille Hellington. Le Sillage des Tempêtes aurait par la suite affirmé son allégeance auprès de l'Amirauté et son indéfectible gratitude aux mains tendues. Dans cette aventure, on pourra entendre depuis la Rade comme à Boralus les exploits de la Vengeresse de la Vallée, Un cheval caparaçonné surmonté d'une femme rousse, mais également le funeste destin d'Iris Vivecaraque, battue à mort dans un terrier de hurans.
  9. Hier fût une soirée décisive. Brennadam, véritable rouage du commerce de la Vallée Chantorage voyait se dérouler en son sein une bataille acharnée, entre les envahisseurs enhardis par la fougue conquérante et les natifs aux côtés de la Septième Legion combattant pour le salut de leur nation. C'est dans ce déchaînement de violence que s'est déroulé la bataille pour Brennadam. Après avoir bravé l'étau que représentait le pont entre la place et le reste de la ville, les forces en présence ont littéralement éventré l'offensive de la Horde, déroutant les chevaucheurs de loup, les grunts ou encore les sappeurs. Le moral de l'Alliance galvanisant les soldats natifs par leur expertise permit à l'opération une réussite plus prompte et sans pertes conséquentes. C'était sans compter la présence d'une arme nouvelle, le Fractureur Azéritique de la Horde, véritable engin de guerre au canon redoutable. Nombreux sont les disparus fauchés par le rayon d'or et d'azur, une nouvelle énergie redoutable. La Septième Légion dans l'élite que celle-ci représente, a donné de sa volonté et de son courage pour fendre les lignes ennemis jusqu'à la terrible machine. La noblesse dans son intégralité ne se souviendra peut être pas de son nom, mais la Maison Daerian et la Maison Hellington pourra affirmer avec certitude que le Caporal Alanaa, Sancteforge de son état, aura su s'interposer devant le rayon qui leur été destiné, dressant une sainte égide devant eux, au péril de sa vie. Par chance, l'on ne la compte pas aux rangs des morts, mais des gravement mutilés. Les héros se démarquant au plus fort de la bataille, la machine aura subit plusieurs assauts, la démantelant au passage tant par l'ingéniosité de certains, par la force brute ou par la Faille invoqués par les Elfes du Vide accompagnant la Septième Legion, pour au final disparaître totalement dans les méandres abyssaux. Le Champion de la Horde en déroute, il était à craindre que celui-ci cherche à se venger. Avant de partir, les réprouvés ont décidé de laisser un dernier challenge aux héros, un dispositif ingénieux relié à plusieurs barils de peste était entreposé à l'étage de la mairie. Au vue du nombre de tonneaux, l’évacuation de la place a été sonnée par le Seigneur Courvoisier, le temps de l'intervention. Finalement, c'est grâce au sang-froid de l'agent de la Maison Ladimore, "Lazare" que le dispositif a pu être arrêté signant alors la réussite totale de la mission. Brennadam est sauve, Brennadam est libre !
  10. Alors que les troupes alliées s'installent encore dans Brennadam se ravitaillant en armement tout en confortant les populations d'un nouvel espoir, il est maintenant question de restaurer l'approvisionnement et les routes commerciales. Pour se faire, il est question de libérer les fermes alentours de leurs maux. La première mission du débarquement fût de libérer "l'Entre-deux-rives" tenue par la famille Larive. Les champs saccagés trouvaient sur leurs terres des élémentaires hostiles et déchaînés causant du tort aux récoltes évidemment, mais surtout aux travailleurs, décimant une bonne partie des ouvriers et fermiers s'y trouvant. Bien vite, la Septième Legion et les forces déployées ont su venir à bout de l'être à l'origine du trouble élémentaire, sauvegardant alors la vie de quelques fermiers retranchés dans la masure. Bientôt, Boralus pourra jouir d'un nouveau convoi de légumes ! De quoi agrémenter leurs bouillons et autres soupes de la population.
  11. Du mouvement s'est fait sentir dans les collines de la Vallée de Chantorage. Après une embuscade de la part des peaux vertes occupant la Pâture des Collines, les forces en place se sont scindées en deux envoyant les forces diplomatiques quérir la situation de Brennadam tandis que le gros des armées prenait d'assaut la Pâture afin de rendre à cette parcelle de terre sa quiétude d'antan. Alors que la négociation s'entamait avec le Maire Roz tâchant d'apaiser les clameurs des habitants. Les officiers Ladimore, Courvoisier et Hellington firent montre d'un calme admirable répondant aux interrogations de la populace cherchant à rassurer les plus inquiets, calmer les plus véhéments et galvaniser les cœurs incertains. Une fois cela fait, les défenses du siège de Brennadam se sont renforcées de nouvelles barricades, de canons ainsi qu'une diversification des armes et des munitions. De l'autre côté, vers la pâture, la Septième Légion s'est illustrée aux côtés des archers Hellington et des canons Peinsbourg rossant la Horde autant par la lame et les boulets que par l'Arcane. De courageux soldats ont détaillé une percée digne des plus grands héros, contraignant les forces de la Horde les moins vaillantes à la fuite ou la reddition. Pour le reste, on notera la mort d'un Commandant de la Horde : Ruknoz Croc-Gris,s'étant battu jusqu'au bout mettant à mal les forces en présence. Malheureusement les civils habitants le pâturage ne pouvaient être sauvés, en effet, déjà destinés à la fosse pour une renaissance mortifère dont la Horde connaît le secret. Les soldats déployés sur la zone ont également pu mettre la main sur des registres, des ordres et des indications leur permettant d'avoir un avantage certain sur leur adversaire. Un coup d'avance à ne pas négliger. Une fois les prisonniers appréhendés la zone fût remise aux autorités locales. Brennadam accueille désormais un renfort conséquent des armées vassales et d'une escouade de la Septième Légion. Après analyse attentive des trouvailles de la pâture, le premier parchemin de la Légende des Eaugures fût récupéré et remis à sa place dans un rituel digne de ce nom. En somme, la mission est une réussite, aucune mort n'est à déplorer.
  12. Hier, en fin d'après-midi est parti le défilé militaire des diverses maisons nobles accompagnées des forces de la 7e Légion. Après une ovation galvanisante à Passegué, les forces ont progressé près de la rivière des roseaux pour finalement rejoindre le col en partance vers la Vallée Chantorage, véritablement goulet d'étranglement dans lequel la percée se profilerait. Dans un premier temps, les concernés se rendirent au Bosquet du printemps ou les forces Hellington et Daerian ont établis un campement en éclaireur. Au vue du retranchement des troupes Chantorage, une évaluation de la situation fut nécessaire afin de mettre sur pieds une stratégie adaptée, la présence de civils au milieu des soldats ajoutant un épineux soucis de plus pour passer la frontière sans difficultés. Le choix d'envoyer des infiltrés dans les groupes de civils pour les faire évacuer fut donc fait. L'équipe parvient à créer un vent de panique au milieu des badauds grâce à un sort bien placé, avant de prendre la fuite dans la débandade ! Libéré de la présence ennuyeuse de ces gens, les troupes Hellington, Daerian et Peinsbourg se lancèrent à l'assaut de la position, les fracas des lames et les râles des soldats se faisant résonnant aux abords de la Vallée. L'action fût couronnée de succès, nourrissant l'espoir d'une réouverture prochaine des routes commerciales. La famine doit être combattue.
  13. ~ ☸ ~ "Un cauchemar des profondeurs personnifié, se mouvant sur deux jambes et vêtu comme un prêtre. Sa toge couverte d'algues ne dévoile qu'un amalgame grotesque de tentacules et de chair visqueuse par dessus crocs et griffes acérées. Fourbe et intelligent, s'il ne vous tranche pas la gorge avec sa dague affûté, il hantera vos nuits avec son langage plus noir que l'abysse." - Lazare C'était ainsi que l'envoyé de la Dame de fer m'avait conté ce qu'il avait vu. Ce qui avait eu une emprise sur moi un bref instant mais qui garde une main sur le monastère. Les K'thirs, ces créatures de cauchemar étaient des légendes autrefois. Des avertissements des abysses que l'on ne devait jamais croiser sous peine d'être la cible d'un funeste présage. J'avais enfin été libérée du Monastère, j'ai été sauvé. Je ne pensais pas pouvoir être secourue d'un endroit pareil, le monastère, le séminaire, la vallée... J'ai comme l'impression qu'il va me falloir les oublier. Mes souvenirs risquent de me tromper, plus rien n'est pareil à présent... Frère Therold, Frère Pike... nous sommes quelques uns à rester inchangés.. Je ne m'explique pas ce phénomène, nous suivions pourtant bien la Mère des Marées, et ce, scrupuleusement. Qu'est-ce qui peut induire tant de disciples à se tourner contre leur raison... ? Quel sens y a t-il dans tout cela ? Quelles sont les fins de ce plan tordu et qui en tire les ficelles ? " Il se peut que le Seigneur Chantorage ne nous ait pas trahi, mais si cela est confirmé, qu'il est bel et bien un félon, alors il devra répondre de ses actes devant l'Amirauté." - Seigneur Aodren Courvoisier Je suis hors de danger pour l'instant. J'ai la chance de bénéficier d'une protection spéciale et d'être sous l'égide de la noblesse. J'ai rencontré les haut-dignitaires de la campagne pour libérer Chantorage, tous semblent convaincu, le Seigneur Chantorage est devenu fou et devra payer pour ce qu'il a fait à Kul Tiras. Depuis la chambre que l'on m'a alloué, je ne sais plus quoi faire ni penser, je suis au pied du mur et je redoute de voir l'état du Sanctuaire des Tempêtes, je supplie encore notre Mère pour qu'elle ramène les miens à la raison, s'il fallait que notre Seigneur se montre clément, se montre aussi vrai qu'il était auparavant... J'aimerai que cela se fasse maintenant. Ce que je peine le plus à croire aujourd'hui, est qu'il cherche même a attenter à la vie de sa propre chair, voilà, actuellement le fait qui m'accable dans ma tromperie. Comme j'aimerai trouver réconfort dans la voix de notre Mère. Mais elle aussi demeure silencieuse, j'ai peur qu'elle se taise à tout jamais. Je pense au passé et à l'avenir par ces moments ou plus rien ne se passe, ou plus aucun regard ne me scrute, qu'adviendra t-il des eaugures lorsque tout cela sera fait ? Serons-nous toujours respectés et estimés des tirassiens ? Ou serons-nous réprouvés par ceux qui furent jadis les nôtres ? "J'ai peur. J'aimerais qu'ils se trompent." ~ ☸ ~
  14. Suite aux retombées de l'enquête, le sommet militaire fût tenu. Une troupe de la famille Hellington fût dépêchée à Quai du Trident dans le but de trouver le Frère Therold. Une fois celui-ci rencontré, il avertit le Lieutenant Matthew Gillette que sa tâche était à Quai du Trident, mais que Frère Conway pourrait bien volontiers les accompagner à la place. S'en suit une percée au sein du-dit lieu, précédemment déblayé par d'autres âmes vaillantes, ce qui n'empêcha point la vermine de proliférer à nouveau donnant du fil à retordre aux capes rouges. Au bout de longs échanges mêlant murmures avilissants et fracas des armes, ceux-ci finirent par trouver le Frère Conway replié dans une maison au fond des entrepôts, l'échange fût cordial avant que l'être aux sombres intentions ne se révèle, le k'thir constituant la dernière épreuve dans le périple de la Famille Hellington. Une fois celui-ci abattu, le Lieutenant trouva alors bien plus que ce qu'il était venu chercher. En effet, en tuant la créature, les forces présentes délivrèrent Brannon Chantorage, le neveu de l'actuel patriarche du Culte. La noble personne était retenue par l'eaugure vicié souhaitant en faire le pantin d'une force obscure et ainsi avoir une main mise sur l'entièreté de la Maison Chantorage. Celui-ci autrefois disparu fait désormais son retour sur la scène nobiliaire pour le bonheur de certain comme pour le malheur d'autres. Après avoir purgé le Quai du Trident du mal qui le rongeait, la Famille Hellington gagne en réputation.
  15. Au bout d'une enquête de longue haleine, le monastère Chantorage a finalement été infiltré par un homme aux observations avisées. Arrivant par bateau comme le veut la coutume, celui-ci s'est mis à la recherche d'une Eaugure disparue avant de finalement découvrir ce qui se trame au sein du Monastère. Paiement frauduleux contre bénédiction factice et traitements douteux, il n'était pas possible d'imaginer pareille folie. A ce jour, le Frère Alen est porté disparu. Les forces militaires invoquées pendant le sommet de la noblesse rejoindront bientôt la vallée de Chantorage. Pour le moment la population n'est pas encore au fait des découvertes. ( Un post sera fait lorsque ce sera le cas.)
×
×
  • Créer...