Aller au contenu

Battle For Azeroth, c'est le 2 février !

Soyez présents au rendez-vous, nous avons hâte de vous voir découvrir les nouveautés de l'extension tentaculaire et opposant Alliance et Horde.

Nouvelle extension, nouveau forum !

Parcourez toutes les nouvelles possibilités du forum ! Plus beau, plus performant et plus amovible, amusez-vous à créer des sous-forum pour vos projets, tenez un blog et échangez avec la communauté et toute l'équipe.

Les Sanctuaires

Battle For Azeroth sur Kuretar est aussi l'occasion pour l'équipe et la communauté de créer quelque chose qui gravite autour du RP. N'oubliez pas de participer aux futurs débats qui détermineront le déroulé de ces zones sanctuaires et la nomination des référents.
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue sur le nouveau forum ! N'oubliez pas de lire tous les nouveaux topics :)

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Dernière heure
  2. Evène

    Les pleurs de la lune

    Pas mal tout ça. Tu as du cachet ! N'hésites pas à en proposer d'autres, ce genre de récit se révèle agréable et bien pratique dans le cas où l'on aurait l'envie de se changer les idées. En tout cas pour moi, ça a marché. Très belles illustration ! 👍
  3. Aujourd’hui
  4. Hier
  5. La dernière semaine
  6. Reaven

    Lieutenant Arley Sachard

    Alors que le refuge fut détruit lors des dernières missions, le Lieutenant Sachard resta concentré et partit en mer, avec des adhérents, afin de trouver un nouveau lieu de repos.

    © Reaven

  7. VHW.jpg.6e859b75642d0a66eb1a26917c8dd3b1.jpgVIEW.jpg.e82993061ee7299980602d99d81f817f.jpgWBRAH.jpg.82a566ed9943e879316c54cd06c74e2d.jpg

    1. Shamalau12

      Shamalau12

      vous etes d une belle taille

    2. Big Boss

      Big Boss

      WWWWWWWWWAWWWWWWWWWWDDDDDDDDDSSSSSSSSSFFFDFSDGS

    3. Swannael

      Swannael

      PASSEZ MOI CETTE CLÉ PLATE

  8. nice tenue 😉

    1. Shamalau12

      Shamalau12

      *.app intensifies*

  9. Le Syndicat, qu'est-ce que c'est ? I. Ce que ce n'est pas. Le Syndicat n'est avant tout pas une énième bande de criminels des grands chemins dont la seule existence tourne autour d'être des connards violents et agressifs qui terrorisent la ville avec leurs grosses armes et leurs grosses balafres, en ayant des têtes de méchants très méchants. Ce ne sera jamais le but, et un personnage venant à approcher le Syndicat avec cette mentalité se verra recaler à l'entrée. Ce n'est pas non plus une organisation secrète tellement secrète que même eux n'ont jamais entendu parler d'eux même parce qu'ils sont des assassins de la nuit très très sombre. Si votre objectif est de jouer ce type de personnages, vous ne trouverez pas non plus votre bonheur ici. Aussi amusant puisse être ce genre de RP, non seulement il manque généralement cruellement de cohérence, mais il est nécessairement limité. Enfin, ce n'est surtout pas une organisation internationale avec un immense pouvoir. Le Syndicat est une petite entreprise familiale de Tirassiens, et les Tirassiens aiment faire des affaires entre Tirassiens. Non pas que rejoindre l'organisation en tant qu'étranger soit absolument impossible, mais vous imaginez bien qu'un type qui a grandi et vécu toute sa vie à Méchumide fera nettement plus confiance à quelqu'un qui vient de chez lui, qu'à un étranger. II. Origines Notez que le nom de "Syndicat Cohenheim" n'est pas un nom utilisé en RP, il s'agit d'une dénomination purement HRP puisqu'il faut bien nommer le projet et que je n'allais pas simplement l'appeler "Mafia N°139023801". L'organisation trouve racine dans le quartier de Méchumide, il y a une bonne vingtaine d'années maintenant. Né de l'alliance de petites bandes de rapins locaux, à l'initiative de Layton Cohenheim, le domaine de prédilection du Syndicat était et reste les jeux d'argents. Tout d'abord exercés clandestinement dans les rues pour escroquer les plus crédules de quelques cuivrées dans des jeux aux chances réduites de gagner, la bande s'est surtout fait remarquer quelques années après sa création à l'ouverture d'un tripot tout ce qu'il y a de plus légal. Basé proche des quais Corsandre, l'établissement proposait alors rafraîchissements et jeux d'argents aux marins locaux venus se reposer. Très vite l'endroit s'est vu proposer quelques services supplémentaires, discutés sous le manteau avec les habitués et ceux prêts à débourser le plus, femmes de compagnie, parties privées, accès à des boissons de luxe à des prix défiant toute concurrence, les affaires de l'organisation se sont rapidement développées dans des domaines nettement moins légaux. Sous la gouvernance de Cohenheim, et avec de probables relations au sein de Port-Liberté, la contrebande d'alcools et le recel sont vite devenus les nouveaux chevaux de bataille du Syndicat. Une bonne partie de l'argent salement gagné par cette petite organisation de pourris s'est vu reversé dans Méchumide. Emploi d'enfants pour servir de messagers à travers la ville, de femmes transportant leurs produits, l'organisation avait le bon goût de rester dans les bons papiers des gens du quartier en se montrant généreux, faisant croquer une part du gâteau à quiconque accepterait de collaborer. Une ascension flamboyante qui fût néanmoins de courte durée, pas plus d'une dizaine d'années. Les profits de Cohenheim et sa bande n'étaient pas du goût de tout le monde, et surtout pas des types de Corsandre qui se sentait flouer d'une trop grosse part de leurs butins. Après plusieurs semaines de conflits, entre bagarres d'ivrognes et échauffourées publiques, une guerre de territoire éclata, le Syndicat visant bien plus gros qu'eux même. Une guerre qui leur coûtera finalement le prix d'un lourd tribu après l'arrestation et la pendaison de cinq membres avérés du Syndicat, et l'emprisonnement à Tol Dagor des quelques plus malins n'ayant pas les mains assez sales pour être condamnés à mort, Layton Cohenheim faisant parti de ces "chanceux." III. Aujourd'hui De nos jours, la bande à Cohenheim n'est plus qu'un vieux souvenir, on en a pas entendu parler depuis pratiquement dix ans maintenant, et dans un milieu aussi criminalisé que le quartier de Méchumide c'est bien assez pour que d'autres bandes se soient installés et aient effacés des mémoires les anciens. L'activité la plus récente qui serait associable au Syndicat serait le meurtre du Capitaine de l'Amirauté, monsieur Morrigen. Il se court comme rumeur dans les rues des bas-fonds que Bethaquin Cohan, la meurtrière, était une amie de longue date de Layton. Mais celui-ci s'étant trouvé toujours enfermé à Tol Dagor au moment des faits, difficile de faire de rapprochements entre les agissements de la traîtresse félon, et l'organisation du Syndicat. Layton Cohenheim vient à peine de refaire surface en ville, il n'a sous le coude que son baluchon d'ancien bagnard, et la ferme intention de se remettre aux affaires. Il vagabonde dans les rues du quartier, à la recherche de types talentueux et de gros bras à qui promettre fortune, succès et l'admiration des plus belles femmes, si ils venaient à se joindre à lui. La situation de plus en plus délicate en Kul Tiras, et son instabilité politique à son plus fort, le vieux loubard voit dans le chaos régnant dans les rues l'occasion de prendre le contrôle.
  10. "Paradoxalement, la seule chose qui mérite qu'on se batte pour elle, c'est la paix. Comme quoi, même la paix présente sa part d'adversité pour équilibrer la balance qu'est le destin. -Auteur inconnu - Kirseh" "Iris Shendel est l'une des fondatrices de la Trinité de l'Aube mais elle s'est, sur le long terme, imposée officieusement comme une dirigeante fiable et ce, quel qu'aie été son grade. Bien qu'elle aie un certain goût de l'entre-deux, autant dans son physique que dans sa personnalité, elle n'hésite pas à devenir aussi tranchante qu'impitoyable quand la situation l'impose. -Caelinde Mandesoleil" Et les autres ... Remerciement spécial à : Jillius pour la réécriture des descriptions. Osendale pour son formidable travail sur les Artwork ! Et à tous ceux étant de près ou de loin impliqués dans le développement de ce personnage qui me tiens beaucoup à cœur ,les membres de la Trinité de l'Aube, les artistes, les rôlistes sans oublier les staffeux qui rendent possible le RP sur WoW dans de bien meilleurs conditions que sur Offi !
  11. Elenwe

    Carte Commerciale

    Ceci est l'établissement du travail de Namlor vis à vis de l'organisation des commerces dans Boralus. Merci de vous fier à cette carte, qui sera remplie est modifiée au fil des jours et des installations, pour vous permettre de mieux connaître la ville. Vous souhaitez ouvrir un commerce à Boralus : - Trouvez un endroit qui correspond à vos attentes et au contexte de la capitale. - Veillez à vérifier que l'endroit n'est pas déjà pris. Attention, cette carte ne reflète que les commerces recensés, mais il existe aussi des maisons utilisées qui ont été spawn. Assurez-vous de ne pas despawn quelque chose à votre profit. - Contactez le référent au spawn, Namlor#4371 (sur Discord) ou Namlor sur le forum, afin de négocier avec lui l'ouverture de votre commerce ! A priori, si vous respectez le contexte et que l'endroit n'est pas déjà prit, vous risquerez rarement de faire face à un refus. Pour faciliter votre recensement, merci de bien remplir ce formulaire : - Nom de l'entreprise - Propriétaire - Employés (nombre et noms) - Horaires d'ouverture (en RP) - Adresse (screen de la location sur la map) - Tarifs moyen de tes service Merci de bien respecter ces règles et tout se passera bien !
  12. Au tout début, la Brigade de Mèchumide n'avait rien à voir avec ce qu'elle est actuellement. Fondée sur l'initiative du Capitaine Lo Lubeon de l'Amirautée de Kul Tiras, la Brigade était sensée être composée de l'élite de la Garde de Boralus devant lutter contre le développement d'un nouveau phénomène : le crime organisé urbain. Éloigné du port, grand lieu d'activité économique de Boralus, le quartier enclavé de Mèchumide s'était appauvrit au cours du temps. Finalement, Mèchumide devint le dernier refuge des sans-abris délogés des nouveaux quartiers par la Garde. C'est dans ses bidonvilles tentaculaires que se développèrent les premiers gangs de Kul Tiras, n'améliorant pas la situation globale. Mis au placard après avoir soutenu qu'il avait découvert un continent au Sud peuplé d'Ours humanoïdes, le controversé Capitaine Lubeon tenta de redorer son nom en proposant une solution au problème du crime organisé urbain à l'Amiral suprême. C'est là que naquit l'idée de créer une unité d'élite formée à infiltrer les organisation criminelles et à traquer les fugitifs pour vaincre une bonne fois pour toutes la criminalité. Et cela marcha. Pendant de nombreuses années, l'efficacité de la Brigade de Mèchumide était connue dans les sept royaumes. Sous le joug des implacables brigadiers de Mèchumide, les va-nu-pieds et hors-la-loi se tenaient à carreau. C'est alors qu'après la mort du Capitaine Lubeon, la Brigade sombra peu à peu dans la décadence. Graduellement, le service perdit de son prestige et ses agents passèrent de héros à vieux idiots. Puis finalement, elle devint ce qu'elle est aujourd'hui : Un véritable placard dans lequel ranger les gardes embarrassants pour l'Amirauté. Une unité inefficace mais néanmoins étrangement indispensable.
  13. SebWolf

    Les pleurs de la lune

    mdr g pa lu mé poce blo
  14. Dans ce court texte, je vais suggérer une manière RP de gérer votre commerce si vous interprétez un personnage marchand qui a une échoppe. Il est évident que vous n'êtes pas toujours connecté ou présent pour gérer vos affaires et votre personnage existe même quand vous n'êtes pas connecté. Pour faire du RP dans un monde persistant il faut partir du constat qu'il a une activité professionnelle, un travail ou une occupation quelconque qu'il pratique en dehors des heures où vous jouez. Je vais ici proposer des manières simples d'acter sur ces moments où vous n'êtes pas connecté et où votre personnage a pu faire fructifier ses affaires malgré tout. Gérer sa boutique quand vous n'êtes pas connecté 1ère étape : décider d'un horaire d'ouverture pour votre commerce. Si votre personnage est un commerçant qui se respecte, il sait se rendre disponible et donner un rendez-vous fiable à sa clientèle. Ici nous prendrons l'exemple de Nimlir Brouilleflaque, un gnome qui a un étal de fruits et de légumes. Il est ouvert tout les jours de 7h à 13h. Bien évidemment, rien ne l'oblige à jouer à ces heures-là et à vendre des pommes pendant 6 heures, mais si vous considérez que son activité commerciale se pratique à ces heures-là, on considère que Nimlir va travailler à ce moment et générer des revenus. 2ème étape : décider des prix moyens de vos marchandises. Pas la peine de se lancer dans un inventaire complexe de tout les fruits et légumes disponibles, prenez le prix de deux ou trois articles phares, que vous considérez populaires auprès de la clientèle, faites une moyenne de ceux-ci. Nimlir vend la pomme de terre à 20 pièces de cuivre, la pomme à 10 pièces de cuivre et la carotte est à 15 pièces de cuivre... la moyenne sera de 15 pièces de cuivre. 3ème étape : c'est l'heure de jeter les dés Maintenant que vous savez combien de temps vous travaillez, à combien vous vendez vos marchandises il va falloir déterminer le nombre de clients que vous avez. Là il va falloir faire preuve d'un peu de fairplay, de cohérence et de raison. Pensez-vous que votre étal de fruits et légume est susceptible d'attirer des centaines de personnes ? Certainement pas. Décidez d'un chiffre maximum et minimum de clients intéressés par votre boutique par heure. Nimlir pense qu'il peut avoir, dû à ses magnifiques compétences de vendeur de 2 clients à 12 clients par heure. Il va donc faire un /rand 2-12. Il va effectuer ce /rand à 6 reprises car il travaille 6 heures. Il obtiendra ces résultats ; 3, 3, 6, 10, 5, 4 = 31 clients en l'espace de 6 heures ! Pas mal. Il ne reste plus qu'à appliquer cette formule : Nombre de clients de la journée x Prix moyen de vos marchandises Dans notre cas : 31 x 15 pièces de cuivre = 4,65 pièces d'argent en une bonne journée de travail ! 4ème étape (facultative mais plus réaliste) : déduisez vos coûts Les 3 étapes devraient vous suffire à établir votre recette de la journée pour votre personnage commerçant. Mais si vous voulez pousser le vice un peu plus loin, il faut déduire de vos recettes vos dépenses professionnelles. Cela peut être ; Le salaire de vos employés éventuels Le coût de production/d'achat de votre matériel, de votre produit Des taxes, des impôts... Vous pouvez choisir à peu près ce que vous devez soustraire à votre recette en fonction de ces différents facteurs. L'idée est tout de même d'être profitable à long terme, mais si vous ne voulez pas vous prendre la tête avec ces détails les 3 premières étapes sont suffisantes. Que faire avec cet argent ? Avoir de l'argent c'est bien. Mais qu'allez-vous en faite maintenant ? Votre bourse est bien remplie et vous êtes une cible pour les brigands et les pickpockets. Ce que je vous suggère vivement est d'entreposer vos recettes dans une banque compétente telle que la Fiducia Pecunia. Est-ce une publicité explicite ? Oui. Est-que je devrais en avoir honte ? Non. Votre personnage peut, en RP, cacher ses économies dans son slip, chez lui sous le matelas, dans un coffre, chez un(e) ami(e) ou même tout dépenser le jour même. C'est à vous de voir. Cela étant dit, ce que je préconise ici c'est de garder une trace de votre argent inRP. Que vous soyez clairs et transparents sur la somme que votre personnage porte sur lui, sur la somme dont il dispose autre part, sur ses ressources en général. Personne n'aime se compliquer trop la vie, mais si vous voulez jouer un commerçant ce sont des détails enrichissant le RP et permettant une cohérence accrue et une immersion renforcée. De plus si vous vous faites voler, au moins, vous saurez à quoi vous en tenir.
  15. Skial

    Chaos à Mèchumide !

    jusqu’à
  16. < Des affiches sont accrochées dans la ville de Boralus, certaines à moitiés arrachées. > Peuple de Boralus ! L'Amirale Suprême ne cesse de vouloir renforcer la sécurité de la ville, notamment en vue de la venue de nouveaux peuples entre nos murs ! La criminalité n'a jamais été aussi haute et il est de notre devoir de changer cela ! Par ces mots, si vous savez vous battre et si vous souhaitez servir votre peuple, rejoignez votre garde ! Nos citoyens ont besoin d'Hommes comme vous pour assurer leur sécurité et leur bien être ! Qu'attendez-vous ?! Gloire à l'Amirale Suprême ! < Accrochés à l'aide d'un clou, des formulaires trempés sont disposés à côté des annonces. Vous pouvez en prendre une presque intacte. > - Consulter le formulaire -
  17. Nérine

    Quatrième ancre : je signe !

    « Fidèles amis lecteurs, camarades, et lecteurs moins avisés de la cause. Lors de la réunion qui a été tenue en présence d’un public représentatif du peuple il m’a été donné de constater plusieurs problèmes que je vais tenter d’aborder et d’expliquer ; Premièrement, une réticence qui tend fortement à la désunion. Nous l’avons bien vu lors de la rencontre les avis étaient extrêmement divergents et ce pour plusieurs facteurs. Je reconnais volontiers ma part d’erreurs là-dedans : en voulant convoquer l’esprit critique du peuple sans le museler d’une quelconque façon (en cela, le respecter) il s’est déchaîné librement. Cela dit, en convoquant l’esprit critique du peuple, nous attendions en même temps une manière appropriée de faire la critique et non une arène où se déchaînaient librement les passions. Deuxièmement, j’ai tenu tout de même à participer à cette réunion publique quand bien même je venais de subir coups et blessures à la tête par des pirates, il y a de cela peu de temps alors que je faisais mon travail dans les rues de Méchumide. J’aurais peut-être dû rester en retrait pour simplement écouter vos avis et expériences à la place de tenter de faire un discours sur nos revendications et nos solutions. Je prends acte de tout cela et décide de ne plus me mettre en avant pour simplement continuer mon œuvre avec les plus démunis et orphelins tout en écoutant simplement vos histoires individuelles. Maintenant que ma critique vient d’être faite, il nous faut aborder les autres problèmes. Il y a selon moi deux autres facteurs en cause dans le fait que cette réunion n’ait pas été à la hauteur de nos attentes ; Troisièmement, un fort ressentiment vis-à-vis de l’uniforme. Je me suis présentée à vous en ne cachant pas mon passé dans la marine. Quarante-deux ans à servir la patrie en tant que médecin, puis, ensuite, en tant qu’officier au commandement d’une flottille. Je me suis présentée à vous le cœur ouvert et certains qui défendaient l’Amirauté quelques secondes plus tôt se sont mis à m’injurier de tous les noms sans me laisser même le temps de terminer mon propos. En cela, il y a un fort problème générationnel où les plus jeunes, furieux à juste ou injuste raison, ne respectent plus ni les aînés ni l’uniforme (qu’ils défendent pourtant à quelques moments arrangeants) mais préfèrent rester dans une forme d’anarchie où seul leur avis est juste et où il ne faut plus suivre les règles. Quatrièmement, un sévère et troublant problème d’écoute solidaire. Cela rejoint le facteur précédent mais nous avons remarqué qu’avant même qu’une personne ne finisse les trois premiers mots de son discours elle était déjà déclarée seulement digne d’être insultée et décriée. Je ne comprends pas cette propension à l’anarchie qui m’est totalement inédite. La manière la plus appropriée de faire la critique aurait été peut-être de laisser l’autre terminer pour ensuite le critiquer sur la base de ses arguments (et non en lui disant que ses écrits sont des torchons simplement parce qu’il manque une phrase de politesse à la fin de ceux-ci). Nous l’avons vu avec un homme qui ne savait pas se tenir et insultait tout le monde depuis le début. En lui demandant enfin, yeux dans les yeux, ce qu’il avait fait et ce qu’il faisait pour la patrie, il est parti tout penaud la tête vers le sol. En définitive, ne comptez pas sur moi pour faire de la politique politicienne en vous caressant dans le sens du poil. Je compte dire avec franchise tout ce que je pense, en bien comme en mal, du peuple comme de la noblesse et ce en espérant que mes remarques y changeront quelque chose, et qu’elles ne tomberont pas sous les yeux d’un aveugle. Je passe désormais à ce qui n’a pas pu être fait lors de la réunion, c’est-à-dire exposer ma revendication et mes solutions CLAIREMENT ; davantage de justice sociale ; les plus démunis n’ont plus les moyens de s’offrir les services d’un personnel médical compétent (et pour répondre à des remarques encore une fois injurieuses ; oui je fais normalement payer mes services mais j’ai aussi dit que j’étais obligée de ne pas le faire de plus en plus souvent, un autre exemple du problème d’écoute solidaire) → notre réponse à ce problème est l’Ancre Commune : un fonds social inédit qui reversera l’intégralité de ses dons à la fois aux plus démunis pour qu’ils puissent payer le personnel médical grâce à une collectivité, mais, aussi, aux orphelins de la patrie qui seront bientôt logés, protégés et nourris. À l’heure de mon écrit la totalité des dons de l’Ancre Commune s’élève à 34 pièces d'or, 17 pièces argent et 52 pièces de cuivre. À l’heure actuelle, 24 personnes ont été bénéficiaires de ce fonds en quelques jours, → nous cherchons du personnel médical mais aussi un personnel de sécurité ; la dernière fois que notre équipe a été dans les rues de la ville elle a été prise à partie et tabassée presque à mort par des étrangers. Nous vous informons que nous avons commencé à prendre contact avec les maçons et architectes de la ville. Notre cause va aussi servir à donner de l’emploi à des dizaines de travailleurs Kultirassiens. Nous voulons en effet faire construire des orphelinats et des salles pour accueillir encore davantage de blessés et de malades qui seront soignés intégralement par les dons de l’Ancre Commune. Un projet solidaire et inédit. Sachez aussi que nous allons bientôt faire participer plus sérieusement la noblesse à ce projet pour qu'elle y contribue de ses moyens. Je vous remercie, amis lecteurs, fidèles adhérents de la cause, mais aussi lecteurs moins enclins à y adhérer, du temps que vous avez pris à me lire et j’espère le cœur ardent de faire changer les choses, que vous me lirez avec ouverture d’esprit et critique judicieuse. Gloire à Kul’tiras, Gloire au Peuple, Gloire aux Marées ! Madame de Garfield. » < Encore une fois les points principaux du texte seront déclamés par des orateurs de la Commune. Le style de l'écrivaine ayant fortement changé soudainement. Aussi, de par les contributeurs récents l'Ancre Commune sera encore plus mise en avant et les dons pourront continuer d'affluer. Cette tribune sera suivie d'un texte attestant de son service dans la marine de la patrie. >
  18. < Un ordre de mission sera envoyé au domicile des adhérents, dans une enveloppe grise, scellée par le sceau du Corbeau. > Messieurs-dames, mes chers adhérents, il est temps de poursuivre nos objectifs et de faire régner la paix au sein du royaume de Wrynn. Je sais que nous avons perdu notre précieux refuge, durant les derniers événements, mais un plan d'action est en cours de préparation pour pouvoir retrouver notre confort d'antan. En effet, avec les officiers et commandants de Hurlevent, nous avons effectué une réunion pour discuter de notre position dans le royaume et de notre sécurité. Il s'avérait que notre ancien refuge ne respectait pas, géographiquement, un plan de sécurité optimal. De ce fait, l'idée de changer de lieux, pour le refuge, a été évoqué. Les officiers présents, avec moi-même, sont arrivés à une conclusion qui me paraît acceptable : occuper l'une des îles autour du royaume. Cette solution nous permettra d'avoir une sécurité plus approfondie, étant donné notre champ de vision amélioré autour de la future base. Ceci étant dit, l'Escouade du Corbeau va avoir besoin de votre aide pour construire le nouveau refuge. En effet, les îles présentes autour du royaume ne sont pas toutes sûres, il faudra donc sécuriser notre zone de construction avant de pouvoir nous installer. Qui plus est, nous aimerions des hommes pour protéger la cargaison des dangers du voyage. Pour effectuer cette mission, je vous donne rendez-vous ce* **Mardi 19 février** *au port de Hurlevent, à la neuvième heure du soir. Nous comptons sur vous pour l'avenir de notre escouade ! Pour l'Alliance ! Lieutenant Arley Sachard. Récompense : [Pièce d'argent] x75, [Zone de construction] x1, 900 points de réputation et 4 plumes.
  19. Strÿder

    Le sauvetage in-extremis.

    Après l'assaut d'un navire réprouvé à Port-Kraken, la patronne Sylvia a été porté disparue. Laurent, par le biais d'une personne de port-Kraken a reçu une lettre de celle-ci et avec l'aide d'un commerçant, Sylvia a été repéré se dirigeant vers l'île des Tortues. Une opération de sauvetage va avoir lieu le Dimanche soir de l'an 34 pour aller la ramener au sein de la ville portuaire.
  20. Elenwe

    Codex des Lois

    Code Pénal Préambule: Le code ci-dessous s’applique pour le sanctuaire RP à Boralus, mais peut sur l’ensemble des régions de Kul Tiras servir de base. Ce code a été rédigé par les référents militaires Reaven, Anaxandridas et Kraz qui se sont inspirés du codé pénal de la Garde de Hurlevent, KT RP. Chapitre I : Du code préliminaire. Chapitre II : Des délits. Lors de la mention du terme geôle ; selon la gravité de votre délit, votre personnage pourrait être enfermé dans les géôles de la caserne, ou à Tol Dagor. Chapitre III : Des crimes. 1) Des crimes. 2) Du cas de la légitime défense 3) De la récidive. Chapitre IV : De la responsabilité civile des animaux 1) Dans le cas où l'animal a un propriétaire. 2) Dans le cas où l'animal n'a pas de propriétaire. Chapitre V : Réglementation de la Magie Code d’honneur (caserne) : Règlement des visites (caserne) :
  21. RP Noble, contexte Ce guide a été réalisé par le joueur Baron (Aodren) dans le cadre son titre de référent à la noblesse, et lui appartient. Référents à la noblesse : Baron (Aodren) et Shadee (Janella) Sommaire : I/ Le noble L’appartenance à l’ordre nobiliaire s’accompagne de faits établis, comme l’appartenance à une maison, mais aussi de possibilités, comme celle de recevoir un titre où une fonction. A) Le titre Ici, le lore ne nous aide pas vraiment. En dehors de l’Amiral suprême, il semblerait qu’il n’y ait que des “seigneurs” à Kul Tiras. Tout noble ayant une propriété foncière étant alors immédiatement considéré comme seigneur de ses terres, ce terme peut donc poser problème en rp, d’autant plus que ce manque de hiérarchie ne paraît pas très vraisemblable. Aussi le noble peut être doté d’un titre de noblesse. Celui-ci doit bien sûr rester raisonnable : Il ne faut pas dépasser les grandes familles kultirassiennes du lore,que nous voyons comme l’équivalent de ducs, ni même être à leur niveau. Afin de ne pas trop encombrer la hiérarchie tout en proposant un système cohérent, nous avons décidé de retenir les titres suivants dans leur ordre d’importance : Comtes, barons et chevaliers. Voici un rapide résumé de ce à quoi correspond chaque titre (dans la sélection opérée) : ● Comte : Il s’agit du plus “petit” titre de la haute noblesse. Un tel personnage serait probablement directement rattaché à l’une des grandes maisons Kultirassienne. On peut imaginer un personnage à peu près équivalent, en terme de statut, au Seigneur Norwington. Par conséquent ce titre doit être employé avec parcimonie ! La majorité des nobles de Kul Tiras doit être composé de titres plus modestes. Le comte possède forcément un domaine. ● Baron : Il s’agit d’un titre inférieur à celui de comte, mais tout de même supérieur au chevalier. Il possède probablement un petit domaine, et donc les revenus qui vont avec. ● Chevalier : Le chevalier est le plus petit échelon de la noblesse. Adoubé, il possède donc un statut de noble et les privilèges qui vont avec. Il s’agit avant tout d’un combattant, par conséquent il doit avoir de l’équipement et une monture. Le titre de banneret est également disponible, bien que plus difficile à mettre en oeuvre dans le royaume de Kul Tiras. Il faut tout de même noter qu’il s’agit d’un chevalier ayant le droit de porter sa propre bannière au combat et éventuellement de mener ses propres troupes au combat. Ce rang étant très modeste, il ne faut pas penser pouvoir mener des armées entière, bien sûr. Une vingtaine d’hommes semble déjà être un effectif plus que respectable. Bien sûr l’usage du titre n’est pas obligatoire pour ceux qui veulent vraiment coller au lore, celui de seigneur peut tout à fait convenir également, tant que l’on reste dans un niveau de noblesse assez modeste. B) Une maison Qu’il soit issu d’une ancienne lignée où fraîchement anobli, votre personnage fait forcément partie d’une maison. Celle-ci est composée de sa famille proche (les membres les plus éloignés pouvant parfois appartenir à une autre maison par le biais du mariage par exemple). Outre les parents de votre personnage, la maison comprend également les serviteurs, domestiques et autres employés officiels (et moins officiels parfois) qui lui sont rattachés. Chaque famille se dote d’armoiries afin de se différencier des autres, parfois aussi d’une devise. Si le personnage possède un domaine, il s’agit probablement de celui de sa famille… Mais bien sûr cela reste de votre ressort, comme tout ce qui touche à l’organisation de votre maison ! Cette dernière ne peut cependant pas être indépendante : Elle s’inscrit forcément dans le fonctionnement politique du royaume et est donc soumise à l’une des grandes maisons de Kul Tiras et bien sûr à l’Amiral suprême. Elle peut aussi être inféodée à une autre maison qui lui serait supérieure. Elle peut cependant avoir une autonomie plus où moins importante en fonction de ses spécificités. Son degré de loyauté dépend également de vous, bien entendu. C) Une fonction Le noble n’existe pas uniquement à travers son titre où sa maison mais également par le biais de sa fonction. Les activités jugées comme étant rabaissantes sont proscrites, ces dernières étant composées des tâches manuelles (et subordonnée) comme l’agriculture, la construction… Le métier de barde peut également être vu d’un très mauvais oeil, bien que la pratique de la musique où de la poésie en tant que passe-temps reste tout à fait convenable, et même appréciée. Un noble qui s’adonnerait à ce genre de besogne serait immédiatement moqué de ses pairs et deviendrait rapidement la risée de la cour. On retrouve principalement deux fonctions chez les nobles : ● Militaire : Les officiers Kultirassiens sont tous de noble ascendance, du moins ceux qui sortent de l’Académie Portvaillant, qui est un lieu réservé à la noblesse et à la bourgeoisie du royaume. La marine est naturellement l’un des choix de prédilection pour les nobles soucieux de s’illustrer par les armes, on trouve donc bon nombre de capitaines de vaisseaux nobles, mais les autres armes sont tout aussi respectables. La noblesse kultirassienne est très imprégnée de culture militaire : Tout noble qui se respecte connaît au moins des rudiments d’escrime et sait monter à cheval. Cela fait partie de leur éducation. ● Juridique : Les nobles peuvent avoir une fonction juridique. Le lore est très flou en ce qui concerne cette précision, mais ne semble pas pour autant la contredire, donc une carrière dans ce domaine est tout à fait envisageable. Naturellement les nobles ont un poids politique puisque c’est sur eux que le pouvoir se repose. II/ Les rapports du noble avec son entourage La posture d’un noble n’est pas la même que celle d’un simple roturier, il est donc important de poser quelques bases concernant son rapport avec le monde. A) Avec le pouvoir Cette partie se penche sur deux points bien spécifiques : L’Amiral suprême et les grandes familles de Kul Tiras. L’Amirauté est actuellement détenue par la famille Portvaillant, par le biais de Katherine, conseillée par Dame Corsandre. (CF Guide lore de la noblesse pour les infos !) Si les nobles sont forcément inféodés à l’une des familles principales et à l’Amiral Suprême, leur loyauté peut être très volatile, d’autant plus que, comme le dit Taelia dans les dialogues du jeu, les nobles de Kul Tiras sont actuellement plongés dans une lutte de pouvoir intense. Aussi, sous couvert de loyauté, la noblesse se livre aux intrigues et certains peuvent vouloir accroître leur influence. Il est également important de noter que toute allégeance envers une famille sera lourde de conséquence : Après la révélation de la trahison Corsandre, une maison qui lui serait inféodée subirait forcément les affres de cet évènement, par exemple. Une chose tout de même : On ne peut pas pour remplacer l’Amiral suprême ni l’une des grandes familles. Cela parait logique, mais une petite piqûre de rappel ne peut pas faire de mal ! En dehors de cette spécificité relative au suivi du lore de Blizzard, toute ascension est évidemment possible en fonction de vos objectifs ! La vie de cour est bien sûr au coeur de ces rapports, mais cela sera développé plus loin ! B) Avec les autres nobles Ceux-ci peuvent être très variés en fonction du développement du rp, évidemment, et dépendent intégralement de vous. Il faut toutefois se souvenir de quelques faits ! ● Le monde de la noblesse est celui des apparences. Il faut faire bonne figure et parfaitement coller à l’étiquette sous peine de susciter moqueries et médisances. ● Les luttes de pouvoir passent par toute sorte d’actions. Un conflit entre deux maisons pourra par exemple se régler par le biais d’intrigues bien ficelées, maintenues dans l’ombre, où bien par des affrontements plus directs entre hommes de main… Atteindre la réputation de son ennemi par la diffamation peut aussi être une façon de lutter. Cela dit, il faut tout de même garder une certaine mesure dans ses actions et surtout assumer les conséquences de chacune d’entre elles. C) Avec la roture Bien que leurs modes et lieux de vie diffèrent largement, nobles et roturiers ne vivent pas sans se croiser. Leurs rapports sont alors tout particuliers et, bien que chaque individu soit comme il est, reposent sur certains points capitaux : ● Il existe une différence de statut fondamentale entre un membre de la noblesse et un roturier. Par conséquent les premiers attendent du respect de la part des seconds, eu égard à leur rapport privilégié avec le pouvoir et bien sûr leur idée d’une naissance supérieure. Tous les nobles méritent le respect du point de vue des roturiers, qu’importe leurs actions,ils restent TOUJOURS supérieurs socialement et hiérarchiquement à n’importe quel roturier. Un manquement à cette attention aura forcément des répercussions, qui pourraient se traduire par une sanction envers le roturier trop téméraire. ● Si les nobles ont effectivement un statut supérieur à celui des roturiers, et le pouvoir de leurs infliger des sentences au besoin, cela ne veut pas dire qu’un aristocrate peut se permettre un comportement cruel voire sadique envers ceux-ci sans encourir le moindre risque. Tout puissants qu’ils sont, les nobles ne sont toutefois pas invulnérables aux yeux de la loi, comme nous le verrons très prochainement. ● La maison du noble possède probablement des serviteurs et des domestiques. Ces personnes, forment “l'hôtel” de la maison. Encore une fois, le noble a et aura toujours un statut supérieurs à ses valets. Les relations doivent être les mêmes qu’avec les autres roturiers, mais également se doubler d’une fidélité sans faille. Un valet corrompu paiera par exemple le prix de sa duplicité si celle-ci est découverte. Mention spéciale : Les eaugures font partie de la roture, cependant ils sont traités avec respect par tous, y compris les nobles. L’ordre forge la croyance de Kul Tiras, et leur manquer de respect et pire encore, attenter à leur vie directement où par le biais de menace est considéré comme un affront au royaume tout entier, et donc passible de sentence, peu importe l’ordre auquel appartient le coupable. D) Avec la justice Ici le lore est clair : Les nobles sont concernés par la justice du royaume, mais pas de la même façon qu’un roturier. Traîner un aristocrate en justice est une action des plus risquées, surtout si l’accusateur est un simple citoyen. Les juges sont plus favorables aux nobles, qui peuvent en plus user de leur influence pour ralentir les procédures où bien retourner les accusations à l’envoyeur. Cependant, si le crime du noble apparaît comme irréfutable, alors il est châtié comme n’importe qui d’autre. Par ailleurs, toute forme de trahison (de la maison suzeraine - qu’il s’agisse d’une grande maison où non - où envers l’Amiral Suprême et le royaume) est sanctionnée sévèrement dès qu’elle apparaît au grand jour. III/ Les lieux qu’il fréquente A) Un domaine Le noble possède bien souvent un domaine, se traduisant par une possession foncière. En fonction du titre, cette dernière peut être d’une superficie et d’une nature bien différente. Elle appartient à la maison du noble qui la possède et se transmet par héritage. Si le noble possède des terres suffisamment grande, il est possible qu’il puisse y trouver une demeure de taille plus ou moins conséquente en fonction du statut et de la richesse. À titre d’exemple, voici la demeure du Seigneur Norwington qui possède un statut assimilé ici à celui de comte (et pas des moindres puisque son influence est importante dans le royaume, comme le prouve son fameux festival) : Dans le cadre du Sanctuaire, Boralus apparaît comme étant le centre du rp, aussi le noble peut être natif de la capitale et posséder sa résidence à la campagne, dans son domaine, où bien venir de ce dernier et posséder une résidence en ville afin de se tenir proche du pouvoir, se rendant lorsqu’il se souhaite dans ses possessions. Quoi qu’il en soit c’est un lieu abritant des serviteurs et des domestiques, ainsi que des dépendances comme des écuries. C’est également souvent de là que proviennent les éventuelles forces militaires à disposition du noble (chevaliers exclus, rappelons-le). Le domaine n’est pas une obligation non plus, votre personnage peut tout à fait être intégralement basé à Boralus, cependant il vaut alors mieux lui trouver une source de revenus afin qu’il puisse maintenir des finances acceptables et procéder aux dépenses nécessaires à la réalisation de vos ambitions. B) Une résidence Au vue de la dernière information énoncée, il peut sembler capital pour l’aristocrate de posséder sa propre résidence en ville. La plupart du temps on parlera d'hôtel particulier (dans mon cas par exemple, l’Hôtel Courvoisier) qui prend la forme d’une demeure plus où moins vaste forcément située dans le Haut-quartier. Cet endroit est le point de chute du noble à la capitale et abrite bien sûr des domestiques et des serviteurs. Il s’agit toutefois de bâtiments urbains et sont donc soumis à tout ce que cela implique : Il est évident que la présence de jardins où d’écuries s’annonce compliquée par exemple, eu égard aux contraintes spatiales des rues. La possession d’une résidence citadine n’est toutefois pas une nécessité, il est clair qu’il s’agit là d’un confort non-négligeable pour la vie à la capitale, mais d’autres arrangements sont sans doutes possible en fonction de vos envies. Cela dit, une situation précaire en terme de logement où jugée infamante (résider chez un roturier par exemple) par les autres nobles aura bien sûr des répercussions au niveau de l’image renvoyée par votre personnage. La résidence n’est pas forcément un lieu intégralement privé ! Contrairement au domaine, elle peut être utilisée pour tenter de donner une bonne image à votre personnage, par le biais d’une réception par exemple. C) Le Haut-quartier Le Haut-quartier et ses alentours immédiats forment le cadre d’évolution principal de la noblesse à Boralus, se déployant aux abords du Donjon Portvaillant, où se trouve la cour, accessible à la noblesse et aux grands dignitaires de Kul Tiras principalement mais éventuellement de l’étranger, bien que l’état actuel des relations entre l’Amirauté et l’Alliance ne laisse pas cette possibilité pour le moment, l’Alliance n’étant pas la bienvenue (N’oublions pas que Jaina est, au début du Sanctuaire, exilée et que Genn Grisetête - qui est pourtant roi de Gilnéas - a bien manqué de finir en geôles à l’instar du personnage-joueur à son arrivée en ville). Cela dit, au fur et à mesure du développement du sanctuaire, l’Alliance sera bien mieux accueillie et il se peut alors que les dignitaires puissent accéder à la cour. Si la Place de l’Unité est accessible à tous, il n’en va pas de même pour le reste des lieux qui l’entourent. Le cas du donjon ayant déjà été abordé, passons au Haut-quartier en lui-même. C’est là que se trouvent les habitations et les lieux publics que côtoient les nobles. Les roturiers n’y sont pas autorisés, sauf justification officielle, falotiers, jardiniers et domestiques étant bien sûr exempts de cette interdiction puisqu’ils travaillent sur les lieux. Une autre exception touche les bourgeois, qui sont également autorisés à côtoyer les lieux, au même titre que les nobles. Il est important de garder en tête le fait que : TOUTE PERSONNE N’APPARTENANT PAS AUX CATÉGORIES AUTORISÉES DANS LE QUARTIER ET S’Y TROUVANT QUAND MÊME ET SANS JUSTIFICATIF OFFICIEL SERA DONC INVITÉE À QUITTER LES LIEUX. UN REFUS OÙ UNE OPPOSITION AURA FORCÉMENT DES CONSÉQUENCES. Il est important de souligner le fait que cette information (concernant les personnes pouvant accéder librement au Haut-quartier) vient directement du lore de Blizzard, qui le précise bien en jeu. Les jardins du Donjon et l’Académie Portvaillant bénéficient également d’un accès limité aux mêmes catégories de personne, ne s’y rend pas qui le souhaite ! Ces lieux sont considérés comme étant particulièrement raffinés et prestigieux, par opposition aux quartiers les plus populaires, qui apparaissent comme étant des zones à éviter absolument, déjà pour le danger qu’ils représentent (quoi qu’un noble puisse bénéficier d’une escorte en armes) mais aussi pour la mauvaise impression qu’une telle action peut jeter sur le noble qui s’en rendrait coupable. En dehors de ces deux risques, un noble bien sûr se déplacer comme il l’entend, bien qu’il paraisse évident qu’un aristocrate ne descendra jamais dans les bas-quartiers pour se promener où bien pour boire à la taverne du coin. En règle générale, si quelque chose requiert l’attention du noble hors des beaux quartiers, il aura plutôt recours à un intermédiaire, souvent issu des rangs de ses serviteurs (plus où moins officiels en fonction du besoin), qu’il s’agisse de rencontrer un contact où bien simplement d’aller au Marché. Il y a cependant toujours moyen d’employer les canaux en cas de déplacement personnel. D) Les lieux publicsLes nobles sont amenés à se croiser dans toute sorte de lieux publics, officiels où non, mais toujours formels quoi qu’il en soit… Cela dit je n’ai rien de plus à développer que ce qui est déjà abordé dans le guide lore, aussi : CF Guide lore sur la noblesse. IV/ Quelques généralités supplémentaires ● L’héritage : Question centrale que celle-ci ! L’héritage régule la transmission des biens de la noblesse. Le lore nous montre qu’à Kul Tiras, c’est l’aîné des enfants qui hérite (s’ils sont plusieurs), peu importe son sexe (CF le cas de Jaina, qui succède à son père et non Tandred, car elle est née avant lui, peu importe son sexe.). Si un noble n’a pas d’enfant, alors son héritage va à son frère, son oncle… Bref, la personne la plus proche de lui dans l’arbre généalogique de la famille. ● L’éducation : A priori, il n’y a pas d’écoles à Boralus. Cependant, la noblesse est manifestement éduquée, aussi l’on peut imaginer que les enfants de l’aristocratie reçoivent la formation de précepteurs. Cependant rien ne le prouve ! ● Maniement des armes : Peu d’informations à ce niveau là. Ce qui est sûr, c’est que les cadets de l’Académie apprennent à se battre évidemment. On peut toutefois imaginer qu’un noble reçoit au moins la formation minimale aux armes de tir pour chasser, puisque c’est là l’un de leurs passe-temps principaux. ● La chasse : Comme dit précédemment, c’est un passe-temps très apprécié par la noblesse. On chasse toute sorte de gibier, des animaux imposants (comme le sanglier où l’ours) pour démontrer son prestige, mais aussi des cerfs, des lapins, etc. L’hermine tient une place privilégiée au sein du tableau de chasse de la noblesse, car il s’agit d’un animal noble. Du moins le fait de porter sa fourrure est-il noble, et signe de bonne santé. ● L’étiquette : La noblesse Kultirassienne accorde une grande importance à l’étiquette et à la bienséance, ne pas respecter cela peut conduire à toute sortes de moqueries de la part du milieu mondain. Cela dit, cette question est assez vaste, aussi sera-t’elle développée dans le prochain post !
  22. Amford

    Les pleurs de la lune

    Très bien écrit, on voit que tu as mis du temps à la rédaction Je valide totalement ❤️
  23. Contexte de la Horde à la Vallée Chantorage Ce contexte a été approuvé par le référent de la Horde, Avakh, et par Shamalau. Situation en 8.0 : Lors de la découverte de Zandalar, la Horde concentre ses efforts sur la création de liens avec l’antique peuple des Zandalaris. Suite au sauvetage de la princesse Talanji des prisons de l’Alliance par la Horde, le Roi Rastakhan accorde aux étrangers un droit de séjour à Zuldazar. Ce vaste empire n’est pas sans connaître quelques troubles. La région recèle de sombres secrets et les rumeurs parlent d’une rébellion naissante. En tant que représentant de la Horde, vous devrez gagner la confiance du roi Rastakhan et du conseil zanchuli pour pouvoir exploiter les ressources et la redoutable flotte de Zuldazar. L’effort de guerre de la Horde en dépend. Que se passe-t-il dans la Vallée : La Vallée Chantorage abrite derrière ses paysages idylliques de nombreux et sombres secrets. Uniquement accessible par un chemin sinueux, la Vallée semble bouclée par les soldats de Chantorage, dans un barrage humain qui empêche Boralus d’être au courant des dernières nouvelles. Le royaume de Kul’Tiras a perdu sa légendaire flotte, disparue en mer sans laisser de traces. Lorsque les recherches sont lancées pour retrouver les navires kultirassien, c’est le Seigneur Chantorage, dont les terres s’étendent sur toute la Vallée, qui se charge de la tâche par le biais de son culte ; les Eaugures. Secrets, ils tirent leur force et leur pouvoir de la mer, de l’eau, et sont ceux qui commandent aux mers pour rendre cette flotte imbattable. La rumeur court toutefois, et le Seigneur Chantorage est silencieux. Désormais, s’aventurer à l’est vers le Sanctuaire des Tempêtes peut mener à la mort. L’information n’est pas encore donnée dans tout Kul’Tiras et l’enquête ne fait que commencer. Sur la côte ouest, Fort Daelin est assiégé par les nagas. Des colosses s’en prennent aux remparts de pierre tandis que des harpons percent toujours plus profondément les murs qui surplombent la forteresse. Enhardies par la négligence des soldats, des créatures vicieuses s’en prennent au noble peuple de Chantorage. Qu’il s’agisse de rats et d’araignées au hameau du Meunier ou d’un huran territorial, ces menaces continueront de croître si personne n’intervient. Enfin, Brennadam, principale ville est en proie à un conflit interne, les habitants et fermiers sont furieux de s’être vus confisquer leurs récoltes. Attaquée par la Horde, la ville repart victorieuse de la bataille, au prix d’une partie dévastée de la ville et de nombreux morts. La Horde, elle, s’est emparée de la mine de la montagne et a bâti son campement et doit lutter entre les menaces d’est et ouest tout en faisant valoir sa position avantageuse. En tant que joueur de la Horde, vous vous placez dans un contexte temporel où vous venez de gagner du terrain sur le camp Croc-de-Guerre. Votre rôle est de vous renseigner sur la situation de l’Alliance, et de profiter des veines Azéritiques pour le compte du chef de guerre, Sylvanas Coursevent, et du chef de camp, Rexxar. Opportunités d’évolution : Vallée Chantorage : 8.0 : La Horde parvient à parfaire sa prise sur la montagne, organisant des raids pour récupérer des ressources. Sa principale mission toutefois reste d’obtenir des informations sur la situation de l’Alliance, sur sa flotte, ses conflits internes. Lorsque le Siège de Boralus viendra, un contingent de la Horde est détaché vers la ville pour s’emparer des armes Azéritiques de Dame Corsandre. Il doit s’agir d’un groupe de bataille discret, qui profite de la zizanie au sein de la capitale, mais qui ne peut faire front direct sur l’Alliance. NB : tant que l’alliance ne sera pas arrivée à ce stade, il est, de manière logique, normal de ne pas précipiter les choses. Kul’Tiras : La Horde possède des campements plus petits de parts et d’autres de Kul’Tiras. Vous aurez l’opportunité d'interagir avec les environnements propres à ces zones. Entre pirates et sorcellerie, il y a du choix ! Zandalar : Au-delà de votre mission au sanctuaire de la Horde, il est fortement conseillé de créer des événements qui vous permettront de réaliser les trames dédiées à Zandalar et les Zandalaris. Entre les événements qui gravitent autour du Roi Rastakhan, le conseil zanchuli, l’influence du Loa de la Mort, la corruption ou la mort des loas, la situation dangereuse de Vol’dun et de l’empire Sethrak, la résurrection de Mythrax et enfin la menace des trolls de sang et de leur dieu, G’huun, vous avez l’embarras du choix ! La Conquête de la Horde : Il est important de savoir que malgré tout, la Horde est en sous effectif à Kul’Tiras. Malgré une attaque à Brennadam, sa défaite a entraîné la perte de son arme principale : un engin de siège azéritique. De nombreux joueurs souhaitent pouvoir faire la guerre en Chantorage. C’est possible. Ce qui ne l’est pas est d’annexer la Vallée pour le compte de la Horde. Pour trouver un juste milieu, il vous sera autorisé de conquérir des lieux de manière temporaire et qui ne s’inscrivent pas dans l’évolution officielle de la zone. Vous ne pourrez donc pas annexer des zones comme le Fort Daelin, ou encore l’est de la Vallée (pour ne citer que ces deux exemples). Pour récupérer les lieux, vous devrez vous accorder avec le Chef de Projet et votre référent. - Si vous souhaitez organiser des batailles PVE, vous êtes libres d’utiliser des PNJ de l’Alliance. - Si vous souhaitez organiser des batailles PVP, vous devrez trouver une personne volontaire pour animer la faction adverse et les joueurs qui accepteront de la suivre. Il n’est logiquement pas possible d’attaquer Boralus, vous devez rester logique envers le lore. La Horde n’attaque pas la zone, vous n’avez donc pas à le faire. Vos troupes seraient annihilées entre les canons présents un peu partout dans la Capitale et les forces militaires de la ville. Précisions sur le contexte, sur la conquête, après des questions posées par le référent Avakh & Shamalau : Warning : c'est du copier coller d'une conversation, la lecture peut être compliquée, le contexte un peu wtf mais le message y est.
  24. yargos

    [FICHE LORE RACE VULPÉRINS]

    J'ai une question importante : Dans le cas où un vulpérin devient mercenaire, dans quel type de mercenariat peut-il allé ? Et dans quel faction/groupe ? Également, un vulpérin qui cherche à se faire employer a-t-il des restrictions de lieux où aller ?
  25. Six

    Les pleurs de la lune

    Mort à la Horde.
  26. Nérine

    Première ancre : j'ose !

    Merci pour ton commentaire ! Oui, pour ce qui est de la forme soutenue de certains passages c'est volontaire. Ce sont des tribunes faites en jeu par ma personnage et une série de facteurs l'ont menée à écrire de cette manière. Je ne veux pas entrer dans le détail parce-que c'est à découvrir en jeu mais j'aurais très bien pu écrire bien plus simplement, oui. Cela dit, je redis ce que j'ai dit au-dessus à Baron d'une façon différente : ce ne sont que des mots isolés qui ne brisent pas le sens profond de la tribune. Si on lit plus spécifiquement le texte on se rend compte qu'ont été articulées des questions entre les propos plus compliqués (et je l'ai fait pour les deux autres tribunes aussi), des questions claires parlant de choses simples : trop d'étrangers qui apportent des problèmes supplémentaires, trop de compatriotes à la rue, l'accès aux soins insuffisant, qu'il faut s'indigner, qu'on doit créer un fonds social.. Les orateurs lettrés visés par ce papier sauront habilement s'adapter au public qu'ils ont en face. La cible est bien visée puisqu'il y a toute une cause autour de cette tribune : la Commune va simplement utiliser ce texte et ses adhérents le propager. J'entre trop dans le détail du contexte RP ceci dit.. ! à découvrir 🙂 (Aucun rapport avec humilité/modestie donc en réponse à ton gif!)
  27. Patch

    Première ancre : j'ose !

    J'aime bien le concept et l'implication de la chose, mais je trouve quand même que le lexique employé est parfois trop soutenu même pour la minorité pensante et lettrée des bas quartiers, en sommes il y a un gros soucis de cible. D'autant plus que la relecture risque d'être bien difficile en particulier à cause de ça. IRP je considérerais que c'est un parti pris et les conséquences suivront vis à vis de ça.
  28. Baron

    Première ancre : j'ose !

    Ok merci ! Effectivement je n'avais pas vu non plus le spoiler :x Merci tout de même pour ta réponse !
  1. Charger plus d’activité
×