Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

Kuretar Display Searcher

Réalisez de nouvelles forges d'items dont vous n'avez peut-être jamais eu connaissance grâce à notre dernier outil que vous trouverez dans les Utilitaires de la Forge !
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue sur le nouveau forum ! N'oubliez pas de lire tous les nouveaux topics :)

Contributeurs à ce blog

Chapitre I ; Introduction - Une découverte macabre

GothTrad

85 vues

MmwZ8vv.png

Chapitre I ; 

Une découverte macabre

4wSQDtk.png

La nuit commence à tomber sur la somptueuse cité de Hurlevent. Les commerces se ferment, habitants  et habitantes s'en retournant à leurs maisons afin d'y préparer à manger et profiter du peu de temps libre que leur offre leur vie de serf. Les tavernes, elles, restent ouvertes, et notamment à la vieille ville, habitée par les plus pauvres de la cité royale. C'est dans l'une de ces mêmes tavernes festives, que plusieurs clients et habitués du comptoir furent trahis non pas par leur tenancier préféré, mais par leur boisson et nourriture tant chérie. Même boisson infusée d'une étrange toxine, desséchant leur palais à une vitesse folle, les laissant toucher le sol inanimé plus vite qu'ils ne l'espéraient, cette fois-ci sans plus d'effort du coeur. Quant aux autres clients, ils ont le réflexe immédiat de relâcher boissons et nourritures pour crier au loup, ou plutôt, à la garde. Le tenancier lui, s'empressera d'aller voir ce qui se passait en cuisine, visiblement source des maux de cette boucherie, mais.. ce n'est là qu'une triste découverte qui s'offrira à ses yeux, son employé, mort de sa propre cuisine. 

Situation qui affolera sans nul doute la garde, définissant d'ors et déjà une zone sous scellé avec une interdiction de passage. Scène compliquée tant il faut garder le secret pour ne pas affoler les habitants, que contenir fermement la foule s'agglutinant à l'intérieur même de la taverne cloisonnée par des murs épais en pierre. Sans perdre un instant c'est leur représentant, le Capitaine Dorn qui entrera pour enquêter sur le mal ayant frappé le commerce du quartier et découvrant avec stupeur une accélération de la décomposition des cadavres disposés au sein du hall de la taverne. Il en fallut de peu pour qu'elle prenne les jambes à son cou, accourant à l'entrée de la Cathédrale avec de nouvelles sinistre et requérant la présence des membres du Saint Clergé tandis que les fusiliers hurleventois s'alignaient derrière le rempart de boucliers, prêts à soutenir leurs camarades d'un tir correcteur et salvateur ;

« Laissez-nous sortir ! Vous n'avez pas le droit de nous laisser mourir ici ! On n'est responsables de rien !

- J'ai rien bu, j'ai rien touché, j'suis responsable de rien laissez-moi sortir au moins !

- Par ordre de la Garde, vous êtes tous consignés à rester dans ce hall ! Il en va de votre sécurité, et de celle de la population Hurleventoise ! Ne nous obligez pas à faire usage de la force, la résistance sera matée ! »

Et par honneur, ils tiendraient. Autant que se peu et pour leur patrie, ils tiendraient avec conviction ceux qui n'étaient plus que des sauvages potentiellement infectés à leurs yeux, perdant tout once d'humanité tant la peur semble se raviver en eux comme un écho de la troisième guerre. Relier la place de la Cathédrale à la Vieille Ville n'était pas chose aisée, et la cité était grande. Nos compagnons d'armes, sous les ordres du Grand Maître Vicelame, et menés par le Chevalier Lestrange devront ainsi se hâter si ils souhaitaient découvrir ce qui semblait ronger l'esprit de notre jeune Capitaine d'infanterie, accompagnés de la soeur Engton, de l'écuyère Lortna et écuyer Bjorn.  Pour une fois, ils seraient aidés par les chemins désertés par les habitants, ne laissant que quelques voleurs poursuivis par la Garde traverser au plus loin de leur champs périphérique visuel, les menant avec certitude aux portes agitées de la taverne.

Ce n'est qu'en arrivant à ces dernières qu'ils firent accueillis par un représentant de l'Église lui aussi. Il s'introduisit, exposant le problème aux divers compagnons d'armes à propos de la situation jugée elle-même gravissime. D'un jeu de question-réponse, il leur expliqua la provenance du problème selon lui, ses doutes, mais aussi ses craintes au sujet de ce qu'il qualifiait de peste.

« Je ne saisi point l'origine de ces maux. Voilà qui ressemble à une utilisation bien étrange des toxines, ressemblant fortement à un empoisonnement de masse, mais... Quelque chose cloche. Il y a une odeur insupportable, et les cadavres semblent se détériorer bien plus rapidement qu'ils ne le devraient, comme si leur sang fondait leur peau à travers les pores. Cela ressemble très fortement aux maux qui ont touchés nos terres du Nord, mais seulement.. Il n'y a point de réanimation, cette fois. Aucun vecteur ni lien nécrotique n'est relié à la toxine, alors..? Enfin. J'ose à supposer que vous souhaitez entrer et vérifier par vous-même. Passez devant. »

C'est en s'enfonçant au sein de la taverne que nos compagnons se rendirent compte de la gravité situationnelle. Une odeur nauséabonde et nauséeuse se transmettait dans l'air, filant jusqu'à leurs narines, une odeur de mort putréfié et déjà rongé par les vers et les nombreux rats peuplant la vieille ville. Sans hésitation, le Chevalier Lestrange déchira son tabard en lambeaux afin d'en faire des masques improvisés, bien que cela semblait avoir peu d'effets, en tout cas, moins qu'escompté face à l'odeur horrible se dégageant des macchabées. Deux d'entre eux, le Chevalier Lestrange et l'écuyer Bjorn descendirent dans la cave pour en inspecter les provisions, quant aux autres, ils semblaient questionner les clients habitués se morfondant sur leur situation actuelle visiblement invivable. Mais... la situation était déjà trop dure pour certains, dont une cliente, prise de folie ne put s'empêcher à s'essayer de passer outre le barrage de boucliers de sa petite taille.. malheureusement et funestement sanctionnée par le tir inquisiteur d'un fusilier, éclatant sa boîte crânienne à peine le barrage dépassé, déconcentrant nos compagnons sur l'espace d'un instant quant à la brutalité de l'acte. Mais, ils avaient bien plus important à gérer.

D'une part, l'écuyère Lortna ayant la mauvaise idée de mettre en contact sa peau avec la source du mal, de l'autre le Chevalier et l'écuyer découvrant les funestes grains infestés comme aux heures les plus sombres de Lordaeron. Les écuyers avaient de toute évidence les membres trop baladeurs, et il s'en fallut de peu pour que ceux-ci soient attaqués une nouvelle fois l'une par la douleur provoquée par le liquide, l'autre par un rat visiblement dérangé par la présence humaine et intempestive de l'écuyer.

Seulement, découvrir la source des maux de la taverne était une chose.. mais il fallait désormais pour nos compagnons découvrir la source même de ces grains. La soeur Engton, brillant par son intelligence n'eut d'autre idée à cet instant que de consulter le registre tenu par le tavernier acceptant sans broncher. De toute évidence, sa taverne prendrait un sale coup commercial si la source n'était pas rapidement retrouvée, et éliminée. C'est ainsi qu'elle découvrit une provenance pour le moins originale, la Marche de l'Ouest, originale oui, puisque les terres sont le moins propice à la récolte. L'information en mains, ils devaient ainsi prendre une décision ; que faire des cadavres ? Mais surtout, que faire des clients n'ayant pas encore contractés les premiers symptômes ? 

Suite à quelques minutes de réflexion, ils décidèrent d'épargner la vie des clients malgré les risques, brûlant les cadavres après avoir été empilés afin d'éviter tout risque d'infection supérieur. Ils devaient maintenant rejoindre la Cathédrale pour y faire leur rapport et informer l'Église d'un mal rongeant de nouveau ces terres. Grâce aux mesures prises par la Garde, la première cargaison fut stoppée à temps dans cette taverne, les compagnons gagnant ainsi la première manche de leur course-contre-la-montre. Informant le Grand Maître Vicelame, celui-ci décida d'envoyer cette même expédition dans la Marche de l'Ouest, se préparant à l'aides de provisions, d'armes, ou d'armures pour certains. Il fallait de toute évidence ne pas y aller les mains vides. 

Ce n'est seulement qu'à leur départ que trois sons de cloches viendront à retentir, trois sons indiquant aux trois Conseillers de la Cathédrale d'ouvrir un chapitre au plus tôt au sujet des derniers événements.

MvnWm7Y.png

iTTFQkw.png

Les rues parcourues par nos compagnons étant d'autant plus désertes. Entre-temps, la population était plus à même de dormir, bercés par les sons de la nuit, ne laissant plus que le monde sous-terrain criminel à ses oeuvres sur les routes de la Capitale partagées par les quelques gardes en faction. Aux bords des chemins menant à la sortie de la cité royale, de nombreuses et sombres maisons absentes de toute lumière n'accueillant que de pauvres âmes inconscientes des enjeux, endormis. Nos compagnons ne se connaissait pas beaucoup, mais ils allaient devoir apprendre à se connaître face aux dangers nocturnes d'Elwynn se transformant en un repère de bandits tant elle semble vaste. Les écuyers se virent interdits de monter à cheval. De toute façon, il y a fort à parier que les deux jeunes humains n'avaient aucune idée de leur fonctionnement concret et, au lieu de ça, durent accompagner la prêtresse et le Chevalier.. à pied.

Il en fallut ainsi de peu pour que l'écuyer Bjorn, légèrement distrait, soit distancé de quelques mètres par les premiers protagonistes se pensant probablement en sécurité malgré l'absence de soldats sur les sentiers. Situation qui profita à une bandit pour brandir sa dague face à ce dernier et réclamer sa bourse et ses bijoux, malheureusement pour elle, l'assiduité du Chevalier lui vaudra de retrouver son visage éclaté par le Chevalier avant qu'elle ne puisse armer un coup sur l'écuyer. Seulement, elle n'était pas seule et sa soeur rôdait dans le coin, cherchant à la tirer des griffes judiciaires des différents compagnons. Quant à son fils, effrayé par l'écuyer il se vit faire demi tour en courant jusqu'à son camp, criant au loup et au nom de son père.. Ce qui mit la puce à l'oreille du groupe, préférant quitter les lieux avant que d'autres ne rappliquent. C'est en marchant qu'ils se mirent à réfléchir de nouveau à la présence de ces grains et de leurs agissements.. mais la lumière d'une auberge, celle du Comté de l'Or et ce après de longues minutes de marche coupa court à leur conversation. Ils profitèrent ainsi de l'auberge pour faire un arrêt et se rassasier pour la nuit. Seulement, deux événements vinrent perturber le groupe. D'une part, l'arrivée de la soeur Zahar en retard qui amena de légères tensions entre deux protagonistes, mais surtout l'arrivée d'un plateau de cinq bières offertes par le tavernier de la part même d'une certaine « Elle » ;

« Eh voilà pour vous mes braves ! Cinq bières offertes, c'est de la part de Elle.

- Comment ça, Elle ? C'est qui, Elle ?

- J'sais pas, elle m'a dit qu'vous comprendriez.

- Personne ne touche à ces bières, je reviens. s'exprima le Chevalier Lestrange en dernier, avant prendre les marches accompagné du tavernier. »

Le Chevalier aux nerfs douteux demanda à inspecter de nouveau la cave du tenancier, celui-ci lui refusant avec fermeté cette fois-ci. Visiblement, ses allers-retours semblaient perturber son commerce et il n'était pas du genre à le laisser continuer agir de la sorte, ni à perturber la cuisine et la remise une fois de plus. De fait, il se plaça face à la porte d'un air déterminé.. avant d'être poussé sur le côté. Le Chevalier ouvrit ainsi la porte pour tomber face à la masse de muscle et de graisses, le remisard visiblement lui aussi peu enclin à laisser le Chevalier déranger une fois encore. Cependant, il sera malheureusement lui aussi écarté et, malgré sa force, se refusera à engager toute action hostile face à des représentants de l'Église. Cependant, ce ne sera pas sans insultes qu'il descendra pour inspecter de nouveau la cave.. et remonter, bredouille, tandis que l'écuyer Bjorn semblait subir la fureur du tavernier lui jetant au visage diverses objets, entre autre des pintes et des cuillères.

« Bon, cassez-vous ! Cassez-vous sans déconner j'vous défonce ! Vous vous tirez ou je vous caillasse la tête !

- C'est la dernière fois que tu me jettes une pinte au visage, entends-le, la dernière fois.

- Est-ce que vous pouvez vous barrer maintenant ?! »

Cette danse d'objets au milieu de la taverne ne semblait pas amuser le Chevalier et pour cause, une fois le remisard neutralisé au sein de la cave d'un coup de pied salvateur entre les jambes envoyé par l'écuyère Lortna en reconnaissance des insultes multiples à son égard, celui-ci ne se gêna pas pour encastrer dans le poing dans le visage du tavernier qui tombera comme une masse contre le parquet de son auberge. Il regarda ensuite le remisard, lui intimant ;

« Nous resterons dormir ici pour la nuit. Et nous repartirons au matin. 

- Non mais vous surchauffez pas un peu du citron non ?! Vous voulez que je vous dégage la nuque à la serpette ?!! Il m'aura fait chier jusqu'au bout celui-là ! »

Il ne prit pas la peine de répondre. Mais, c'était heureusement sans compter la présence des deux soeurs visiblement enclines à aider le remisard, rassurant celui-ci de leurs mots tout en pansant les plaies du tavernier ayant visiblement subit la colère du Chevalier aux nerfs. C'est sur cette note que, dans les hurlements animaux de la nuit les compagnons finirent enfin par se coucher visiblement tous épuisés autant moralement que physiquement de la soirée passée. Mais la Mort, Elle, la mort n'avait pas finie de jouer avec leurs nerfs. Loin de là. Et elle les mènera dans les contrées les plus froides, et les plus défiantes de cette terre. Elle craquera le sol de leur parquet, y déposant un doux message pour leur réveil. Elle. Elle était là, et elle comptait accompagner nos voyageurs jusqu'au bout de leur périple.

 

 
tzSCxMg.png

246cAHS.png

tl7rngJ.png

 

  • Like 1


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...