Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

La 8.3 est désormais live sur notre serveur. Survivez aux murmures de N'Zoth.

Avènement d'Azshara

Traversez la Grande Mer et tombez dans la gueule de Nazjatar, survivrez vous aux machinations de la Reine Azshara ?

Patch Barbershop

Désormais disponible, profitez d'un contenu exclusif créé par LadyFortunes, Drakes, Diantre et Mhen.

Flots de la Vengeance

Allez vous détrôner ou défendre le roi de Zandalar ?
Murmures
Bienvenue sur Kuretar 8.3 Ouvrez votre cœur au vide

Lounie : La Princesse et le Crapaud


Alynor

66 vues

Il était une fois, dans les contrées australes de Quel’thalas, une douce demoiselle qui vivait auprès de son père, le très sage seigneur de Beaumarais. La jeune fille avait été promise à un charmant et galant jeune homme, fils et héritier du seigneur de Chantenuit. Ce mariage arrangé fut l’un des rares - et la rareté est chose divine - à être désiré tant par la fille que par le garçon.

Leurs intentions étaient pures, et non empoisonnées par les démons de la luxure. Tombés amoureux dès leur première rencontre, les deux jouvenceaux n’aspiraient qu’à une chose : être réunis pour la vie, et profiter chastement de leur passion. Dans sa grande élégance, le garçon avait, lors de leur dernière rencontre, offert une magnifique bague à la demoiselle, en lui promettant de revenir dans les prochains jours pour célébrer leur union.

Cependant, le jeune garçon était un chevalier. Il avait récemment reçu l’ordre royal de traquer et de capturer une cruelle sorcière, réputée pour ses terrifiants maléfices. Puissant et courageux, il avait décidé d’accepter la mission, et de revenir victorieux auprès de sa promise.

Infiniment heureuse du mariage à venir et confiante dans la victoire de son aimé, la demoiselle décida de partir pour une longue et belle promenade au bord de l’étang bordant le château de son père. Elle sourit, émerveillée, à la vue des nombreuses grenouilles et des quelques lézards qui peuplaient ce petit monde. Mais c’est alors que, prise dans ses rêveries, la fille fit tomber sa bague de fiançailles dans le marais.

Elle se mit à pleurer de désespoir, imaginant la peine de son promis et la déception de son père, en la voyant ainsi délestée de sa si belle bague. Mais soudain, la jeune fille entendit une voix très étrange provenir de l’eau ; elle ne rêvait pas, il s’agissait bien d’une grenouille parlante !

« Voyons, douce demoiselle. Il n’y a pas lieu de pleurer pour cela. J’accepte de retrouver votre bague si, en retour, vous acceptez que je vive avec vous pour toujours. »

La jeune fille, d’abord troublée et effrayée par ces paroles, finit par se dire qu’elle n’avait pas le choix. En outre, elle pensa que jamais un tel animal n’oserait s’éloigner de l’étang. Ainsi, une fois la bague retrouvée, elle n’aurait qu’à courir en direction du château, et oublier définitivement cette mésaventure ! Elle accepta donc, et la grenouille, en l’espace de quelques secondes, lui rapporta sa jolie bague.

Remerciant le batracien, la jeune fille se mit alors à partir en direction du château. Mais alors qu’elle pensait être seule sur la route, elle aperçut avec surprise que le crapaud la suivait à vive allure. Les yeux larmoyants, elle comprit alors qu’elle avait fait une grosse bêtise. Elle prit donc le crapaud avec elle, et le conduit dans les jardins du château, où une mare côtoyait les arbustes.

La demoiselle alla donc précipitamment voir son père, pour lui raconter ce qui venait de lui arriver et lui demander de l'aide. Cependant, le seigneur réprimanda sévèrement sa fille, en lui expliquant qu’un noble doit toujours tenir ses promesses. Il ordonna donc à sa fille de prendre le crapaud à ses côtés, et de vivre avec lui pour toujours.

Et c’est ainsi que le crapaud accompagna la jeune femme dans toutes ses promenades, mais également durant ses repas, où il avait même l’audace de manger dans son assiette. Ecœurée, la demoiselle dut toutefois consentir à cela, et finit par s’y habituer à contrecœur. Ainsi, la grenouille vivait dans la mare du château, et suivait la femme dans ses moindres déplacements.

Mais bientôt, le crapaud ne se contenta plus de la mare, et il demanda à dormir dans le lit de la jeune fille. À la fois dégoûtée et effrayée, la femme accepta, les larmes aux yeux. Elle se rassurait en pensant que le retour de son promis était proche, et que la présence de celui-ci dans son lit ferait bientôt fuir la grenouille.

Toutefois, alors que la jeune fille s’était préparée pour la nuit et allongée dans son lit, elle eut la terreur de voir la grenouille se pencher devant son visage pour l’embrasser. Sous le coup de la surprise, la demoiselle ne réagit pas aussitôt. Ce n’est qu’après plusieurs secondes qu’elle repoussa l’animal, avec la plus grande force.

Dans sa terreur et sa colère, la jeune fille saisit alors le batracien, et le projeta violemment contre le mur. C’est alors qu’une impressionnante aura arcanique se dégagea de l’animal. Celui-ci s’avérait en réalité être le galant fiancé de la jeune fille, prisonnier d’un affreux maléfice. Le jeune homme espérait sans doute que sa promise le libère, mais le sortilège l’empêchait de dévoiler son identité.

Hélas, la puissance du choc avait été dévastatrice, et nul ne pourrait survivre à un tel impact. Saignant de toutes parts, les os entièrement brisés, le pauvre garçon avait instantanément rejoint les Etoiles.

Pleurant à chaudes larmes, la malheureuse demoiselle était rongée par les remords et le chagrin d’amour. Dans son désespoir, elle se précipita vers la fenêtre et se laissa doucement glisser. La chute fut effrayante, mais la remontée au ciel fut réconfortante. Dans l’au-delà, auprès de la Sainte Lune et de ses Astres, son amoureux lui avait déjà pardonné. Ainsi réunis, ils furent enfin libérés de ce monde cruel, et purent profiter de leur tendre affection pour l’éternité.

Effaré à l'entente de la nouvelle, le père de jeune fille décida aussitôt de la rejoindre, et s'en alla paisiblement nouer une corde à l'arbre sous lequel il avait coutume de méditer. Monté au ciel auprès des Astres, il fut présent pour unir les deux amoureux par les liens sacrés du mariage, sous l'œil bienveillant de la Sainte Lune. Les trois protagonistes furent infiniment heureux, et ce à tout jamais.

  • Like 4

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...