Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

Kuretar Display Searcher

Réalisez de nouvelles forges d'items dont vous n'avez peut-être jamais eu connaissance grâce à notre dernier outil que vous trouverez dans les Utilitaires de la Forge !
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue sur le nouveau forum ! N'oubliez pas de lire tous les nouveaux topics :)

À propos de ce club

Sanctuaire Alliance

  1. Quoi de neuf dans ce projet
  2. Nom et prénom : Inconnus à ce jour. Description physique : Gobelin dépourvu de pilosité, un carquois dans le dos, il porte un harnais, des gants en cuir noir. Particularités : Il se déplace sur les toits et utilise une poudre pour infliger ses adversaires d'une cécité temporaire. Sentence : Mort ou vif. Récompense : Une bourse d'or.
  3. Alors que les Inquisiteurs de l'Ordre des Braises ont suivi l'inquisitrice Aubeclaire en direction de Butte-du-Faucon dû à l'absence de nouvelle de ce dernier, passant par la vieille route Drust plutôt que la route de la forêt cramoisi à cause de l'étrange ciel qui le surplombe, l'Inquisitrice Aubeclaire en compagnie d'initié, d'émissaire et d'inquisiteur de l'ordre des Braises, découvrirent et prirent l'opportunité d'enquêter sur les ruines. L'Inquisitrice Aubeclaire et le groupe ont découvert des esprits dérangés en guerre depuis bien des millénaires face aux troupes de Gorak'tul, un ancien drust vieux de plusieurs millénaire, celui-ci terrorisa les colonie kultirassienne et pilla sans vergogne les citoyens, c'est à ce jour que la milice de Drustvar a été formé pour vaincre les drusts et les chassés de Drustvar. L'inquisitrice découvrit les stèles d'histoire sur la guerre de Drustvar, il y a 2.700 ans, suite à plusieurs défaite, Gorak'tul utilisa sa magie noire pour lié les âmes des drusts aux pierres runiques. Après avoir vaincu les gardiens runiques et les gardiens défunts ainsi qu'avoir donner le repos aux esprits, l'Inquisitrice Aubeclaire et le groupe d'inquisiteur et d'émissaire se rassemblent pour faire face à un assemblage réanimé par Gorak'tul lui même ! Après un dure combat et l'expertise de l'inquisitrice Aubeclaire et des inquisiteurs, le groupe a finit par le vaincre et découvrit la dernière stèle mettant en avant la victoire du Colonel Malvoie poignardant Gorak'tul, brisant son lien avec les gardiens runiques qui ne prirent plus vie. Gol Osigr est maintenant en sécurité et la Ferté-d'Arôm ne craint plus rien, mais il est urgent de se rendre à la Butte-du-faucon afin de voir ce qu'il s'y passe !
  4. Patch

    La Cale

    Centre névralgique de la clandestinité à Boralus, la Cale est un lieu de rencontre, de marchés et de discussion libre. Paris, combats, musique étrangère d'un nouveau genre, sang et or, voilà le genre de choses que vous retrouverez dans la Cale. La liberté est de mise et tant que celle-ci est respectée, la Cale perdura. Que vous soyez un pauvre mendiant des rues de Mèchumide ou un noble en manque de sensation forte, tous vous accepteront et vous écouteront tant que vous respecterez deux règles primordiales : Tous ont le droit d'exprimer son avis sur un sujet comme un autre et tout règlement de compte doit se faire sur le ring. Un noble n'aura pas un droit de parole prévalant sur un mendiant, de même pour un Tirassien envers un étranger de l'Alliance. Vous n'êtes pas obligé d'être d'accord avec la personne, seulement de respecter son avis et ses raisons. Toute dispute ne pouvant être résolue par la diplomatie se fera entre les cordes, sous les cris des spectateurs et l'argent coulant à flot de mains en mains. Ayez le dernier mot en fracassant la mâchoire de votre détracteur sur le sol froid et tâché du sang de la veille sous les applaudissements d'une foule en délire et peut-être... que la belle chantera en votre honneur. Digne représentation de l'ouverture au monde, à l'abri des regards indiscret, la Cale est un lieu de partages et d'idées. Les étrangers sont les bienvenues et trouveront leur place, presque comme un petit morceau du continent grouillant d'activité sous leurs pieds. Située dans un ancien pénitencier disparu avec le temps et les joies de l'urbanisme, la Cale est accessible par n'importe quel réseau d'égout, tant que vous ne perdez pas votre chemin. Ouvert à toutes heures, vous aurez peut-être la surprise de tomber sur un combat ou une chanson. Auquel cas, prenez une place et une bière, vous aurez peut-être un peu plus de chance. HRP : La Cale est l'arène principale créée de toutes pièces pour le Sanctuaire de Boralus. Elle est offerte aux joueurs et totalement libre d'accès. Cependant les propriétaires des lieux ne changeront pas pour éviter tout conflit. Il faut savoir que même si la Cale n'est pas tout à fait dans la légalité, elle est devenue une institution pour beaucoup de Tirassien et nombreux sont ceux la supportant même dans les plus hautes sphères de la cité. Elle n'est pas pour autant illégale si ce n'est qu'elle outrepasse certaines lois sur les paris empéchant par exemple les Corsandre de s'en attribuer les bénéfices. C'est avant tout un lieu de divertissement, loin de la morosité de certains quartiers et la haute sait qu'un peuple divertit est un peuple heureux. La Horde n'y a bien sûr pas sa place, mais on peut y retrouver comme au port des alizés, des marchands exotiques venu de Vol'dun ou des mers du sud des différentes races neutre. Cependant, inutile de demander la provenance de leurs produits, ils ne vous répondront pas, ou simplement "C'est tombé de la charrette ? :] " Ne vous en faites pas pour eux, ils plieront bagage avant même que vous ayez remarqué la présence de la garde de boralus. A propos des combats : Ils doivent se faire uniquement sur le ring à tour de rôle, les brutasses ne laisseront jamais un combat ou une bagarre se faire en dehors des cordes. Les combats à l'aide de magie ou d'arme à feu sont interdit et les armes ne sont autorisées que si les deux combattants l'ont accepté avant de monter sur le ring. Le combat à mort lui aussi doit être décidé au préalable. Si un des combattant vient à mourir durant un combat à main nue, le vainqueur peut-être jugé coupable et renvoyé de la Cale. Toute tentative de meurtre ou d'assassinat sera réprimandé automatiquement par le personnel de la Cale. Les assassins n'ont pas leur place ici et les issues seront très vite fermé pour empêcher la moindre fuite. FAQ : Q1 : Qui dirige la Cale ? R : La Cale est tenue par le Capitaine Ozof et son second Rafy. Ozof s'assure que l'organisation et ses lois soient respectés, alors que Rafy lui s'assure que votre verre ne soit jamais vide. (Une brève sera peut-être écrite à propos de leur histoire... Peut-être...) Q2 : Toutes les races sont acceptées dans la Cale ? R : La Horde est interdite sans condition, la plus part des clients sont des patriotes, encore très blessés par la perte de leurs proches durant la première et seconde guerre et la cicatrice est encore fraiche. Un demi-sang issue d'une race de la horde ne sera pas accepté lui non plus. Les Deathknights n'ont pas leur place à la Cale, ils inspirent plus la peur que des idées et de la philosophie, les brutasses les laisseront se perdre dans le dédale d'égouts sans le moindre regret. Les worgens sont acceptées mais les locaux restent craintif. Q3 : Les criminels ont-ils leur place à la Cale ? R : La Cale n'est pas un asile pour les parias de ce monde, nul ne vous protégera de ce côté là mais nul n'a besoin de révéler au grand jour vos petits secrets. Chaque personne à la Cale traine avec lui ses valises honteuses ou secrètes et elles ne font pas état de votre personne, seule votre façon d'agir compte. Au même degré, la Cale ne révélera jamais d'informations à la Garde sur une petite frappe ou un voleur à l'arraché. Cependant, les criminels dangereux connues et reconnues n'auront pas leur place. Suivant la gravité des crimes et leurs intentions, ils seront soit invité à partir, soit tuer sur le champs et jeter à l'égout. Mais la Cale reste un endroit au milieu des égouts, et qui sait ce qui se trame plus loin dans les boyaux de la cité. Q4 : Et au niveau de la garde ? R : Un garde en civil reste un citoyen, il a besoin de se divertir et peut le faire autant qu'il le désire à la Cale. Cependant, une intervention officielle de la Garde en uniforme et avec les couleurs au sein de la Cale est très mal vu de la part de tous. Suivant l'ampleur de l'intervention, la Cale ne coopérera que pour accélérer les choses et faire en sorte que les activités reprennent le plus vite possible. Sinon, ils attendront que tout soit rentré dans l'ordre, n'espérez pas des poignées de mains chaleureuses. En sommes, un criminel n'est pas leur problème. En revanche, La Cale est située au milieu d'un dédale d'égouts traversant Mèchumide, ainsi, elle sera toujours prévenue à l'avance de l'arrivée de la Garde et les paris seront caché et les tableaux de cotes effacés avant leur arrivé. Q5 : L'Alliance est acceptée ? R : Oui, sans condition. Q6 : Tout le monde peut trouver la Cale ? R : Tant que vous montrez patte blanche à l'entrée, des brutasses et d'autres clients vous montreront le chemin jusqu'à elle. Cependant, si vous vous montrez hostile, que vous avez l'air hostile, ils peuvent très bien vous laisser tourner sans fin dans les égouts sans vous aider. Q7 : Quels sont les risques d'un crime dans la Cale ? R : Si vous utilisez la magie, une arme à feu, une triche sur le ring, selon l'ampleur de votre acte vous serez soit conduit à la sortie et interdit d'entrée pendant un très long moment. Ensuite, rien n'indique dans quel état vous devez rejoindre la sortie, ça peut être sur vos deux jambes comme vous laisser flotter dans les eaux usées jusqu'au canal extérieur. Le refus d'obéir aux règles, d'attenter à la vie d'un membre ou d'un client peut facilement résulter par le même résultat et ce, même si vous êtes un garde. Q8 : La Cale fait-il parti d'un réseau ? R : La Cale n'est pas un repaire secret de voleurs héroïques, c'est le bar de deux hommes simples. Ils n'ont pas de lien avec la pègre, ni avec le moindre mouvement politique local ou étranger, et encore moins avec les Sans-Couronnes. Si vous invoquez un titre d'appartenance à un ordre de voleurs, ils vous répondront simplement qu'ils sont content pour vous et vous paierez votre verre, comme les autres. Q9 : Qui ne peut pas monter sur le ring ? R : Typiquement une race / classe monstrueuse n'a déjà pas le droit d'entrer dans la Cale, (CF Q2), cependant un worgen transformé n'aura pas le droit de monter sur le ring, ses griffes étant considérées comme des armes. Enfin, si celui-ci reste transformé dans l'établissement, il ne sera pas rejeter mais inspirera une certaine crainte (à juste titre) auprès des clients locaux. Q10 : L'organisation des combats IRP et HRP doit être réglementé par un référent ou par toi ? R : Typiquement non, les propriétaires sont des NPC pour cette raison. Les combats et les tournois peuvent être organisé par vous seul, c'est libre d'accès après il est bien vu de s'organiser avec les gens prévoyant déjà de leur côté des RP du même type pour éviter les conflits. Vous n'avez pas besoin de me prévenir pour le moindre combat ou voir avec un référent pour en organiser un ou en faire un à la va-vite un soir où ils vous en prend l'envie. Q11 : Comment fonctionne les paris ? R : Comme n'importe quel pari de boxe. D'ailleurs, chaque combat ouvre les paris, les spectateurs présent peuvent miser sur le combattant de leur choix. Q12 : P'tite bière ? R : P'tite bière 😃
  5. La Garde de Boralus recherche cette meurtrière, après avoir assassiné l'inspectrice Beauvent de la Caserne Portvaillant. Statut : En cours.
  6. La Garde de Boralus recherche cette criminelle, suite à son évasion des cellules de l'Amirauté par magie. Statut : En cours. Affiche en jeu, réalisée par Prosper :
  7. AVIS DE RECHERCHE Template : Nom & Prénom : Description physique : Particularités : Appartenance : Sentence : Récompense : Toutes les conditions peuvent ne pas être remplies si le joueur n'a par exemple pas communiqué son nom. Un screen du personnage, modifié avec Windows dans des filtres sépias/croquis, peut être posté pour appuyer la description physique du personnage. Merci de respecter ce template ! Un canal discord a été créé sur le discord du sanctuaire pour faire des annonces sur les avis de recherche.
  8. Carte mise à jour. 04-06-2019
  9. La table des négociations : À la fin du cinquième mois s’est tenue une entrevue au sein de l’hôtel particulier de la Maison Tertrebois, dans le Haut-Quartier de Boralus. Fort de ses nouvelles relations tissées auprès de la noblesse de Kul Tiras, le seigneur Lesfred a orchestré un temps d’échange concernant sa région natale, Drustvar. L’objectif de cette rencontre était de nouer des relations plus cordiales et sensibiliser les bonnes familles à la situation critique, afin de poursuivre ensemble la reconquête de l’Ouest, déjà bien entamée. Les concernés, essentiellement d’autres Maisons nobles, ont reçu quelques jours avant un courrier (illustration ci-dessous), afin de les convier en bonne et due forme. Les discussions auront eu lieu toute la soirée et auront permis de mobiliser à la cause Drustvari de nouveaux acteurs. L’intervention de la Maison Hellington sera essentiellement logistique, avec des acheminements de foudrargent pour soutenir la lutte. En ce qui concerne les Maisons Deauclaire, Peinsbourg et Tertrebois, elles seront notamment militaires, fournissant le gros des forces envoyées sur place pour terrasser la menace. Ainsi, l’ensemble des forces ont trente jours pour se mobiliser et se retrouveront à la Ferté d’Arom, dès la fin du sixième mois, pour soutenir les autochtones sur place dans cette reconquête. Finalement, c’est au cours d’un toast qu’un exemplaire du livre Compendium des Drust, issu du patrimoine de la famille Tertrebois, a été remis à chacune des Maisons présentes, afin de sceller symboliquement cette alliance militaire en devenir. Ont répondu à l'appel de cette entrevue le seigneur Clairon de la Maison Peinsbourg, accompagné de Monsieur Argos Duhembre, le capitaine Joseph Poudrenoire, la garde-mer Ildegar Noirbois ainsi que son vassal Antoine de Rocambeau. La Maison Deauclaire était quant à elle représentée par son maitre d’armes Marv Orlombus. L'inquisitrice Lyanna et Dame Laetitia, respectivement des Maisons Corbevoie et Hellington ont également pris part à la table des négociations. Enfin, du côté des Tertrebois étaient réunis évidemment le seigneur Lesfred, mais aussi sa sœur Merimit, son conseiller Nissyen de Val-Archer, le capitaine des gardes forestiers Kasper, son second Aaron Osgierd et Sigulf, sous ses ordres. Je remercie chacun d’entre eux pour cet échange productif qui a pu insuffler une nouvelle dynamique en ce qui relève de l’intervention des Maisons nobles à Drustvar. Quelques illustrations de la soirée ci-dessous.
  10. En cette sombre soirée du deuxième jours du sixième mois, le corps de l'inspecteur Hermyne Beauvent aura été déposée dans la ruelle à la sortie du Quartier de Mèchumide, égorgée...La femme aurait été fouillée, ses effets importants, livres, ou carnets pris. Elle n'avait sur elle que son uniforme, aucune armes, un simple pendentif d'une valeur sentimentale avec une petite peinture de sa famille...Le corps aurait été laissé sur place, sans aucun témoins du crime en question...des cheveux blancs pourront être trouvés sur celle-ci, incluant une note sur le torse, avec une fleur de Lys.... La note dit d'une écriture soignée : "Il est malheureux de voir quelqu'un mourrir, pour les actes de d'autres âmes....Ce message s'adresse à l'entièreté des gardes de l'Amirauté."
  11. Une cérémonie pour les braves ! En ces temps de troubles généralisés, il est important que les hommes et les femmes qui se battent pour leur nation puissent retrouver la foi et la détermination. Clairon Peinsbourg sait que cela doit passer tant par des discours en grandes pompes mais aussi, et surtout ... par le plaisir de boire et manger ! Afin de remplir les cœurs des braves de la Garde de Boralus, il a organisé une cérémonie sommes toute modeste en leur honneur. Organisé sur la frégate des Peinsbourg amarrée aux quais du donjon, les préparatifs ont été sobres et modestes. Les dernières famines et carences alimentaires des réserves sont bien naturellement en causes. De vastes décorations à l’effigie des Portvaillant ont été placés ainsi que des luminaires adaptés à la conception du navire. Certaines mesures de sécurités ont été de mise, une surveillance accrue à l'entrée du quai d'embarquement et sur les différents ponts du bâtiment. La cérémonie commença bien entendu par un discours de bienvenue. Il s'en poursuivit de réjouissante nouvelle avec la reprise des frontières en Chantorage mais aussi, à l'époque, la reconquête partielle de Brennadam. Mais très vite l'ambiance tomba à plat puisqu'il fallait annoncer aux gardes certains faits préoccupants. En effet Clairon fit part aux gardes de Boralus et aux autres invités la découverte de brigade de la Horde en Chantorage. Ces vils faquins à pagne ont osé poser pieds à terre. Le seigneur Peinsbourg invita les militaires en poste à Boralus de rester vigilent au moindre soupçon d'espionnage de la part de cette faction. Il a ensuite rassuré ces derniers que la menace ne peut qu'être endigué. Notamment en vendant la présence implacable des Maisons Courvoisier, Hellington, Ladimore et Peinsbourg. Son opinion changea quelques peu depuis les rapports élogieux de sa vassale aux commandes à Chantorage, vis à vis de la septième Légion et de l'Alliance : Il était légitime qu'il évoque l’héroïsme de cette troupe d'élite du lion auprès des gardes de Boralus. Une fois que le temps des discours s'acheva il était temps d'annoncer les quelques surprises de la soirée. Par la bénédiction du Connétable Ventis, par son expertise d'Académicien de l'Académie Portvaillant et par son grade, le Seigneur Clairon de la maison Peinsbourg annonça la promotion de deux cadets au rang de Garde confirmé : Le Cadet Ildegar Noirbois a été promu garde de Boralus. Cette jeune pupille de la Caserne a d'excellents avis de la part de ses officiers et n'a cessé de montrer un dévouement professionnel sans relâche durant ses rondes. A cela s'ajoute une performance tout à fait correcte durant la troisième session d'entrainement de Clairon. Elle a prouvé qu'elle avait les compétences pour être un soldat de Kul Tiras, une garde de Boralus. Le Cadet Williams Paxton a été promu garde de Boralus. Ce jeune homme espiègle déborde de volonté. Et sa rage au ventre ne peut qu'être bénéfique aux citoyens de Boralus, voir au royaume lui-même. Néanmoins il a intérêt à faire attention aux animaux qui traînent avec lui durant ses postes. Il a montré une excellente évolution durant l'entièreté des sessions d’entraînements effectués et une rigueur de présence sans nul autre pareil. Alors que les deux nouveaux gardes promus récupérèrent auprès du soldat Hamilcar leurs nouveaux effets de soldat. Le seigneur Peinsbourg les invita à rejoindre les petits hors d’œuvres de misères préparés pour eux. Clairon quand à lui dû s'occuper d'affaires diplomatiques urgentes, et ne pu accueillir plus personnellement chaque invités présents. Une cérémonie qui se termina discrètement dans la candeur d'une pleine lune haute dans le ciel ... "Nul ne peu arrêter les Portvaillant, et vous en êtes la preuve gardes !" "Bombez le torse, garde de Boralus !" "Elles sont où les assiettes ? - Attends moi je trouve pas les fourchettes"
  12. Hier fût une soirée décisive. Brennadam, véritable rouage du commerce de la Vallée Chantorage voyait se dérouler en son sein une bataille acharnée, entre les envahisseurs enhardis par la fougue conquérante et les natifs aux côtés de la Septième Legion combattant pour le salut de leur nation. C'est dans ce déchaînement de violence que s'est déroulé la bataille pour Brennadam. Après avoir bravé l'étau que représentait le pont entre la place et le reste de la ville, les forces en présence ont littéralement éventré l'offensive de la Horde, déroutant les chevaucheurs de loup, les grunts ou encore les sappeurs. Le moral de l'Alliance galvanisant les soldats natifs par leur expertise permit à l'opération une réussite plus prompte et sans pertes conséquentes. C'était sans compter la présence d'une arme nouvelle, le Fractureur Azéritique de la Horde, véritable engin de guerre au canon redoutable. Nombreux sont les disparus fauchés par le rayon d'or et d'azur, une nouvelle énergie redoutable. La Septième Légion dans l'élite que celle-ci représente, a donné de sa volonté et de son courage pour fendre les lignes ennemis jusqu'à la terrible machine. La noblesse dans son intégralité ne se souviendra peut être pas de son nom, mais la Maison Daerian et la Maison Hellington pourra affirmer avec certitude que le Caporal Alanaa, Sancteforge de son état, aura su s'interposer devant le rayon qui leur été destiné, dressant une sainte égide devant eux, au péril de sa vie. Par chance, l'on ne la compte pas aux rangs des morts, mais des gravement mutilés. Les héros se démarquant au plus fort de la bataille, la machine aura subit plusieurs assauts, la démantelant au passage tant par l'ingéniosité de certains, par la force brute ou par la Faille invoqués par les Elfes du Vide accompagnant la Septième Legion, pour au final disparaître totalement dans les méandres abyssaux. Le Champion de la Horde en déroute, il était à craindre que celui-ci cherche à se venger. Avant de partir, les réprouvés ont décidé de laisser un dernier challenge aux héros, un dispositif ingénieux relié à plusieurs barils de peste était entreposé à l'étage de la mairie. Au vue du nombre de tonneaux, l’évacuation de la place a été sonnée par le Seigneur Courvoisier, le temps de l'intervention. Finalement, c'est grâce au sang-froid de l'agent de la Maison Ladimore, "Lazare" que le dispositif a pu être arrêté signant alors la réussite totale de la mission. Brennadam est sauve, Brennadam est libre !
  13. Mise à jour le 26/05/2019, ajout d'éléments dans la partie "faits connus, à ce jour, en relation avec la Maison Tertrebois" ainsi que d'autres informations éparses dans la fiche. Concernant les derniers faits connus ajoutés, cela fait écho à l'une des scènes décrite sur le sujet des nouvelles du Haut-Quartier.
  14. La chasse : La Maison Tertrebois est arrivée à la capitale il y a maintenant plus d'une quinzaine de jours. Si les éminentes personnes composant cette famille ont investi le Haut-Quartier, les sujets de ladite Maison sont venus contribuer à l’entassement à la Voie du Marin. Le seigneur Lesfred Tertrebois n’est pas resté les bras croisés à Boralus tandis que la colère gronde dans le camp de réfugiés, faute de nourriture suffisante, couplée à des files d’attente interminables pour se ravitailler. Accompagné d'une poignée de ses gardes forestiers, il a organisé une chasse, non pas à des fins divertissantes, mais bien dans le but de venir en aide aux réfugiés, au plus vite. L’opération cynégétique a été orchestrée du côté du Pavillon Kennings, au Sud de la capitale, dans les montagnes. L’action fut une réussite puisque le gibier reste somme toute abondant dans ce coin de la région. En effet, ces montagnes sont peuplées notamment de cerfs des terres centrales et de quelques biches noble sabot. Mais aussi, dans une moindre mesure, de bêtes bien plus dangereuses comme des loups à la fourrure de rouille ou encore quelques grizzlys monstrueux. Les gardes forestiers ont donc rallié la capitale avec une charrette pleine de provisions. Le retour à la capitale : Un semblant d’émeute a failli éclater au camp de réfugiés lorsque certains sujets de la Maison clamaient que la nourriture apportée était pour eux uniquement, tandis que d’autres affamés hurlaient à l’idée d’un tel traitement de faveur. L’absence de dilapidation de manière inégalitaire du contenu de la charrette, dans la cohue, est due à la maitrise des gardes sur place pour contenir la foule. Mais aussi au discours difficilement tenu par le capitaine des gardes forestiers Kasper Tertrebois, cousin de Lesfred, afin d’apaiser les esprits colériques. La nourriture a de fait été distribuée de façon égalitaire, pour tous, geste apprécié après coup une fois la rage du ventre vide atténuée l'espace d'une journée. Fort du succès d’une telle action ayant fait le tour de la Voie du Marin et des Maisons nobles proches des Tertrebois, le seigneur Lesfred a fait savoir qu’il entend bien renouveler un tel acte de soutien. Instant immortalisé ci-dessous, merci aux participants.
  15. Timeline mise à jour concernant les 3 zones. L'élément suivant a été automatiquement validé par moi-même en l'absence d'event réalisé par la communauté ou en l'absence de retour vers moi : - Familiarisez-vous avec les étranges druides de Drustvar.
  16. Alors que les troupes alliées s'installent encore dans Brennadam se ravitaillant en armement tout en confortant les populations d'un nouvel espoir, il est maintenant question de restaurer l'approvisionnement et les routes commerciales. Pour se faire, il est question de libérer les fermes alentours de leurs maux. La première mission du débarquement fût de libérer "l'Entre-deux-rives" tenue par la famille Larive. Les champs saccagés trouvaient sur leurs terres des élémentaires hostiles et déchaînés causant du tort aux récoltes évidemment, mais surtout aux travailleurs, décimant une bonne partie des ouvriers et fermiers s'y trouvant. Bien vite, la Septième Legion et les forces déployées ont su venir à bout de l'être à l'origine du trouble élémentaire, sauvegardant alors la vie de quelques fermiers retranchés dans la masure. Bientôt, Boralus pourra jouir d'un nouveau convoi de légumes ! De quoi agrémenter leurs bouillons et autres soupes de la population.
  17. Du mouvement s'est fait sentir dans les collines de la Vallée de Chantorage. Après une embuscade de la part des peaux vertes occupant la Pâture des Collines, les forces en place se sont scindées en deux envoyant les forces diplomatiques quérir la situation de Brennadam tandis que le gros des armées prenait d'assaut la Pâture afin de rendre à cette parcelle de terre sa quiétude d'antan. Alors que la négociation s'entamait avec le Maire Roz tâchant d'apaiser les clameurs des habitants. Les officiers Ladimore, Courvoisier et Hellington firent montre d'un calme admirable répondant aux interrogations de la populace cherchant à rassurer les plus inquiets, calmer les plus véhéments et galvaniser les cœurs incertains. Une fois cela fait, les défenses du siège de Brennadam se sont renforcées de nouvelles barricades, de canons ainsi qu'une diversification des armes et des munitions. De l'autre côté, vers la pâture, la Septième Légion s'est illustrée aux côtés des archers Hellington et des canons Peinsbourg rossant la Horde autant par la lame et les boulets que par l'Arcane. De courageux soldats ont détaillé une percée digne des plus grands héros, contraignant les forces de la Horde les moins vaillantes à la fuite ou la reddition. Pour le reste, on notera la mort d'un Commandant de la Horde : Ruknoz Croc-Gris,s'étant battu jusqu'au bout mettant à mal les forces en présence. Malheureusement les civils habitants le pâturage ne pouvaient être sauvés, en effet, déjà destinés à la fosse pour une renaissance mortifère dont la Horde connaît le secret. Les soldats déployés sur la zone ont également pu mettre la main sur des registres, des ordres et des indications leur permettant d'avoir un avantage certain sur leur adversaire. Un coup d'avance à ne pas négliger. Une fois les prisonniers appréhendés la zone fût remise aux autorités locales. Brennadam accueille désormais un renfort conséquent des armées vassales et d'une escouade de la Septième Légion. Après analyse attentive des trouvailles de la pâture, le premier parchemin de la Légende des Eaugures fût récupéré et remis à sa place dans un rituel digne de ce nom. En somme, la mission est une réussite, aucune mort n'est à déplorer.
  18. Préambule : L’on ignore exactement à quoi est due la chute du domaine Tertrebois. Les derniers rapports des villageois font état d’un air vicié, gorgé de maléfices pour les plus superstitieux et dont la putridité émanait du cimetière. Les cueilleurs parlent d’une flore changeante et pas pour le mieux, avec la pousse de champignons non comestibles, des arbres jaunissant et se mourant, flétris, ainsi que des ronces envahissantes, remplaçant les fleurs et plantes faisant autrefois le bonheur des herboristes. Quant aux forestiers, il est fait mention d’une faune autrefois riche en cerfs, lapins et autres gibiers, troquée pour des chauves-souris et araignées plus grosses qu’un tronc d’arbre, proliférant dans le Fourré foisonnant, à l’Est. Ce qui est certain et où tous les récits s’accordent, c’est que ledit domaine est désormais entre les mains du Sabbat. Si le fief tenait bon jusqu’alors, malgré la décrépitude des terres avoisinantes, la menace est venue de l’intérieur, avec l'infiltration d'une sorcière dans les rangs des serviteurs. La supercherie ne fut dévoilée que trop tard et ce fut un déferlement d’engeances monstrueuses contre la palissade en bois du fief, des silhouettes humanoïdes comme sculptées dans le bois, faites de ronces, de racines et d’écorce. Ainsi, le Sabbat a porté le coup de grâce au bourg et à une partie de ses habitants. Les survivants, guidés par Lesfred Tertrebois ont fait route vers l’Est, démunis et pour beaucoup endeuillés. Désormais arrivés à la Rade de Tiragarde et, pour la plupart, à Boralus, ils viennent contribuer à l’entassement des réfugiés à la Voie du Marin. Ces réfugiés ne manquent pas de transmettre les récents évènements cités précédemment, à qui veut bien les entendre, nourrissant les sombres nouvelles qui parviennent de Drustvar jusqu’à la capitale. Informations sur la Maison Tertrebois : La Maison Tertrebois était isolationniste jusqu’à il y a peu, ne se préoccupant pas des vicissitudes de la cour et entretenant le minimum de contact avec d’autres nobles familles de Drustvar, à des fins commerciales. Ce qui explique la méconnaissance à son sujet, en dehors de la région. Coupés des mondanités, le climat peu chaleureux et le mode de vie rustique a fait de cette Maison des désintéressés, ne se targuant pas de bénéficier d’innombrables parures, joyaux et autres ornements. Ayant un profond respect des animaux et de l’environnement, ainsi qu’une volonté de maintenir l’équilibre naturel sur leurs terres et celles avoisinantes, ils ont longtemps fait preuve d’autosuffisance pour ce qui concerne les ressources primaires. En effet, le bois à profusion permettait de chauffer les masures du fief, le gibier, la cueillette et les plantations à nourrir les sujets. La Maison a pour devise, comme indiqué sous l’emblème : « Robuste est notre écorce. Profondes sont nos racines. » Soit une allusion évidente à l’environnement qui l’entoure et à la robustesse des Drustvari. Mais également au fait que, même s’il s’agit d’une petite Maison, elle compte à son actif de nombreuses générations, se voulant ainsi profondément ancrée dans la région, à défaut d’être connue. Avec le domaine désormais entre les mains du Sabbat, la famille Tertrebois a rallié Boralus afin d’accompagner les siens, les aider du mieux que faire se peut, mais aussi pour sensibiliser d’autres Maisons nobles aux maux dont est en proie Drustvar. Poussée par une envie de vengeance, elle entend bien reprendre ses terres ancestrales et repousser les horreurs qui pullulent dans la région. Focus sur l’arme familiale : La Maison Tertrebois possède une arme de bonne renommée au niveau local, contribuant à l’affirmation de sa puissance nobiliaire au sein du fief. Cette arme est une marque de grand prestige dans l’histoire familiale, elle ne s'en séparerait pour rien au monde. Il s’agit d’une hallebarde qui répond au nom de « Rugissante, Fléau-des-ours » avec une hampe en bois et de la fourrure de loup aux deux extrémités. Sur la partie métallique l’on peut apercevoir les vestiges d’inscriptions, selon l’inclinaison de l’arme par rapport à la lumière. Ces inscriptions effacées par le temps ne permettent pas de savoir s’il s’agissait d’écritures, de symboles ou de dessins. Cette arme aurait servi à Melchior Tertrebois, afin de terrasser avec l’aide des gardes forestiers un ours enragé ayant massacré plusieurs cueilleurs. La bête en question a par la suite été dépecée, afin d’en faire un habit (cf. tenue d’apparat dans le focus sur la superstition). Si l’arme a davantage une valeur symbolique aujourd’hui, les suspicions vont bon train parmi les sujets de la Maison, de génération en génération. Certains aiment à penser que l’arme d’hast en question est imprégnée de magie Drust. D’autres qu’elle fut bénie par les enchantements druidiques des Parlépines. Si la Maison Tertrebois n’a ni nié, ni affirmé ces versions, elle joue sur la part de mysticisme que peut susciter Rugissante, Fléau-des-ours. L’arme fut extirpée des griffes du Sabbat lors de la chute du domaine, emportée par les rescapés. Régence de la Maison Tertrebois : Elle fut fondée par Elric Tertrebois (pour plus d’information, cf. Allégeance de la Maison Tertrebois). Le dirigeant actuel est le seigneur Lesfred Tertrebois, succédant à son père Tobias. Il a guidé les membres de la famille éponyme, ainsi que ses sujets, jusqu’à Boralus, afin d’y quérir de l’aide et un lieu de refuge. L'héritier est le jeune Ranald, frère de Lesfred, si ce dernier venait à décéder sans laisser de descendance. Arbre généalogique de la Maison Tertrebois. Membres éminents de la Maison Tertrebois : Cercle proche de la famille : - Lesfred Tertrebois (chef de famille), - Ranald Tertrebois (héritier de la Maison, si Lesfred venait à décéder), - Kasper Tertrebois (capitaine des gardes forestiers), - Louen Tertrebois (ermite, auteur du livre Compendium des Drust, cf. Focus sur la superstition et religion au sein de la Maison Tertrebois). Autre : - Freib Korenid (capitaine de la garde), - Ildiana Foster (maître des herboristes), - Élise Loccuth (préceptrice en charge de l'éducation de Ranald, notamment). Allégeance de la Maison Tertrebois : La Maison Tertrebois est loyale envers la Maison Malvoie (Drustvar). De génération en génération, l’histoire se transmet par voie orale, comme quoi Elric Tertrebois, le fondateur de la Maison éponyme, était au côté des colons humains combattant contre les Drust, à la bataille de la Ferté-d’Arom, au sein des troupes du colonel Arom Malvoie. Suite à la défaite desdits Drust, Arom Malvoie fut élevé au rang de seigneur, en récompense de sa bravoure, avant de fonder la Maison du même nom. C’est dans la foulée et suite à cette victoire, mettant un terme aux conflits, que la Maison Tertrebois aurait juré allégeance à la Maison Malvoie, s’implantant par la même occasion à l’Est des montagnes. L’histoire remontant cependant à plusieurs centaines d’années et comme aucun écrit ne relate ces faits, il est difficile de corroborer les propos tenus par les membres actuels de la famille, quant à leur lignée. Focus sur la superstition et la religion au sein de la Maison Tertrebois : La Maison Tertrebois est située à proximité de stèles et artéfacts d’archéologie Drust, qui leur ont permis d’en apprendre davantage sur l'histoire et certaines coutumes de cette société. Il est malheureusement impossible de dater ces événements les uns par rapport aux autres, et donc de déterminer une chronologie précise. Il n’empêche, un grand travail d’archivage, de collecte d’informations et de retranscription a été réalisé par Louen Tertrebois, qui vit généralement reclus du reste de la famille, préférant la communion avec la nature. Ce dernier est l’auteur de l’ouvrage Compendium des Drust, un livre qui relate ses découvertes sur ladite race et comment les Parlépines enseignèrent les anciennes coutumes druidiques, aux humains de Kul Tiras, qui entendaient l'appel de la nature (ID du gob livre : 10000870). L’ordre druidique de Kultirassiens s’entrainant selon les anciennes méthodes Drust semble avoir pratiquement disparu. Néanmoins, leur proximité géographique, quelque part dans les montagnes qui surplombent le bourg, est étroitement liée aux superstitions des locaux. Il y a une forte influence, supérieure à la religion prônée par les Eaugures dans ce coin de la région, accessoirement due à un manque de proximité avec la mer et l’absence d’activités maritimes. Ce mysticisme et ces pratiques, liés à la vie en communion avec la nature, imprègnent tant les coutumes de la Maison Tertrebois que cela se répercute dans plusieurs domaines : - Dans les usages de plantes médicinales, l’activité d’herboristerie, - Dans l’emblème de la Maison, dont le cerf représenté est une allusion directe à Athair le cerf blanc, nommé également le « Cœur de la forêt », - Dans le respect à l’égard de la faune et de la flore, - Dans les cérémonies, fêtes, mariages, rites au cours de la vie selon l’âge, - Dans certaines tenues d’apparat : il est par exemple transmis au chef de la Maison Tertrebois, de génération en génération, un habit dont la cape, les épaulières et le couvre-chef sont issus du même ours, terrassé avec l'arme Rugissante, Fléau-des-ours. La Maison Tertrebois semble très attachée à ses valeurs et fait preuve d’une superstition indéniable. Même s’ils peuvent comprendre la déconnexion de la majorité des autres Maisons nobles quant à leur culture, très locale, ils ne supportent pas l’idée de faire l’objet de moqueries ouvertes, à l’égard de ce que certains considèreraient comme des coutumes tribales. Focus sur le domaine : Le domaine Tertrebois est situé sur le grand terrain de chasse de Ruisseval, à l’intersection entre Chasseru, valon boisé peuplé de gibier, et le cimetière. Il s’agit d’un pavillon de chasse avec quelques masures et une palissade en bois, très rustique, en plein milieu de la forêt, qui regorgeait autrefois d’une faune et flore riche en diversité. Emplacement du domaine indiqué sur la carte. L’endroit se situe en haut d’une petite butte, parsemée de gros rochers, créant une défense naturelle. Le reste, facile d’accès, a vu la création de la palissade en bois pour éviter l’intrusion de prédateurs trop audacieux. Le lieu est envahi par de la végétation en tout genre et des arbres gigantesques, aussi bien autour qu’au sein du domaine. La vigie, une sorte d’élévation en bois, juchée en haut d’un promontoire rocailleux et côtoyant la cime des arbres, offre une vue panoramique aux gardes forestiers. La demeure de la Maison Tertrebois est une simple maison, à peine plus haute que les autres masures. Sans aucun signe distinctif, elle n’a rien à envier aux autres voisines, preuve de l’indifférence de ses propriétaires quant à l’idée de briller au-dessus de ses sujets. A ce jour, le domaine étant entre les mains du Sabbat, ce dernier est visiblement ravagé, mal en point, les bâtiments étant endommagés et l’endroit pratiquement vidé de ses habitants d’origine, au profit des nouveaux intrus. Le domaine, avant et pendant l’occupation du Sabbat. La résidence à Boralus : Les Tertrebois possèdent un hôtel particulier très simple et rustique au Haut-Quartier, quatre pièces tout au plus, rien de faramineux donc. Il n’y a qu’une faible poignée de domestiques, signe de la situation délicate dans laquelle se trouve la famille, sur le plan financier. Ils ont aménagé il y a peu, arrivant tout juste à la capitale, ce qui explique que leur présence soit encore méconnue. De plus, la priorité est aux réfugiés, ils ne se prêtent pas encore pleinement au jeu des mondanités et évitent donc de recevoir, au vu de la précarité de l’endroit. Emplacement de l'hôtel particulier (en haut de la rue principale, sur votre gauche, avant d'arriver à la Place de l'Unité). La réputation financière de la Maison : Cette Maison n’est pas connue pour avoir une situation financière confortable. Elle est plutôt médiocre, les anciennes ressources générées dans le domaine servant avant tout à subvenir aux besoins des sujets et de la famille. Lorsque le domaine était encore debout, Tertrebois échangeait avec ceux du lopin de terre des Aubepin, à l’Est, au niveau du pont reliant à la Rade de Tiragarde. La vente de diverses ressources (plantes médicinales, quelques denrées qui poussent en forêt, des fourrures d’animaux et de la viande) à Havrebrune, le village le plus proche, permettait de dégager quelques rentrées d’argent. Désormais à la capitale, certains transmettent leur savoir-faire en termes de chasse, de confection de flèches et d’herboristerie, prêtant main forte dans ces domaines, afin de générer de maigres rentrées d’argent. Mais les différences culturelles quant à l’herboristerie, par exemple, amènent certains à considérer les pratiques comme d’inspiration druidique, voire chamanique pour les plus demeurés, nourrissant une certaine méfiance et ne favorisant pas l’intégration. La réputation militaire de la Maison : Les forces de la Maison Tertrebois n’ont pas connu de conflit armé depuis longtemps et les décennies se sont écoulées avec comme principale directive le dur labeur pour nourrir son foyer et le réchauffer. Ce ne sont donc pas les meilleurs soldats, pour ceux qui restent après la perte du domaine, si l’on considère l’entrainement militaire. En revanche, ils font preuve d’une certaine robustesse, du fait de leur mode de vie difficile dans la forêt, au pied des montagnes, avec un climat rude. Là où la Maison trouve sa force est en ses gardes forestiers, qui font d’excellents attaquants à distance. Ils ne sont certes pas nombreux, mais leur précision à l’arc est plus que convenable, dans la mesure où ils ont longuement été sollicités pour la chasse de prédateurs, comme les rôdeurs frissebrume et, plus récemment, les tisseuses venimeuses ou chauve-souris des forêts. Ces forestiers savent également se battre à cheval, constituant une unité montée d’attaque à distance redoutable pour harceler l’ennemi et assurer une couverture rapide. De manière générale, les hommes de la Maison Tertrebois sont de mauvais marins, du fait de leur vie passée sur la terre ferme, dans les bois. En revanche, ils font des combattants convenables lorsqu’il s’agit d’un affrontement dans un environnement dense et feuillu, utilisant le décor à leur avantage. Suite à la chute du domaine, il ne reste qu’une quinzaine de gardes et une vingtaine de forestiers. Peu nombreux, ils font cependant preuve d’une grande loyauté et d’un patriotisme indéniable, comme ils étaient majoritairement résidents de Tertrebois, avec leurs propres foyers et familles. Ils sont davantage mus par les idées de vengeance et de reconquête, que par l’appât du gain. Le seigneur Lesfred se targue de connaitre le nom de chacun de ses hommes. Faits connus, à ce jour, en relation avec la Maison Tertrebois : - Perte du domaine familial entre les mains du Sabbat, - Les sujets et la famille Tertrebois ont débarqué à la capitale (le dix mai), privatisant un hôtel au Haut-Quartier, le temps que cela s'avèrera nécessaire, - La Maison soutient désormais comme jamais les réfugiés de la Voie du Marin, où se trouvent la plupart des sujets survivants, faute d’une situation financière confortable pour les placer ailleurs, - Le seigneur Lesfred a mis en place, avec le soutien des gardes forestiers, des opérations de chasse dans la région de la Rade de Tiragarde, afin que le gibier vienne contribuer à nourrir les réfugiés en question. Informations HRP : Ouverture aux recrutements : Oui si l’individu est sensible à l’idée d’aider les réfugiés et de supporter l’effort de guerre pour la campagne de Drustvar. Dans la mesure où la situation financière est précaire, avec pour priorité le soutien des sujets de la Maison Tertrebois, les dépenses sont étudiées minutieusement et recruter des personnes qui ne sont là que pour l’or n’est pas concevable. Le livre Compendium des Drust a bel et bien été rédigé, faisant l’objet de scènes RP pour la recherche des stèles. L’ID du gob est 10000870 sachant que, à ce jour, il en existe assez peu d’exemplaires à travers Kul Tiras. Le domaine est en libre accès (.t tertrebois). Il fera sans doute l’objet de scène(s) RP lors de la reconquête de Drustvar. A ce stade, il est entre les mains du Sabbat, il y a donc peu de raisons de s’y trouver, ou alors à ses risques et périls. Néanmoins, n’hésitez pas à me contacter pour plus de précisions, visite ou autre (Lesfred en jeu, Lesfred Tertrebois sur Discord). En plus du domaine, l'hôtel particulier est lui aussi en libre accès, via le Haut-Quartier, sa localisation ayant été précisée précédemment (ou bien via .t tertrehouse pour arriver directement à l'intérieur, en cas de motif valable). Merci à Kasper Tertrebois (Prosper sur le forum) pour le logo et l’arbre généalogique. Inspirations : La Maison, son contexte, ses superstitions sont un mélange d’inspirations celtiques et scandinaves. Le logo et certaines descriptions rappelleront éventuellement pour certains des éléments de Skyrim, plus précisément Épervine. Les gardes forestiers de la Maison Tertrebois sont inspirés des rangers de l’Ithilien, dans le Seigneur des Anneaux.
  19. Troisième session d'entrainement achevée ! Le 8 Mai se termina par la fin de la troisième session d'entrainement des gardes avec Clairon Peinsbourg. Durant cette session le Commandeur désira réitérer les exercices des deux dernières semaines : La collaboration Porte-Bouclier et Franc-tireur La course contre la montre avec énigme. Un choix expliqué par la présence d'une nouvelle volontaire, la cadette Noirbois, ainsi que le retour du soldat Hamlicar Adrian. Ainsi la première eu la chance de découvrir et de participer aux diverses situations que ses camarades ont subis ces dernières semaines. Et le second pu profiter et rattraper de son retard par son absence de la semaine passée. Le cadet Paxton a montré une nouvelle fois sa motivation et sa détermination. Tandis qu'Hamilcar est arrivé premier, devenant le second garde à arriver en tête du classement du seigneur Peinsbourg. A l'avenir on peut prophétiser la concurrence entre l'homme et sa consœur Librevoile qui était jusque là, la première. La cadette Noirbois a démontré également sa motivation à bien faire et à surpasser les attentes. En dépit d'une première fois par rapport à ses deux contemporains, elle impressionna le superviseur. " Les volontaires de la semaine. " " Les fines équipes ! " " Servez vous de votre tête ! " " Tu veux une accolade ? " " Vous êtes digne de porter l'uniforme de Kul Tiras. "
  20. Seconde session d'entrainement terminée ! La seconde session de formation (le 01 Mai de l'an 32) du Seigneur Peinsbourg s'est achevée. Le thème des exercices et entraînements en situation semi-réelle se basaient cette fois-ci sur la rapidité d'action. En effet il est commun quand on combat de devoir gérer certains aléas : Une arme qui s'enraye au beau milieu d'un litige, une porte ou barricade à crocheter, à enfoncer ou encore réfléchir à des échappatoires possibles. Beaucoup de soldats se sont pris dans ce piège. Certains qualifieraient ces événements comme une démonstration de la destiné, d'autre de la malchance pure et dure. Quelque soit la nature de ces imprévus le seul mot d'ordre pour y contrer : S'y préparer. Toujours grâce à l'homme de science de Boralus, Mr.Timothy Green, Clairon concocta quelques énigmes simples. Les gardes volontaires durent y répondre en situation où leurs concurrents n'hésiteraient pas à leur tirer dessus pour gagner des points. Une fois qu'ils eurent répondu correctement à leurs énigmes individuelles, une course contre la montre se lança afin de rejoindre le Commandeur au quais et ligne d'arrivé. Plusieurs objectifs étaient attendus : Répondre rapidement (faire aller ses cellules grises) à l’énigme tout se protégeant des attaques adverses, Être rapide et astucieux pour atteindre : en premier le lieux de l’énigme, en second lieux la ligne d'arrivée, Tirer et se mettre à couvert afin de gagner des points, ou éviter d'en perdre, Tirer et se mettre à couvert dans un objectif précis et qui nécessite d'être vif, (c.f objectifs précédents) S'armer d'une certaine condition physique, (le terrain d'entrainement offre un parcours physiquement endurant) Durant l'exercice, plusieurs profils se sont confrontés. Elyn Librevoile, avec un sens aiguisé de la prédation. William Paxton, par une détermination sans faille malgré les échecs. Et Hardvar Ancrevoile qui n'hésite pas à foncer et à faire preuve de témérité. Chacun répondirent à leurs différentes énigmes avec plus ou moins de facilité. Et s'affrontèrent sur le terrain d'entrainement. C'est Elyn Librevoile qui l'emporta, tant par sa rapidité à atteindre la ligne d'arrivée mais par son nombre de points. Le cadet Paxton commença avec quelques difficultés mais il fit preuve d'une volonté de vaincre qui le mis à l'honneur durant la seconde et troisième manche. Le soldat Ancrevoile eu quelques difficultés sur certains éléments du parcours physiques mais arracha un certain nombres de points à ses adversaires ! "Pile à l'heure !" "Que la course aux énigmes commence, soyez sans pitié !" "Elyn gagnante, maintenant attendons les retardataires ..." "Ah ! Enfin .. passons au débriefing." "Vous pouvez être fier de vous !"
  21. Hier, en fin d'après-midi est parti le défilé militaire des diverses maisons nobles accompagnées des forces de la 7e Légion. Après une ovation galvanisante à Passegué, les forces ont progressé près de la rivière des roseaux pour finalement rejoindre le col en partance vers la Vallée Chantorage, véritablement goulet d'étranglement dans lequel la percée se profilerait. Dans un premier temps, les concernés se rendirent au Bosquet du printemps ou les forces Hellington et Daerian ont établis un campement en éclaireur. Au vue du retranchement des troupes Chantorage, une évaluation de la situation fut nécessaire afin de mettre sur pieds une stratégie adaptée, la présence de civils au milieu des soldats ajoutant un épineux soucis de plus pour passer la frontière sans difficultés. Le choix d'envoyer des infiltrés dans les groupes de civils pour les faire évacuer fut donc fait. L'équipe parvient à créer un vent de panique au milieu des badauds grâce à un sort bien placé, avant de prendre la fuite dans la débandade ! Libéré de la présence ennuyeuse de ces gens, les troupes Hellington, Daerian et Peinsbourg se lancèrent à l'assaut de la position, les fracas des lames et les râles des soldats se faisant résonnant aux abords de la Vallée. L'action fût couronnée de succès, nourrissant l'espoir d'une réouverture prochaine des routes commerciales. La famine doit être combattue.
  22. Carte mise à jour. 03-05-2019
  23. Bonjour, ce post a pour but de diffuser les animations, events ou encore faits divers ou notables des militaires du sanctuaire. Ainsi tous les RP qui gravitent autour de : la Garde de Boralus, de sa Caserne, de l'Académie Portvaillant, du Donjon ou encore des joueurs militaires et marins etc pourront être transmis à la communauté par le biais de ce post. Ce dernier est destiné à tous les acteurs du RP militaire Kul Tiran et rejoint les topics réalisés pour établir le contexte de Boralus. Voici quelques indications à prendre en compte afin de rester dans un cadre sérieux, cohérent : Les événements RP relayés ici devront avoir été réalisé en jeu et vu par un certain nombre de joueurs. S’il s'agit d'annonces particulières (qui peut être entendu à travers Boralus) sur un avenir proche, vous pouvez vous soustraire de la première règle. (Exemple : "PJ-Micheal souhaite ouvertement aider la garde à combattre le crime ! Il organise un rassemblement ce Mardi et invite les volontaires à porter un bonnet jaune.") Tous les éléments qui seraient non cohérent vis à vis de la timeline ne seront pas acceptés. C'est un post' pour les rôlistes ayant adhéré aux concepts du Sanctuaire. (Exemple : "Des valeureux ont affrontés l'assaut des pirates de Corsandre la nuit dernière." Alors que le siège de Boralus n'est pas encore arrivé / ou fait dans la timeline du sanctuaire)
  24. Les Seigneurs d'Havre-Galion ~ Maisons Vassales . Loyaux Serviteurs ~ ~ Maison Rocambeau ~ “Point n'attend celui qui mord !” Présentation générale Titre : Banneret de Rocambeau Devise : “Point n'attend celui qui mord !” Cri de guerre : “Gare aux crocs !” [ Dirigeant actuel : Antoine de Rocambeau Héritier : Pénélope de Beaucour (non désignée officiellement) Maison suzeraine : Peinsbourg, Portvaillant Histoire de la maison Rocambeau La maison de Rocambeau s’est illustrée lors de petites escarmouches locales. Gagnant ainsi un nom, des terres et des droits, Aribert de Rocambeau, qui n’était auparavant qu’un simple écuyer, a placé sa maison parmi la petite aristocratie de Kul Tiras. Il jura allégeance à la maison Peinsbourg en leur promettant sa totale loyauté et, par leur biais, se rangea également derrière la maison Portvaillant. Il forgea les armoiries des Rocambeau à l’image de ses paroles : ornéee d’un chien, elles symbolisent la fidélité et le dévouement. Ses descendants, loin d’égaler ses prouesses martiales, respectèrent cette promesse de loyauté sans jamais la briser. Également réputé pour leur honneur, les Rocambeau se sont usés au combat jusqu’à pratiquement l’extinction. Il ne reste plus aujourd’hui qu’un membre direct : Antoine de Rocambeau. S’il venait à périr, sa tante, Pénélope de Beaucour, serait sa parente la plus proche. Il va de soi que Philibert de Beaucour, petit baron, ne cache pas sa volonté de reprendre les terres des Rocambeau qu’il gagnera par le biais de sa femme Pénélope en cas de décès prématuré du banneret. Rôle auprès des Peinsbourg La maison Rocambeau n’est pas une maison puissante. Elle sait cependant se rendre utile aux côtés de ses seigneurs : les Peinsbourg. Ils gèrent actuellement une mine de souffre et produisent de la poudre à canon. Malheureusement, durant la convalescence d’Olivier de Rocambeau et l’intérim de Jeanne de Rocambeau la mine a été provisoirement abandonnée faute de temps et d’argent. Récemment réouverte par Antoine, cette mine est encore en partie infestée d’araignées. Le rachat de matériel a vraisemblablement coûté une fortune au jeune banneret qui est certainement au bord de la ruine. Afin de rentabiliser au mieux son exploitation, il a obtenu auprès des Peinsbourg le droit d’utiliser une partie de leur forêt pour faire du charbon de bois. Il peut ainsi produire la quasi-totalité de ses matériaux et évite donc l’importation. Mettant cette mine de côté durant son intérim, Jeanne de Rocambeau s’est principalement focalisée sur la seconde occupation de sa famille : l’élevage de chiens de combat capables de se battre aussi bien dans l’eau que sur les ponts des navires. La race qu’ils ont développée, les Mâtin des mers, peuvent nager plusieurs heures grâce à leurs pattes palmées et à leur double fourrure. Leur couleur gris clair se marie bien avec la couleur de la mer et ils peuvent ainsi nager discrètement jusqu’aux embarcations. Ils sont cependant difficiles à dresser : ils ne sont pleinement adultes qu’à partir de la quatrième année et sont relativement têtus. Ils n’ont pas une grande ressource en hommes : une quinzaine d’individus sont sous leurs ordres et autant de personnes vivent sous leur juridiction. Leur petite armée comporte deux maîtres-chiens, un grenadier, un adjudant, deux éclaireurs ainsi que neuf soldats-marins. Lorsqu’ils ne sont pas sur un terrain de combat ou à l'entraînement, ces militaires travaillent à la mine ou au chenil. ~ Chevalier Roberts Davos ~ Nom : Davos Prénom : Roberts Fonction et titre : Protecteur et limier Titre à l'étranger : Chevalier de Gilnéas Âge : 35 ans Taille : 1m97 Informations générales : Roberts, originaire de Gilneas a suivi une formation avec les chevaliers Hurleventois. En attendant d’être en service, l’homme a commencé par surveiller les Geôles de Hurlevent avant d’entrer au service d’une maison de riches Hurleventois qu’il a protégé jusqu’aux derniers moments. Lorsqu’il était plus jeune, il s’est fait mordre par un Worgen, de ce fait il s’agit d’un Gilnéen Maudit. Cependant il a été entouré des meilleurs durant sa formation afin de pouvoir apprendre à contrôler au mieux la bête. Un vrai service militaire qui a appris rigueur et dévouement à Roberts. Il s’agit également d’un homme à tout faire. Voulant s’ouvrir à d’autre contrées, Roberts a été chargé de défendre la famille Peinsbourg. Kul’Tiras étant à présent une terre fortement convoité par leurs connaissances de la mer, Roberts a saisi alors l’occasion. Et il n’en fut pas déçu.. Une nouvelle expérience qui s’offre à lui.
  25. MàJ du 30/04/2018 : ajout de l'épée et de la situation actuelle de la famille dans "Faits connus".
  26.  
×
×
  • Créer...