Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

Kuretar Display Searcher

Réalisez de nouvelles forges d'items dont vous n'avez peut-être jamais eu connaissance grâce à notre dernier outil que vous trouverez dans les Utilitaires de la Forge !
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue sur le nouveau forum ! N'oubliez pas de lire tous les nouveaux topics :)

Contributeurs à ce blog

Chapitre I ; Acte I - La Marche de l'Ouest

GothTrad

98 vues

NNgng80.png

Chapitre I ; 

La Marche de l'Ouest

4wSQDtk.png

Après une longue nuit de repos, c'est au crépuscule suivant que nos voyageurs reprirent leur équipement, enserrant fortement celui-ci soit sur leur dos pour certains et entre leurs mains pour les autres. Notamment pour les jeunes écuyers à qui un Cheval leur fut refusé. C'est ainsi armés de courage et de songes que nos aventuriers se mirent à nouveau en route pour les Marches de l'Ouest, foulant les routes pavées du grandiose Royaume de Hurlevent. Ils discutèrent des heures durant, ne croisant l'ombre d'une personne, si ce n'est quelques roturiers s'adonnant à leur perpétuel travail à l'égard de leur Seigneurie. Seulement, ceux-ci furent ralentis à un pont par deux soldats se questionnant sur leur présence aussi tardive au sein des terres du Roy ;

« Halte-là ! Que faites-vous ici ?! 

- Nous sommes en mission.

- Mission de quoi ? Vous êtes qui ? Déclinez votre identité immédiatement !

- Pour l'Église. C'est au sujet de la Marche de l'Ouest.

- La Marche de l'Ouest ? Mais qu'allez-vous faire en pareil endroit ? C'est presque du suicide...

- Mission de l'Église ou pas, va falloir me montrer c'que vous avez dans les sacs.

- Georges.. Si ils sont bien en mission pour l'Égl-..

- Mais justement, nous sommes en mission pour l'Église, vous allez vraiment nous fouiller ?

- Oui. Vous faites votre travail, j'fais le miens. Chacun ses ordres - non ?

- T'es sûr de toi ?

- Plus que jamais depuis que j'ai ce travail. »

C'est sans plus de résistance que la troupe accepta, laissant la Garde se mouvoir à leur hauteur afin pour certains de vérifier la présence quelconque de contrebande, voir même de grains potentiellement hostiles. Visiblement, eux aussi n'étaient pas au bout de leur peine et avaient bien connaissance du problème en provenance des Marches. Problème qui était certes minime à l'instant présent mais qui, au même titre qu'une hémorragie pouvait très rapidement s'aggraver. L'un des gardes, et ce d'air un dédaigneux prit quelques pas en arrière avant de s'exprimer à la troupe ; « Rien à signaler. Pouvez y aller, que l'Alliance vous garde, ecclésiastes. » pour lui laisser libre passage par la suite.

Cette courte entrevue anima légèrement l'ambiance pour certains, s'étonnant qu'à l'approche même des contrées de la Marche les humains soient moins.. enclins à respecter leur foi. Jeunes pour beaucoup, ils semblaient oublier qu'elle ne pouvait être présente partout où ceux-ci fouleraient les terres et qu'il fallait encore, pour certaines d'entre-elles, prêcher la bonté de ce qu'Elle pourrait leur apporter à tous. Seulement, ce débat ne fut que de court instant tant la présence d'un second pont lourdement gardé se présentait à eux. Pont où la Garde fut néanmoins plus protocolaire, ne déblatérant que peu avec les voyageurs qui se mélangeaient par moment à quelques pauvres et marchand cherchant à rejoindre les mêmes contrées. En pleine marche et non-loin du passage gardé, ceux-ci tombèrent nez à nez avec ce qui semblait être des miliciens de la Marche. Ils semblaient attentivement observer une charrette renversée, un feu naissant y logeant en son épicentre ainsi que de multiples grains déversés tandis que face à eux.. un groupe de pauvres mendiants s'essayant à se ruer sur les grains symbole d'une nourriture à leur portée. Ils furent rapidement repoussés, dans la violence extrême pour certains étant même fusillés, laissant les aventuriers à leurs doutes alors même qu'ils s'approchaient de l'officier en charge, celui-ci beaucoup plus armuré, le questionnant ainsi ;

« Bonsoir... Pouvons-nous savoir ce qui se passe ici ?

- Bonsoir. Qui êtes-vous ? Des envoyés de l'Église ? Cela fait des jours que nous attendons votre venue.

- Oui-oui, c'est bien cela. Cela ne répond pas à notre question, cela-dit.

- Hum... Nous avons trouvé cette charrette il y a peu. Elle était renversée, sans personnes, si ce n'est des cadavres l'entourant.. Étant bien aux faits de ce qui se passe grâce à une missive, nous avons pris l'initiative de brûler et repousser toute personne l'approchant.

- LAISSEZ-NOUS MANGER ! ON CRÈVE DE FAIM ICI !!

- Vous avez une idée de l'origine même de ces grains ?

- Aucune. Nous cherchons encore, pour tout vous dire.. Mais nous pouvons vous assister. Cela vient d'ici, sans nul doute, mais vous pourrez peut-être trouver des réponses en questionnant les mendiants. Ils étaient là avant nous, après tout.. »

Et les conseils avisés de l'Officier en charge furent respectés. En effet, nos voyageurs se mirent en tête de convaincre les mendiants de leur parler. Certains n'avaient visiblement.. pas les méthodes adéquates, alors que les miliciens se séparaient pour certains afin de retourner à leurs recherches. L'Officier lui aussi, quittant les lieux pour laisser à nos aventuriers le loisir d'interroger les pauvres qui n'avaient pas grande ambition à leur dévoiler la possible source du mal. Leur présence n'était visiblement pas appréciée et les pauvres étaient en mesure de leur faire savoir, jusqu'à même les dépouiller de quelques pièces pour certains et les laissant ainsi sans guère plus d'indice au milieu des champs dévastés qui les prenaient en tenaille.

Ils furent ainsi dans l'obligation de rejoindre la route, s'évertuant à coeur perdu à trouver les réponses à leurs multiples questions quant à l'origine du mal sévissant en leurs terres. Ainsi, ils décidèrent de scinder le groupe en deux, frappant chacun leur tour à chacune des portes des fermes dans l'optique de trouver de premiers éléments pouvant potentiellement les mener jusqu'au mal seulement.. la méthode employée était longue et éprouvante, l'hémorragie continuant à se déchirer à mesure que le temps passait ce qui avait pour don de réveiller les nerfs de certains qui, dans un excès de confiance et abus total ne trouvèrent d'autres solutions que de malmener un pauvre fermier qui n'avait rien demandé de plus que la paix en ses maigres récoltes. Le Paladin fut rapidement réprimé, ses actions réparées à un maxima une nouvelle fois par un Chevalier venant tout juste de rejoindre la troupe, le Chevalier Keats. Sa main bien trop leste avait don de tromper ses blagues moqueuses sur les écarlates, lui qui agissait d'une façon parallèle à ceux qu'il critiquait tant. Sa méthode ne paya pas. Celle du Chevalier Keats, en revanche lui permis d'avoir une once de direction.. leurrée par la méconnaissance de ce dernier quant aux directions. Seulement, grand bien leur fasse tant un des mendiants déjà rencontré sur la route leur permis de retrouver le droit chemin non sans quelques pièces une nouvelle fois demandées.

Une destination claire et cette fois-ci correcte en tête, il ne restait plus qu'à se regrouper pour nos aventuriers afin de prendre la route de manière plus sereine maintenant que la ferme qui pouvait leur apporter tant de réponses était à portée de vue. Et la marche était pour le moins calme, les nerfs étaient mis à rude épreuve et l'animosité  semblait prendre place au sein du groupe qui se laissaient pour certains porter par de vieilles émotions bien trop négatives, ayant déjà porté un Royaume plus bas que terre. La ferme au loin n'était plus qu'à quelques pas, laissant le groupe entrevoir une fermière semble-t'il toute innocente ainsi que des miliciens la questionnant. Seulement, à l'approche de nos aventuriers une animosité exceptionnelle se dégagea de la fermière, celle-ci se retournant contre la troupe ecclésiaste dans un mouvement similaire à celui des miliciens qui, sans attendre, portèrent leur arme en leur direction. Des crissement d'acier, des hurlements combatifs réveillant la présence démoniaque d'une succube habitant le dôme de la maison qui s'empressa d'assouvir sa domination sur les quelques miliciens encore lucides restant afin de retourner les forces combatives et ainsi gagner du terrain.. C'était sans compter sur la puissance radieuse et lumineuse du groupe qui, pris au dépourvu n'eut d'autre choix que de souder leurs liens afin de faire front à la menace qui n'avait à première vue pas grand sens. Et alors que ceux-ci semblaient reprendre l'avantage face au démon, c'est, traînant les pieds, qu'un non-mort arborant un tabard de la Banshee fit son apparition aux côtés de la démoniaque créature. Il lui ordonna moins de leste, ses doigts s'animant en direction du groupe pour leur imposer son pouvoir démoniaque du fel..

Le groupe était ainsi pris entre de multiples feux, celui des miliciens visiblement hagards et dénués de volonté ainsi que celui des engeances Réprouvés qui avaient visiblement connaissance des forces et faiblesses de ses adversaires.. ce que n'avaient pas pris en compte nombreux des Chevaliers faisant face, sauf un unique - peut-être. Ainsi, le Chevalier Keats n'eut d'autres ambitions que de pousser ce qui aurait pu la gêner, s'efforçant de pénétrer la maison pour faire front au démoniste. Dans une longue joute dansante, elle lui porta un premier coup vital, le laissant gravement blessé sur le côté. Seulement, non-mort de son état il semblait toujours réagir et, il n'eut d'autres ambitions que d'essayer d'aspirer la vitalité d'une tierce personne pour regagner en vigueur.. Sans compter la vigilance du Chevalier Keats qui lui porta un dernier coup fatal. Un portail s'ouvrit ainsi, laissant l'engeance happée dans une dimension tierce du néant distordu, les miliciens sous sa domination s'écroulant lourdement au sol dans un soupir d'aise mais tout autant confus.

Les Chevaliers et Écuyers semblaient exténués, de part le combat qu'ils venaient de surmonter mais tout aussi psychologiquement puisque longuement malmenés par ce qu'ils venaient d'affronter. Dans le même temps, une faible troupe semblait avoir pris le chemin des Marches pour rattraper le groupe. Sahar, menant quelques uns des Sergent d'armes à cheval cherchait à retrouver la trace de ses compagnons qui de toute évidence allait avoir besoin d'aide. Elle arriva cependant trop tard, faisant halte face à la bâtisse devant lequel logeaient plusieurs blessés qui devaient être évacués vers Hurlevent afin d'obtenir des soins plus approfondis. C'est à cet instant précis qu'une déflagration arcanique secoua la terre, laissant apparaître une figure encapuchonnée qui dardait le terrain du regard. Elle imposait le respect par sa présence et, en un coup de bâton calma avec force les nerfs tendus de nos voyageurs qui s'apprêtaient déjà à un nouveau combat. Un dôme arcanique se forma en un coup de son bâton, répulsant toute personne au sol et les clouant sur ce dernier l'espace de quelques secondes.. quelques secondes suffisantes pour s'exprimer

« Bonsoir, voyageurs.. Il est inutile d'éprouver tant d'hostilité à mon égard. Je ne suis que messagère, et je crains qu'en ces temps vous ne nécessitez mon aide immédiate. Avez-vous lu la lettre que je vous ai fait mandé ? Me voilà déçu de votre nonchalance quant à mes bières offertes... Vous rappelez-vous du contenu de ma lettre -... oh, je crains ne devoir vous le rappeler. Jeunes voyageurs, suivez la flèche prônant au-dessus de l'Épée des Rois ayant résidé tant d'années au sein des terres gelées... Car Elle seule saura vous guider vers les songes qui rongent vos pensées. »

D'une seconde déflagration, celle-ci disparu aussi vite qu'elle eut le temps de poser le pied face au groupe. Ceux-ci avaient à peine eut le temps d'assimiler ce qu'il s'était passé, de se relever que dans une déflagration similaire, elle avait quitté les lieux pour les laisser une nouvelle fois à leurs songes. Sahar, étant encore saine d'esprit et sans blessures s'empressa de prendre ainsi le commandement à titre temporaire, regroupant les blessés dans une seule et même charrette tirée par un cheval de trait et ordonnant leur évacuation le temps pour elle de brûler les fermes et moulins à grains qui étaient cause de nombreux mots pour nos aventuriers.

Le groupe trouva ainsi refuge dans la garnison du Ruisseau de l'Ouest pour se repaître en nombre de leurs blessures, Hurlevent étant encore trop loin pour qu'ils aient le temps de rejoindre la Capitale. Ils profitèrent ainsi du calme de la forteresse pour récupérer de leurs blessures.. pour certains. Car à l'aube et ce, malgré l'utilisation de la Lumière, deux d'entre eux trouveront la mort. Le Paladin Thaelion, ainsi que l'écuyer du Haut Maître Sinders, Thorbjorn avaient trouvé la mort durant la nuit. Quant à l'écuyère Lortna, elle avait vraisemblablement disparu, ne laissant plus que Keats et Sahar pour rejoindre et informer le Grand Maître, en possession des lettres et parchemins nécessaires à la suite de leur enquête.. 

lBFQ3Kk.png

iTTFQkw.png

Ainsi à l'aube du lendemain, seulement deux personnes ont pu se présenter au Grand Maître. Sahar, et le Chevalier Keats s'empressant de dévoiler la nature des problèmes rencontrés dans les Marches de l'Ouest. Bien aux faits de l'urgence, celles-ci avaient vraisemblablement quittées la garnison plus tôt que les autres, avant même de découvrir leur macabre mort d'une infection étrange et particulière. Les corps n'ayant pas été étudiés, le reste du groupe n'avait donc pas plus d'informations à ce sujet et transmis ainsi mot-pour-mot ce qu'ils avaient vu et combattus ainsi que la lettre toujours conservée cette fois reprise par les Sergents d'armes. Le Grand Maître s'éclipsa ainsi, emmenant avec lui les songes partagés par ses Hommes pour les mener au Conseil qui les chapardait.

Ce n'est qu'après plusieurs jours d'études qu'un chapitre fut ouvert au sein des catacombes usuelles du Cénacle résidant au sein de la Cathédrale, introduisant non-seulement la Stromgardienne Ström, mais aussi les réponses aux questions. En effet, il fallait pour nos aventuriers présents par dizaine en comptant le reste de l'Ordre définir la prochaine destination à l'aide des indices récoltées. Le restant de groupe ne semblait pas comprendre, et à juste titre puisque peu d'éléments étaient en leur possession, seulement.. aidés par l'Évêque Neheri, ceux-ci purent trouver une solution commune à leurs maux. Peut-être que celle-ci ne donnerait rien mais ; en l'absence de plus d'informations, il fallait essayer.

« Moi, Neheri, déclare donc ce chapitre ouvert. Je demande ainsi à tous d'accueillir le Paladin Ström comme il se doit, avant que nous entamions le sujet de ce chapitre. A ce sujet, il concernera les récentes investigations menées par vos soins. »

La Paladin fut ainsi accueillie en accord avec les coutumes communes de l'Ordre avant que la discussion ne se recentre, chapeautée par la présence sage de l'Évêque qui se fait relativement rare ces dernier temps. Ce n'est qu'après de longues minutes de débats qu'il en conclus, lui qui connaissait visiblement déjà la réponse. Le vieux sage semblait avoir plus que de raison l'envie de tester la réflexion de ses sujets multiples, s'exprimant ainsi à leur égard ;

« Mes enfants. L'Épée des Rois n'est autre que Deuillegivre, aujourd'hui brisée. La flèche, elle, indique une direction à suivre - il convient de se rappeler où résidait l'Épée originellement.. au Norfendre. Cette femme, bien que je ne lui accorde aucune confiance semble vouloir vous mener dans les terres gelées une fois de plus. C'est une métaphore. Une image, si vous préférez. Ma foi me convainc de vous demander d'y reposer le pieds, allez chercher à comprendre ce qu'il s'y trame.. De plus, voilà bien longtemps que nous avons abandonné ces terres à nouveau. Des nouvelles du Donjon de la Bravoure ne serait de refus pour personne. Ce voyage ne sera jamais vain, mais, prenez garde... Les terres du Norfendre sont trompeuses, et il y a longtemps que la mort y a établi son bastion. »

Sur cette dernière parole, l'Évêque ferma le chapitre. Une fois sa décision précise, celui-ci ne laissait visiblement plus grande place à la discussion, il était ainsi et nos saints guerriers ne pouvaient agir autrement. Le Grand Maître s'empressa ainsi de faire mander un navire de l'Alliance avec difficulté au profit de l'Église, celui-ci étant commandé par hommes d'armes du Roy Wrynn. Le Grand Maître Vicelame quant à lui prépara son plan d'invasion à minime échelle, les forces de l'Église étant encore très faibles. Il lui fallait l'aide d'un Archimage du Kirin Tor et de ses hommes, au moins pour assurer les renforts depuis la Capitale en toute circonstance..

246cAHS.png

GCAyVQR.png

 

 



0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...