Jump to content

Bienvenue sur Kuretar

La 8.3 est désormais live sur notre serveur. Survivez aux murmures de N'Zoth.

Avènement d'Azshara

Traversez la Grande Mer et tombez dans la gueule de Nazjatar, survivrez vous aux machinations de la Reine Azshara ?

Patch Barbershop

Désormais disponible, profitez d'un contenu exclusif créé par LadyFortunes, Drakes, Diantre et Mhen.

Flots de la Vengeance

Allez vous détrôner ou défendre le roi de Zandalar ?
Murmures
Bienvenue sur Kuretar 8.3 Ouvrez votre cœur au vide

Lounie : Les Trois Petits Faucons-Dragons


Alynor

116 views

 Share

Il était une fois trois petits faucons-dragons qui appartenaient à une joyeuse fratrie. Les trois frères, choyés par leur maman et leur papa, s'entendaient merveilleusement et vivaient dans la joie, bien que le plus jeune frère fut souvent taquiné par ses aînés.

Vint toutefois le jour où il fut le moment pour eux de quitter le nid pour voler de leurs propres ailes, à la découverte du Monde. Ainsi, il fallut que chacun parte en quête d'une région fétiche, qui constituerait leur territoire de chasse. Car telle est la loi des prédateurs, ils n'eurent d'autre choix que de se séparer.

 - Le faucon-dragon aîné, aux plumes bleutées, choisit de s'installer dans les terres du sud, une vaste forêt asséchée et très rarement visitée par les faucons-dragons.

- Le cadet, le rouge, décida plutôt de prendre refuge dans le grand bois au printemps éternel, là où la végétation était florissante et où les fruits abondaient.

- Et le doré, quant à lui, décida plutôt de partir vers une zone très proche de celle de sa maman, ce qui causa la surprise et l'amusement de ses deux frères, qui se gaussèrent de lui alors même qu'ils se disaient adieu. C'est avec les larmes aux yeux et le cœur en peine que le plus jeune prit son envol.

Hélas, parti sans sagesse s'installer dans des terres arides et quasi-désolées, le faucon-dragon au plumage bleuté ne tarda pas à s'en mordre les serres. A peine arrivé sur ce qu'il croyait être sa terre d'accueil, il fut incapable de trouver de quoi de nourrir. Mais ce n'était pas le plus grave, car le malheureux oiseau n'était pas le seul à manquer de nourriture ; tous les autres animaux de ces bois oubliés étaient dans le même cas.

Parmi ces bêtes, les plus puissants étaient les terribles ours à poil verdâtre, qui s'étaient bâtis une grande et répugnante forteresse dans les grottes de la région, et avaient décidé, par jalousie envers son beau plumage, de faire du pauvre faucon-dragon leur déjeuner. Ils n'en firent qu'une bouchée.

Le faucon dragon rouge, quant à lui, ne manquait aucunement de proies dans les bois dorés où il se trouvait. Malheureusement, il apprit à ses dépends que la nature pouvait être terriblement joueuse et que, malgré la luxuriance des lieux, ceux-ci ne permettaient pas à un oiseau tel que lui de prospérer parmi la faune.

Toutes ses proies étaient ô combien plus malignes que lui et déjouaient sans mal chacune de ses tentatives, en prenant même un grand plaisir à le duper et à le ridiculiser. Plus rapides, plus véloces, et surtout parfaitement unies, elles connaissaient également mieux le terrain qu'il ne le connaîtrait jamais. Le cadet subit alors l'un des pires complexes thalassiens : le mal de voir la nourriture en profusion, sans jamais pouvoir la saisir.

L'oiseau finit par tomber d'épuisement et par succomber à sa faiblesse, entouré par ses ennemis qui le narguèrent jusqu'à son dernier soupir, après lequel ils se repurent de son triste cadavre.

Finalement, resté dans les riches domaines du nord, le plus jeune des frères se rendit compte bien vite de la difficulté de la vie sauvage. Mais s'étant installé sur un terrain connu qu'il avait assimilé, il n'eut aucun mal à se faire une place parmi les prédateurs. Il fut rapidement accepté des autres oiseaux de proie et, malgré la crainte qu'il commençait à inspirer auprès de ses cibles, il était toujours le plus rusé.

Quand les ours verdâtres, affamés et furieux, marchèrent vers le nord pour trouver quelque oiseau à se mettre sous les crocs, le benjamin n'eut qu'à prendre rapidement son envol, jusqu'au nid fortifié de ses parents. C'est au détour d'une chasse aux pigeons qu'il trouva, tout proche du repaire familial, une jolie comparse aux plumes multicolores. Ils tombèrent amoureux dès le premier regard et partagèrent ce presque-festin, avant de mêler passionnément leurs ailes, tels deux tourtereaux-dragons.

... enfin, ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'oisillons !

 

 

Edited by Alynor

  • Like 1
 Share

0 Comments


Recommended Comments

There are no comments to display.

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...