Aller au contenu

Bienvenue sur Kuretar

Battle For Azeroth est désormais live sur notre serveur. Profitez de nouvelles aventures RP sur les continents en guerre d'Azeroth.

Bienvenue à Boralus

Profitez du Sanctuaire Alliance pour rejoindre Boralus et ses méandres politiques, comment permettre à Kul'Tiras de sortir de sa situation ?

L'Atelier

Nouvelle feature de Kuretar ! Retrouvez le projet dans nos dernières annonces.
Flash Infos
  • Hello !
  • Bienvenue parmi nous !
  • Un sanctuaire RP est accessible
  • Rendez-vous dans le club Boralus !
  • billet
    1
  • commentaire
    0
  • vues
    32

Concours d'écriture : Le secret du Grand-Père Hiver

Plume

133 vues

Concours d’écriture - La magie du Voile d’Hiver -.pdf

Thème : La Magie du Voile-D'hiver


 

- Le secret du Grand Père Hiver -

vQr7Zw.gif

 

Révélation

 

 

Il existait une vérité que tous, sur Azeroth pouvaient partager. Le Voile d’Hiver avait quelque chose de magique, ce petit “ je ne sais quoi” qui donne tout son relief à cette fête où le partage, les retrouvailles et la chaleur de l’âtre peuvent parfois suffir à embellir le coeur. Certains s’adonnent à la course aux cadeaux toujours plus nombreux si la famille s’était agrandit, d’autres profitent du voile blanc et de son atmosphère si particulière pour déclarer leur flamme dans l’espoir de réchauffer le cœur de leurs épris(e) avec de fervents sentiments. D’autres… n’ont pas le temps pour cela, c’est le cas notamment, d’une jeune Gnome nommée Izil, ou “Izi” comme ses parents aiment à l'appeler.

Cette petite boule d’énergie avait attendu ce moment toute l’année, celui de percer, enfin, le secret du Grand-Père Hiver. Car ce n’était certes pas le contenu des cadeaux qui l'intéressait, mais plutôt la manière dont celui-ci réalisait sa distribution. Bien sûr, Izil avait déjà tenté de lui demander directement lors d’une visite à Forgefer avec ses parents, mais la réponse évasive du Grand Père Hiver n’avait su la contenter. Bien qu’enfant, Izil souffrait du manque de sérieux que l’on alouait à son jeune âge et c’est justement pour prouver sa détermination qu’elle s’était préparée à percer le secret de la grande distribution du Grand-Père Hiver. Lorsque Izil avait quelque chose en tête, elle ne l’avait pas ailleurs et ses parents le savaient très bien, là où certains considéraient cela comme un caprice, eux laissaient à leur fille le moyen d’exprimer sa créativité, après tout, n’est-ce pas le propre d’un Gnome ? 

La gnome aux grands yeux verts avait déjà une première piste à explorer : l’Arcane ? C’était une idée, après tout, livrer des cadeaux en une nuit sur tout Azeroth : un mage expérimenté en serait capable. Peut être même que le Grand Père Hiver était un archimage ! Khadgar devait le connaître et pourquoi pas même avoir un moyen de percer le secret de sa distribution miraculeuse ! Sans tarder, Izil alla demander à son père comment rencontrer l’Archimage Khadgar. Son père enroulait le bord droit de sa moustache autour de son indexe avant de répondre :

Mais c’est impossible, Izi, l’Archimage Khadgar n’est pas une personne que l’on peut déranger à sa guise,  dit-il en retenant un rire.

Mais comment je vais faire alors ? 

- Je vais te prêter un détecteur à émanations arcaniques, c’est un vieil appareil alors soit vigilante, il appartenait à ton grand-père !

- Oh merci Papa ! Comment ça marche ?

- Comme ceci, regarde.” 

Son père quitta son tabouret, le bruit de ses bottes était suivi des pas énergiques de ceux de sa fille qui le harcelait de bien des questions. Il ouvrit une caisse de métal cabossée pour en sortir un petit boitier à antenne. L’appareil était très abîmé et ce n’était rien de le dire, mais il s’allumait toujours ! Positionnant un casque sur ses oreilles, son père l’avertit qu’en cas d’émanation arcanique celle-ci entendrait un son particulier.  La théorie de l’Arcane allait pouvoir être vérifiée, plus confiante, Izil retourna dans le salon, toujours avec son casque sur les oreilles.

Seconde hypothèse : Et si le grand Père Hiver était aidé par des machines ? Peut être que des Bling-o-tron l’assistent dans sa tournée, après tout, on ne peut pas tout faire tout seul ! Dans un demi-tour rapide, elle retrouva à nouveau son père qui venait tout juste de fermer la porte de son atelier. Ses grands yeux verts en disait long et son paternel agitait sa moustache de droite à gauche avec un sourire en coin, il déverrouilla une nouvelle fois la porte avant de laisser Izil faire son choix. Elle sortit de là avec les bras chargés d’aimants. Si machines ou Bling-o-trons il y a, ils ne pourront pas sortir de la maison sans avoir révélé tous leurs secrets, Foi de Gnome ! 

Alors que le salon de la petite famille se transformait en un véritable centre de contrôle, la mère d’Izil  silencieuse jusqu’à présent, ne pouvait nier la franche énergie de sa fille, mais elle tenait tout de même à ce que son salon reste vivable. D’un pas lent, celle-ci détacha l’installation de sa fille pour l’ajuster, réduisant certes le champ d’action mais en optimisant la puissance, en effet, elle concentrait les aimants autour du sapin et non plus éparpillés dans tout le salon comme l’avait fait sa fille. Surprise, l’enfant aux grands yeux verts était ravie que sa mère lui donne un coup de main. Ensemble, elles terminèrent l’installation en retirant toutes les décorations susceptibles d’être attirées par les aimants.  A la place, les deux gnomes se munirent de gâteaux en forme de boule du Voile d’Hiver, de sapin, de flocon ou encore de traineau, elles passèrent un ruban dans un petit trou spécialement fait et petit à petit, elles avaient entièrement refait la décoration du sapin, entouré de guirlandes colorées se trouvait des biscuits au pain d’épice, de quoi régaler les plus gourmands. Secrètement Izil souhaitait que le Grand Père Hiver le soit ! 

Avec cela, aucune chance que le secret lui échappe, Izil se tenait assise sur le canapé, son casque toujours sur les oreilles attendant que le temps passe. Soudainement, elle bondit à nouveau, courant vers la porte de l’atelier de son père pour assouvir une nouvelle lubie, par chance ou malchance, celle-ci demeura fermée. Son père -ayant entendu sa fille se ruer sur l’atelier- posa son épaule sur l’encadrement de la porte :

- “ Eh bien Izi ?

- Papa ! J’ai besoin de pièges !

- De pièges ?! Tu comptes transformer notre salon en champ de bataille ? C’est le Grand Père Hiver pas un Orc !

- Mais peut être que ses assistants ne sont pas des Bling-o-trons et qu’ils ne sont pas mages non plus, dit-elle en sautillant, les mains toujours sur la poignée.

- Mmh, se frottant le dos, quand il n’y en a plus, il y en a encore… Malheureusement ma chérie, j’ai bien peur que ça soit bien trop dangereux !  Ta mère, toi ou moi pourrions nous blesser !

- Mais .. Papa ! Et le secret du Grand Père Hiver alors ?

- Je suis certain que tu as déjà tout ce qu’il te faut pour le découvrir et puis si jamais tu l’attrapes tu n’auras qu’à reproduire cette petite bouille que tu me fais, il ne pourra pas résister. Allez, retournons dans le salon nous allons manger.”

À ces mots, Izil retourna dans le salon, l’air plus frustrée qu’abattue. Voyant qu’elle ne pouvait pas parvenir à ses fins, elle planifiait -tout en mangeant- son plan pour la nuit. 

 

Révélation

 

 

Après avoir mangé, fait sa toilette et avoir souhaité la bonne nuit à ses parents, Izil attendit une petite heure avant de descendre sur la pointe des pieds, son appareil en main. L’âtre qui brûlait encore laissait une certaine luminosité dans la pièce, c’est là qu’Izil s’installa. Cachée derrière un fauteuil, elle serait aux premières loges pour capturer le miracle de ses yeux juvénils. Le casque sur les oreilles, un plaid sur les genoux et voilà que l’enquête débutait. Le salon ne dégageait aucun autre bruit que celui du crépitement des bûches, relevant les genoux tout en les enserrant de ses bras, Izil attendait dans son coin caché. Les heures passaient et rien ni personne ne s’était déclaré. Tristement, l’enfant aux grands yeux verts se demandaient si elle ne s’était pas trompée de jour ou même de mois.

 Minuit venait de passer, Izil remonta un peu plus son plaid. L’attente, le silence et l’ennui commençaient à peser sur son énergie d’ordinaire inépuisable. Se frottant les yeux, elle posa sa tempe contre le canapé qui lui servait de cachette. Le sommeil avait petit à petit eu raison d’elle. 

 

La nuit était calme, tranquille, et l’odeur du feu de bois avait tout d’agréable. Un peu plus tard, les narines d’Izil furent chatouillées par une douce odeur, réconfortante et sucrée : celle d’un chocolat chaud préparé avec soin. C’est sur cette note agréable qu’elle s’éveilla, papillonnant des paupières avant de se lever, toujours dans la brume. En sortant de son petit coin, elle se heurta à une petite boîte colorée et enrubannée avant de comprendre que la nuit était passée sans que rien ni personne n’ait alerté ses dispositifs. Elle consulta rapidement les fréquences enregistrées par l’appareil de son grand-père avant de constater qu’aucune manifestation arcanique ne s’était faite sentir. Elle cavala vers les aimants, mais là aussi, aucun résultat. En relevant la tête, elle remarqua que toutes les décorations faites en pain d’épice avait été retirées et même mangées ! Il restait des miettes au sol !

 

C’est avec une certaine déception qu’Izil consulta le petit mont de cadeau, retournant vers ses parents la tête basse. 

- “ Ah, tu es réveillée Izi, alors, tu as des résultats ? Demanda sa mère avec un air affable. 

- Non Maman, rien, rien du tout. Désappointée au plus haut point, Izil s’apprêtait à faire volte-face vers l’étage.

- Tu ne devrais pas te décourager, Izi, regarde.” dit sa mère en avisant la table.

 A côté d’un bol fumant de chocolat chaud se trouvait une enveloppe rouge. Ni une ni deux, Izil se rua dessus, faisant sauter la cire du sceau tout en ôtant la lettre de son écrin de papier. 

L’écriture était lisible, soignée et appliquée et sans attendre ou même prendre mesure de ce qu’il y était écrit, elle déchanta en voyant la signature “ Grand-Père Hiver”. C’est à partir de ce moment que sa lecture commença. 

 

Très chère Izil

 

Je t’adresse cette lettre afin de te féliciter pour ta persévérance et ta détermination. En effet, j’ai entendu dire que tu cherchais à découvrir mon secret. Bien peu nombreux sont ceux capables de le trouver, mais en voyant tout ce que tu as fait pour obtenir une réponse, je me vois dans l’obligation de te complimenter. J’aurai beaucoup aimé te l’expliquer lors de mon passage, seulement, j’avais encore beaucoup de cadeaux à distribuer. Ce que je te propose en revanche, c’est de me retrouver l’an prochain. Nous prendrons le temps de discuter autour d’un verre de lait et de biscuits au pain d’épice.

D’ici là, soit sage et veille à entretenir ta curiosité, c’est très important. 

 

                                                        Chaleureusement,

 

                                                           Grand Père Hiver.”

 

Grâcement reconnue par le Grand-Père Hiver, Izil brandit sa lettre avec fierté et énergie. Cette simple attention venait de lui redonner un éclatant sourire.

 

 


 

Merci pour votre lecture.

  • Like 9


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...